Version classiqueVersion mobile

Le cannabis

Troisième partie. Politiques et pratiques au Canada

16. Pratiques préventives

Texte intégral

1La prévention est au cœur des approches de santé publique de même qu’elle est de plus en plus intégrée à la panoplie des actions de lutte à la criminalité, notamment la criminalité reliée aux usages excessifs de substances psychoactives. Conçue, au moins théoriquement, avec pour objectif la santé publique, une politique sur les drogues illicites devrait donc appeler une stratégie de prévention forte.

2En matière de prévention, les auteurs font la distinction entre les préventions primaire, secondaire et tertiaire, la prévention par le développement social et la prévention situationnelle, la prévention universelle, spécifique et indiquée, et enfin la prévention de l’usage, des conduites à risque et de l’abus. Ils ne s’accordent cependant ni sur les contenus spécifiques de chaque domaine ni sur ceux qu’il conviendrait de privilégier en fonction des orientations de politiques publiques.

3Lorsqu’il est question de drogues illicites, le contexte juridique et politique rend la question de la prévention encore plus difficile à clarifier, et les actions plus difficiles à définir. En matière d’alcool, les politiques et les actions qui en découlent visent à prévenir des conduites à risque définies, notamment la consommation excessive, la conduite sous l’influence de certaines substances, et les comportements afférents à la consommation abusive, telle la violence au sein de la famille. L’alcool peut être, dans certaines circonstances et consommé de certaines façons, une substance « dangereuse » ; ce sont ces circonstances que l’on voudra éviter, en repérant les indicateurs qui semblent y mener pour éviter que la conduite à risque ne devienne conduite excessive, voire maladive. Parce que la consommation d’alcool est légale, il est possible de faire ces distinctions et de ne pas se préoccuper de l’usage en soi. En matière de drogues illicites, le contexte juridique national et les interprétations des politiques internationales font en sorte que, puisqu’elles sont définies comme produits dangereux a priori, elles ne doivent pas être consommées, tout usage est donc déjà un abus.

4Si l’usage est un abus, si l’acteur de prévention ne peut recourir à des distinctions qui lui sont pourtant essentielles pour définir les objectifs et contenus d’une mesure de prévention, comment, dans ce contexte, espérer établir des actions de prévention qui puissent réussir ?

5Si la critique des politiques publiques et la demande politique de révision passe pour une apologie des drogues, si la prévention consiste à museler les opposants qui ont des raisons légitimes — même si nous ne sommes pas toujours en accord les uns avec les autres — de critiquer les politiques actuelles, il faut se demander alors où commence et où s’arrête la « prévention ».

6Aborder la question de la prévention, c’est réfléchir en même temps sur les politiques qui gouvernent les drogues illicites. Discuter de prévention, c’est aussi parler des limites de l’intervention de l’état et de la vision qu’on se fait de l’être humain. Jusqu’où aller pour identifier les groupes à risque sans stigmatiser davantage des populations qui sont déjà vulnérables ? Dans quelle mesure penser que l’acteur humain est un être rationnel qui agit conformément à son meilleur intérêt pour autant qu’on lui donne la bonne information ?

7Enfin, dans le contexte canadien, parler de prévention impose une observation d’ordre constitutionnel : si et dans la mesure où les actions de prévention tombent sous le champ de la santé et de l’éducation, elles sont donc principalement (pour la santé — et uniquement — pour l’éducation) du ressort des provinces. Comme nous l’avons vu au chapitre 12 sur l’historique de la législation nationale en matière de drogues illicites, il n’était pas accidentel que la loi sur les stupéfiants soit une loi pénale : c’était le seul moyen pour le gouvernement fédéral de légiférer dans ce domaine à l’intérieur de son champ de compétences constitutionnelles. Le champ d’action du fédéral en matière de prévention de l’usage de cannabis est donc au mieux restreint, au pire inexistant proprio motu.

8Qu’en est-il dans les faits ? Les intervenants s’entendent probablement unanimement pour dire que la prévention est nécessaire. Mais ils s’entendent tout aussi unanimement pour dire que les actions menées ne sont pas à la hauteur des discours. Autrement dit, tout le monde parle de prévention, mais il s’en fait peu. Les observations qu’on nous a faites portent sur cinq ensembles de considérations : (1) on ne fait pas assez de prévention ; (2) on ne fait pas une prévention suffisamment ciblée ; (3) on ne fait pas suffisamment l’évaluation des actions de prévention ; (4) les messages de prévention et les discours sociaux sont en contradiction ; et (5) il existe des pratiques modèles et une connaissance de mesures de prévention réussies qu’il faudrait disséminer plus largement.

91. Pour de nombreux intervenants du monde associatif, du monde policier, ou des organisations gouvernementales de lutte à la toxicomanie, il est clair qu’on ne fait pas suffisamment de prévention. Cette situation se mesure tant en terme des montants investis que de compressions dans les personnels de prévention.

  • 1 Single, E. et al. (1996), op. cit. (chap. 15, note 2).
  • 2 Ces chiffres ne tiennent pas compte des budgets consentis à la prévention reliée à la toxicomanie (...)

10En fait, la prévention des problèmes sociosanitaires reste souvent le parent pauvre des pratiques. Qu’il s’agisse de santé ou de justice, la réalité montre que les crédits sont encore très largement axés sur la cure sur l’intervention après l’apparition du problème. C’est vrai pour les questions de santé en général, comme pour les questions spécifiques aux drogues illicites. Selon l’étude de Single1, les dépenses directes et indirectes causées par l’abus de drogues illicites en 1996 étaient d’environ 1,5 milliard de dollars. De ce montant, 400 millions de dollars étaient consacrés à l’application de la loi (police, douanes, tribunaux, services correctionnels, etc.), et environ 35 millions de dollars à la prévention, c’est-à-dire environ 2 % des dépenses totales, comparativement à plus de 25 % pour la répression. Pour le traduire d’une autre manière, les dépenses occasionnées par l’abus des drogues illicites sont d’environ 48 $ par habitant, les dépenses en vue de la répression en cette matière d’environ 12 $ et celles en vue de la prévention d’environ 1 $2. Nous sommes d’avis, avec les intervenants, que les dépenses en prévention sont nettement insuffisantes.

112. Prévenir l’usage de cannabis requiert probablement d’autres moyens que ceux mobilisés pour la prévention de la consommation de l’héroïne ou de l’ecstasy. De la même manière, la prévention auprès des jeunes en milieu scolaire ne sera pas faite de la même manière que celle en milieu de travail ou auprès des jeunes de rue, celle auprès de jeunes autochtones de la même manière que celle auprès de jeunes blancs.

12Pourtant, les intervenants soulignent que les messages de prévention et leur mode de livraison manquent souvent de précision. Il s’agit soit de messages à caractère universel dont il est difficile de mesurer l’efficacité réelle, soit de messages spécifiques s’adressant à des groupes sociaux, mais qui ne sont pas nécessairement adaptés à la réalité des personnes visées. Cibler la prévention oblige à clarifier les objectifs poursuivis : vise-t-on à prévenir l’usage, les conduites à risque, l’abus ? Les mesures de prévention choisies seront fondamentalement différentes selon le choix d’objectifs poursuivis. De plus, en matière de prévention, il se dégage une impression qu’on peut faire un peu tout et n’importe quoi, du moment qu’on tient un discours antidrogues.

133. Si on ne fait pas suffisamment de prévention, c’est aussi parce qu’on ne prend pas le temps d’évaluer les programmes et d’en démontrer l’efficacité, et on n’y consacre pas les ressources nécessaires. On dit souvent qu’une once de prévention vaut mieux qu’une livre de traitement. Dans le même ordre d’idée, d’autres soutiennent qu’un dollar investi en prévention en épargne cinq plus tard. C’est probablement vrai dans une certaine mesure, mais le démontrer est autre chose.

14Les études d’évaluation sont difficiles à mener. Pour être crédibles, elles requièrent souvent un appareil méthodologique complexe. Elles sont aussi coûteuses. Et surtout, elles ne peuvent pas — ou du moins ne devraient pas — être expédiées pour répondre aux échéances de la vie politique ; pour savoir, par exemple, si un programme de prévention de l’usage de drogues auprès des jeunes est efficace, il faut prévoir un suivi des « diplômés » sur une année au moins après la fin de leur formation, normalement au moins trois. Le Canada n’a pas une pratique de la recherche évaluative et, comme nous l’avons vu pour la Stratégie nationale antidrogue, ne s’était ni fixé d’objectifs clairs ni donné les moyens d’en faire l’évaluation. Le Comité est d’avis qu’à l’avenir, toute stratégie canadienne en matière de drogues devra prévoir des mécanismes et des ressources pour l’évaluation des diverses composantes, notamment pour l’évaluation des actions de prévention.

154. Pour un certain nombre d’observateurs, le fait que les messages sociaux entourant le cannabis soient devenus plus tolérants au cours des dernières années a contribué à l’augmentation de la consommation chez les jeunes et à contredire les discours de prévention.

16Adapter les messages aux clientèles, aux contextes et aux objectifs visés est sans doute nécessaire. Mais il est sûrement tout aussi nécessaire que les mesures de prévention disent la vérité aux enfants et aux adolescents, qu’elles parlent des effets connus des drogues et des carences dans nos connaissances. Si notre société tient des discours contradictoires sur le cannabis, ce n’est pas parce que certains activistes du pot manipulent les médias — ou alors il nous faut douter de la capacité de nos médias à garder une neutralité et une distance critique. À la lumière des données épidémiologiques sur la consommation et celles de la recherche scientifique sur les effets du cannabis présentées aux chapitres 6 et 7, nous pensons que le fait de tenir des discours alarmistes sur le cannabis est probablement contre-productif pour ceux mêmes qui souhaitent, légitimement, en prévenir les abus.

175. Il ne fait aucun doute qu’il existe une pratique de prévention répandue à travers le Canada, forgée le plus souvent à coup d’essais et d’erreurs, souvent portée à bout de bras et avec peu de ressources par des personnes qui y croient vraiment. Comme le démontrera la section suivante, il existe aussi un bassin de connaissances sur les actions les plus susceptibles d’être efficaces par rapport aux facteurs de risque ainsi que sur les processus les plus aptes à soutenir de solides mesures de prévention.

18L’une des difficultés provient du fait que cette « connaissance » n’est fréquemment partagée que par quelques personnes, notamment parce qu’il ne se fait pas d’études d’évaluation ou trop peu. Lorsqu’il y a des études, elles circulent dans des revues scientifiques et sont lues par des spécialistes, mais ne rejoignent pas les praticiens. Et il existe encore peu de moyens systématiques de dissémination de l’information. Par ailleurs, la question de l’adaptation à d’autres contextes des pratiques éprouvées ailleurs se pose. S’entendre sur la nécessité de la prévention, c’est un peu comme s’accorder sur l’importance de la vertu. Mais quelle prévention ? Nous pensons que l’éducation par rapport aux substances psychoactives, aux comportements d’usage et aux risques qui y sont associés, est nécessaire. Mais nous pensons qu’il faut repenser les approches et que les policiers, s’ils doivent y être associés, ne doivent pas en être les maîtres d’œuvres ni non plus ceux qui assurent la formation des élèves.

19Il convient aussi que la prévention, surtout dans les écoles, offre un moment et un lieu de discussion et d’ouverture qui permettent la responsabilisation des jeunes ainsi qu’une acculturation des substances. La démonisation et l’endoctrinement ne tiennent jamais lieu d’éducation.

RÉDUCTION DES RISQUES, RÉDUCTION DES MÉFAITS

20L’approche de la réduction des méfaits s’est imposée comme outil privilégié d’intervention pour la prévention de la contamination au vih/sida par suite d’injection de drogues par voie intraveineuse. On s’est en effet aperçu, à la fin des années 1980, que les usagers des drogues injectées étaient un vecteur important de transmission du vih. Les programmes d’échange de seringues, par exemple, sont nés de cette approche.

  • 3 Par exemple, voir les travaux de Riley, D. (1996), Harm Reduction : Concepts and Practice. A Polic (...)

21Le terme réduction des méfaits renvoie plus spécifiquement aux stratégies visant à réduire les conséquences négatives de la consommation de drogues sur la santé, la situation économique et l’environnement social, pour l’usager et pour son entourage3. Au-delà de l’échange de seringues, les stratégies de réduction des méfaits pour les usagers de drogues incluent des actions telles que la prescription de méthadone pour les héroïnomanes, des programmes de prescription d’héroïne sous surveillance médicale, ou des cliniques d’injection sans prescription. Les intervenants canadiens s’entendent pour dire que ces diverses mesures sont sous-développées au Canada. Le ministère fédéral de la Santé a récemment annoncé qu’un programme de prescription d’héroïne serait testé dans trois grandes villes du pays. La disponibilité de méthadone serait insuffisante. Quant aux cliniques d’injection — safe injection rooms —, elles sont inexistantes.

22Quelles sont les implications d’une stratégie de réduction des méfaits pour le cannabis ? Pour élaborer des stratégies de réduction des méfaits, il faut connaître au moins certains aspects des modes de consommation de la drogue et ses effets nocifs, directs ou indirects. Quels sont les méfaits reliés au cannabis ?

23Aux chapitres 7 et 8, nous en avons identifié quelques-uns, dont :

  • des risques pour les jeunes de moins de 16 ans, en raison de l'immaturité de leur développement physiologique, notamment de leur système cannabinoïde endogène ;
  • des risques associés à une consommation qu’on pourrait qualifier d’« occupationnelle » (plutôt que récréative), caractérisée notamment par une consommation seul, le matin, pour réaliser des activités scolaires ou professionnelles ;
  • des risques associés à une consommation intensive et fréquente sur une longue durée ;
  • des risques associés à l’inhalation du produit pendant une longue durée ;
  • des risques associés à la conduite sous l’influence de drogues, surtout lorsque combinées avec l’alcool.

24C’est donc à partir de cette connaissance que des stratégies de réduction des risques pourraient être élaborées pour le cannabis. Ainsi il faut :

  • décourager l’usage pour les moins de 16 ans ;
  • dépister des consommateurs à risque, spécifiquement chez les jeunes ;
  • informer sur les risques de l’inhalation et sur le fait que l’inhalation profonde fait partie du folklore et n’est pas nécessaire pour obtenir les effets ;
  • dissuader par des moyens forts la conduite sous l’influence des drogues.

Notes

1 Single, E. et al. (1996), op. cit. (chap. 15, note 2).

2 Ces chiffres ne tiennent pas compte des budgets consentis à la prévention reliée à la toxicomanie par la Stratégie nationale de prévention du crime, qui a été véritablement mise en œuvre à compter de 1998.

3 Par exemple, voir les travaux de Riley, D. (1996), Harm Reduction : Concepts and Practice. A Policy Discussion Paper, Ottawa, Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies ; ainsi que le document de réflexion que D. Riley a préparé pour le Sénateur Nolin : Riley, D. (1998), op. cit. (chap. 4, note 4).

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search