Version classiqueVersion mobile

Le cannabis

Deuxième partie. Connaissances sur le cannabis

10. Opinions et attitudes des Canadiens

Texte intégral

1L’un des objectifs importants que nous avons poursuivi tout au long de nos travaux était d’impliquer les Canadiens. Nous voulions par là entendre leurs opinions, leurs expériences, leurs appréhensions face au cannabis. Et nous voulions aussi rendre accessible l’information dont nous disposions, de façon à contribuer, à la hauteur de nos modestes moyens, à une meilleure connaissance des réalités du cannabis, seule susceptible de hausser le niveau des débats publics.

2Il est très difficile de saisir l’état de l’opinion, des attitudes et des représentations de la population. Les moyens traditionnels de l’enquête quantitative sur un échantillon représentatif de la population étaient trop dispendieux. Les sondages présentent aussi toute une série de limites dont nous discuterons plus amplement plus loin. Par contre, nous avons commandé une étude qualitative par groupes de discussion dont nous présenterons les résultats dans ce chapitre. Nous rapporterons aussi les résultats de sondages dont nous avons pu prendre connaissance.

LES MÉDIAS

  • 1 Sur cette question, voir les analyses de Giffen, P. J. et al. (1991), Panic and Indifference : The (...)

3Au début du siècle, les médias ont joué un rôle important dans la construction de la « panique » morale à propos des drogues illicites. Ce fut d’abord le « péril jaune » et la crise de l’opium au début du XXe siècle, principalement à Vancouver1. Ce fut ensuite le fléau de la cocaïne à Montréal.

4Quelles sont les orientations des médias canadiens sur les drogues aujourd’hui ? Les articles de nouvelles traitant des drogues illicites portent le plus souvent sur les opérations policières : descentes, saisies, arrestations de trafiquants et démantèlement de réseaux reliés au crime organisé. L’exemple contemporain le plus connu a sûrement trait au coup de filet réalisé en 2001 au Québec, lors de l’arrestation de plus de 70 membres des Hells Angels dont on sait qu’ils sont entre autres impliqués dans le trafic de stupéfiants. Au-delà, ce sont, mois après mois, de nouvelles saisies de kilos, voire de centaines de kilos, de drogues, de plus en plus souvent de marijuana.

5D’autres articles de nouvelles traitent de la relation entre drogues et criminalité, notamment la prostitution, les cambriolages dans les résidences, ainsi que les « incivilités » relatives aux jeunes de la rue et à l’itinérance. On continue en effet à associer, au moins en partie, ces activités à la drogue. Pour la prostitution de rue, c’est le fait que les personnes, principalement les femmes, pratiquant la prostitution soient souvent amenées à cet extrême pour « payer » leur dose. Pour les cambriolages résidentiels, c’est la même raison, mais le sexe des auteurs n’est plus le même : il s’agit dans ce cas de jeunes hommes. Et pour les jeunes dans la rue, c’est le fléau de l’injection et donc de la transmission du sida qui préoccupe principalement. Le cannabis n’est impliqué directement dans rien de cela, sauf en ce qui a trait aux écoles. Il n’y a probablement pas une grande — et une moins grande — ville canadienne qui n’ait, au cours des quelques dernières années, vu une opération policière dans les écoles. Ces opérations suscitent le plus souvent deux types de réactions, toutes deux fondées sur l’indignation : pour les uns c’est l’indignation de voir que les drogues sont à ce point intégrées dans les écoles, pour les autres c’est l’abus de pouvoir policier et le non-respect des droits des jeunes.

  • 2 Gardner, D. (2000), « Why the war on drug has failed : Uncle Sam’s war », The Ottawa Citizen, 5 se (...)

6On a vu, au cours des quelques dernières années, des reportages de fond tant dans les journaux que dans les médias électroniques. La série préparée par le journaliste Dan Gardner du Ottawa Citizen, en 2000, et largement reprise par tous les quotidiens de la chaîne Southam, est sûrement la plus connue2. En 1998, le Globe and Mail de Toronto en faisait autant, sous le titre « Que fument les leaders du G8 ? ». Dans une série de deux éditoriaux, le même quotidien reprenait l’exercice en juillet 2001, recommandant la décriminalisation du cannabis. Le Vancouver Sun en faisait autant en octobre 1998 et le National Post prenait aussi position pour mettre fin à la prohibition du cannabis. Enfin, plus récemment encore, à la suite des événements tragiques du n septembre 2001, l’éditorialiste du Ottawa Citizen répondait à ceux qui laissaient entendre que l’argent du trafic de drogues servait à financer les actions terroristes.

7L’intérêt de ces prises de position et de ces articles de fond tient à divers éléments. Premièrement, ils marquent un changement majeur par rapport aux positions, soit plus timides, soit plus simplement en faveur de la prohibition, qui dominaient depuis le début du siècle. Ils s’inscrivent aussi dans une interrogation constante du rôle de l’État et de l’à-propos des dépenses publiques. Ils marquent aussi, en corollaire, une préoccupation plus grande pour les libertés individuelles.

8Quel en est l’impact auprès de l’opinion publique, nous l’ignorons. Traduisent-ils des sentiments largement répandus dans la population ou, au contraire, sont-ils en contradiction avec eux ? Nous ne sommes pas en mesure de le dire. Une seule chose nous paraît relativement certaine : la plupart des grands médias canadiens ont pris une distance critique appréciable face aux politiques de prohibition.

ENQUÊTES ET SONDAGES

  • 3 Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies (1999), Profil canadien : L’alcoo (...)

9Dans l’enquête nationale sur l’alcool et les drogues de 1994, les répondants étaient invités à donner leur opinion sur les politiques concernant le cannabis : 27 % étaient d’avis que la possession de petites quantités devrait être légale ; 42 % qu’elle devrait être illégale, mais ne faire l’objet d’aucune pénalité ou d’une amende seulement ; et 17 % que la possession de cannabis devrait entraîner une peine de prison potentielle dans le cas d’une première infraction. Les hommes et les plus jeunes sont plus nombreux à favoriser la légalisation du cannabis, de même que les résidents de la Colombie-Britannique, du Québec, de l’Alberta et de l’Ontario3.

  • 4 National Post (2000), « Two-thirds favour decriminalizing pot », 15 mai 2000.

10En 2000, le National Post relevait les résultats d’un sondage voulant que près des deux tiers des Canadiens soient en faveur de la décriminalisation de la marijuana et que la possession de petites quantités pour usage personnel soit punie par une amende4.

  • 5 Beltrame, J. (2001), « Reefer Madness : The sequel » MacLean’s, 6 août 2001, vol. 114, p. 22-25.

11Plus récemment encore, dans le cadre d’un sondage effectué en mai 2001,47 % des Canadiens se sont déclarés en faveur de la légalisation de la marijuana, en hausse par rapport aux 31 % de 1995 et aux 26 % de 19755.

  • 6 Hamel, D. et al. (2001), Perceptions de la population québécoise en lien avec les programmes de pr (...)
  • 7 Ibid., p. 27.

12Au Québec, en 2001, une enquête plus fine a été menée sur les perceptions de la population à partir d’un échantillon de 2253 répondants (taux de réponse de 70 %)6. Cette étude révèle que la majorité (66 %) de la population pense que la consommation de drogues est en augmentation. Les enquêtés perçoivent aussi que le cannabis est la substance la moins susceptible de mener à la dépendance : environ 15 % pensent que le cannabis crée la dépendance dès qu’on l’essaie, alors que pour plus de 40 % des répondants il faut en consommer chaque jour et que 8 % disent que le cannabis ne crée jamais de dépendance7.

13En Ontario, l’enquête en milieu scolaire a aussi examiné les perceptions des étudiants par rapport au risque perçu et à la désapprobation qu’engendre la consommation de marijuana. Ses résultats démontrent que, sur tous les indicateurs, les attitudes des étudiants ontariens de niveau secondaire sont moins alarmistes, ou plus libérales, selon le point de vue que l’on adopte. Ainsi, ils sont moins nombreux en 2001 qu’en 1989 à désapprouver la consommation expérimentale (une ou deux fois) de cannabis ou la consommation régulière. Ils sont cependant toujours plus nombreux à désapprouver la consommation régulière que la consommation occasionnelle. Le niveau de désapprobation diminue à mesure que le niveau scolaire augmente. De même, les étudiants ontariens sont moins nombreux à associer un risque élevé à la consommation de cannabis en 2001 qu’en 1989, mais ils demeurent près de trois fois plus nombreux à associer un risque élevé à la consommation régulière qu’à la consommation expérimentale. Notons tout de même que la proportion de ceux qui associent un risque élevé à la consommation régulière de marijuana forme maintenant moins de la moitié des élèves, comparativement aux trois quarts en 1989.

  • 8 Léger Marketing (2002), Étude exploratoire auprès des Canadiens sur l’usage du cannabis, Montréal, (...)

14L’ensemble de ces données s’accordent dans une large mesure avec les résultats de l’étude que le Comité a commandée à la firme Léger Marketing8. Cette étude qualitative par groupes de discussion avait pour objectif de déterminer s’il était possible d’identifier les éléments qui pourraient fonder un consensus social sur l’usage du cannabis.

15Interrogés sur le cannabis, les participants faisaient presque systématiquement et spontanément une distinction entre des drogues douces (cannabis, haschich) et des drogues dures (cocaïne, héroïne), plusieurs considérant même le terme drogue inapproprié pour parler du cannabis. Cette distinction reposait sur la base de deux éléments majeurs : la composition et les effets. Les drogues dures sont davantage associées aux produits chimiques aux effets destructifs, notamment une propension plus grande à développer la dépendance. Le cannabis et ses dérivés sont associés à des plantes, à des produits naturels, et le risque de dépendance est presque nul, sauf chez des personnes ayant des prédispositions ou des vulnérabilités particulières. La comparaison avec l’alcool était fréquente : on peut consommer de l’alcool de manière raisonnable sans danger, et seule une petite partie des consommateurs développe des problèmes de dépendance. On n’associait pas non plus le cannabis à la criminalité. La seule exception plus présente au Québec qu’ailleurs, était l’association avec la criminalité organisée, les bandes de motards.

16Tandis que l’usage de drogues « dures » s’inscrit dans un univers de détresse morale et physique et de déchéance sociale, les participants associaient généralement une dimension de convivialité et de plaisir à l’usage du cannabis, qu’on consomme surtout dans des occasions sociales, comme l’alcool.

17En toute logique, l’usage récréatif du cannabis était généralement bien accepté : spontanément, plusieurs participants dans chaque groupe évoquaient leurs propres expériences de consommation passée ou actuelle. Enfin, les participants n’associaient pas la consommation de cannabis à une classe déterminée de la population : celles des jeunes, mais aussi des professionnels, des artistes, des avocats, des fonctionnaires…

18En général, les participants estimaient qu’une consommation occasionnelle n’a pas d’effets néfastes sur la santé. Faisant spontanément la comparaison avec l’alcool et le tabac, ils considéraient que le cannabis n’est pas la plus dangereuse des trois substances. De même, la majorité ne craignaient pas l’accoutumance au cannabis, soulignant qu’elle dépend de la maturité de l’usager et de la fréquence de la consommation. Les participants ne pensaient pas non plus que le cannabis pousse inexorablement à la consommation d’autres drogues, l’utilisation de drogues « dures » étant liée davantage à la personnalité et à la maturité de l’usager qu’aux caractéristiques du cannabis lui-même.

19Le discours des participants tendait majoritairement vers un positionnement entre la décriminalisation et la légalisation. Cette position se retrouvait principalement à Montréal, Toronto, Vancouver et Halifax, plus de participants préférant la légalisation avec contrôles gouvernementaux à Vancouver et Montréal qu’ailleurs. Selon les participants, ces options permettraient d’augmenter la capacité d’informer sur les risques, la santé des usagers, la sécurité publique, le respect des droits et libertés individuelles et l’efficacité des dépenses publiques, et feraient diminuer le trafic illégal et l’implication du crime organisé. Par ailleurs, ils s’attendaient à une augmentation de la consommation récréative du cannabis, mais ne pensaient pas qu’il y aurait nécessairement augmentation de l’abus ou de la consommation chez les jeunes. Au contraire, plusieurs étaient d’avis que la décriminalisation entraînerait un désintérêt chez les jeunes puisque le cannabis perdrait ainsi l’attrait du fruit défendu.

20Enfin, les participants souhaitaient être informés et « éduqués » sur ce qui a trait à l’usage du cannabis, notamment sur les connaissances scientifiques sur les effets à court et à long termes, sur les risques réels de dépendance et d’escalade, sur les moyens de protéger les enfants contre une consommation précoce, et sur l’impact de la décriminalisation sur la lutte contre le crime organisé.

21Puisqu’il s’agit d’une enquête qualitative, nous ne pouvons généraliser ces résultats à l’ensemble de la population canadienne. Nos moyens financiers ne nous ont pas permis de mener une étude quantitative en profondeur sur un échantillon représentatif de la population, ce qui aurait pu permettre de valider ces « intuitions ». Néanmoins, nous pouvons au moins émettre les constats suivants : (1) ces résultats se rapprochent beaucoup des données résultant des sondages d’opinion ; (2) les convergences entre les groupes de discussion dans la plupart des villes et entre les groupes d’âge permettent de penser que ces intuitions ont une certaine validité.

Notes

1 Sur cette question, voir les analyses de Giffen, P. J. et al. (1991), Panic and Indifference : The Politics of Canada’s Drug Laws, Ottawa, Canadian Centre on Substance Abuse ; Boyd, N. (1991), High Society : Illegal and Legal Drugs in Canada, Toronto, Key Porter Books.

2 Gardner, D. (2000), « Why the war on drug has failed : Uncle Sam’s war », The Ottawa Citizen, 5 septembre 2000. Voir aussi éditorial, « Decriminalizing Drugs », The Ottawa Citizen, 12 avril 1997,14 avril 1997,15 avril 1997 et 16 avril 1997.

3 Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies (1999), Profil canadien : L’alcool, le tabac et les autres drogues, Ottawa, CCLAT, p. 214-215.

4 National Post (2000), « Two-thirds favour decriminalizing pot », 15 mai 2000.

5 Beltrame, J. (2001), « Reefer Madness : The sequel » MacLean’s, 6 août 2001, vol. 114, p. 22-25.

6 Hamel, D. et al. (2001), Perceptions de la population québécoise en lien avec les programmes de prévention de la toxicomanie et du VIH, Québec, Institut national de santé publique du Québec.

7 Ibid., p. 27.

8 Léger Marketing (2002), Étude exploratoire auprès des Canadiens sur l’usage du cannabis, Montréal, Léger Marketing. Disponible en ligne sur le site du Comité à : <www.parl.gc.ca/drogues-illicites.asp>.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search