Version classiqueVersion mobile

Le cannabis

Deuxième partie. Connaissances sur le cannabis

9. Applications thérapeutiques

Texte intégral

1La question des applications thérapeutiques du cannabis a connu, au cours des dernières années, un renouveau d’intérêt, au Canada notamment. En effet, à la suite d’une décision de la Cour d’appel de l’Ontario invalidant les dispositions de la Loi sur les drogues relativement à l’usage médical du cannabis, le ministre fédéral de la Santé a adopté, en juillet 2001, une nouvelle réglementation permettant, sous certaines conditions, l’accès au cannabis à des personnes présentant des symptomatologies spécifiques.

2De son côté, la communauté scientifique, médicale en particulier, est divisée quant à l’efficacité réelle du cannabis à des fins thérapeutiques. Certains n’hésitent pas à dire que d’ouvrir la porte au cannabis médical serait en fait faire un pas vers la légalisation pure et simple du cannabis. Pourtant, rien de cela ne devrait avoir d’importance pour le médecin, pour le scientifique. Il ne s’agit pas de défendre un quelconque régime de politique publique global sur le cannabis, voire sur l’ensemble des drogues illicites. Il ne s’agit pas de traduire un message symbolique sur « les drogues ». Il ne s’agit pas d’avoir peur que les jeunes puissent consommer du cannabis s’il était admis comme médicament. La question, la seule question qui se pose ici au médecin, est de savoir si, dans quelle mesure, et dans quelles circonstances, le cannabis a une utilité thérapeutique. Ils doivent dire si des personnes atteintes de certaines maladies peuvent en bénéficier et se prononcer sur les effets secondaires nocifs par rapport aux bénéfices. Et dans l’affirmative, réfléchir ensuite aux modalités d’obtention pour les patients.

3Deux questions nous semblent pertinentes ici. La première est de savoir si le cannabis a effectivement les effets thérapeutiques qui lui ont été prêtés traditionnellement ainsi que de plus récente date dans les histoires individuelles de personnes souffrant de douleurs chroniques et autres conditions. Si c’est le cas, la seconde question, entièrement différente et répondant à des critères différents, est de savoir si le cannabis doit être considéré comme un médicament.

Utilisations thérapeutiques

  • 1 Les informations qui suivent sont tirées notamment de Russo, E. B. (2002), « The role of cannabis (...)

4La connaissance des mécanismes d’action des cannabinoïdes et du système cannabinoïde endogène permet d’abord de faire un certain nombre de constats. De manière plus spécifique, les cannabinoïdes agissent sur divers systèmes neurophysiologiques relatifs à la sensation de la douleur, soit seuls, soit associés au système des opiacées endogènes1. Les cannabinoïdes agissent sur la libération de sérotonine, qui est elle-même associée à diverses formes de douleur, notamment les migraines. L’anandamide et d’autres antagonistes cannabinoïdes bloquent la libération de sérotonine et de la ketanserine, toutes deux associées aux migraines, laissant présumer l’effet potentiel du thc. Les cannabinoïdes sont aussi reliés au système dopaminergique, relié, comme on l’a démontré, aux migraines et à d’autres formes de douleur. De même, les cannabinoïdes inhibent l’action de la prostaglandine, permettant ainsi une action anti-inflammatoire. Certaines études ont démontré que le thc était en ce sens un analgésique plus puissant que l’aspirine ou même que la cortisone. Interagissant avec les systèmes opioïdes endogènes, les cannabinoïdes augmentent la libération de bêta-endorphines qui réduisent les effets des migraines. Selon certaines études, les applications thérapeutiques du thc seraient potentiellement plus importantes que celles de la morphine, soit parce que plus spécifiques dans certains cas, soit parce que dans d’autres cas la morphine aggrave certaines symptomatologies, soit encore parce que le thc n’a pas les propriétés sédatives de la morphine. De même, le thc aurait un effet antinociceptif sur la matière grise de l’aire périacqueductale. Enfin, le thc agit comme bloquant de la libération des glutamates, permettant ainsi de réduire les douleurs musculaires et inflammatoires.

5Concrètement, ces mécanismes d’action signifient que les cannabinoïdes peuvent avoir des effets bénéfiques dans une série de situations impliquant notamment, mais pas exclusivement, la douleur. Les principales sont les suivantes :

  • Antiémétique : dans les cas de traitement par chimiothérapie de personnes atteintes de cancer, les nausées ressenties suite au traitement sont une condition fréquente. C’est d’ailleurs suite à une série de cas cliniques sur des personnes rapportant avoir soulagé leurs vomissements grâce à la consommation de cannabis que les composés synthétiques dranobinol (ou Marinol), ainsi que nabilone (ou Cesamet) ont été développés et testés principalement aux États-Unis et en Grande-Bretagne depuis les années 1970.
  • Cachexie : un nombre important de personnes atteintes du vih et du sida souffrent d’une anorexie progressive accompagnée de perte de poids. Certains travaux démontrent que les cannabinoïdes peuvent contribuer à améliorer cette situation, notamment parce que le thc augmente l’appétit. Certaines réserves ont été émises relativement aux effets nocifs du thc fumé sur le système immunitaire.
  • Glaucome : le glaucome est une maladie oculaire qui se manifeste notamment par une tension intraoculaire de plus en plus grande à cause de difficultés de drainage du liquide qui coule dans l’œil, et qui entraîne la destruction progressive des nerfs oculaires. L’utilisation du cannabis, notamment de pâte à base de feuilles de cannabis, pour diminuer la tension intraoculaire est connue depuis les temps anciens. Des études récentes tendent à indiquer que le cannabis permet de réduire les effets du glaucome — incluant le cannabis fumé. Par contre, certaines réserves ont été émises en raison de certains effets secondaires du cannabis fumé (rougeur et sécheresse des yeux).
  • Antispasmodique et anticonvulsif : les propriétés anticonvulsives du cannabis pour contrôler les crises d’épilepsie et anstispasmodiques dans les cas de sclérose en plaques sont bien connues au Canada puisque, notamment dans le premier cas, elles ont été à l’origine de la décision de la Cour d’appel de l’Ontario dans l’arrêt Parker. Le cannabis fumé aussi bien que les cannabinoïdes synthétiques semblent efficaces pour contrôler ces manifestations. Toutefois, la biodisponibilité des composés synthétiques (de 20 % à 30 %) et leur effet retardé par rapport au cannabis fumé, semblent à l’origine de la préférence de ces patients pour la consommation par inhalation.
  • Analgésique : les effets analgésiques du cannabis pour calmer une série de douleurs sont aussi connus depuis l’Antiquité. Ce qui est plus important encore, c’est que le cannabis a des effets spécifiques sur certaines douleurs que les opiacées n’ont pas.

Le cannabis comme médicament ?

6Pour qu’un produit soit reconnu comme médicament dans la pharmacopée, il doit répondre à au moins trois critères :

  • qualité : le dosage doit être établi selon une composition constante et connue, facile à administrer au patient ;
  • efficacité : des essais cliniques rigoureux doivent avoir établi l’efficacité du médicament ;
  • sécurité : les études doivent permettre d’établir les effets secondaires prévisibles et connus du médicament.

7En raison de l’absence d’études cliniques rigoureuses, suivant les protocoles reconnus, le cannabis à l’état pur n’a pas encore répondu à ces critères.

8Il faut aussi pouvoir trouver une réponse à certaines questions, notamment :

  • Y a-t-il une différence entre les cannabinoïdes synthétiques et le cannabis à l’état pur ?
  • Quel profil de cannabis est optimal, et dans quelles circonstances ?
  • Les diverses formes de dosage et d’ingestion entraînent-elles des différences significatives ?

9Il est clair que les connaissances sur le cannabis sont insuffisantes pour le confirmer en tant que médicament au sens strict et que les connaissances sur les cannabinoïdes sont encore partielles.

10En ce qui concerne le cannabis fumé, ses avantages sont de permettre au patient d’établir lui-même la dose nécessaire et de ressentir les effets plus rapidement, tout en limitant les effets secondaires nocifs, sauf les effets sur les voies respiratoires. Par contre, les difficultés reliées à la connaissance précise de son efficacité et de sa qualité font défaut, limitant ainsi la capacité du médecin à prescrire la dose appropriée. Les connaissances les plus avancées sur le cannabis fumé portent sur son degré de sécurité, même si l’interprétation des données n’est pas unanime.

Pratiques thérapeutiques actuelles

11Il s’est développé, dans plusieurs pays, notamment au Canada et aux États-Unis, une pratique parallèle de recours au cannabis par des personnes souffrant de certaines afflictions. L’exemple le plus connu au Canada est sûrement celui du Compassion Club de Vancouver. Dans son énoncé de mission, l’organisme propose une approche holistique de la santé. Il fournit non seulement du cannabis, mais aussi d’autres formes de médecines naturelles (herbothérapie, acupuncture, massages, etc.). Il s’appuie sur les valeurs de compassion, d’affranchissement, de complémentarité entre les approches.

12Nous observons aussi que cet organisme, comme les autres qui fournissent un service similaire au Canada, tiennent des registres détaillés de leurs clients et de leur consommation de cannabis, matériel qui permet un suivi thérapeutique, mais qui pourrait aussi constituer un excellent matériau de recherche empirique. Nous ne pouvons que regretter que Santé Canada n’ait pas engagé un processus de recherche clinique en collaboration avec cet organisme.

13Personne ne niera qu’il faut continuer les recherches sur les applications thérapeutiques du cannabis, fumé ou de synthèse, afin de tenter de mieux connaître les éléments clés de qualité, d’efficacité et de sécurité. Chacun soutient qu’il y aurait intérêt à mieux connaître les souches et les dosages appropriés. Faut-il pour autant penser faire du cannabis un médicament au même titre que les médicaments inscrits dans la pharmacopée ? Faut-il avoir les mêmes exigences qu’envers les médicaments prescrits, ou faut-il plutôt assouplir les règles pour en faire un médicament naturel alternatif ? S’il n’en était du régime juridique et des conventions internationales qui régissent le cannabis, cette plante ne serait-elle pas plutôt considérée comme un médicament naturel, au même titre que d’autres plantes et herbes ?

14Penser en ces termes nous force à réfléchir autrement à la question des applications thérapeutiques du cannabis. Si l’on cherche à en faire un médicament, les réserves du corps médical, du moins d’un certain nombre de ses représentants, peuvent se comprendre : tant que n’ont pas été menées les études contrôlées requises qui permettront aux médecins de le prescrire avec la même confiance qu’ils le feraient d’un médicament dûment inscrit, ils ne pourront que se dissocier de cette approche. Si l’on reconnaît que le cannabis a des applications thérapeutiques dans un certain nombre de cas — au moins aussi éprouvées que pour n’importe quelle autre plante utilisée en homéopathie ou en herbothérapie — alors il s’agit plutôt de lui donner un statut équivalent aux remède de la médecine naturelle.

***

15Le Comité est d’avis que les applications thérapeutiques potentielles du cannabis ont été suffisamment bien documentées pour que son utilisation à des fins thérapeutiques soit permise. Il convient de reconnaître que sous sa forme fumée, le cannabis peut présenter certains effets secondaires nocifs, notamment sur les voies respiratoires, et qu’il est nécessaire d’en aviser les usagers de façon appropriée. Il convient aussi de reconnaître que des études seraient essentielles pour préciser davantage le champ spécifique d’application du cannabis et de ses effets à long terme.

Notes

1 Les informations qui suivent sont tirées notamment de Russo, E. B. (2002), « The role of cannabis and cannibinoids in pain management », in Weiner, R. S. (dir.), Pain Management : A Practical Guide For Clinicians, Boca Raton, Londres, New York et Washington, crc Press ; Hartel, C. R., « Therapeutic uses of cannabis and cannabinoids », in Kalant, H. (dir.), op. cit. (chap. 8, note g), et de inserm (2001), op. cit. (chap. 5, note 1).

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search