Version classiqueVersion mobile

Le cannabis

Deuxième partie. Connaissances sur le cannabis

5. Le cannabis : de la plante au joint

Texte intégral

  • 1 Voir notamment inserm (2001), Cannabis : Quels effets sur le comportement et la santé ?, Paris, Le (...)

1Cannabis, marijuana, pot, herbe, kif, grifa, ganja, autant de cultures, autant de manières de nommer la drogue issue du Cannabis sativa indica, l’une des deux principales variétés du chanvre. Il ne s’agit pas uniquement de dénominations, mais aussi de modes d’utilisation et de contextes d’usages différents : ici, la mari est roulée dans un papier avec du tabac à cigarette (joint), là le kif sera fumé à la pipe, et là encore le ganja sera fumé dans une pipe à eau. Elle est parfois incorporée à des biscuits ou à des gâteaux. Le pétard, le joint ou le bangh indien sont des manières de nommer le produit consommé et désignent en même temps des usages différents : la mari est le plus souvent composée des sommités fleuries et de feuilles séchées réduites en poudre ; la sinsemilla est une préparation de sommités femelles d’une variété privée de graines, tandis que le ganja indien est composé uniquement de sommités fleuries fécondées1.

2Ces appellations ne sont pas de simples accidents folkloriques : comme pour d’autres substances, le cannabis a ses usages codifiés, variables selon les cultures. Les mots utilisés pour nommer la même drogue renvoient à un ensemble de rapports qu’entretiennent les populations de diverses cultures avec elle, une sorte de code des manières, mais aussi des raisons de consommer. En Amérique (États-Unis et Canada), la mari a longtemps été identifiée à la jeunesse et à la libération sexuelle des années 1960 ; en Inde ou en Jamaïque, le ganja a des dimensions religieuses qu’il n’a pas nécessairement en Occident ; et cette drogue, la même pourtant, a encore d’autres significations culturelles au Maghreb.

UNE PLANTE, DIVERSES DROGUES2

  • 2 Cette section s’inspire librement de divers travaux, notamment ceux de Léonard, L. et M. Ben Amar (...)

3Il existe plusieurs variétés de cannabis. Les plus connues sont Cannabis sativa, Cannabis indica et Cannabis ruderalis. Le Cannabis sativa est la principale variété qui pousse dans presque tout climat. Dans des sols secs, sablonneux et légèrement alcalins, il fournit des plants pouvant atteindre jusqu’à sept mètres de hauteur. Au Canada, c’est le Cannabis indica qui est préférablement cultivé en sol. Il fournit des plants plus courts, mais plus concentrés en Δ9-thc (le principal composant actif du cannabis). Il existe des plants mâles et femelles. En général, les plants femelles sont plus riches en Δ9-thc que les mâles, qui sont souvent plus dégarnis et plus petits. Le Δ9-thc se trouve surtout dans une résine que sécrètent les extrémités florales.

4Il semble que le cannabis ait d’abord été connu en Chine, il y a environ 6 000 ans. On en trouve ensuite en Inde, puis au Moyen-Orient, en Afrique, au Mexique et en Amérique du Sud. La culture du cannabis peut prendre plusieurs formes. Parfois, la culture est pratiquée dans des serres ou en culture hydroponique, ce qui permet d’augmenter la productivité des plants et d’obtenir une teneur élevée en Δ9-thc. Les méthodes de sélection génétique des meilleures variétés et de cultures en serre ont aussi permis d’augmenter le contenu en principe actif.

  • 3 Sur ces questions, voir notamment : McKim W. A. (2000), « Cannabis », in McKim, W. A. (dir.), Drug (...)

5Terme mexicain employé initialement pour parler de tabac à bon marché, mais qui plus tard désigne certaines parties de la plante du cannabis, la marijuana est généralement de couleur verte ou brune et dégage une odeur caractéristique lorsqu’elle brûle. Son apparence ressemble à celle de l’origan ou celle du thé haché3. La marijuana provient de l’ensemble des parties de la plante qui ont été séchées. Sous cette forme, son contenu en Δ9-thc est inférieur ; il augmente notamment en sélectionnant les extrémités florales du plant femelle. Ainsi séchée et réduite en une poudre grossière, la marijuana est le plus souvent roulée en cigarettes fines avec du tabac à cigarette dans la plupart des cas (joint), parfois fumée aussi à l’aide d’une pipe ou moins fréquemment sous forme de cigares. Un joint typique contient entre 0,5 et 1 g de cannabis. On peut aussi, comme pour le haschich, l’inclure dans des préparations de biscuits et de gâteaux. Il sera aussi bu sous forme d’infusions. Certains nous ont dit que la production contrôlée, en serre, de cannabis domestique coûte environ 100 $ l’once (28,35 g), qui sera ensuite vendu à un prix moyen variant entre 200 $ et 250 $ sur le marché. Cette estimation du coût de production nous semble largement exagérée. Par contre, les seules autres études disponibles portent sur les coûts de production dans des pays en développement, tel le Maroc.

6Le haschich, aussi connu sous l’appellation de hasch, shit, kif (en Afrique du Nord) ou charas (en Inde), résine visqueuse produite par la plante et obtenue par battage des feuilles et des sommités florales sèches, qui sont ensuite compressées pour obtenir ce qu’en France on appelle une barrette, ici un cube ou un bloc. Il faudra environ 45 à 75 kg de cannabis pour produire 1 kg de haschich. Il se présente sous forme de morceaux de couleur de brun pâle à noir, de consistance molle ou dure. Il est fréquemment fumé, seul ou mélangé au tabac ou à la marijuana, sous forme de cigarette (joint), à l’aide d’une pipe ou plus rarement sous forme de cigare. Il peut aussi être inclus dans des biscuits ou des gâteaux. La teneur en Δ9-thc du haschich est généralement comprise entre 3 et 6 % lors d’une production normale. De même que pour le cannabis, le contenu en Δ9-thc sera augmenté par les méthodes de culture et par la concentration de résine, pour atteindre en production moyenne des teneurs de plus de 10 %. Légèrement plus dispendieux que la marijuana, le haschich se vend environ de 300 $ à 350 $ l’once sur le marché.

7Il existe deux autres produits issus du cannabis, les huiles de marijuana et de haschich, extraites de la résine par de l’alcool à 90°, évaporées par la suite par exposition au soleil. Il s’agit d’un liquide visqueux, de brun-vert à noirâtre, d’odeur vireuse. Les huiles sont généralement plus concentrées en cannabinoïdes, pouvant atteindre des teneurs de 30 à 60 % en Δ9-thc. Les huiles sont généralement déposées sur le papier à cigarettes ou imprégnées dans du tabac, puis fumées. Les huiles sont plus rares et plus dispendieuses.

les routes du cannabis

8D’où proviennent le cannabis et le haschich disponibles au Canada ? Quelles quantités sont importées et produites localement ? Quelles sont les routes de circulation entre provinces ? Quelles quantités sont exportées vers d’autres pays ? Quelle est la valeur financière de ce marché ? Ces questions reviennent constamment dans l’esprit de chacun, de même que dans les discours à ce sujet. Elles servent à souligner l’ampleur du problème des drogues en général, à expliquer la puissance du crime organisé qui en tire ses revenus, ou encore à justifier le décalage entre l’importance du problème et les ressources limitées que consacrent les États à la réduction de l’offre. Mais ces données peuvent aussi aider à mieux saisir l’ampleur des difficultés que vivent les paysans dans les divers pays producteurs, les enjeux écologiques que pose la culture des drogues, de même que le positionnement stratégique des drogues dans la géopolitique mondiale.

  • 4 Labrousse, A. (2000), Drogues : Un marché de dupes, Paris, Éditions alternatives ; voir aussi Labr (...)
  • 5 Cité dans Observatoire géopolitique des drogues (1996), Atlas mondial des drogues, Paris, PUF.

9Selon le Programme des Nations Unies sur le contrôle international des drogues (undcp), les principaux producteurs sont la Colombie et le Mexique pour la marijuana, le Maroc pour le haschich. Selon l’organisation internationale de police criminelle (Interpol), le Maroc, l’Afghanistan et le Pakistan sont les principales sources de haschich, et la Colombie, le Niger et l’Afrique du Sud de cannabis. Enfin, selon A. Labrousse, les productions de marijuana explosent, la Colombie redevenant le grand producteur qu’elle était dans les années 1970 et les productions progressant rapidement en Afrique de l’Ouest (Nigeria, Ghana, Congo, Côte d’ivoire, Sénégal), cependant que les grandes plaines de la cei (Kazakhstan, Kirghizistan, Ukraine, Biélorussie et Azerbaïdjan) représentent un potentiel d’exportation quasi illimité, tandis que l’Afghanistan et le Pakistan produisent probablement 2 000 tonnes de haschich, l’équivalent de la production marocaine4. Par ailleurs, le Canada lui-même est l’un des pays exportateurs de cannabis depuis plusieurs années déjà5.

10Si une large partie du cannabis en vente sur le marché canadien était d’origine étrangère jusqu’aux années 1980 environ, la situation s’est fortement modifiée depuis. On estime en effet que la production nationale a maintenant supplanté les importations.

11Combien de cannabis et de haschich sont disponibles au Canada ? Quelle est la valeur économique de ces drogues ? Il est en fait impossible de répondre à ces questions, pour des raisons évidentes, ces drogues étant illégales. Alors qu’on connaît la quantité de tabac produit et vendu sous forme de cigarettes, alors qu’on sait quel est le volume d’alcool produit ou importé et consommé, et que dans les deux cas on peut traduire ces volumes en chiffres d’affaires, il est impossible de le faire pour les drogues illicites. Nous utilisons donc les chiffres et les données qui suivent sur la production de cannabis, l’importation de cannabis et de haschich, et la valeur économique de ces drogues sur le marché canadien, avec beaucoup de réserve et de prudence.

  • 6 Gendarmerie royale du Canada (2000), Situation au Canada — Drogues illicites (1999), Ottawa, Direc (...)

12Selon la grc, « la production annuelle de marihuana au Canada serait d’au moins 800 tonnes. Ce chiffre semble exagéré, mais les enquêteurs croient plutôt qu’il est très conservateur si l’on se fie aux renseignements recueillis et aux saisies de plantes de marihuana et de marihuana en vrac qui ont été effectuées. En 1999, les services de police canadiens ont saisi environ un million de plantes »6. Les rapports pour 1998 et pour 2002 font état des mêmes chiffres. Notons aussi qu’à 800 tonnes, la production canadienne équivaudrait à environ 2,5 % de la production mondiale si on retient le niveau proposé par le undcp.

  • 7 Observatoire géopolitique des drogues (1999), Rapport annuel 1998/1999, Paris, OGD, p. 178.
  • 8 Greater Toronto Area Combined Forces Special Unit (2002), Fact Sheet — Heroin, Disponible en ligne (...)
  • 9 Paul Kennedy, Témoignage devant le Comité spécial du Sénat sur les drogues illicites, Sénat du Can (...)

13En ce qui a trait à la valeur du marché, le rapport annuel 1998-1999 de l’Observatoire géopolitique des drogues rapportait, selon des sources policières, que le marché des drogues illicites au Canada représentait annuellement de 7 à 10 milliards de dollars7. Pour 2001, la grc estime que la valeur du marché de l’ensemble des drogues illicites serait de 18 milliards de dollars8. Il est impossible d’estimer la part que représentent le cannabis et le haschich dans ce total. Comme nous ignorons le plus souvent la base de calcul de ces estimations, elles doivent aussi être considérées avec prudence. Comme l’a mentionné le sous-solliciteur général adjoint lors de sa comparution devant le Comité, les méthodes de calcul, basées sur l’hypothèse que les organisations policières et douanières saisissent 10 % des drogues, n’ont rien de scientifique et sont peu fiables9. Nous relevons néanmoins une incohérence apparente : la stagnation supposée de la production de cannabis à 800 tonnes et de l’importation de haschich à 100 tonnes, depuis 1998, de même que la baisse des prix de l’héroïne et de la cocaïne dans un marché stable, voire en diminution (rapports de la grc) ne concordent pas avec le doublement présumé de la valeur totale du marché des drogues. De fait, lorsqu’il faisait face à ces diverses estimations sur la quantité produite et sur la valeur économique de ce marché, le Comité avait souvent l’impression qu’au fond personne ne savait vraiment quelle en était la taille véritable.

  • 10 National Post, 17 mai 2002. Le Comité note avec intérêt — et un certain amusement — que cet article (...)
  • 11 Organe international de contrôle des stupéfiants (2001), Rapport de l'Organe international de cont (...)

14Par ailleurs, le Canada est aussi une terre de transit de drogues vers les États-Unis et une partie importante du cannabis canadien est destiné à l’exportation, notamment vers les États-Unis. En 1999, des fonctionnaires de Washington avaient laissé entendre que le Canada pourrait être placé sur la liste des pays soupçonnés de faire preuve de laxisme dans la lutte contre la production et le trafic des drogues. Plus récemment, des fonctionnaires de la Drug Enforcement Administration ont répété que le trafic de cannabis du Canada vers les États-Unis représentait un problème significatif. Un agent de la grc confiait à un journal national qu’environ 70 % de la marijuana cultivée au Canada aboutissait aux États-Unis10, tandis que le rapport de l’Organe international de contrôle des stupéfiants pour 2000 parlait d’environ 6o %11.

15Au Canada, les principaux producteurs sont la Colombie-Britannique, l’Ontario et le Québec. On peut imputer l’importance de la production de la Colombie-Britannique notamment aux conditions climatiques propices. Mais cette explication est réductrice. Il faut probablement y ajouter des explications d’ordre socioculturel, la mentalité particulière de la côte Pacifique contribuant à expliquer en partie pourquoi le cannabis semble y avoir pris racine de façon plus significative.

  • 12 grc, rencontre privée.

16La production de cannabis en Colombie-Britannique aurait augmenté significativement au cours des 10 dernières années, devenant, selon certains analystes, l’une des industries les plus importantes de la province en ce qui concerne sa valeur économique. Certains analystes chiffrent sa valeur à 6 milliards de dollars, tandis que, selon certains policiers, une estimation conservatrice la placerait plutôt à environ 4 milliards de dollars12. Permettons-nous un calcul : si la marijuana se vend 225 $ l’once, à 16 onces par livre, la Colombie-Britannique produirait l’équivalent de 550 tonnes de cannabis par année, soit plus des deux tiers de la quantité totale de cannabis circulant en territoire canadien.

17Par ailleurs, témoignant devant le Comité spécial lors d’une audience publique à Richmond, Colombie-Britannique, le 14 mai 2002, le surintendant Clapham de la grc parlait de l’existence de 15 000 à 20 000 lieux de production illégale de cannabis en Colombie-Britannique (chiffres provenant de la Drug Enforcement Administration), tandis que des spécialistes en stupéfiants de la grc faisaient état, le lendemain, de 7 000. Quel que soit le nombre le plus près de la réalité, les chiffres, on le voit, doivent nécessairement être considérés avec beaucoup de prudence.

  • 13 Technique où les racines sont suspendues et vaporisées régulièrement avec de l’eau enrichie de mat (...)

18Quant aux méthodes de culture, la production en sol demeurerait encore la plus populaire, mais les méthodes de culture plus sophistiquées, hydroponique et aéroponique13 notamment, seraient en expansion, notamment chez les gangs criminalisés disposant de l’infrastructure nécessaire.

propriétés du cannabis

19Classifié en pharmacopée comme hallucinogène, psychodysleptique ou psychotomimétique, le cannabis est un perturbateur ou modulateur, c’est-à-dire qu’il modifie les perceptions et les émotions. Classifié dans les conventions internationales ou dans les législations nationales comme stupéfiant, le cannabis fait partie de la classe des psychotropes qui comprend cinq grands groupes : les dépresseurs (alcool, Valium), les stimulants mineurs (café, nicotine) et majeurs (cocaïne, amphétamines), les perturbateurs (cannabis, lsd), les médicaments contre les psychoses et les médicaments contre les troubles de l’humeur (Lithium).

  • 14 Voir notamment : Grinspoon, L. et J. B. Bakalar (1997), Marijuana : The Forbidden Medicine, New Ha (...)
  • 15 Gaoni, Y. et R. Mechoulam (1964), « Isolation, structure and partial synthesis of an active consti (...)
  • 16 Smith, D. E. (1998), « Review of the American Medical Association Council on scientific affaire, r (...)
  • 17 Ashton, C. H. (2001), « Pharmacology and effects of cannabis : A brief review », British Journal o (...)

20Plus de 460 constituants chimiques connus sont présents dans le cannabis14. Parmi eux, plus de 60 sont identifiés sous l’appellation de cannabinoïdes. Le principal ingrédient actif du cannabis, identifié en 1964 par l’équipe du docteur Mechoulam15. est le Δ9-tétrahydrocannabinol, communément appelé thc. D’autres cannabinoïdes présents dans le chanvre indien incluent le delta-8-tétrahydrocannabinol, le cannabinol et le cannabidiol, mais ils sont présents en faibles quantités et n’exercent pas d’effets significatifs sur le comportement des individus, comparativement au Δ9-thc16. Ils peuvent cependant contribuer à moduler l’effet global du produit17. De même, le cannabinol aurait des effets anti-inflammatoires.

Concentration en Δ9-thc

  • 18 Huestis, M. A. et al. (1992), « Characterization of the absorption phase of marijuana smoking », C (...)

21La teneur en Δ9-thc de la marijuana varie généralement, dans les conditions naturelles de culture, de 0,5 à 4 %18. La teneur en Δ9-thc sert en premier lieu à distinguer le type drogue du type fibre : la concentration permise varie selon les pays — au Canada, comme en France, elle est de 0,3 % pour le type fibre. Depuis plus d’une décennie, les techniques de sélection de souches puissantes et de culture (en serre, hydroponique) ont permis d’atteindre des concentrations en Δ9-thc de 15 % et plus. La teneur en Δ9-thc sert aussi à distinguer entre eux divers produits du cannabis, et par là leur prix : le sinsemilla par exemple, aura une teneur variant généralement entre 7 % et 14 % et sera plus dispendieux que le cannabis « ordinaire ».

22La question de la teneur en Δ9-thc, de sa variabilité, de ses modes de détermination et de ses effets soulève de nombreux débats. Si tous les spécialistes s’entendent pour dire que les concentrations maximales en principe actif ont augmenté au cours des 20 dernières années, les avis sont partagés sur les concentrations moyennes du cannabis disponible sur le marché.

  • 19 Notons, par exemple, qu’il n’existe aux États-Unis aucun moyen systématique de mesurer le thc. Com (...)

23Il faut d’abord souligner que les études montrent une variabilité extrême des concentrations. On peut citer plusieurs raisons à cet état de fait. Premièrement, à défaut d’un système de contrôle à la source, la teneur en Δ9-thc de la marijuana est estimée à partir des saisies faites par la police. Or, seule une partie des saisies font l’objet d’analyses pour leur teneur en thc19, et les analyses ne sont pas toutes aussi fiables les unes que les autres, selon la manière dont les saisies auront été faites par les policiers ou les douaniers, et les produits conservés et transportés au laboratoire d’analyse. Deuxièmement, comme il s’agit d’un produit illégal et largement répandu, il est impossible de constituer un échantillon représentatif du cannabis disponible à un moment donné sur le marché pour en faire l’analyse. Il est ainsi impossible de mesurer l’écart entre le contenu en Δ9-thc du cannabis saisi au lieu de production ou de livraison et du cannabis consommé par les particuliers. Et troisièmement, la concentration en produit actif varie selon l’aire géographique de provenance, les conditions climatiques et les conditions de production. Il circule vraisemblablement sur le marché, en même temps, une variété importante de produits du cannabis qui reflètent la diversité des conditions dans lesquelles ils ont été produits.

  • 20 Gendarmerie royale du Canada (1999), Rapport annuel, Ottawa, Gouvernement du Canada.

24Le Comité a entendu des experts lui indiquer que le cannabis sur le marché canadien avait une puissance relative de 700 % supérieure à celui des années 1970. Certains ont suggéré que la teneur moyenne en Δ9-thc du cannabis sur le marché serait d’environ 30 %, comparativement aux 3 à 4 % de celui des années 1970. Dans son rapport annuel pour 1999, la Gendarmerie royale du Canada indiquait un contenu moyen de 6 % pour les saisies20. Au Québec, le Service de police de la Ville de Montréal a affirmé que la teneur en thc du cannabis saisi serait maintenant de 25 %.

  • 21 ElSohly, M. A. et al. (2000), « Potency trends of delta 9-thc and other cannabinoids in confiscate (...)

25Il semble que le principal changement se situerait dans les concentrations maximales obtenues suite à la sophistication des croisements et des modes de culture, tandis que les concentrations moyennes n’auraient pas changé significativement au cours des 30 dernières années21. Que faut-il en conclure ? Pour certains, si l’on pouvait encore parler du cannabis comme d’une « drogue douce » dans les années 1970, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Certains n’hésitent pas à en faire une drogue comparable à l’héroïne ou à la cocaïne quant à sa puissance addictive. En fait, pareille affirmation ne tient pas compte des modes d’usage ni non plus de l’absence de connaissance quant aux effets de la concentration en Δ9-thc. Des études sur les modes d’usage démontrent en effet que les usagers réguliers semblent préférer un cannabis moyen à doux, et qu’ils ajustent leur consommation à la force. De manière plus importante, on ne sait tout simplement pas quels sont les effets d’une concentration plus élevée en Δ9-thc, faute d’études spécifiques sur cette question. Enfin, comme le montrera la section suivante, la biodisponibilité du Δ9-thc, c’est-à-dire la proportion qui est effectivement absorbée par l’organisme suite à la combustion, est très variable.

Pharmacocinétique22

  • 22 Cette section s’inspire largement du rapport de l’inserm (2001), op. cit. (chap. 5, note 1) ; du r (...)

26Après inhalation, et selon la manière de fumer et l’expérience du fumeur, entre 15 % à 50 % du Δ9-thc présent dans la fumée est absorbé et passe dans le flux sanguin. La proportion est dépendante aussi de la concentration en Δ9-thc dans le produit fumé. Cette absorption est très rapide, les concentrations sanguines maximales sont obtenues moins de 15 minutes après le début de l’inhalation. Les effets ressentis presque immédiatement après avoir absorbé la fumée, diminuent graduellement au cours des 60 minutes suivantes, et durent généralement un maximum de trois heures après inhalation. Autrement dit, la teneur en thc dans le plasma sanguin est la plus élevée immédiatement suite à l’absorption, tandis que les effets maxima se font ressentir environ de 30 à 40 minutes plus tard.

27Le Δ9-thc est très lipophile et se distribue rapidement dans tous les tissus riches en lipides, dont le cerveau. Il est aussi caractérisé par un cycle entéro-hépatique et une réabsorption rénale qui se traduisent par la persistance de ses effets. En plus des éléments potentiellement psychoactifs, le cannabis renferme environ 200 produits dérivés de la combustion et de la pyrolyse, comparables à ceux que l’on trouve dans le tabac, mais dont certains, à fort pouvoir cancérigène, seraient plus concentrés dans la fumée du cannabis que dans celle du tabac.

28L’élimination des cannabinoïdes s’effectue par différentes voies : digestive, rénale et sudorale. Environ 15 % à 30 % du Δ9-thc sanguin est éliminé dans les urines, tandis que 30 % à 65 % l’est par les selles. En raison de sa forte fixation tissulaire, le Δ9-thc est éliminé lentement par les urines : pour des consommations intensives, les urines présentent des traces de Δ9-thc-cooh 27 jours après arrêt de la consommation.

  • 23 Cité in inserm (2001), op. cit. (chap. 5, note 1), p. 148.

29Les consommateurs réguliers métabolisent le Δ9-thc jusqu’à deux fois plus rapidement que les consommateurs n’en ayant jamais consommé auparavant. Une étude a notamment démontré qu’une administration intraveineuse de 5 mg de Δ9-thc conduisait à des concentrations sanguines plus élevées chez les consommateurs réguliers que chez les occasionnels23.

Notes

1 Voir notamment inserm (2001), Cannabis : Quels effets sur le comportement et la santé ?, Paris, Les Éditions Inserm, p. 143 et suivantes ; Léonard, L. et M. Ben Amar (dir.) (2002), Les psychotropes, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal ; Wheelock, B. B. (2002), Physiological and Psychological Effects of Cannabis : Review of the Findings, Rapport préparé pour le Comité spécial du Sénat sur les drogues illicites, Ottawa, Sénat du Canada.

2 Cette section s’inspire librement de divers travaux, notamment ceux de Léonard, L. et M. Ben Amar (dir.) (2002), op. cit. (chap. 5, note 1) ; de l’inserm (2001), op. cit. (chap. 5, note 1) ; et de Pelc, I. (éd.) (2002), International Scientific Conference on Cannabis, Bruxelles.

3 Sur ces questions, voir notamment : McKim W. A. (2000), « Cannabis », in McKim, W. A. (dir.), Drugs and Behavior : An Introduction to Behavioral Pharmacology, Upper Saddle River, Prentice Hall ; Santé et bien-être social Canada (1990), Les drogues : Faits et méfaits, Ottawa, Ministère des Approvisionnements et Services ; et Comité permanent de lutte à la toxicomanie (2001), Drogues : Savoir plus. Risquer Moins (édition québécoise), Montréal, Stanké.

4 Labrousse, A. (2000), Drogues : Un marché de dupes, Paris, Éditions alternatives ; voir aussi Labrousse, A. (1998), « L’approvisionnement des marchés des drogues dans l’espace Schengen », Les Cahiers de la Sécurité Intérieure, no 32,2e trimestre 1998.

5 Cité dans Observatoire géopolitique des drogues (1996), Atlas mondial des drogues, Paris, PUF.

6 Gendarmerie royale du Canada (2000), Situation au Canada — Drogues illicites (1999), Ottawa, Direction des renseignements criminels, Gendarmerie royale du Canada.

7 Observatoire géopolitique des drogues (1999), Rapport annuel 1998/1999, Paris, OGD, p. 178.

8 Greater Toronto Area Combined Forces Special Unit (2002), Fact Sheet — Heroin, Disponible en ligne à : <www.cfseu.org/heroin.html>.

9 Paul Kennedy, Témoignage devant le Comité spécial du Sénat sur les drogues illicites, Sénat du Canada, première session de la Trente-septième législature, 10 juin 2002, fascicule no 22.

10 National Post, 17 mai 2002. Le Comité note avec intérêt — et un certain amusement — que cet article et un reportage précédent au réseau Global, le 13 mai 2002, faisant état des préoccupations de représentants américains, faisaient suite à la publication par le Comité de son Document de discussion.

11 Organe international de contrôle des stupéfiants (2001), Rapport de l'Organe international de contrôle des stupéfiants pour 2000, Vienne, Organisation des Nations Unies. Disponible en ligne à : <www.incb.org>.

12 grc, rencontre privée.

13 Technique où les racines sont suspendues et vaporisées régulièrement avec de l’eau enrichie de matières nutritives, encore très rare et dont il reste à en démontrer l’efficacité ; source : Gendarmerie royale du Canada (2002), Situation au Canada — Drogues illicites (2001), Ottawa, Direction des renseignements criminels, grc.

14 Voir notamment : Grinspoon, L. et J. B. Bakalar (1997), Marijuana : The Forbidden Medicine, New Haven et Londres, Yale University Press ; Clark, P. A. (2000), « The ethics of medical marijuana : Government restrictions vs. medical necessity », Journal of Public Health Policy, no 21, p. 40-60 ; ainsi que Wheelock, B. B. (2002), op. cit. (chap. 5, note I) ; pour le Comité du Sénat.

15 Gaoni, Y. et R. Mechoulam (1964), « Isolation, structure and partial synthesis of an active constituent of hashish », Journal of the American Chemistry Society, no 86, p. 1646-1647 ; et Mechoulam, R. et Y. Gaoni (1965), « A total synthesis of delta-9-tetrahydrocannabinol, the active constituent of hashish », Journal of the American Chemistry Society, no 87, p. 3273-3275.

16 Smith, D. E. (1998), « Review of the American Medical Association Council on scientific affaire, report on medical marijuana », Journal of Psychoactive Drugs, no 30, p. 127-136 ; McKim, W. A. (2000), op. cit. (chap. 5, note 3).

17 Ashton, C. H. (2001), « Pharmacology and effects of cannabis : A brief review », British Journal of Psychiatry, no 178, p. 101-106.

18 Huestis, M. A. et al. (1992), « Characterization of the absorption phase of marijuana smoking », Clinical Pharmacology and Therapeutics, no 52, p. 31-41.

19 Notons, par exemple, qu’il n’existe aux États-Unis aucun moyen systématique de mesurer le thc. Comme le souligne une analyse comparative de l’évolution des prix de l’héroïne, de la cocaïne et de la marijuana : « Another problem is that the dea does not test marijuana for thc content, so there is no marijuana counterpart to the pure grams reported for cocaine and heroin. The difficulty this causes is the stride data provide no basis for adjusting price changes for marijuana’s quality. » (Abt Associates [2001], The Price of Illicit Drugs : 1981 Through the Second Quarter of 2000, Washington [DC], Office of National Drug Control Policy).

20 Gendarmerie royale du Canada (1999), Rapport annuel, Ottawa, Gouvernement du Canada.

21 ElSohly, M. A. et al. (2000), « Potency trends of delta 9-thc and other cannabinoids in confiscated marijuana from 1980-1997 », Journal of Forensic Sciences, vol. 45, no 1, p. 24-30.

22 Cette section s’inspire largement du rapport de l’inserm (2001), op. cit. (chap. 5, note 1) ; du rapport de la Conférence scientifique internationale : Pelc, I. (éd.) (2002), op. cit. (chap. 5, note 2), et du travail de synthèse réalisé par B. B. Wheelock (2002), op. cit. (chap. 5, note 1).

23 Cité in inserm (2001), op. cit. (chap. 5, note 1), p. 148.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search