Version classiqueVersion mobile

Et si nous dansions?

 | 
Charles Blattberg

Conclusion. Diviser pour écouter

Texte intégral

  • 1 Tiré de Cervantes, L’ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, p. 450.

Holà, holà ! seigneur mon maître, vous vous en êtes joliment tiré. Est-ce que vous pensiez que tous les braves sont des danseurs, et tous les chevaliers errants des faiseurs d’entrechats ? Pardieu ! si vous l’avez pensé, vous étiez bien dans l’erreur.
Sancho Panza à son maître, Don Quichotte1

1Certains trouveront sans doute contradictoire ma conception de la politique canadienne. D’une part, j’affirme qu’au cœur de la communauté politique canadienne se trouve un bien commun civique, dont la survie dépend de la volonté des citoyens de concilier leurs divergences par la conversation et d’aborder leurs désaccords en tant qu’opposants plutôt qu’adversaires, comme des amis plutôt que des ennemis. Toutefois, d’autre part, je déplore que les Canadiens aient, de façon générale, opté pour des approches de la politique qui vont en quelque sorte à l’encontre de ce principe. En effet, comment peut-on affirmer l’existence d’une sorte d’amitié entre citoyens quand eux-mêmes semblent en être inconscients et agissent exactement comme si cette amitié n’existait pas ?

2Je répondrai que ces réalités devraient être interprétées non comme une contradiction, mais comme le signe d’une certaine circularité. La question est de savoir si nous, Canadiens, choisirons d’en faire un cercle vicieux ou un cercle vertueux. En d’autres mots : la survie de notre communauté civique ne se détermine pas en termes de « tout ou rien ». Il est vrai que si on se fie à l’état actuel des choses, cette communauté se porte très mal, et que les traitements habituellement administrés, qu’ils soient à teneur monarchiste ou polyarchiste, n’ont fait qu’aggraver l’état du patient. Mais le bien commun canadien n’a pas encore totalement rendu l’âme, car il manifeste ça et là, étonnamment, quelques signes de vie. Qu’un si grand nombre de Québécois aient voté contre la souveraineté, que de si nombreux autochtones continuent à renoncer à la violence, que Lucien Bouchard, lors de son hospitalisation, ait reçu de la part de milliers de citoyens anglophones des souhaits de prompt rétablissement, voilà autant de raisons de continuer à espérer.

3J’ai choisi d’exprimer cet espoir en lançant un appel, ou mieux encore, en faisant un plaidoyer en faveur de la conversation. Et ce plaidoyer est assorti de suggestions sur la façon de réformer certaines de nos institutions dans le but de favoriser et non décourager cette forme de dialogue. En bout de ligne, cependant, ces suggestions sont quelque peu prématurées. Car si nous, Canadiens, avions déjà pris conscience que la conversation mérite une place dans notre vie politique, il serait logique de nous pencher sur la structure de nos institutions. Mais en raison des nombreuses voix monarchistes et polyarchistes qui se font entendre parmi nous, la plupart d’entre nous ne croyons pas que la conversation puisse jouer un rôle viable, ou ne concevons pas suffisamment clairement cette possibilité. Par conséquent, à mon sens, notre principal obstacle à l’heure actuelle est un mélange d’ignorance et de manque de volonté, ce qui explique pourquoi j’ai choisi d’insister avant tout, dans le présent ouvrage, sur des questions et des idées au lieu d’aborder en profondeur les réformes structurelles qui pourraient nous inciter à faire de la politique de façon plus patriotique. Mon objectif principal était de montrer, premièrement, que la conception qu’a le patriote de notre pays, tant en ce qui a trait au passé qu’au présent, est beaucoup plus cohérente que celle des autres courants, et deuxièmement, que la conversation patriotique pourrait vraiment nous garantir un meilleur avenir. Évidemment, certains ne manqueront pas de trouver cette prétention irrémédiablement naïve, et empreinte d’un idéalisme typique des philosophes. Comme je ne vois personnellement pas d’autre façon de procéder, je n’ai qu’une chose à dire à ceux-là : « Eh bien soit ! »

4Cependant, j’ai toujours été conscient de l’extrême fragilité du mode de dialogue que je recommande. Si une personne n’est pas prête à écouter ou est incapable de le faire, alors quels que soient les efforts qu’on y met, toute conversation avec elle sera impossible. L’adversaire, semble-t-il, possède pratiquement un droit de veto sur l’opposant, rapport qui s’apparente à celui qui prévaut entre l’individu optant pour la négociation et celui choisissant le recours à la force. Car si on souhaite négocier avec une personne résolue à employer la force, la négociation ne pourra tout simplement pas avoir lieu ; on sera même probablement également obligé d’utiliser la force, ne serait-ce que pour se défendre.

  • 2 Voir Lerner, « Non-Violent Resistance: The History of an Idea ». Les classiques à lire à ce sujet (...)

5Mais peut-être pas. Après tout, il existe un moyen de défense bien connu qui constitue une solution de rechange à la force : la « méthode de résistance non violente ». Comme l’a montré l’historienne Gerda Lerner, cette approche a ses origines dans la notion chrétienne de « non-résistance au mal », qui s’inspire du fameux précepte du Nouveau Testament, suivant lequel nous devons « tendre l’autre joue » (Matthieu, 5, 39). Cette idée a ensuite été importée aux États-Unis par les Quakers, dont les souffrances endurées dans le but d’obtenir que leur religion soit tolérée (et bien davantage) ont plus tard inspiré ceux qui ont milité pour l’abolition de l’esclavage. C’est ainsi que l’abolitionniste Thoreau a formulé le concept de résistance non violente active, également cher à Léon Tolstoï. Et comme chacun sait, ce sont Ghandi et Martin Luther King, Jr. qui l’ont mis en pratique et en ont prouvé l’efficacité2.

  • 3 Voir Rousseau, Discours sur l’origine de l’inégalité parmi les hommes.

6La résistance non violente, faut-il le rappeler, consiste en un usage actif de la non-violence : en endurant des mauvais traitements, le résistant est censé exercer une pression morale qui incite ses adversaires à renoncer à l’usage de la force. Pour que cela se produise, le résistant se fie au sens moral de l’adversaire, comme il ressort clairement des propos de Ghandi sur le rôle central que joue un type particulier d’amour, l’ahimsa, qui aurait pour effet de désarmer l’utilisateur de la violence. Cela rappelle les idées de Rousseau sur la pitié fondamentale, sentiment qui, selon lui, s’éveille en chacun de nous lorsque nous sommes en présence de la souffrance d’autrui3.

7Mais la résistance non violente, comme ses tenants ne le savent que trop, est une entreprise extrêmement difficile, qui exige non seulement une bonne dose de courage, mais aussi une volonté de faire des sacrifices parfois inimaginables. Toute personne désirant utiliser une approche semblable afin d’encourager ses concitoyens à passer de la négociation à la conversation—et non de la force à la négociation—doit garder cette vérité à l’esprit. J’aimerais suggérer une façon de procéder. Le principe est le suivant : en présence d’adversaires, lors d’une négociation, le patriote doit se borner, pour toute réponse, à exprimer clairement son désir d’en arriver à un réel rapprochement. S’il s’ensuit d’autres exigences à négocier, le patriote doit montrer sa volonté d’écouter, et intervenir avec tact pour permettre aux autres de bien le comprendre. Contrairement à ce qui est censé se produire dans le cas de la résistance non violente à la force, cette « résistance non adversative à la négociation », comme nous pourrions l’appeler, ne vise pas à faire appel à un sens moral profondément enfoui chez l’opposant. En effet, celui-ci, vu sa volonté de négocier, fait déjà preuve de tout le sens moral nécessaire : nous pouvons lui faire confiance, ce qui veut dire que nous comptons d’emblée sur sa bonne foi. Notre but, toutefois, est d’aller encore plus loin—en fait plus haut—, et nous devons, pour ce faire, tenter de faire comprendre à l’interlocuteur que la pleine réalisation de sa moralité ne dépend pas de sa volonté de faire des compromis sur des choses qui lui tiennent profondément à cœur, mais qu’il lui faut plutôt, pour y arriver, se joindre à nous dans la quête d’une justice constituant l’expression de la vérité. Ce processus ne nécessite d’éprouver aucune forme d’amour ou d’altruisme, mais seulement d’avoir la volonté de solliciter pleinement l’une des facultés qui définit notre humanité même : notre capacité de comprendre.

8Bien entendu, comme c’est le cas pour la résistance non violente à la force, il n’existe aucune garantie de réussite. Mais étant donné le caractère relativement pacifique de notre histoire, il me semble que nous, Canadiens, pouvons nous payer le luxe d’opter au moins de temps en temps pour la conversation, et avons même la responsabilité de le faire. Car si on ne peut pas montrer qu’une approche politique patriotique fonctionne ici, où le pourra-t-on ?

  • 4 Pour un exemple plus récent de conciliation, voir Chambers, Reasonable Democracy : Jürgen Habermas (...)

9Non que cela n’ait jamais été accompli par le passé. Il existe une étonnante période de notre histoire qui, à mon avis, a non seulement culminé en un réel rapprochement des parties en présence par la conversation, mais a également marqué la naissance de notre pays en tant que communauté politique réelle. Je fais référence à l’avènement, à la fin des années 1830 et au cours des années 1840, du gouvernement responsable au Canada4. Cet événement occupe une place importante dans nos livres d’histoire, mais j’aimerais en raconter le déroulement à nouveau, de façon à en faire ressortir l’aspect patriotique. Je commencerai par nommer les biens en jeu dans le conflit initial et je montrerai ensuite comment ils ont été transformés et donc réinterprétés de façon à pouvoir faire l’objet d’une conciliation plutôt que d’un compromis, et en quoi le résultat obtenu constituait une meilleure expression de ces biens qu’au début du conflit.

10La division dont il sera question ici a d’abord mené aux soulèvements de 1837. De toute évidence, les parties en présence avaient choisi non seulement de ne pas converser entre elles, mais aussi d’exclure toute négociation, ce qui laissait comme seule option l’usage de la force. Qui étaient les protagonistes et quelles étaient leur positions ? D’un côté se trouvaient les patriotes du Bas-Canada, dirigés par Louis-Joseph Papineau, et les partisans de William Lyon Mackenzie, dans le Haut-Canada. Leur principale aspiration était d’instaurer au Canada un système républicain à l’américaine, ce qui voulait dire remplacer l’oligarchie sous laquelle ils vivaient par une démocratie. Dans le Bas-Canada, cette aspiration s’accompagnait de l’affirmation d’un nationalisme canadien-français moderne suivant lequel l’autodétermination de la nation exigeait qu’elle se dissocie de l’Église. Ce groupe était également très préoccupé par le bien-être de la population, dont il attribuait la pauvreté et l’indigence à la domination oppressive des oligarchies mercantilistes, soit la « Clique du château » du Bas-Canada et le « Pacte de famille » du Haut-Canada. Ainsi, au nom de la démocratie, de l’autodétermination nationale et de la justice économique, ils se sont rebellés.

11Leurs opposants voyaient les choses très différemment, bien entendu. Les « loyaux sujets du roi », comme ils se désignaient parfois eux-mêmes, se divisaient en deux groupes distincts. D’une part, on trouvait les mercantilistes loyalistes, véritable oligarchie qui usait de son pouvoir afin de servir ses propres intérêts économiques. D’autre part, il y avait les divers gouverneurs des colonies, de Lord Gosford à Sir John Colberne et Sir Francis Bond et, plus tard, Lord Sydenham qui, tous, avaient un autre but, soit le maintien de la mainmise britannique sur les colonies, ce qui, bien sûr, plaçait souvent leurs intérêts en conflit avec ceux des mercantilistes. Mais face aux rébellions, ces deux groupes ont fait cause commune.

12Ce n’est qu’au lendemain des rébellions que la conversation a véritablement commencé. Les démocrates étaient dorénavant dirigés par les réformateurs Robert Baldwin, de Toronto, Joseph Howe de la Nouvelle-Écosse ainsi que les Canadiens français Étienne Parent et Louis-Hyppolite Lafontaine (Lafontaine avait passé une courte période en prison, puis s’était dissocié de Papineau). Selon eux, le gouvernement responsable était le meilleur moyen d’atteindre leurs objectifs, contrairement aux anciens leaders, pour qui la guerre apparaissait comme la seule option. Du côté des Canadiens français, Parent avait élaboré une position qu’il avait clairement exprimée dans son journal Le Canadien sous le slogan « Nos institutions, notre langue, nos droits », suivant laquelle un système parlementaire constituait en bout de ligne une meilleure protection qu’un système républicain pour ceux qui se préoccupaient de la survivance de leur nation. À cela s’ajoutait l’argument de Lafontaine, qui soutenait que comme le catholicisme était là pour rester (chose que Papineau n’avait jamais été capable d’accepter), la nation serait mieux servie par une alliance avec l’Église que par une rupture avec celle-ci. Tous deux étaient d’accord avec les réformateurs du Haut-Canada pour dire qu’un cabinet responsable devant la législature constituerait une forme réelle de démocratie représentative qui donnerait au peuple le pouvoir de mettre fin à son oppression économique. En effet, par la suite, lors de l’avènement du gouvernement responsable, ils ont réussi à faire adopter le controversé Bill des pertes de la rébellion de 1849, qui prévoyait l’indemnisation de toutes les personnes, quelle que fut leur allégeance, dont les propriétés avaient été détruites lors des rébellions. De plus, Lafontaine était dorénavant en bonne position de donner suite à un projet qui lui importait au plus haut point : permettre aux politiciens coloniaux de récompenser leurs partisans, dont un grand nombre avaient accumulé un fort sentiment de frustration, en leur accordant des nominations, des commissions et des salaires. Si les classes inférieures étaient toujours exclues, cette disposition n’en a pas moins permis de corriger certaines des injustices économiques héritées du passé oligarchique. Notons également que Lafontaine a ainsi préparé le terrain pour que George-Étienne Cartier modernise le Code civil, mettant fin du même coup à l’injuste système seigneurial.

13Mais qu’en était-il des loyaux sujets du Roi ? Comment en sont-ils venus à croire que le gouvernement responsable serait mieux en mesure de servir leurs intérêts—moraux et matériaux—que le statu quo ? Pour ce qui est des représentants du gouvernement britannique, de Lord Durham aux nouveaux gouverneurs John Harvey en Nouvelle-Écosse et Lord Elgin dans le Canada nouvellement unifié, ils ont commencé à changer d’avis à mesure qu’ils ont pris conscience de la divergence d’intérêts entre la Grande-Bretagne et les mercantilistes des colonies. D’une part, l’idée de Lafontaine d’accorder certaines faveurs à la bourgeoisie, qui leur paraissait un outil efficace pour prévenir d’autres rébellions, nécessitait pour se concrétiser des politiciens dotés des pouvoirs que pouvait leur conférer un gouvernement responsable. D’autre part, ils ont peu a peu compris qu’en raison de la courte durée de leur mandat, soit de cinq à sept ans, chaque fois que les intérêts de la Grande-Bretagne divergeaient de ceux des mercantilistes, ces derniers, qui détenaient une solide position au sein des conseils exécutifs de la colonie, arrivaient toujours en bout de ligne à obtenir ce qu’ils voulaient—au détriment de la Grande-Bretagne. Seul un gouvernement responsable, comprirent-ils, pourrait leur donner la possibilité de mettre les mercantilistes périodiquement hors d’état de nuire.

14Lord Durham avait d’autres idées. Il est devenu convaincu qu’en établissant une distinction entre les pouvoirs qui étaient essentiels au système colonial (contrôle sur les affaires étrangères, sur les terres de la Couronne, etc.) et ceux qui ne l’étaient pas et pouvaient donc relever des autorités locales, et donc en réduisant la présence britannique dans l’administration de la colonie, la situation ne pourrait que s’améliorer. (L’esprit de cette approche allait, beaucoup plus tard, sous-tendre les décisions du Comité judiciaire du Conseil privé de Westminster.) Quoi qu’il en soit, croyait Durham, étant donné que le gouvernement responsable existait déjà en Grande-Bretagne depuis les années 1830, le fait d’adopter un système « similaire en principe » ne contribuerait-il pas à consolider les liens entre la mère patrie et la colonie ?

15Une diminution de la présence britannique s’est également avérée avantageuse à un autre égard. Les colonies étaient devenues très coûteuses à entretenir pour la Grande-Bretagne. En 1846, le nouveau gouvernement tory de Peel, à Londres, a abrogé les lois sur les céréales, ce qui a constitué un pas décisif vers l’instauration du libre-échange en Grande-Bretagne. Cette démarche a ensuite été menée à son terme par les whigs, relativement anti-impérialistes, lorsqu’ils ont succédé à Peel. Comme ils l’ont alors clairement fait savoir à Lord Elgin, ils considéraient qu’il était dans l’intérêt de la Grande-Bretagne non seulement de retirer certains des avantages économiques accordés jusque-là aux colonies, mais également de retirer sa protection militaire. Il va sans dire que dans ces conditions, toute objection à l’instauration d’un gouvernement responsable devenait injustifiable.

16Cette évolution vers le libre-échange a eu un impact important sur l’économie, qui, comme nous l’avons mentionné, préoccupait au premier chef les mercantilistes. Car à quoi la montée du libre-échange pouvait-elle mener à part la chute du mercantilisme ? Cette menace, à laquelle s’ajoutait celles que représentaient, pour l’activité maritime de Montréal, l’abolition des tarifs douaniers américains et la popularité croissante du canal Érié, a forcé les mercantilistes à se rendre à l’évidence : s’ils voulaient protéger leurs portefeuilles, ils allaient tout simplement devoir changer, c’est-à-dire devenir capitalistes. Ainsi, pour toutes les raisons que Karl Marx allait plus tard mettre en lumière, la démocratie, et donc le gouvernement responsable, était le système politique le plus compatible avec le capitalisme. Mais le changement n’est pas survenu sans de sérieuses réticences. Pensons à la décision des Montréalais anglophones, en 1849, d’incendier les édifices du Parlement, qui abritaient le gouvernement réformiste, puis de signer un manifeste exigeant que les colonies britanniques soient annexées aux États-Unis. Mais leurs instincts capitalistes n’ont pas tardé à reprendre le dessus, et ils ont fini par appuyer le traité de réciprocité que Lord Elgin a négocié avec les Américains en 1854. C’est ainsi que la dernière des parties au conflit s’est convertie au gouvernement responsable, lequel, elle l’avait compris, servirait mieux ses intérêts qu’une oligarchie à la solde de l’Empire britannique.

17Il existe, comme on pourrait s’y attendre, d’autres lectures beaucoup moins optimistes de ces événements. Je ne veux certainement pas dire ici que les protagonistes ont changé d’avis par simple désir de réconciliation. D’abord, comme je l’ai dit, la situation elle-même avait évolué de façon à rendre les positions antérieures obsolètes pour des raisons purement instrumentales. Il ne faut pas non plus oublier que, durant tout ce processus, de graves injustices ont été commises, dont l’instauration de l’Acte d’union de 1840 entre le Haut et le Bas-Canada, qui visait essentiellement l’assimilation des Canadiens français, n’est pas le moindre. Mais il n’en reste pas moins que de nouvelles interprétations des biens réels ont bel et bien vu le jour en cours de route, et peu d’observateurs, s’il en est, n’oseront affirmer que le résultat final—le remplacement de l’oligarchie par le gouvernement responsable—n’a pas été un aboutissement positif. U représentait un progrès réel, un progrès ayant pour moteur un groupe d’individus qui sont arrivés à concilier des biens au départ contradictoires qui ne semblaient mener qu’à l’usage de la force.

18On peut tirer une importante leçon à partir de la diversité de points de vue et même des divergences qui caractérisaient les deux parties à cette saga. C’est qu’il est essentiel, pour faire en sorte qu’une conversation soit fructueuse en politique, d’être capable de faire la distinction entre les opposants qui sont au moins disposés à écouter et ceux qui ne le sont pas du tout. Les membres de ce dernier groupe doivent être vus comme des adversaires, avec qui toute conciliation est entièrement impossible. Il faut ensuite faire une division supplémentaire dans ce groupe entre les adversaires ouverts, ceux qui considèrent comme légitime le droit des autres au désaccord et qui sont par conséquent capables de négocier en toute bonne foi, et les adversaires inflexibles, qui n’accepteront de faire des concessions que s’ils y voient une façon d’arriver à leurs fins ou de nuire le moins possible à leurs objectifs, parmi lesquels le respect de l’autre, inutile de le dire, brille par son absence. Ces personnes, disons-le, ne négocient jamais en toute bonne foi ; elles ont tout simplement recours à la force par d’autres moyens. Il ne faut par conséquent jamais s’étonner de les voir faire un usage plus cru de cette dernière s’ils jugent que cela leur permettra d’obtenir davantage. N’oublions pas non plus que les accommodements auxquels on en arrivera avec eux seront encore moins durables que ceux qui sont issus d’une négociation en toute bonne foi ; mais ces derniers, à leur tour, doivent être considérés comme fragiles comparativement aux ententes rendues possibles par la conversation. C’est pourquoi il faut toujours se méfier des tactiques, des sarcasmes et des tentatives de séduction de ces adversaires, qui n’hésiteront pas à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour saboter toute tentative de conversation entreprise par les personnes qui sont plus ouvertes aux rapprochements réels. Mais fort heureusement, de celles-ci, il y en aura (presque) toujours.

  • 5 The Tragically Hip, « Save the Planet », tiré de Phantom Power.
  • 6 Voir ibid.

19Mais au bout du compte, peut-être devrions-nous admettre que l’appel à la conversation en politique trahit une certaine naïveté. Après tout, même les mouvements prônant la résistance non violente ont dû amplement s’appuyer, pour atteindre leurs buts, sur des leaders charismatiques. Se pourrait-il, par conséquent, que nous ayons besoin de solutions créatives plutôt qu’interprétatives à la délicate situation dans laquelle nous nous trouvons ? Ainsi, les Tragically Hip auraient-ils raison lorsqu’ils chantent « our only chance is to stop making sense5 » (notre seule chance est de cesser d’être logiques) ? La conversation est-elle un moyen tout simplement trop raisonnable d’aborder ce qui, après tout, constitue un désaccord fondamental ? En écoutant Bobcageon6, chanson profondément envoûtante portant sur un policier qui doute de la pertinence de sa profession après avoir reçu une inspiration du ciel, on se demande si cette façon de faire permettra jamais d’arriver à inciter les monarchistes qui évoluent parmi nous à ouvrir leur garnison, ou les polyarchistes à se mettre à rechercher les rapprochements. Je dois admettre que je ne connais tout simplement pas la réponse à cette question. Mais je ne crois pas non plus qu’il faille attendre et laisser faire. C’est pourquoi, si nous devons jamais un jour « danser la politique » dans ce pays, certains d’entre nous allons devoir être prêts à lancer des invitations répétées à des partenaires potentiels. Il faudra bien sûr s’attendre à essuyer quelques refus. Mais si nous persévérons, certains pourraient finir par accepter. Et comme le savent sans doute celles et ceux qui ont déjà été danser, il suffit qu’un seul couple s’élance sur la piste pour que les autres emboîtent le pas. Nous pourrons alors vraiment nous mettre à danser tous ensemble, et prendre le chemin du foyer auquel nous aspirons.

Notes

1 Tiré de Cervantes, L’ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, p. 450.

2 Voir Lerner, « Non-Violent Resistance: The History of an Idea ». Les classiques à lire à ce sujet sont les suivants : Thoreau, La désobéissance civile, Tolstoï, The Kingdom of God and Peace Essays, Ghandi, Résistance non violente, et King, Jr., Combats pour la liberté, chapitre 6, et Why we Can’t Wait, chapitre 5 surtout.

3 Voir Rousseau, Discours sur l’origine de l’inégalité parmi les hommes.

4 Pour un exemple plus récent de conciliation, voir Chambers, Reasonable Democracy : Jürgen Habermas and the Politics of Discourse, chapitre 14, où elle décrit l’entente à laquelle en sont arrivées les communautés (que l’on identifie comme) canadienne-anglaise et québécoise résidant au Québec sur la question de la loi sur l’affichage dans les années 1980 et 1990. Chambers considère cette entente comme un exemple type de démocratie délibérative, mais je ferais remarquer ici que peu de participants à ce débat, s’il en est, avaient même entendu parler des procédures décrites par Habermas ou de toute théorie du genre, et pouvaient d’autant moins s’y conformer.

5 The Tragically Hip, « Save the Planet », tiré de Phantom Power.

6 Voir ibid.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search