Version classiqueVersion mobile

Et si nous dansions?

 | 
Charles Blattberg

4. Qui nous pourrions être

Texte intégral

1J’aimerais maintenant expliquer en quoi la conception patriotique diffère des autres approches en ce qui a trait à diverses questions. En plus d’exprimer authentiquement les relations personnelles auxquelles nous prenons part, nos lois doivent aussi accorder leur dû aux relations à caractère public, en particulier celles qui sous-tendent les communautés. Parfois, comme dans le cas de l’amitié ou des pratiques religieuses publiques, il n’est pas nécessaire qu’une loi vienne régir la relation. Dans d’autres cas, par exemple lorsqu’il est nécessaire d’assurer la protection des enfants à l’intérieur de la famille ou d’accorder une reconnaissance adéquate à une nation, le recours à des lois devient approprié. Il importe de s’assurer que l’État est en mesure, en tout temps, d’exprimer fidèlement la diversité des biens qui existent dans la société. En fait, il pourrait s’agir ici de la première prémisse du patriote : que l’ensemble des biens existants soient pris en compte. Certains sont anciens, d’autres nouveaux, mais ils sont tout aussi « réels » les uns que les autres, et nos lois doivent s’efforcer de s’en faire l’expression la plus cohérente possible.

  • 1 John Ralston Saul, qui fait état d’une dichotomie similaire, se préoccupe également de la relation (...)

2Bien sûr, il n’est pas rare que la façon de procéder pour arriver à cet objectif fasse l’objet de désaccords dans certains cas précis. Mais il nous arrive trop souvent, à nous les Canadiens, de ne pas nous montrer à la hauteur de la situation quand vient le temps de relever le défi que posent ces désaccords. Cette situation, je l’ai mentionné, est largement attribuable à la complaisance que nous avons héritée du mouton, qui a fait de la recherche de la paix et de l’ordre un impératif surpassant tous les autres. À l’évidence, il nous faut établir un nouvel équilibre entre notre âme de mouton et notre âme de loup, question qui fait l’objet du présent chapitre, où je me pencherai sur certaines des façons dont nous pourrions y arriver1.

3Le lecteur trouvera donc ci-après une série de suggestions sur la meilleure façon dont certains de nos présents désaccords pourraient être résolus. J’aborde également des questions—comme les réformes à apporter à certaines de nos institutions dans le but de favoriser la conversation—dont je ne peux que souhaiter qu’elles fassent un jour l’objet d’une controverse. J’ai choisi de laisser un grand nombre de questions en dehors de la discussion, toutefois, non pas parce que je les considère moins importantes, mais parce qu’elles relèvent davantage de la politique quotidienne et moins de la constitution, sujet qui m’intéresse ici au premier chef. Ceci dit, le caractère schématique de l’argumentation que je présenterai sur les diverses questions abordées ne tardera pas à vous sauter aux yeux. Or, cela s’explique fort aisément.

4Comme je l’ai déjà mentionné, les conflits politiques sont essentiellement des différences d’interprétation, qui se manifestent sous la forme de désaccords entre des intervenants qui ont une compréhension différente de la façon dont certains biens doivent être exprimés dans la pratique. En suggérant aux personnes concernées de répondre à ces différences par la conversation, on fait une importante supposition : que leurs interprétations des choses ne sont pas parfaites, et qu’aucun individu ne peut, à lui seul, saisir totalement ce que nécessite la mise en valeur des biens auxquels il adhère. Ainsi, il est avantageux d’entreprendre une conversation avec nos opposants non seulement parce c’est un bon moyen de les persuader d’adopter notre point de vue, mais aussi parce que cette rencontre nous permet d’apprendre des choses qui pourraient transformer notre interprétation de la situation, rendant par le fait même notre position meilleure, plus fidèle aux biens dont elle est censée être l’expression. Mais pour en arriver là, comme je l’ai déjà indiqué, il faut se montrer réellement prêt à écouter ce que l’autre a à dire.

5De plus, personne ne peut jamais prévoir où mènera une conversation. La conversation, telle que je la conçois, n’est pas une méthode de résolution des conflits, ni une technique ou une série de procédures à appliquer à la lettre, car cela supposerait qu’elle puisse se dérouler de façon complètement indépendante du contexte dans lequel elle s’inscrit. Or, je crois plutôt que la conversation exige une sensibilité à ce contexte, ainsi qu’un engagement véritable à tenir compte de toutes les particularités de ce dernier et à accepter l’ensemble de ses contingences. Par conséquent, il ne sert à rien d’élaborer à l’avance des conceptions théoriques sur la façon dont une conversation devrait se dérouler ou sur les rapprochements auxquels elle devrait mener. Cela reviendrait à faire passer la théorie avant la pratique, et entraînerait une distorsion de la question que les interlocuteurs cherchent à comprendre. C’est la raison pour laquelle je me borne à indiquer globalement la direction dans laquelle je crois qu’il faudrait aller pour que certaines conversations puissent éventuellement mener à une issue fructueuse. En effet, mon intention n’est pas d’élaborer des solutions tout seul de mon côté, mais plutôt d’encourager, voire même d’inspirer, d’autres personnes à participer à de vraies conversations où elles pourront elles-mêmes mettre de l’avant des solutions réelles. De même, s’il est nécessaire, selon moi, de mettre en lumière certains des obstacles à une telle approche, je ne crois pas qu’il m’appartienne de proposer des réformes institutionnelles complètes. Ce qui importe beaucoup plus, à ce stade-ci, c’est d’amener les autres à reconnaître l’existence de ces obstacles, et de montrer en quoi la conversation pourrait réellement contribuer à les surmonter. Si des conversations sur ces différents sujets étaient déjà entamées, il serait logique que j’y apporte ma propre contribution. Or, ce n’est pas le cas, d’où l’objectif plus modeste du présent chapitre.

LA RÉFORME CONSTITUTIONNELLE

  • 2 Daniel Drache et Robert » Perin (dir.) écrivent ce qui suit en introduction à leur livre, Negotiat (...)

6Au cours des dernières années, on a souvent fait état de la « fatigue constitutionnelle » que l’on dit affliger de nombreux Canadiens. Il semble que nous ayons atteint un stade d’épuisement complet à la suite de nos interminables querelles constitutionnelles2. Cette situation a toutefois quelque chose d’ironique, car après tout, nous l’avons bien cherchée. Il est clair que l’une des principales sources d’insatisfaction face à l’accord du lac Meech était la façon élitiste avec laquelle il avait été élaboré, les premiers ministres ayant négocié derrière des portes closes avec très peu d’apport direct de la part des citoyens. En fait, des manifestations d’inquiétude à cet égard se faisaient déjà entendre en 1982, lors de l’élaboration de la Loi constitutionnelle. À propos de cette époque, Alan Cairns a fait le commentaire suivant :

  • 3 Voir Cairns, Charter versus Federalism : The Dilemmas of Constitutional Reform, p. 65-66.

Dans les derniers jours de cette négociation frénétique, on pouvait trouver soit profondément choquant, soit extrêmement amusant de constater que la modification des droits qui allaient servir de protection dans l’avenir contre les décisions des législatures était réalisée par des premiers ministres exténués, entre le petit déjeuner et le lunch3.

7Mais ce n’était là qu’une autre manifestation de ce « fédéralisme exécutif » qui faisait depuis longtemps figure de tradition quand venait le temps de régler des questions importantes pour les provinces et le gouvernement fédéral, la constitution ne faisant pas exception à la règle. Mais les traditions peuvent toujours changer. Les critiques de ce mode de fonctionnement élitiste sont devenues si fortes au lendemain de Meech que les négociations qui ont suivi sur l’accord de Charlottetown (et qui se sont soldées par un échec) ainsi que toutes les autres propositions ultérieures de changement constitutionnel sont devenues pratiquement impensables sans la mise en place d’assemblées publiques ou d’autres formes de consultation populaire comme un référendum, dans le but de fournir à tout le moins une approbation démocratique de facto de toute proposition d’amendements.

8Il est clair qu’une des raisons de cette fatigue constitutionnelle est que, même si les citoyens ne souhaitent en aucun cas manquer à leurs responsabilités politiques (comme l’indique clairement leur exigence de se voir inclus dans le processus de réforme constitutionnelle), il y a une limite à leur volonté de se préoccuper constamment de problèmes constitutionnels au détriment d’autres questions, politiques ou non. Néanmoins, j’aimerais suggérer qu’il existe une autre raison à notre fatigue constitutionnelle, qui tient à un aspect du processus de réforme qui est demeuré inchangé, même depuis qu’il s’accompagne d’une plus grande participation des citoyens : notre recours, en grande partie, à la négociation comme principale forme de dialogue.

  • 4 Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, p. 332.
  • 5 Voir, par exemple, Isaiah Berlin, « Les idées politiques au XXe siècle », dans Éloge de la liberté(...)
  • 6 Waltzer, « What Rights for Cultural Communities? ».
  • 7 Voir Russell, Constitutional Odyssey, p. 222-223.

9La négociation, comme nous l’avons vu, est la marque de commerce de la polyarchie pluraliste, même si les polyarchistes adeptes de la realpolitik ainsi que les monarchistes y ont recours malgré eux lorsque tous les autres moyens d’imposer leur point de vue ont échoué. Au cœur de la négociation se trouve le compromis, et le compromis, comme l’a dit un jour Joseph Schumpeter de façon fort appropriée, ne peut que « mutiler et dégrader4 » les biens ou les valeurs auxquels il s’applique. Le simple fait que ces biens et ces valeurs comptent au plus haut point pour les personnes concernées devrait suffire à nous convaincre, pour dire les choses crûment, que la négociation peut faire mal. Ainsi, l’un des résultats inévitables du passage à un processus d’amendement constitutionnel plus participatif mais toujours dominé par la négociation est qu’un grand nombre de personnes, en plus des politiciens professionnels, finissent par se « salir les mains », ce qui, comme le disent souvent les pluralistes, fait partie du jeu. D’où l’affirmation de Michael Walzer5 selon laquelle la politique, en particulier dans les sociétés multiculturelles, ne peut mener qu’à « des compromis dont les citoyens de la société démocratique et les membres de la communauté seront toujours insatisfaits »6. Car, comme nous le rappelle Peter Russell, la logique de la négociation est d’acculer ses opposants au pied du mur7, et personne n’aime se trouver dans cette position.

10L’esprit plutôt pessimiste qui caractérise le pluralisme n’a donc rien pour étonner. Le patriotisme, en revanche, permet d’emprunter une autre voie. Car si les personnes qui prennent part à un conflit essaient d’entreprendre une conversation qui vise le rapprochement plutôt que le compromis en ce qui a trait aux biens ou valeurs en jeu, il leur devient au moins possible de découvrir des façons de transformer ces biens et de les reformuler, donc de les améliorer. Si la conversation réussit, alors cela signifie que ces biens seront non seulement plus authentiques et davantage en harmonie avec tous les autres biens existants, mais aussi qu’ils auront plus de pouvoir et seront plus susceptibles de constituer une source de motivation pour ceux qui les font valoir. Après tout, plus la musique est entraînante, plus il y a de gens qui ont envie d’y danser.

  • 8 Joyce, Finnegans Wake, p. 23. C’est nous qui traduisons.

11Ainsi, lorsque James Joyce écrit, en contradiction directe avec les propos de Walzer, cités plus haut, que « la capacité d’entendre du citoyen profite à l’ensemble de la polis » (the hearsomeness of the burger felicitates the whole of the polis8), il est clair que l’écrivain fait référence à la même attention exigeante que j’ai définie plus tôt comme un préalable à l’écoute réelle, laquelle est essentielle à la conversation, et non à la négociation ; parce que pour arriver un jour à « profiter » à tous, la politique devra compter au moins quelques réussites à son actif en matière de rapprochement et de conciliation. Toutefois, une politique qui se limite à la négociation, laquelle ne fait que « mutiler et dégrader » les biens, ne procure jamais ce réel plaisir qui vient avec les rapprochements. Pensez à la satisfaction que l’on éprouve quand l’on a de la difficulté à exprimer quelque chose correctement, et que l’on finit par trouver les mots exacts qui permettent aux interlocuteurs de comprendre immédiatement Ou prenons le cas de deux amis qui ont des goûts très divergents en musique et qui découvrent un morceau sur lequel ils aiment tous deux danser. Voilà qui est très différent de l’inconfort que l’on éprouve quand on est obligé de se résigner à faire des compromis, à employer un terme inadéquat ou à danser sur une musique que l’on n’aime pas.

12Tout cela devrait mettre en évidence le net avantage qu’il y aurait à donner une place de choix à la conversation dans le cadre du processus de réforme constitutionnelle : au bout d’une démarche politique basée sur la conversation, les citoyens seront plus susceptibles d’être en accord avec les résultats atteints, donc de se sentir chez eux au sein de l’espace constitutionnel. Et lorsque cela se produira, je vous garantis que l’on ne parlera plus de « fatigue constitutionnelle ».

CONTRE LA CHARTE

  • 9 Trudeau, « Des valeurs d’une société juste », p. 384.
  • 10 Ibid., p. 385-386.

13Pierre Trudeau considérait que l’un de ses principaux objectifs en tant que chef du gouvernement était de combattre « les forces centrifuges qui risquaient de débalancer la fédération... par l’application d’une politique de société juste9 ». Parmi ces politiques, la plus importante a été, bien sûr, la Loi constitutionnelle de 1982, assortie de sa Charte des droits et libertés10. Il y a ici une triste ironie, cependant. Car même si Trudeau et ses partisans ne s’en rendaient pas compte à l’époque, la Charte elle-même entraîne une dynamique largement centrifuge.

14L’une des raisons de cet état de fait est que la Charte n’est en aucun cas unifiée, qualité à l’effet centripète que ses fondateurs auraient voulu lui conférer. Je rappelle que pour le théoricien neutraliste, les principes fondamentaux de gouvernance d’un pays sont censés constituer un tout systématiquement unifié, dont les parties sont imbriquées les unes aux autres de façon non contradictoire et pleinement compatible. Une constitution élaborée selon ce principe comporte des règles qui, lors de leur application, tiennent lieu de fondation unificatrice pour le pays : si tous les citoyens y accordent leur consentement, ou du moins y donnent leur adhésion en pratique, alors c’est comme si tous ne faisaient qu’un. Malheureusement, dans la réalité, la politique se déroule dans un monde inévitablement chaotique et—comme le pluraliste ne cesse de nous le rappeler—sale. Peut-être existe-t-il une unité au paradis, mais pas dans l’univers moral au sein duquel les humains évoluent présentement. Seuls les utopistes croient qu’il puisse en être autrement.

  • 11 C’est la raison pour laquelle je suis profondément en désaccord avec l’argument de Peter Russell s (...)

15C’est pourquoi il n’est pas étonnant que divers observateurs soient d’avis que la Charte n’arrive pas a fournir une direction neutre et systématique face aux conflits. Car comme tous les textes, à l’exception des plus simples, elle est traversée par des tensions et des orientations conflictuelles, et toute prétention du contraire reviendrait à déformer les biens mêmes qu’on cherche à faire valoir. De plus, les divisions de la Charte sont exacerbées par un appareil judiciaire qui exerce ses activités, à l’instar de ses équivalents dans le monde anglo-américain, dans le contexte d’un système adversatif, ce qui constitue pratiquement une assurance que les décisions qui en émanent prendront, au mieux, la forme de règlements coercitifs plutôt que de règles expressives11. Enfin, le langage employé dans la Charte pour exprimer les biens mis de l’avant n’assure qu’une intégration minimale de ses parties, ce qui en fait un document fondamentalement fragmenté et porteur de fragmentation. Par conséquent, il est à mon avis plus facile de comprendre la Charte si on la considère d’orientation pluraliste plutôt que neutraliste.

  • 12 Waldron, « When Justice Replaces Affection: The Need for Rights », p. 373.

16C’est parce que la Charte présente les biens qu’elle contient dans un langage axé sur les droits qu’elle possède ce caractère fragmenté. Car ce langage incite à la négociation, forme adversative de dialogue qui ne vise qu’à équilibrer les différents termes d’un conflit plutôt qu’à les intégrer les uns aux autres ou à les concilier. Cette dynamique se déroule selon la logique suivante : quand on considère une valeur ou un bien comme un droit, on le conçoit automatiquement comme une entité isolable et discrète (le droit à la libre expression, le droit à la sécurité personnelle, etc.), ce qui explique pourquoi les droits sont souvent mis de l’avant sous forme de programmes ou de listes. Et lorsque des éléments aussi indépendants les uns des autres entrent en conflit, le pluraliste a tendance à considérer qu’ils « se heurtent » ou qu’ils « s’affrontent » ; un conflit empreint d’un tel antagonisme ne pourra, au mieux, que mener à des accommodements. D’où cette observation de Jeremy Waldron : « Invoquer ses droits équivaut à se distancier des personnes à qui on présente une réclamation ; cela revient à annoncer, en quelque sorte, l’ouverture des hostilités, et à reconnaître que d’autres liens plus chaleureux comme la parenté, l’affection et l’intimité ne tiennent plus »12. Après tout, comme le dit la formule, il faut se battre pour ses droits.

  • 13 Cairns, Charter versus Federalism, p. 49.
  • 14 Ibid., p. 74.

17Ainsi, affirmer ses droits revient à adopter une attitude d’affrontement, et aucune conversation n’est possible avec un adversaire. En fait, si l’une des parties à un conflit refuse d’écouter, alors la conversation devient tout simplement hors de question. Et s’il n’y a pas de place pour la conversation, alors il n’est pas non plus possible de mettre de l’avant le bien commun public qui, à la différence d’une théorie abstraite de la justice, est garant de l’intégrité réelle de toute communauté de citoyens. S’il est irréaliste de chercher à unifier une communauté politique, nous ne devrions pas pour autant abandonner toute tentative d’en rapprocher les parties et de les intégrer davantage les unes aux autres—à moins, bien sûr, de nous borner à nous exprimer en termes de droits. Or, c’est exactement ce à quoi mène la Charte ; nous devons aussi comprendre qu’elle nous incite à brandir nos droits non seulement, comme le prétend Cairns, face aux gouvernements fédéral et provinciaux13, mais aussi face aux autres Canadiens. Car comme Cairns le fait remarquer, le langage des droits « n’est plus seulement réservé aux démarches proprement juridiques, mais s’est insinué à l’intérieur de l’activité politique de tous les jours14. »

18On peut dire que la Charte contribue à nous fragmenter et à nous diviser de deux façons. L’une tient à son multiculturalisme d’orientation pluraliste : en réclamant le respect des droits des femmes et des minorités comme les autochtones, les personnes frappées d’incapacité physique et les groupes ethniques, elle encourage la division, plutôt que l’intégration, entre ces personnes. Ce n’est pas, je le répète, la reconnaissance constitutionnelle de ces groupes qui constitue en soi un facteur de division, mais leur reconnaissance en termes de droits. Pour ce qui est de l’autre source de division, elle est d’ordre plus individualiste : les droits individuels que chérissait Trudeau mènent en bout de ligne à une fragmentation encore plus grande parce qu’ils reviennent à diviser les individus en décourageant directement l’affirmation de biens communs, ce qui entraîne du même coup la dissolution des communautés.

  • 15 Cela explique le vaste soutien apporté initialement à la suspension, par le gouvernement Trudeau, (...)

19Mais la Charte n’a pas eu que des effets négatifs. Nous ne devons pas oublier que nous, Canadiens, avec notre préoccupation pour l’ordre directement inspirée du mouton, manifestons depuis longtemps une déférence exagérée à l’égard du gouvernement15. Nous pouvons donc dire que la Charte, en contribuant à freiner cette tendance, a aidé à faire disparaître un important obstacle à la conversation et aux rapprochements dans notre façon de faire de la politique. Mais n’importe quelle affirmation constitutionnelle de respect de l’individu aurait eu le même effet, et il n’était pas nécessaire de susciter une dynamique adversative et source de division en tablant avant toute chose sur l’affirmation des droits.

  • 16 Voir, par exemple, John Rawls, Le droit des gens.
  • 17 Voir, par exemple, Jürgen Habermas, « Citoyenneté et identité nationale : réflexions sur l’avenir (...)
  • 18 Voir Cairns, Charter versus Federalism, ch. 1.
  • 19 Ibid., p. 85.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid., p. 75.
  • 22 Ibid., p. 85. Voir aussi Webber, Reimagining Canada, p. 96-97, et Peter H. Russell, « The First Thr (...)
  • 23 Avishai Margalit et Moshe Halbertal critiquent avec raison la théorie du multiculturalisme avancée (...)

20Je voudrais aborder ici une autre caractéristique de la Charte, un aspect que ses concepteurs lui ont bel et bien conféré, mais qui tend à affaiblir la communauté civique qui se trouve à la base de l’intégrité de notre pays : son caractère abstrait (« thinness »). Car les droits qui y sont inscrits ne sont censés se rapporter à aucun contexte particulier, ce qui a donné lieu à la croyance dorénavant largement répandue que ces droits devraient s’appliquer à l’intérieur de toutes les démocraties constitutionnelles modernes16, voire même, pour ceux qui adoptent un point de vue plus universaliste, à l’humanité tout entière17. En effet, comme l’a expliqué Cairns, le discours axé sur les droits qui est incorporé dans la constitution de la plupart des démocraties modernes a été inspiré par rien de moins que la Déclaration des droits de l’homme des Nations Unies18. Mais alors, sur quelle base pouvons-nous légitimement maintenir les distinctions et les frontières entre les divers pays concernés ? Car l’adoption de la Charte ne signifie pas tant que « les deux ordres de gouvernement [fédéral et provincial] font maintenant face à des citoyens canadiens ayant des droits19 », mais qu’ils ont dorénavant affaire à des êtres humains ayant des droits. En effet, la Charte fait plus que simplement « extraire psychologiquement les gens de leurs communautés provinciales20 », elle les extrait de la communauté fédérale, c’est-à-dire de la citoyenneté canadienne elle-même. Comme le fait remarquer Cairns, les droits et libertés inscrits dans la Charte « ne s’appliquent pas strictement aux citoyens, mais, selon le droit ou la liberté dont il est question, sont garantis à “tous”, “toute personne”, “chacun”, “tout individu” ou “tout membre du public”21 ». À partir de là, il fait une interprétation erronée lorsqu’il affirme, de concert avec bien des gens, que « la Charte dépeint les Canadiens comme une seule... communauté22 », d’autant plus qu’elle confère aussi des droits à un certain nombre de communautés distinctes. Étant donné que l’ensemble de la population est considérée comme bénéficiaire de ce qui constitue somme toute des principes universels, la formulation de ces principes en termes de droits ne peut avoir d’effet « centralisateur » que si le centre en question se trouve non pas à Ottawa, mais au quartier général de l’onu, à New York23.

  • 24 Voir « Pour une politique fonctionnelle ».
  • 25 Balthazar, « The Dynamics of Multi-Ethnicity in French-Speaking Quebec: Towards a New Citizenship  (...)
  • 26 Seymour, La nation en question, p. 104. Pour une raison similaire, Wayne Norman semble tenir une b (...)

21Il n’est donc pas étonnant que les théoriciens neutralistes qui ont donné leur appui à l’adoption de documents constitutionnels tels que la Charte n’aient que peu de raisons à offrir quand vient le temps d’expliquer pourquoi nous devrions reconnaître les frontières entre les États—lorsque, bien sûr, ils ne décident pas d’aller jusqu’au bout de leur logique et de préconiser un cosmopolitisme à tous crins. Peu de temps avant que Trudeau devienne premier ministre, par exemple, il a publié avec d’autres un surprenant manifeste politique où les auteurs indiquaient clairement qu’ils n’avaient en principe rien contre l’idée de joindre le Canada aux États-Unis : « Vouloir l’intégrer [le Canada] à une autre entité géographique nous apparaît également comme une tâche futile à l’heure actuelle, même si un tel développement peut, en principe, sembler plus conforme à l’évolution du monde24. » Mais des déclarations comme celles du politologue québécois Louis Balthazar, souverainiste et tenant du nationalisme civique, ne sont pas moins étonnantes. Balthazar préconise l’avènement d’un Québec indépendant qui s’appuierait sur ce qu’il appelle paradoxalement un « nationalisme cosmopolite », idée aux forts accents trudeauesques. Et pourquoi, pourrions-nous demander, quiconque tiendrait-il à œuvrer à « l’avènement d’une citoyenneté québécoise originale qui ne serait pas perçue comme incompatible avec une allégeance au Canada25 » ? Michel Seymour a posé à cet égard une question fort pertinente : « Pourquoi la nation civique québécoise serait-elle meilleure que la nation civique canadienne26 ? »

22Tout cela vient justifier ma thèse, suivant laquelle des normes réellement intégratives à l’échelle de tout le pays devraient être instituées au moyen de règles expressives et non de règlements abstraits ou adversatifs. Or, pour ce faire, il est nécessaire d’abandonner le langage axé sur les droits. Les inquiétudes concernant les risques de désintégration de notre pays ne pourront être apaisées qu’en répondant aux besoins de la communauté de citoyens qui est à la base de notre intégrité, et non en la fragilisant par l’affirmation des droits des individus ou des communautés qui la composent J’admets que les droits ont leur place en politique, mais on ne devrait les invoquer qu’en s’appuyant sur un document à portée mondiale et non nationale, comme par exemple la Déclaration des droits de l’homme des Nations Unies, dont le Canada figure de façon fort appropriée au nombre des signataires. Les droits qui sont inscrits à cette déclaration devraient être invoqués seulement après qu’il se soit avéré impossible de concilier nos idéaux conflictuels, c’est-à-dire lorsque la négociation, plutôt que la conversation, est devenue la seule option possible. En intégrant le langage des droits directement dans notre constitution, document censé exprimer les principes de base de notre communauté politique pan-canadienne, nous ne faisons que l’affaiblir.

23C’est également la raison pour laquelle je crois que nous devrions soutenir les appels à l’insertion d’une « clause Canada » à l’intérieur de la constitution. Après tout, « paix, ordre et bon gouvernement », c’est un peu terne. Au lieu de cela, nous aurions besoin d’une expression—qui touche si possible au sublime, et qui tient même de l’épiphanique—de ce que nous, Canadiens, défendons vraiment, d’un document qui guiderait et renforcerait les personnes prenant part à notre vie politique animées d’un réel engagement envers la poursuite du bien commun. Seule la poésie pourrait avoir cet effet, et certainement pas un programme de droits.

LA RECONNAISSANCE INDIVIDUELLE DES CITOYENS CANADIENS

  • 27 Katherine A. Graham et Susan D. Phillips, « Citizen Engagement: Beyond the Customer Revolution », (...)
  • 28 Ibid., p. 264.
  • 29 Ibid., p. 269.

24Qu’est-ce que cela voudrait dire de reconnaître les citoyens canadiens en tant qu’individus sans avoir recours à une charte qui ne fait que les barder de droits ? On pourrait en discuter longtemps, mais je vais me concentrer sur ce que cela impliquerait pour les relations entre les Canadiens et leurs gouvernements, en particulier entre les citoyens et leurs bureaucraties d’État. Je me limiterai à une simple suggestion qui indiquera la direction globale dans laquelle les réformes dans ce domaine devraient selon moi aller, direction qui a beaucoup de points en commun avec ce que les chercheurs en administration publique appellent l’« engagement du citoyen ». Ainsi, nous devrions faire en sorte que les citoyens jouent en rôle soutenu (c’est-à-dire pas seulement en période d’élections) consistant à exercer une supervision éclairée sur le gouvernement et à le guider. La citoyenneté devrait vouloir dire beaucoup plus que simplement recevoir des services de l’État ; elle correspondrait aussi à « une identité exprimant l’appartenance à une communauté politique27 ». Toutefois, comme l’ont fait remarquer Katherine Graham et Susan Phillips, ce processus a été en quelque sorte empêché par l’avènement, dans l’administration publique canadienne, de ce que l’on a appelé la mentalité de « service à la clientèle », suivant laquelle les bureaucraties gouvernementales ont été amenées à considérer les citoyens comme des clients qui s’attendent à recevoir des services correspondant à certaines normes d’efficacité et d’efficience. Le problème avec tout ça, c’est que même si les services se sont améliorés dans un certain nombre de cas, « l’essence de la vie politique se voit redéfinie en des termes limités comme la prestation efficace de services, au lieu de constituer un combat sur les valeurs et les compromis qu’il faudrait appliquer pour déterminer quels services devraient être fournis en tout premier lieu28 ». Évidemment, l’emploi des termes « combat » et « compromis » trahit l’orientation pluraliste de Graham et de Phillips, qui ont néanmoins raison de s’inquiéter de la dépolitisation de l’administration publique, laquelle en est venue à épouser ce qui constitue dans les faits une forme économique de monarchie. En outre, certains des principes et des lignes directrices qu’elles proposent—par exemple, que les rapports entre les citoyens et l’État soient transparents et flexibles et tiennent compte des différences tant dans la capacité des citoyens d’accéder au gouvernement que dans le mode de participation privilégié29 —me semblent éminemment compatibles avec une politique patriotique. À ceci près que le patriote irait encore plus loin en cherchant à abolir complètement l’idée selon laquelle la relation citoyen-État est de nature strictement « instrumentale », comme s’il était possible de tracer entre les deux un trait conceptuel continu. Le rôle des citoyens doit être conçu comme allant bien au-delà d’une simple utilisation de l’État dans le but d’arriver à leurs fins, lesquelles seraient entièrement indépendantes dudit État. En effet, comme nous l’avons expliqué, l’État doit aussi exprimer au moins en partie qui ils sont, leur identité. Réciproquement, l’État ne devrait sous aucun prétexte traiter ses citoyens comme des instruments manipulables. Et quel serait le moyen le plus efficace d’empêcher l’installation d’une telle relation instrumentale ? La conversation, bien sûr.

25Ce qui m’amène à dire que l’on devrait faire place à la conversation à tous les niveaux d’interaction entre le citoyen et l’État, et pas seulement dans le cadre de consultations publiques officielles sur des questions politiques données. Après tout, comme aucune règle n’est parfaite (en particulier, il va sans dire, celles qui prennent la forme de règlements bureaucratiques), des conflits et des complications surgiront inévitablement lorsqu’elles seront appliquées dans des cas spécifiques, et c’est pourquoi, dans ces circonstances, tout doit être fait pour favoriser les rapprochements. Si je devais nommer un seul facteur expliquant pourquoi—ne serait-ce que symboliquement—cette vérité échappe à tant de gens, ce serait la tradition étatique consistant à assigner à ses citoyens des numéros pour être en mesure de les identifier et de les retracer. Car les numéros enlèvent aux individus leur caractère unique et leur particularité, soit précisément le type de facteurs auxquels les bureaucrates devraient pouvoir être sensibles pour être en mesure de véritablement s'engager envers les personnes qu’ils servent. Ce n’est pas pour rien que nous avons des noms. Voici ce qu’en dit Charles Taylor :

  • 30 Taylor, Les sources du moi : la formation de l’identité moderne, p. 653. Les numéros n’ont pas tou (...)

Le lien étroit entre l’identité et l’interlocution apparaît aussi dans la place qu’occupent les noms dans la vie humaine. Mon nom est ce par quoi je me « fais appeler ». Un être humain doit avoir un nom, parce qu’il faut qu’on l’appelle, c’est-à-dire qu’on s’adresse à lui. Qu’on m’appelle dans une conversation est une condition préalable du développement de l’identité humaine, et mon nom m’est (ordinairement) donné par mes premiers interlocuteurs. Les scénarios cauchemardesques de la science-fiction où, par exemple, les détenus des camps n’ont plus de nom mais un numéro tirent leur force de ce fait. Les numéros étiquettent les gens à des fins de classement, mais ce dont on se sert pour s’adresser à une personne, c’est de son nom. Les êtres qui ne sont que des référents et à qui on ne s’adresse pas par ailleurs, sont classés ipso facto comme des non-humains, sans identité. On ne s’étonnera pas que, dans plusieurs cultures, le nom soit conçu en quelque sorte pour saisir, voire constituer, l’essence ou le pouvoir de la personne30.

  • 31 J’aimerais remercier Christophe Leblay du Service des systèmes d’information de la société Nortel (...)
  • 32 J’aimerais remercier Barry McCartan pour cette suggestion.

26Mais Taylor n’aurait nullement besoin ici d’évoquer la science fiction, car déjà, durant la Deuxième Guerre mondiale, les nazis avaient adopté une pratique consistant à tatouer un numéro sur la peau des prisonniers des camps de concentration. Il va sans dire que nos gouvernements n’ont aucunement l’intention d’en arriver à une telle déshumanisation, mais cela ne les a pas empêchés d’adopter un système basé sur les numéros dans une grande variété de domaines : passeport, certificat de naissance, permis de conduire, carte d’assurance-maladie, et surtout, carte d’assurance sociale— tous ces documents ont un numéro. Cette pratique a pour effet de créer une distance inutile entre l’État et ses citoyens et, inévitablement, de décourager la conversation. Je dis « inutile » parce que, grâce en partie aux techniques d’entreposage de données inventées par Ralph Kimball il y a environ une décennie, il n’est plus vraiment nécessaire d’attribuer des numéros aux dossiers pour accéder efficacement aux données informatisées. En fait, les changements qu’il faudrait apporter aujourd’hui pour que les gouvernements du Canada puissent utiliser le nom (combiné à la date et au lieu de naissance, ainsi qu’à une signature, peut-être) des personnes au lieu d’un numéro comme principal moyen d’accéder aux dossiers des citoyens seraient très faciles à réaliser, et à un coût inférieur à un million de dollars31. On pourrait également envisager l’addition de dossiers audio contenant des enregistrements conçus en vue d’aider les bureaucrates à prononcer les noms correctement, ce qui serait particulièrement utile dans le cas des noms aux consonances parfois exotiques des immigrants32.

27En appelant à une telle réforme, je désire attirer l’attention sur la nécessité, pour l’État, de faire preuve d’une plus grande sensibilité envers l’identité unique de chaque citoyen canadien. Selon moi, cela favorisera en même temps une meilleure prise de conscience du besoin d’assurer la protection des renseignements personnels, en raison du caractère de plus en plus perfectionné de la technologie liée aux bases de données. Cette réforme fera aussi ressortir l’importance de la protection des libertés individuelles, l’un de nos biens les plus chers et à la survie duquel, comme l’ont montré avec éloquence Franz Kafka et Michel Foucault, la technologie et la bureaucratie représentent une sournoise menace. Par conséquent, je suggère simplement ceci : débarrassons-nous des numéros, et que ça saute !

LA RECONNAISSANCE DES AUTOCHTONES

  • 33 Voir, par exemple, Franz Kafka, Le procès et « Dans la colonie pénitentiaire », ainsi que Michel F (...)
  • 34 Sur le Livre blanc, voir J.R. Miller, Skyscrapers Hide the Heavens: A History of Indian-White Rela (...)

28Je voudrais maintenant me pencher sur la « question autochtone », qui est sûrement la plus urgente aujourd’hui au Canada. On parle ici d’une relation qui, pour l’essentiel, a été façonnée par la partie dominante, soit le Canada non autochtone. Bien entendu, les choses n’ont pas commencé ainsi. Au début, les explorateurs et les colons en provenance d’Europe dépendaient—parfois désespérément—de l’aide des autochtones pour survivre au sein de cette nature « monstrueuse ». Comme je l’ai déjà mentionné, cette situation a amené les colons à accorder aux autochtones un certain respect, ainsi qu’à leur reconnaître un statut correspondant en quelque sorte à celui d’un État souverain. La négociation de traités est alors devenue un moyen de résoudre les différents conflits d’intérêts. Loin d’affirmer que les négociations ont toujours été menées en toute bonne foi, je dirais tout de même que cette approche, en partie inscrite dans la Proclamation33 royale de 1763, était néanmoins plus juste que celle, profondément condescendante, qui lui a succédé. Celle-ci s’est manifestée, dans un premier temps, par l’imposition d’une véritable tutelle sur les peuples autochtones par l’application des politiques « civilisatrices », c’est-à-dire assimilatrices, prévues par la Loi sur les Indiens de 1869 puis, dans un deuxième temps, un siècle plus tard—en 1969—, par le dépôt du Livre blanc du gouvernement Trudeau, qui proposait l’abolition de la Loi sous prétexte que l’assimilation avait été réalisée avec succès34.

  • 35 Voir Flanagan, First Nations? Second Thoughts.
  • 36 Voir gouvernement du Canada, À l'aube d’un rapprochement : points saillants du rapport de la Commi (...)
  • 37 Cairns, Citizens Plus: Aboriginal Peoples and the Canadian State, p. 92.

29Après avoir suscité de nombreuses protestations, le Livre blanc a été retiré, et un ajout a été apporté à la Charte, l’article 25, qui accorde une forme de reconnaissance des « droits ou libertés - ancestraux, issus de traités ou autres - des peuples autochtones du Canada ». Depuis lors, on se demande ce que cela peut bien vouloir dire exactement. L’une des réponses à cette question nous est venue de Tom Flanagan, qui endosse tout simplement l’idée de la supériorité des conceptions occidentales modernes en matière de politique et d’économie. Dans un esprit clairement monarchiste, Flanagan et ceux qui partagent son opinion affirment que l’assimilation des autochtones demeure un objectif valable, et que l’article 25 devrait être retiré de la Charte35. La position polyarchiste, quant à elle, est en grande partie exprimée dans le rapport de la Commission royale sur les peuples autochtone de 1996, qui recommande la normalisation des relations entre les autochtones et les non-autochtones par la signature de traités. Sans tenir suffisamment compte des autochtones qui résident dorénavant dans les grands centres urbains du Canada, la Commission en appelle à une constitution qui accorderait une importante autonomie gouvernementale aux nations autochtones sur une base territoriale36, au point de constituer, selon moi, une forme de souveraineté-association. Pour les rédacteurs du rapport, c’était la seule façon de revenir à l’esprit de ce que l’on a appelé le « wampum à deux rangs ». Mais selon Alan Cairns, cette façon de faire revient à tracer des « chemins parallèles qui ne se rejoignent jamais », et à établir une « coexistence avec très peu de correspondance entre les solitudes37 ».

  • 38 Ibid., p. 115.
  • 39 Ibid., p. 202-203.
  • 40 Ibid., p. 165.
  • 41 Ibid., p. 200.
  • 42 Ibid., p. 167,206.
  • 43 Ibid., p. 158.
  • 44 Ibid., p. 182.

30Cairns est pour sa part favorable à une troisième voie. Souvent, toutefois, cette voie ne semble pas très patriotique, comme lorsqu’il écrit que son objectif ne consiste qu’à atteindre un « équilibre38 » des forces, ce qui, comme chez Samuel LaSelva39, mène à une position paradoxale combinant monarchie et polyarchie. C’est ce paradoxe qui sous-tend l’analyse de Cairns sur la place des autochtones au Canada. Selon ce point de vue, les autochtones doivent devenir des « citoyens plus », le « citoyen » et le « plus » étant considérés comme deux « catégories40 » distinctes et indépendantes. Une telle approche additive, toutefois, est incompatible avec l’idée suivant laquelle tous les biens sont dans une certaine mesure déjà intégrés dans un tout, et que pour accroître cette intégration, une certaine transformation mutuelle est nécessaire. Car Cairns semble adhérer à une conception neutraliste de la citoyenneté, laquelle serait à la base de ce qu’il appelle une « unicité41 », concept qui, à son avis, est bien explicité dans la Charte42 (selon une compréhension de toute évidence théorique de celle-ci). Ainsi, au Canada, les différences doivent être « transcendées43 » plutôt qu’intégrées ou conciliées, comme le préconise plutôt le patriote. Par conséquent, au lieu de reconnaître que l’ensemble d’entre nous ne partagerons jamais une seule et même conception de ce que signifie être Canadien parce que nous entretenons tous, y compris les autochtones, un rapport différent et changeant avec l’État, Cairns suppose que l’élément « citoyen » du « citoyen plus » est uniforme et immuable. Apparemment, seul le « plus » doit faire l’objet des « débats politiques de l’avenir44 », dans le sillage des recommandations du rapport Hawthorn-Tremblay, où cette expression est apparue pour la première fois.

  • 45 Ibid., p. 188.
  • 46 Ibid., p. 192-199.
  • 47 Ibid., p. 205-209.

31À d’autres occasions, cependant, Cairns semble épouser une orientation patriotique. Il parle, par exemple, d’une « communauté pan-canadienne engagée dans la réalisation de tâches communes, une citoyenneté s’étendant d’un océan à l’autre qui nous unit les uns aux autres, dans l’une de nos dimensions, en un seul et même peuple politique45 ». Mentionnons également sa critique des effets négatifs des négociations se déroulant dans un esprit d’affrontement, qui selon lui sont un facteur de division46. De plus, à la fin de son livre, il fait l’éloge de certains autochtones, comme le juriste John Barrow et la Fédération des nations autochtones de la Saskatchewan, parce qu’ils en appellent à une réconciliation réelle entre leurs communautés et les Canadiens non autochtones47. Il manque toutefois quelque chose à ce côté plus patriotique de Cairns : une conscience de ce que pourraient être, dans ce cas, les implications potentiellement radicales de cette philosophie politique.

  • 48 Ibid., p. 200.
  • 49 Ramsay Cook, « Sauvages, Indians, Aboriginals, Amerindians, Native Peoples, First Nations », dans (...)

32Prenons par exemple l’approche, également adoptée par Cairns, qui prévaut actuellement dans le cadre du règlement des revendications territoriales48. L’historien Ramsay Cook endosse lui aussi cette approche : au sujet des revendications figurant dans la déclaration constitutionnelle de 1992 de l’Assemblée des Premières Nations, il a écrit que « la résolution des problèmes et même des contradictions contenus dans ces revendications d’envergure visant l’obtention d’un statut constitutionnel distinct exigera sans doute de nombreuses années de négociations, suivies de nombreuses décisions des tribunaux49 ». Or, la négociation et le recours aux tribunaux, comme nous l’avons vu, ne sont pas des chemins adéquats vers le rapprochement. Mais cela ne veut pas dire qu’il faille omettre de reconnaître le rôle (tristement nécessaire) du pouvoir judiciaire dans la démarche contemporaine menant à la reconnaissance des droits des autochtones en matière de territoire et d’autonomie gouvernementale. Je pense, par exemple, à la décision déterminante rendue par la Cour suprême en 1973 dans Calder c. Procureur général de la Colombie-Britannique, qui a joué un rôle important dans l’élaboration de l’article 25 de la Charte, et à la décision de 1997 dans Delgamuukw c. Colombie-Britannique, qui a reconnu aux autochtones un titre « aborigène » ayant force de loi leur conférant des droits sur leur territoire traditionnel ; ainsi, les droits qu’ils détenaient sur les terres qui n’avaient jamais été cédées ni fait l’objet de traités raisonnables devaient dorénavant être distingués des droits de propriété issus de la Common Law et validés par des titres reconnus en vertu de la Land Titles Act (1894). Ainsi, grâce aux tribunaux, des droits qui avaient été mis au rancart ont été remis à l’ordre du jour.

33Mais comme je l’ai expliqué, le fait de ne reconnaître que des « droits » nous incite à nous tourner sans cesse vers les tribunaux ou à recourir à la négociation, ou encore à combiner ces deux démarches, pour déterminer ce que ces droits signifient dans la pratique. Or, le Canada ne peut tout simplement pas se permettre cela à l’heure actuelle. Le fait est que les Canadiens, tant autochtones que non-autochtones, ont désespérément besoin de règles expressives et non prescrites pour les guider dans ce domaine. Dans le cas des autochtones, leurs épreuves ne prendront fin que lorsqu’ils en arriveront à des ententes réellement satisfaisantes sur les plans social et politique. Sur le plan social, il faudra une amélioration significative des conditions épouvantables—entre autres, un degré de pauvreté comparable à celui du Tiers Monde, un taux de chômage élevé, un problème de surconsommation de drogues et d’alcool, un taux de suicide alarmant et de graves problèmes de santé—dans lesquelles vivent aujourd’hui un grand nombre de communautés autochtones, situation héritée en grande partie du colonialisme. Politiquement, seule une reconnaissance pratique et non seulement juridique des nations autochtones pourrait instaurer une relation équitable entre celles-ci et le reste du Canada, et permettre aux autochtones contemporains d’honorer leur responsabilité face à leurs ancêtres. Ce que tout cela signifie en détail reste encore à déterminer, mais il faut admettre qu’il existe au moins une forme de reconnaissance qui donnerait sans doute de bons résultats : la souveraineté-association que propose la Commission royale. Toutefois, d’autres solutions pourraient aussi s’avérer appropriées ; certaines pourraient même réussir à maintenir un degré significatif d’intégration entre la gouvernance autochtone et celle des autres Canadiens. Évidemment, je préférerais que nous options pour une approche de ce genre, car cela voudrait dire que la conversation y jouerait un rôle de premier plan. Je développerai plus avant cette idée dans les lignes qui suivent.

  • 50 Frank, « Getting Angry over Native Rights », p. 18.
  • 51 Ibid., p. 21.
  • 52 Ibid., p. 23.
  • 53 Comme il le fait dans ibid., p. 24.
  • 54 Ibid., p. 21.

34Premièrement, toutefois, j’aimerais faire une précision sur l’attitude des Canadiens non autochtones face aux revendications territoriales des autochtones. Nous devons comprendre que tout règlement juste et équitable de ces questions, qui tiendrait suffisamment compte de l’héritage historique du colonialisme, va inévitablement exiger beaucoup de ces Canadiens. Or, s’ils ne possèdent pas une réelle compréhension des questions en jeu, on ne peut pas s’attendre à ce qu’ils acceptent sans protester les demandes autochtones. En fait, on peut déjà voir des signes de résistance. Comme le rapporte Steven Frank, « partout au Canada, des pointes d’irritation et d’hostilité surgissent, alors que les non-autochtones tentent péniblement de composer avec les ajustements sociaux les plus importants et les plus profonds que l’histoire du pays ait jamais connus : la tentative de rendre justice aux autochtones et d’en arriver à un règlement juridique définitif face à leurs revendications, restées jusqu’ici sans réponses50 ». Frank cite Peter Russell : « La majorité de la population n’a aucune notion d’histoire, et les gens disent : “Qui diable sont ces individus, et depuis quand ont-ils tous ces droits51 ?” » Lorsque les tribunaux décident que ces droits existent bel et bien, les non-autochtones ont l’impression qu’on leur impose de force des règlements. D’où les protestations, la violence et le sabotage qui ont suivi la décision rendue en 1999 par la Cour suprême dans la cause R. c. Marshall, qui accordait aux autochtones de la côte Est le droit de pêcher sans permis52. Mais si Robert Nault, à l’époque ministre fédéral des Affaires indiennes et du Nord canadien, était bien conscient que la multiplication de longs et coûteux litiges constituait une source de tension majeure, il croyait néanmoins que la solution consistait, pour son gouvernement, à œuvrer le plus rapidement possible à la signature d’ententes par voie de négociation53. Or, s’il est vrai que, comparativement aux décisions judiciaires, les négociations réalisées par des agents officiels responsables devant les représentants élus tendent à donner des résultats plus légitimes aux yeux des non-autochtones, ceux-ci ont tout de même de la difficulté à éprouver quelque enthousiasme que ce soit face à ces ententes. Cela s’explique notamment par le fait qu’en raison de la nature même du processus de négociation, ces accords seront toujours perçus comme le fruit de compromis, de concessions accordées pour apaiser l’adversaire plutôt que comme l’expression du bien commun. C’est la raison pour laquelle de nombreux non-autochtones ont décidé de ne pas attendre les prochaines élections pour exprimer leur mécontentement, comme en témoignent les cinq poursuites déposées contre le traité Nisga’a, en Colombie-Britannique54.

  • 55 Ceci va dans le sens de l'affirmation de Michael Walzer sur le caractère exorbitant de ce qu’il a (...)

35En outre, les non-autochtones finiront par découvrir que ces accords, sans qu’en soient responsables les leaders autochtones avec qui ils ont été ratifiés, ne réussiront même pas à régler complètement la « question autochtone ». Car si, comme l’affirme la critique élitiste du pluralisme, l’existence d’un déséquilibre de pouvoir important entre les négociateurs tend à mener à des ententes favorisant le plus fort, les disparités qui existent dans le cas qui nous occupe sont si énormes qu’il est pratiquement assuré que les accords obtenus seront injustes. Le simple fait que les négociateurs non autochtones qualifient les demandes autochtones—et non les leurs—de « revendications » en dit long sur la nature profondément asymétrique du processus ; cela révèle que l’on part de l’idée que seule la souveraineté des autochtones—et non celle des autres Canadiens — est en jeu. Mais la teneur des négociations est un aspect encore plus désolant de cette dynamique. En effet, en raison des terribles conditions sociales avec lesquelles sont aujourd’hui aux prises un grand nombre des communautés autochtones, certains leaders sont parfois tentés, par désespoir, d’accepter des « arrangements » qui, s’ils entraînent une amélioration à court terme de la situation de leur peuple, ne rendent aucunement justice aux enjeux historiques en cause55. Cela ne peut mener qu’à une chose : longtemps après le départ de ces leaders, d’autres seront obligés de reprendre le flambeau.

  • 56 Pour développer ces deux aspects, je me suis inspiré d’un document de travail élaboré par la Abori (...)

36Ces importantes limites inhérentes aux tribunaux et à la négociation pourraient être surmontées grâce à une approche patriotique. En visant une réelle conciliation des différences, le patriote, comme nous l’avons mentionné, prône une forme de dialogue où le pouvoir des interlocuteurs en présence ne se mesure qu’au degré de vérité exprimé ; ces interlocuteurs souhaitent en arriver à des ententes qui, pour être considérées justes, doivent être clairement légitimes pour tous les citoyens. En ce qui a trait à la question autochtone, cette façon de procéder présenterait deux différences fondamentales d’avec les démarches judiciaires et la négociation56. Premièrement, toutes les parties devraient se montrer prêtes à rechercher des moyens de concilier leurs divergences, comme par exemple à propos de leurs conceptions divergentes de la propriété foncière. Présentement, toutefois, en dépit du jugement Delgamuukw, le gouvernement fédéral continue d’affirmer que la seule façon de régler le problème est de s’appuyer sur sa Politique des revendications territoriales globales. Entre autres choses, cela signifie que le gouvernement refuse de négocier, et encore moins de converser, en ce qui a trait à son exigence que toute entente repose sur l’extinction des titres ancestraux en faveur des titres issus de traités. De plus, les principes contenus dans la Politique en ce qui a trait à la propriété et aux rapports des individus avec la terre sont entièrement étrangers aux traditions autochtones, où la notion de propriété foncière individuelle ne veut rien dire. Une tentative réelle de rapprochement exigerait plutôt des deux parties qu’elles transforment leurs conceptions respectives, et cette transformation se refléterait dans des ententes qui ne seraient basées ni sur des titres autochtones, ni sur des traités, mais plutôt sur un hybride dénué de compromis combinant les idéaux qui sous-tendent ces deux approches. Cela pourrait vouloir dire laisser tomber toute notion de propriété exclusive du territoire, tant par la partie autochtone que par la partie non autochtone, en faveur, par exemple, d’une politique d’utilisation partagée de la terre qui prévoirait une gestion conjointe des ressources et un partage équitable des revenus.

37Deuxièmement, l’approche patriotique exigerait de toutes les parties une connaissance beaucoup plus approfondie des questions en jeu ainsi que du processus de conversation employé pour les aborder. Cela est d’autant plus important qu’en raison de leur ignorance des faits historiques et contemporains pertinents, de nombreux non-autochtones ne peuvent trouver autrement qu’inacceptables l’ensemble des solutions proposées. La suggestion voulant que le Canada mette sur pied une structure comparable à la Commission vérité et réconciliation, créée en Afrique du Sud au lendemain de l’abolition de l’apartheid, mérite donc une sérieuse considération.

38L’éventualité que des ententes prévoient une forme de propriété foncière non exclusive suggère l’existence d’un autre avantage potentiel lié à l’approche patriotique : la possibilité d’une intégration réelle entre les communautés concernées.

  • 57 Fontaine, « Allocution d’ouverture ».

39Si l’imposition sans compromis des titres issus des traités est le signe d’une non-reconnaissance des nations autochtones, le fait de s’en tenir à des jugements rendus par les tribunaux en faveur de l’application des titres autochtones revient à tomber dans l’extrême opposé. Car certains craignent, et cela est fort compréhensible, que l’affirmation d’une autonomie gouvernementale autochtone du type de celle que favorise la Commission royale porte atteinte à l’intégrité du Canada en menant à l’établissement, au sein du pays, d’un archipel de souverainetés isolées. Bien sûr, compte tenu de l’histoire du colonialisme, on doit s’attendre à ce type de revendication. Je dirais même que précisément en raison de ces antécédents coloniaux, les non-autochtones ont la responsabilité de contribuer à la réalisation d’une telle autonomie gouvernementale si les autochtones continuent d’y aspirer. Ceci dit, on est en droit de se demander si l’attrait qu’exerce cette solution pour les autochtones ne tient pas principalement à l’absence, jusqu’ici, d’une solution de rechange viable. Car même s’ils sont parfois difficiles à détecter, il existe des signes évidents de la volonté des autochtones de se rapprocher du Canada et de prendre part à la communauté civique dont nous faisons tous et toutes partie. On pense, par exemple, à des déclarations comme celle de Phil Fontaine, chef national de l’Assemblée des Premières Nations, où il suggère qu’une des façons de « changer la nature de [la] relation [entre les autochtones et] le Canada et d’en arriver à une forme réelle et efficace d’autonomie gouvernementale » consisterait à aborder les questions touchant les Premières Nations « en se plaçant au-delà des limites restrictives du ministère des Affaires indiennes... ». Il a ajouté : « ... nous devrions faire partie intégrante des activités de l’ensemble des ministères du gouvernement57 ». Dans la même veine, son prédécesseur, Matthew Coon Corne, a déclaré :

  • 58 Coon Corne, « Remarks to the Canada Seminar ».

Nous, peuples autochtones, qui avons toutes les raison du monde de nous sentir trompés et injustement traités, n’avons jamais cultivé de désir collectif de vengeance. Nous n’avons jamais dit : les Européens doivent s’en retourner chez eux. Nous reconnaissons que nous vivons tous ensemble sur ce territoire qu’il nous faut partager, et qu’en bout de ligne nos intérêts sont en grande partie les mêmes. Nous voulons la paix, la santé et le bien-être pour nos enfants. Nous tenons à la propreté de l’eau et de l’air, au bonheur et à la liberté. Nous insistons sur l’importance d’une reconnaissance et d’un respect mutuels pour assurer le maintien de la dignité, des droits fondamentaux et du principe de l’égalité des peuples58.

40Selon moi, donc, les autochtones pourraient être convaincus de faire partie du pays au lieu d’aspirer à l’indépendance. Pour que cela se produise, toutefois, ils devront recevoir une réelle invitation en provenance de l’ensemble d’entre nous, les conviant non pas à la poursuite des négociations, même si elles devaient se dérouler en toute bonne foi, mais à entreprendre une conversation réelle.

  • 59 Latraverse, « Les pauvres ».
  • 60 Arendt, « Civil Desobedience ».

41Pour y arriver, il faudrait notamment reconnaître que la ségrégation des autochtones, outre le fait qu’elle constitue l’aboutissement visé des propositions polyarchistes d’autonomie gouvernementale, s’est déjà réalisée jusqu’à un certain point, pour une raison qui a peu de rapport avec la Constitution. Car les conditions difficiles dans lesquelles vivent aujourd’hui un grand nombre de communautés autochtones ne servent pas seulement d’obstacles à la négociation : elles éliminent pratiquement toute possibilité de conversation, entreprise encore plus exigeante. Le chanteur québécois Plume Latraverse nous a un jour rappelé une incontournable vérité : « Les pauvres, y’ont pas d’argent59. » Or, une bonne partie des signes évidents de la pauvreté tendent à échapper à ceux qui ne l’ont jamais vécue. D’où la pertinence de l’observation de Hannah Arendt, suivant laquelle même les génies auraient de la difficulté à réfléchir correctement s’ils avaient faim60. Si nous souhaitons contribuer à l’intégrité politique du pays par la conversation, le fait de savoir que de nombreux autochtones (de même que de nombreux non-autochtones) sont aujourd’hui tout simplement trop pauvres pour se joindre à la « danse » devrait nous faire prendre d’autant plus conscience de l’urgente nécessité de changer la situation.

  • 61 Pour un compte rendu de cet épisode, quoique quelque peu exagéré, voir Robert Hunter et Robert Cal (...)

42Et il y aurait bien davantage à gagner d’une plus grande participation autochtone à la vie politique canadienne. Les autochtones ont apporté une énorme contribution historique au pays, et j’entends par là bien plus que leur participation aux alliances militaires qui ont réussi à stopper des envahisseurs venus du sud, ou à l’effort de guerre canadien outremer. D’aucuns affirment, par exemple, que c’est la Confédération iroquoise, avec son système de clans conçu pour prévenir le fractionnisme, qui a servi de modèle à Benjamin Franklin pour harmoniser les relations entre colonies américaines. Ce modèle a ensuite été à la base des Articles de Confédération américaine, qui à leur tour ont constitué une forte inspiration pour notre propre système gouvernemental, dont les principes ont été proclamés en 1867. Ce qui voudrait dire que le fédéralisme lui-même serait un « grand cadeau des Iroquois61 ».

  • 62 Pour un exemple représentatif, voir Mark Tunick, Punishment : Theory and Practice. À propos de la (...)
  • 63 David Cayley a déjà entrepris cette démarche (voir ibid., ch. 10 et 11), de même que toutes les pe (...)

43Il n’y a aucune raison pour qu’une telle intégration culturelle prenne fin ou que l’on soit privé des avantages qui en découlent. J’aimerais ici faire état de deux possibilités. Premièrement, l’idée de mettre en place une forme différente de justice criminelle— la justice réparatrice—au sein des communautés autochtones autonomes fait son chemin et obtient de plus en plus d’appuis. Ce type de système redonnerait une place à la tradition autochtone du cercle de détermination de la peine, solution de rechange aux procédures judiciaires régies par le système adversatif anglo-américain. Mais je suggère que nous allions plus loin. Nous aurions peut-être avantage à instaurer une structure similaire dans le reste du Canada, car comme d’autres pays occidentaux, nous éprouvons clairement des difficultés à dépasser les conceptions pluralistes en matière de pénologie ; pendant ce temps, notre système carcéral sombre dans un état de crise62. Dans ce contexte, la démarche réalisée par les collectivités autochtones dans la mise en œuvre de ce type de justice nouvelle pourrait nous servir d’exemple et nous aider à sortir de l’impasse63.

  • 64 Angus, A Border Within.

44Le deuxième avantage a trait à la nature. Dans son livre A Border Within (1997), Ian Angus tente de saisir l’identité nationale canadienne-anglaise en explorant, entre autres, son rapport à la nature sauvage. Pour ce faire, il s’inspire clairement d’importantes sources occidentales comme l’idéologie verte, le marxisme et la phénoménologie heideggerienne. Mais ses conclusions sont limitées parce qu’il ne tient pas compte des conceptions autochtones de la relation entre l’homme et la nature. Sa crainte qu’aborder ce sujet revienne à « s’approprier les cosmologies autochtones à ses propres fins64 » repose sur la supposition polyarchiste suivant laquelle une nation comme le Canada anglais se conçoit de façon isolée des autres. Cependant, de nombreux Canadiens anglais ont des ancêtres dont les rapports avec la nature ont jadis été profondément influencés par les autochtones. Il ne s’agissait pas d’une « appropriation », mais d’un « apprentissage », rendu possible par le type d’ouverture qui mène à une conversation réussie. Nous en voyons les effets dans la reconnaissance croissante des avantages des médecines douces ainsi que dans la prise de conscience de nos lacunes au chapitre de la préservation de l’environnement. Il y a lieu de se demander si ce même type d’ouverture ne pourrait pas être encore bénéfique aux Canadiens anglais, voire même à tous les Canadiens.

LA RECONNAISSANCE DES QUÉBÉCOIS

  • 65 Cité dans Donald G. Creighton, John A. Macdonald: The Young Politician, p. 227.

45« Si on les traite comme une nation, ils agiront comme le font généralement les peuples libres, c’est-à-dire avec générosité65. » Lorsque John A. Macdonald a prononcé ces paroles, il faisait référence aux Canadiens français, même s’il est clair que durant son séjour à la tête du gouvernement, il a raté plus d’une occasion de suivre ses propres conseils. Nous devons faire mieux. Mais aujourd’hui, comme je l’ai dit, la nation canadienne-française n’existe plus, ayant donné naissance à plusieurs communautés régionales-ethniques éparpillées à l’extérieur du Québec ainsi qu’à la nation québécoise à l’intérieur de cette province. Comment, par conséquent, rendre justice à cette dernière ?

46Considérons l’analogie suivante. Un groupe d’amis vivent ensemble. Un jour, l’un d’entre eux subit un changement, une transformation personnelle si profonde que, entre autres choses, il perd la foi (il avait été jusque-là particulièrement dévot) et décide de se lancer dans une toute nouvelle carrière. Il prétend également s’être fait exploiter par ses colocataires, pour qui il a travaillé par le passé (ils possèdent leur propre entreprise), et affirme qu’il n’acceptera plus jamais ce genre de traitement. Il annonce alors, ce qui ne surprend personne, qu’il ne veut plus partager l’appartement, car il ne considère plus ses colocataires comme des amis. Toutefois, il n’a pas l’intention de déménager, préférant faire des rénovations de façon à pouvoir accéder à sa chambre par une entrée séparée. Il fait remarquer à ses colocataires qu’ils ne devraient pas s’objecter à son projet, parce que son départ les obligerait tous à payer une part de loyer plus élevée.

47Que dirait le patriote dans une telle situation ? En d’autres mots, face à l’insatisfaction croissante qu’éprouvent un bon nombre de Québécois à l’égard du Canada depuis la Révolution tranquille, que devrions-nous faire ? La réponse dépend de la nature précise des objectifs de chacun. À ces monarchistes qui préféreraient maintenir le Québec emprisonné dans un pays soi-disant unifié, ou à ces nationalistes québécois pour qui la séparation pure et simple (c’est-à-dire rénover non seulement pour créer une entrée séparée, mais pour sceller complètement la chambre afin de la couper du reste de la maison) est la seule option valable, nous n’avons pas grand-chose à dire. Mais à ceux qui se situent quelque part entre ces deux extrêmes et qui défendent des positions allant du fédéralisme renouvelé à une forme ou une autre de souveraineté-association, une compréhension des principes du patriotisme aurait beaucoup à offrir.

  • 66 Les cinq conditions de Bourassa étaient les suivantes : 1) La reconnaissance constitutionnelle du (...)
  • 67 Tout comme les idées de Michael Keating en la matière : « La relation entre le Québec et le reste (...)

48Commençons par ceux qui aspirent à un fédéralisme renouvelé, en nous penchant sur l’accord du lac Meech. Tout a commencé avec la présentation, par Robert Bourassa, alors premier ministre du Québec, des fameuses cinq conditions minimales66. Peu importe qu’elles aient été trop ou pas assez modestes, ce qui nous intéresse ici, c’est ce qu’elles étaient : des exigences. Loin de constituer une contribution à une conversation visant la transformation du pays en quelque chose à quoi tous les Canadiens, et non seulement les Québécois, pourraient adhérer avec enthousiasme, elles représentaient plutôt les positions de départ—et aussi, en grande partie, les positions finales— d’une ronde de négociations. Cependant, en présentant ces conditions, Bourassa ne faisait que poursuivre une pratique établie de longue date par George-Étienne Cartier et systématiquement reprise depuis, notamment par Henri Bourassa, consistant à protéger par tous les moyens la nation du Québec et à lui permettre de s’affirmer, sans pour autant retirer la province du giron canadien. Or, comme cette façon de procéder s’inspire d’une approche pluraliste du pays et de ses pratiques politiques67, on ne s’étonnera pas que le patriote éprouve ici de sérieuses réticences. Car ceux qui défendent les intérêts québécois en adoptant l’attitude antagoniste qu’exige la négociation supposent dès le départ que la nation se trouve déjà à l’extérieur du pays et n’a aucune intention de se joindre à un Canada civique englobant tous les citoyens. En fait, l’ensemble des intervenants, Québécois ou non, qui ont participé aux débats entourant les cinq conditions de Bourassa en se prononçant sur le caractère « suffisant » ou « insuffisant » des propositions de Meech (ou de Charlottetown, ou de l’accord de Calgary) n’ont fait que réaffirmer cette prémisse. Car un vocabulaire où dominent des mots tels que « suffisant » ou « insuffisant » est caractéristique du langage des concessions et des accommodements propre à la négociation et aux relations à somme nulle, langage qui est celui des adversaires plutôt que des amis, des étrangers plutôt que des compatriotes. Il est donc incompatible avec le principe voulant que tous les Canadiens partagent un bien commun et soient membres d’une même communauté civique ou politique.

49La plus significative des cinq conditions est assurément celle qui en appelait à la « reconnaissance du Québec comme société distincte au sein du Canada ». Remarquez qu’en mettant l’accent sur la province plutôt que sur la nation qui se trouve à l’intérieur, cette condition ne contribue aucunement à établir un lien direct entre ladite nation et l’État canadien. Au lieu de cela, on propose un lien qui doit s’établir par l’entremise de l’État du Québec. Même s’il n’y a rien ici de nécessairement condamnable, cela signifie qu’une fois cette clause incorporée dans la constitution, il n’y aurait aucune raison de s’attendre à ce que les nationalistes québécois cessent de réclamer une plus grande décentralisation des pouvoirs d’Ottawa vers la ville de Québec. Car l’une des principales raisons d’être de cette condition est le sentiment que l’État canadien, contrairement à l’État provincial siégeant dans la ville de Québec, ne reconnaît pas la nation québécoise. Selon moi, cette reconnaissance devrait être accordée ; mais que l’on soit d’accord ou non avec ce point de vue, ce qui importe ici est de comprendre qu’il s’agit du type de questions à propos desquelles nous devrions converser et non simplement négocier.

  • 68 Dans son percutant essai, « La politique de la reconnaissance », Charles Taylor omet de faire une (...)

50Ce qui nous amène à un autre élément qui a tendance à être passé sous silence en ce qui a trait à cette condition, la plus importante des cinq exigences présentées dans le cadre de Meech : sa nature contradictoire. En effet, la reconnaissance n’a tout simplement pas sa place dans un contexte de négociations. Comme l’indique clairement la racine de ce mot (reconnaissance), la reconnaissance suppose une forme de connaissance, qui est loin d’être le genre de chose qui puisse être offerte ou reprise dans le cadre d’une séance de négociations. Ce que nous savons être vrai ou reconnaissons comme une vérité ne peut pas se voir nié parce que nous sommes insatisfaits de ce qui nous est offert en retour de notre affirmation de cette vérité. La phrase « Wayne Gretzky était un grand joueur de hockey », par exemple, demeure vraie, que nous obtenions ou non ce que nous exigeons pour l’affirmer. Car la vérité, indéniablement, n’est pas négociable68.

  • 69 Voir McRoberts, Un pays à refaire, p. 430, note 24.
  • 70 Voir, par exemple : Stéphane Dion, « Un point tournant dans l’histoire du Canada : l’avis de la Co (...)
  • 71 « Si le Québec nous rejette, nous devrions obtenir un généreux règlement, en maintenant les contac (...)

51Ce ne sont pas seulement ceux qui exigent la reconnaissance constitutionnelle de la nation québécoise qui ne comprennent pas ce principe. En effet, il en va de même de ceux qui sont en position d’accorder cette reconnaissance. Cinq jours avant le vote, lors du dernier référendum québécois, lorsque les sondages annonçaient une victoire souverainiste imminente, Jean Chrétien, premier ministre de l’époque, est apparu à la télévision nationale pour annoncer que son gouvernement acceptait le caractère distinct du Québec69. Mais une concession de cette envergure, faite dans de telles circonstances, demeure une concession, alors qu’une reconnaissance, pour être véritable, exige quelque chose de différent. L’offre de Chrétien, dans ce contexte, n’avait pas une grande valeur ; en effet, comment pouvait-on considérer cette reconnaissance comme sincère quand elle n’avait été accordée que du bout des lèvres, parce que le gouvernement se voyait acculé au pied du mur ? Cette même question mériterait d’être posée à tous ceux qui, d’un côté, présentent le fédéralisme renouvelé comme leur objectif avoué, tout en appuyant, de l’autre, le « plan B » du gouvernement fédéral (où il explique ses conditions en mettant l’accent sur les coûts d’une éventuelle séparation), dont ils se servent pour décourager les souverainistes. Idem pour ceux qui trouvent approprié que le Canada s’interroge sur ce que serait sa position advenant un vote en faveur de la souveraineté du Québec70, sans oublier, bien sûr, ceux qui envisagent la partition de la province71. Toutes ces façons de faire—qui procèdent d’une dynamique d’affrontement et ne sont ni plus ni moins que des tactiques—trahissent une ignorance fondamentale de ce qui fait d’un pays un tout, c’est-à-dire le bien commun civique partagé par l’ensemble de ses citoyens. En lieu et place des tactiques, nous avons besoin d’ouverture, de compassion et même d’une forme d’appui moral—ce sont toutes ces choses, et bien d’autres, qui sont nécessaires pour qu’une communauté politique puisse survivre et s’épanouir véritablement.

52Les relations à caractère non politique peuvent être éclairantes à cet égard. Prenons par exemple un mariage. Supposons qu’un des partenaires émette de sérieuses réserves à propos de la relation et prétende que celle-ci est en difficulté. Il va sans dire qu’à ce stade, il serait plutôt prématuré, pour l’autre partenaire, de se mettre à parler de la façon dont les biens de propriété commune devraient être divisés en cas de divorce. Le simple fait d’aborder ce sujet entraînerait sûrement la fin immédiate de la relation. Ce qu’il faut, dans ces circonstances, c’est être prêt à écouter, et à chercher, avec l’autre, des moyens de répondre adéquatement aux préoccupations soulevées.

  • 72 Whitaker, « With or Without Quebec? », dans Granatstein et McNaught (dir.), « English Canada » Spe (...)
  • 73 Il va sans dire que le méga-rassemblement fédéraliste tenu à Montréal quelques jours avant le vote (...)

53Trop de fédéralistes semblent ignorer cette simple vérité. Reginald Whitaker, par exemple, craint que « le fait de parler de la douleur et de l’angoisse du divorce, ou de supplier, avec force éclats émotionnels, l’autre partie de ne pas s’en aller » ne soit perçu comme « un signe de faiblesse qui pourrait être exploitée par l’autre partie à son avantage »72. Mais cette crainte d’être jugé fort ou faible ne préoccupe que le négociateur, et non l’interlocuteur qui prend part à une conversation. Ainsi donc, il semblerait que Whitaker ainsi que tous ceux qui partagent ses vues aient déjà abandonné l’idée de faire partie d’une même communauté citoyenne que les Québécois, et donc de cultiver une communauté ou la « force », comme je l’ai dit précédemment, ne se mesure qu’en fonction de la vérité des positions avancées. Car si l’une des communautés du pays songe sérieusement à partir, ni l’application coercitive d’une théorie soi-disant neutre de la justice, ni une offre de négociation en toute bonne foi ne pourront faire changer ses membres d’avis. En fait, ce qui aurait probablement beaucoup plus de chances de réussir, ce serait une démarche qui s’apparenterait davantage à de la séduction73.

  • 74 Voir Séguin, L'idée de l'indépendance du Québec : genèse et historique.
  • 75 Et cela en dépit du fait que sept provinces sur neuf, représentant environ quatre-vingt-huit pour (...)

54Et qu’aurait à dire le patriote à ceux qui préconisent une forme ou une autre de souveraineté-association ? L’idée, formulée à l’origine par l’historien Maurice Séguin, qui parlait alors d’« États associés74 », appelle à un degré de souveraineté politique beaucoup plus grand pour le Québec, assorti d’une association économique avec le Canada. Cette dernière ferait l’objet de négociations une fois la souveraineté approuvée par un référendum (ou deux) provincial. Toutefois, tous ces marchandages et ces propositions d’accords économiques ne font qu’obscurcir l’existence de la communauté civique canadienne, laquelle, même si de nombreux nationalistes québécois refusent de l’admettre, a une grande importance non seulement pour les citoyens du reste du Canada, mais aussi pour de nombreux Québécois. En fait, les affirmations des nationalistes eux-mêmes sur les nombreuses « humiliations » qu’ils auraient subies aux mains du reste du Canada, accusations qui se sont faites particulièrement virulentes en réaction à l’échec de Meech75, viennent démentir cette prétendue indifférence à l’égard de la communauté canadienne. Après tout, si l’accord ne visait qu’à faire adopter cinq conditions minimales dans le cadre d’une simple séance de négociations constitutionnelles, son échec aurait-t-il suscité un tel sentiment d’humiliation ? Lors d’une négociation, il est normal que les protagonistes puissent se sentir déçus lorsqu’un accord échoue, mais sans plus. Nous n’éprouvons de l’humiliation que lorsque nous avons l’impression d’avoir subi une forme de non-reconnaissance de la part de quelqu’un d’autre, quelqu’un dont l’opinion nous importe et avec qui, par exemple, nous croyions partager un bien en commun. Quand nous parlons d’humiliation, nous sous-entendons que c’est une conversation et non une négociation qui a échoué. Ainsi, qu’ils en soient conscients ou non, les Québécois nationalistes qui ont participé aux discussions entourant Meech ont dans les faits invoqué la communauté pan-canadienne, communauté dont un grand nombre des membres de leur nation font également partie.

  • 76 Je suis toujours étonné de voir que certains Québécois prennent encore au sérieux l’attitude conde (...)

55La propension à éprouver un sentiment d’humiliation qui caractérise certains Québécois indique également qu’un autre phénomène est à l’œuvre. Ce que l’on appelle la « politique du ressentiment » ne peut s’exercer que lorsqu’une des parties concernées se sent victimisée, ce qui est encore le cas, admettons-le, d’une importante minorité de Québécois aujourd’hui. Je dis « encore » parce que, à mon avis, si ce sentiment était justifié face à l’oppression que subissaient les Canadiens français avant la Révolution tranquille, il ne l’est plus aujourd’hui. Après tout, la réalité contemporaine n’a-t-elle pas considérablement changé ? Les anglophones de la province, que l’on est loin de pouvoir encore comparer à l’Ordre orangiste d’Irlande du Nord, soit apprennent le français, soit quittent le Québec, car ils ont depuis longtemps remis les rênes du pouvoir politique et économique aux mains des francophones, qui en ont fait fort bon usage. Aujourd’hui, la nation québécoise constitue, à tous points de vue, une communauté forte et vibrante, dont le patrimoine riche et stimulant a engendré des réalisations culturelles remarquables assurant à cette nation un rayonnement enviable sur la scène internationale. Cependant, il existe toujours des Québécois qui choisissent de perpétuer le mythe selon lequel ils seraient des « perdants », en ramenant continuellement sur le tapis soit leur statut de peuple conquis (même si la « Conquête de 1759 » relevait en réalité davantage d’un échange de pouvoir entre puissances coloniales), soit les deux référendums « perdus » sur l’indépendance (alors qu’il faudrait plutôt y voir un exercice réussi de la démocratie). Si on ajoute à tout ça un sentiment d’insécurité largement injustifié chez certains Québécois en ce qui a trait à la qualité de la langue et de la culture de leur nation76, on obtient exactement le ferment dont se nourrit la politique du ressentiment.

  • 77 Cela ne vaut pas que pour les Québécois, car cette tactique a également été utilisée par certains (...)
  • 78 Cité dans J. Stéphan Dupré, « Canada’s Political and Constitutional Future: Reflections on the Bél (...)

56Quelles qu’en soient les origines, ce ressentiment a d’importantes implications politiques, et c’est pourquoi il importe de se demander ce que les Québécois—qu’ils se voient encore comme des victimes ou non—pourraient faire pour le dépasser. Il y a essentiellement deux avenues possibles, l’une négative et l’autre positive. Voilà du moins la leçon que l’on peut tirer de l’histoire de ces victimes archétypales que sont les anciens Israélites. D’une part, il y a cette solution, illustrée par les affrontements entre Israélites et Madianites (Nombres, 25, 16-18) et l’épisode où Saül et Samuel châtient les Amalécites (1 Samuel, 15), qui consiste à se venger de son oppresseur. Il va sans dire que je parle ici de l’approche négative. Or, en dépit de toutes ces prétentions de vouloir en arriver à un « accommodement raisonnable » avec le reste du Canada, il me semble déceler une trace de cette approche derrière les revendications de Meech, ou du moins derrière cette opinion souvent exprimée au lendemain de l’échec des négociations, suivant laquelle Meech « ne suffirait dorénavant plus ». Il est certain que la nation qui adopte une stratégie de groupe de pression dans le cadre d’une négociation constitutionnelle est souvent tentée de faire appel au ressentiment pour la simple raison que, comme de nombreux groupes de pression ont pu le constater, cette tactique semble donner de bons résultats77. On est cependant en droit de se demander si ces exigences—compte tenu de la dynamique de négociation à somme nulle qui prévaut—ne seraient pas guidées par un désir de se venger des défaites passées (la principale étant, bien sûr, la Conquête) plus que par une volonté d’en arriver à une solution qui corresponde vraiment aux besoins de la situation. Pensons, par exemple, à la déclaration que le respecté professeur Léon Dion, d’obédience fédéraliste, a faite devant la commission Bélanger-Campeau, suivant laquelle le reste du Canada « n’acceptera de faire des concessions—encore que cela ne soit pas certain— que s’il a le couteau sur la gorge78 ». Bien que l’intention soit, en bout de ligne, d’en arriver à un accommodement plus équitable—une nouvelle série de compromis portant sur les biens ou valeurs en jeu—, on ne peut s’empêcher de se demander si la suggestion de Dion ne s’est pas mérité un appui, du moins de la part de certains, parce qu’elle faisait écho à une volonté d’enlever quelque chose au Canada plus que de donner quelque chose au Québec.

57L’approche positive est fondamentalement différente. Elle consiste à transformer une expérience marquée par la souffrance en quelque chose de constructif, ce qui exige une capacité de faire preuve de générosité envers l’autre. Comme Dieu l’a rappelé aux Israélites, « Car vous avez été étrangers dans le pays d’Égypte » (Exode, 22, 21). Cela ne veut pas dire qu’il faille exclure ce que l’on croit être un projet constructif, soit, dans le cas qui nous occupe, la création d’un nouveau pays distinct, d’un Québec pleinement indépendant. Car il se peut qu’au bout du compte, les Québécois ne veuillent pas « danser la politique » avec les Anglo-Canadiens, les autochtones ou même les Canadiens français, et encore moins avec les autres communautés et citoyens qui forment le Canada contemporain. Cette volonté pourrait fort bien être engendrée non par le ressentiment, mais par un affaiblissement du désir de continuer à partager une communauté civique, en supposant, il va sans dire, que ce désir ait réellement existé au départ C’est une chose de s’entendre pour dire qu’il vaut mieux, pour un individu, d’avoir des « compagnons de vie » que de ne pas en avoir, mais c’en est une autre de prétendre que cette personne-ci ou cette personne là doive être l’un de ces partenaires. Peut-être l’attirance de base nécessaire pour maintenir un bien public commun avec le reste du Canada est-elle tout simplement inexistante. Après tout, on n’a pas nécessairement envie de converser avec tout le monde.

  • 79 Voir Chalk Circle, « Sons and Daughters », tiré de l’album As the Crow Flies.
  • 80 The Guess Who, « American Woman », tiré de l’album American Woman.

58De même, la plupart des Canadiens anglais ont beau être capables d’apprécier tout ce qu’il y a d’admirable chez les Américains, mais l’idée que le Canada puisse se joindre un jour aux États-Unis n’en reste pas moins pour eux une aberration, quels que soient les avantages économiques que cela leur apporterait79. « You’re no good for me/I’m no good for you » (Tu ne m’apportes rien de bon, et je ne t’apporte rien non plus), chantent les Guess Who dans « American Woman80 ». Pour les Canadiens anglais, il n’y a tout simplement aucun intérêt à partager une communauté civique avec les Américains, à créer des lois communes et à vivre ensemble sous ces mêmes lois. L’une des principales raisons de cet état de fait est que le Canada anglais fait partie d’une communauté, la communauté canadienne siégeant à Ottawa, dont la culture politique en est venue, en grande partie, à se caractériser par un type distinctif de libéralisme qui est à mille lieues du conservatisme (pimenté d’un soupçon de libertarianisme) qui règne aujourd’hui à Washington. De plus, c’est sûrement parce qu’ils sont conscients que cette culture politique a été profondément marquée par les luttes démocratiques menées par les rebelles Louis Joseph Papineau et William Lyon Mackenzie, ainsi que leurs descendants politiques Louis-Hyppolite Lafontaine et Robert Baldwin, que nombre de Canadiens anglais en sont venus à apprécier les avantages de travailler aux côtés des francophones. D’où leur profonde volonté de continuer à partager le pays avec des Québécois. Tout cela ne change rien au fait que les Canadiens anglais ignorent pratiquement tout de la culture québécoise (l’inverse est également vrai), sans parler de la culture des autres Canadiens français, des autochtones et d’un grand nombre des autres communautés du pays. Cette ignorance a beau être regrettable, mais elle n’exclut pas nécessairement les liens qui existent entre les membres de toutes ces communautés en raison de leur culture politique commune. C’est ce qu’apprécient la plupart des Canadiens anglais, et dont ils souhaitent la poursuite.

  • 81 Voir les articles 13 et 14 du projet de loi de 1995 sur la souveraineté du Québec.

59Mais ce sentiment n’est peut-être pas mutuel, et c’est pourquoi il importe de réitérer qu’il n’y a rien d’illégitime à ce que les nationalistes québécois optent pour la séparation. Il nous faut accepter qu’une séparation complète du reste du pays puisse constituer un projet constructif qui n’a rien à voir avec le ressentiment. Même les Canadiens anglais devraient reconnaître qu’une telle démarche, bien qu’elle entraînerait l’amputation d’une partie importante de la communauté politique qu’est le Canada civique, ne constituerait pas pour autant une menace directe à l’existence de la nation canadienne-anglaise. Mais il faudrait avant tout s’entendre clairement sur ce que, précisément, ce choix voudrait dire pour les Québécois. Car à l’instar des autres parties concernées, les Québécois devraient faire tout en leur pouvoir pour en arriver, dans la mesure du possible, à une rupture harmonieuse qui permettrait de maintenir des relations respectueuses entre les futurs ex-patriotes. Cela importe au plus haut point, car quelle que soit l’ampleur des « rénovations » apportées à la demeure canadienne, les parties en cause auront encore à vivre côte à côte. En outre, le maintien de bonnes relations, comme le savent sans doute toutes les personnes qui ont déjà mis fin à une amitié ou à une relation amoureuse, exige une grande sensibilité, particulièrement de la part du partenaire qui s’en va. Ce que nous dit cette analogie avec les relations personnelles, c’est que les déclarations du Parti québécois suivant lesquelles les citoyens d’un Québec indépendant continueraient, par exemple, à utiliser la monnaie et le passeport canadiens81, sont plutôt insensibles, même si elles sont logiques sur le plan instrumental.

60De plus, le reste du Canada ne serait en aucun cas tenu d’accepter une « entente » négociée de souveraineté-association, qu’il soit ou non dans son intérêt économique de le faire, pour la simple raison que les Canadiens laissés derrière risquent de se sentir profondément offusqués à l’idée d’être utilisés de la sorte par leurs anciens compatriotes. C’est là, après tout, en quoi consiste pour l’essentiel une relation à caractère économique. Si un référendum sur l’avenir du Québec devait mener un jour à la séparation de la province, alors les Canadiens, au risque de paraître mélodramatiques, se sentiraient profondément blessés. Pensons à tous les propos que nous avons déjà entendus sur « la douleur et l’angoisse du divorce », pour citer de nouveau Whitaker. Répondre à cette détresse par une offre de pacte confédéral conçu strictement pour satisfaire des intérêts économiques—qui constituerait dans les faits une proposition d’arrangement visant à continuer à vivre dans cette même demeure-qui-n’est-plus-un-foyer simplement pour économiser sur le prix du loyer—s’avère une démarche aussi téméraire qu’insensible. Lorsque les gens divorcent, ils se séparent, geste qui, en dépit des inconvénients qu’il entraîne inévitablement, est entièrement nécessaire. Ainsi donc, voici, clairement, ce qui serait requis de ces Québécois qui établiraient un nouveau pays indépendant : ils devraient être manifestement prêts à cheminer seuls, en plus d’être habités d’un espoir sincère que cette démarche heurte le moins de gens possible et cause le moins de torts possible aux personnes concernées.

  • 82 « Leurs positions ont été obtenues au terme de débats ayant eu lieu à l’intérieur du Québec, entre (...)
  • 83 Ibid., p. 1, c’est moi qui souligne.

61J’affirme donc que les nationalistes Québécois qui prônent la souveraineté-association devraient plutôt adopter un projet de séparation complète. Mais il existe une autre solution positive, qui est celle de travailler au renouvellement du fédéralisme canadien. Pour ce faire, il faudrait que les Québécois, au lieu d’inviter les autres Canadiens à négocier en toute bonne foi, abordent ceux-ci comme des amis et non comme des partenaires commerciaux, en exprimant clairement leur intention de vivre avec eux dans un même foyer politique. Il leur faudrait donc proposer, dès le départ, une réelle conversation visant à apporter au pays des transformations avec lesquelles tous les Canadiens seraient en accord. Or, cette démarche exige, entre autres choses, que les citoyens du Québec soient prêts à aborder ces questions avec les autres Canadiens et non, comme ce fut le cas jusqu’à présent, à dépenser leurs énergies tout seuls de leur côté, coupés du reste du pays, à élaborer des déclarations de principe sur les exigences qu’ils comptent soumettre à la négociation82. Quant aux fédéralistes de l’extérieur de la province, ils doivent eux aussi saisir l’importance de cette démarche. Alors, au lieu d’acquiescer à tous ceux dont le credo est le sempiternel « nous devons maintenant leur répondre83 », il leur faut, eux aussi, manifester clairement leur volonté de converser, de s’attaquer aux problèmes en s’assurant que tous les protagonistes sont perçus non pas en termes de « nous et eux », mais comme les parties constitutives d’un seul et même « nous ». Cela ne veut pas dire que les parties devraient dorénavant bannir toute démarche d’introspection, mais simplement que ces démarches devraient porter en bout de ligne sur les façons de mieux régler les problèmes ensemble. Car c’est ce qu’exige la conversation.

  • 84 Pour un développement de ce concept selon cette optique, voir Isaiah Berlin, « Equality », dans Co (...)

62Comment cette conversation doit-elle se dérouler ? J’ai expliqué auparavant que la façon de répondre aux conflits par la conversation consistait à viser la transformation des positions en présence, l’objectif central étant le rapprochement et la conciliation plutôt que les accommodements. Les biens en jeu doivent être reformulés de façon à mieux correspondre à la réalité collective qu’au début du conflit. Au risque de simplifier à outrance, supposons, pour les besoins de la démonstration, que le conflit que nous examinons présentement mette en jeu seulement deux biens particuliers. De nombreux fédéralistes hors Québec, influencés par la vision de Trudeau, croient que l’égalité signifie que toutes les provinces devraient avoir un même statut, à partir du principe selon lequel tous les canadiens sont considérés comme égaux. Cette conception assimilant égalité et uniformité84 se voit menacée, à leurs yeux, par ceux qui voudraient conférer au Québec une forme ou une autre de « statut particulier » au sein de la constitution ; ils craignent que toute volonté de traiter la province différemment des autres revienne à lui garantir un traitement particulier, au sens de meilleur. Et cela, selon eux, ne peut que compromettre le principe d’égalité.

63Qui demande un tel statut particulier ? Certainement pas ces nationalistes québécois qui voudraient que leur nation se sépare et se dote d’un État pleinement souverain. C’est plutôt ceux qui seraient prêts à négocier leur place au sein du Canada et à faire au moins quelques compromis en ce qui a trait à la poursuite de ce bien qu’est la libération nationale. À cet égard, l’accord du lac Meech ne représentait pour leur nation rien d’autre qu’une demi-mesure.

64Il semble donc que deux biens soient en conflit ici, soit l’égalité et la liberté de la nation. Dans ce contexte, certaines personnes préconisent des solutions extrêmes et d’autres des approches plus pondérées. D’une façon ou d’une autre, une certaine dose de compromis semble inévitable, soit sur l’un des biens, soit sur les deux.

65Et si l’on choisissait plutôt de se mettre à l’écoute les uns des autres afin de trouver des façons de transformer ces précieux biens au lieu de se borner à faire des compromis ? Les personnes qui favorisent l’égalité, par exemple, pourraient en venir à la concevoir différemment, comme un idéal qui ne se réduirait pas à l’uniformité. Ainsi, le traitement égal des individus pourrait être compris comme nécessitant une prise en compte de la différence. Je m’explique. Supposons qu’une terrible tempête de neige s’abatte sur deux villes, mais que l’une d’entre elles soit frappée beaucoup plus durement que l’autre. Il va sans dire qu’un traitement égal exigerait que chacune des villes reçoive une assistance qui corresponde à l’ampleur des dommages et des souffrances qu’elle aura subis. De la même façon, on pourrait interpréter le principe d’égalité entre individus comme exigeant une sensibilité au fait qu’ils appartiennent à des communautés différentes et nécessitent en conséquence un traitement différencié. Si certains de ces individus sont nationalistes, par exemple, un fédéraliste canadien souhaitant traiter tous les citoyens de façon égale ne pourrait être fidèle à ses idéaux qu’en tenant compte de l’existence de cette nation. Cela voudrait dire rejeter la forme symétrique de fédéralisme que l’on trouve aux États-Unis en faveur d’un fédéralisme asymétrique ouvert à la multiplicité des nations. Le fédéralisme asymétrique serait considéré comme supérieur au fédéralisme symétrique non seulement en raison de sa compatibilité avec une société caractérisée par la diversité (un bien intrinsèque à part entière), mais aussi parce qu’il accroît l’égalité entre citoyens—en autant, bien entendu, que l’égalité ne soit plus réduite ou assimilée à l’uniformité.

66Les progrès accomplis dans cette direction contribueraient également à clarifier certains autres malentendus engendrés par l’approche assimilant égalité et uniformité. Par exemple, pourquoi a-t-on fait dès le départ un lien direct entre le principe selon lequel les individus devraient être traités de façon égale et celui voulant que les provinces requièrent un traitement uniforme ? Et quelles sont les implications de cette position en ce qui a trait aux territoires, qui ne jouissent pas des mêmes droits que les provinces ? Ne pourrait-on pas prétendre, alors, que les citoyens des provinces bénéficient d’un traitement « particulier », au sens d’inégal ? Et pendant que l’on y est, qu’en est-il de la distinction entre provinces et municipalités ? S’il est logique de mettre dans la même catégorie, disons, le Manitoba et la Saskatchewan ou le Nouveau-Brunswick, pourquoi ne pas faire de même avec l’Île-du-Prince-Édouard et Toronto ? En effet, à la lumière de facteurs tels que la superficie du territoire, la population et l’économie, toute personne qui se préoccupe du traitement égal des individus pourrait remettre en question le fait que les Prince-Édouardiens et les Torontois se trouvent dans des catégories constitutionnelles différentes. Car n’y a-t-il pas quelque chose de fondamentalement inégal, donc d’injuste, dans le fait d’accorder aux quelques centaines de milliers de Prince-Édouardiens leur propre province ainsi que tous les pouvoirs et les privilèges qui accompagnent ce statut, alors que les millions de Torontois doivent partager ces pouvoirs et privilèges avec tous les autres citoyens de l’Ontario ? Et que penser de l’égalité régionale ? Comment devrions-nous interpréter le fait que quatre provinces constituent l’Ouest, deux le Canada central, et quatre l’Est ? Cela ne veut-il pas dire que les régions obtiennent aussi un traitement différent, donc inégal ? Comment justifier cette situation ?

  • 85 Érasme, L’éloge de la folie, p. 99.

67À partir de l’histoire, bien sûr, et des traditions qui nous ont été transmises. Mais le concept d’égalité en tant qu’uniformité s’accorde mal avec la tradition, qui est simplement trop chaotique, trop riche et trop dépendante du contexte en ce qui a trait au sens qu’on lui donne. Toutefois, ce sont ces facteurs historiques qui expliquent que les communautés doivent être traitées différemment les unes des autres, et que, ce faisant, on ne va pas nécessairement à l’encontre du principe d’égalité. Ainsi, comme tout autre bien, l’égalité exige différentes choses dans différents contextes. Après tout, comme le fou d’Érasme a si sagement dit, il y a si longtemps, à propos de l’assimilation entre égalité et uniformité : « Qui ne voit à quel point cette égalité est inégale, exigée d’êtres si divers au physique et au moral85 ? » Il y a au moins un autre avantage à transformer notre compréhension de l’égalité dans le sens que je viens d’expliquer : le fédéralisme asymétrique que cette conception sous-tend met en évidence une autre importante différence entre le Canada et les États-Unis, point sur lequel, on le sait, les Canadiens sont particulièrement chatouilleux. En fait, j’irais même jusqu’à dire qu’il y a là quelque chose de fondamentalement honnête, car cette conception constitue une reconnaissance de l’asymétrie qui a toujours caractérisé, de facto, la pratique fédéraliste canadienne. Cette asymétrie explique, par exemple, l’existence d’un Code civil au Québec, la garantie qu’un nombre minimal de juges à la Cour suprême proviennent de cette province et l’existence de certains accords administratifs fédéraux-provinciaux spéciaux comme dans le cas de l’immigration. Aucun de ces arrangements n’a jamais été critiqué par les Canadiens qui assimilent égalité et uniformité, ce qui nous amène à nous demander si c’est l’égalité qui préoccupe vraiment ces fédéralistes neutralistes qui se sentent agressés par les revendications nationalistes émanant du Québec. Ainsi, même s’ils s’en défendent explicitement, peut-être leurs inquiétudes viennent-elles davantage du fait que les demandes nationalistes semblent menacer l’intégrité du pays dans son entier. Si c’est le cas, alors j’espère que la conception du Canada que je défends contribuera à apaiser cette peur. Car une véritable communauté civique, une communauté citoyenne, ne perçoit jamais comme une menace la reconnaissance de la diversité de ses composantes.

  • 86 Pour une discussion plus détaillée des politiques linguistiques québécoises, voir mon article « L’ (...)

68Si, toutefois, l’égalité est vraiment leur principale préoccupation, alors la conception plus riche de ce concept à laquelle j’en appelle comporte un autre avantage : elle nous aide à mieux comprendre le bien-fondé des politiques linguistiques canadiennes, qui font souvent l’objet de controverses. Ceux qui invoquent le principe de l’égalité en tant qu’uniformité pour critiquer, disons, la loi québécoise sur l’affichage, qui exige que le français soit prédominant dans l’affichage public, se contredisent s’ils soutiennent, comme c’est le cas pour nombre d’entre eux, la Loi sur les langues officielles du gouvernement fédéral. Car en consacrant l’égalité du français et de l’anglais, la loi confère à ces langues un statut spécial face à toutes les autres. Toute application rigoureuse, à cet égard, du principe selon lequel l’égalité équivaut à l’uniformité devrait pourtant interdire qu’un langage ou un autre bénéficie de quelque statut officiel que ce soit, ou même, ce qui est encore moins réaliste, exiger que le gouvernement fédéral et ses ministères exercent leurs activités dans une langue comme l’espéranto. C’est pourquoi toute compréhension adéquate de ce que le principe de l’égalité entraîne au chapitre des politiques linguistiques doit s’appuyer sur une évaluation des particularités du contexte, ce qui sera toujours incompatible avec la conception assimilant égalité et uniformité. Par conséquent, s’il est parfaitement logique que le bilinguisme soit obligatoire au sein des institutions étatiques exerçant leurs activités à Ottawa, la responsabilité qu’a le Québec de maintenir le « fait français » sur un continent qui est très majoritairement anglophone est une raison amplement suffisante pour soutenir une loi provinciale assurant la prédominance de cette langue dans l’affichage public. Il faudrait bien entendu une argumentation beaucoup plus étoffée pour étayer adéquatement cette position, mais je me limiterai à dire ici que cette argumentation, aurait à tout le moins avantage à ne pas être faussée dès le départ par l’adoption d’un principe cartésien clairement inapproprié voulant que l’égalité équivaille à l’uniformité86.

69J’ai beaucoup parlé de ce que les fédéralistes qui se préoccupent d’égalité pourraient apprendre en prenant part à une véritable conversation sur le conflit entre égalité et libération nationale. Mais qu’en est-il des nationalistes québécois ? Rappelons que leur idée de départ est que leur nation ne pourra accéder à une pleine liberté que si elle est gouvernée par un État souverain lui appartenant en propre. Le fait que cette nation réside au sein d’une province faisant partie de ce qui constitue de jure un fédéralisme symétrique semble, aux yeux de ces nationalistes, compromettre grandement cette liberté, en dépit du caractère relativement décentralisé de la fédération canadienne. Une reconnaissance constitutionnelle du caractère distinct du Québec contribuerait au règlement du problème, semble-t-on croire, mais seulement en partie, car la nation n’aurait pas atteint une pleine souveraineté, et ne jouirait par conséquent toujours pas d’une liberté pleine et entière.

  • 87 Voir à ce sujet le compte rendu fonctionnaliste d’Ernest Gellner dans Nations et nationalisme.
  • 88 Pour des arguments allant dans ce sens concernant les questions de gouvernance, de bien-être et de (...)

70Deux analogies sont possibles à partir de cette conception de la libération nationale. Premièrement, il y a celle à laquelle nous avons déjà fait référence, où l’État est comparé à une maison qui répond aux besoins purement instrumentaux de la nation qui y habite87. Même si, selon la conception patriotique, l’État a le potentiel d’être beaucoup plus—en fait, il existe plusieurs raisons pour lesquelles il doit représenter davantage88 —, cette analogie permet néanmoins de rappeler que les nationalistes se sentent avant tout responsables envers leur nation et accordent moins d’importance à la politique qui se déroule au sein et autour de l’État. C’est donc à la culture et au patrimoine de la communauté nationale, situés principalement dans la société civile, qu’il faut toujours donner priorité. L’importance du rôle joué par l’État à cet égard variera selon les circonstances, et le degré d’implication des nationalistes dans la chose étatique sera proportionnel à l’ampleur de ce rôle.

71Mais même si nous acceptons que le fait de posséder « une maison à soi » puisse constituer un objectif nationaliste acceptable, la question demeure à savoir si la nation doit être la seule à occuper cette maison. Si l’État est considéré simplement comme un instrument visant à faire avancer les intérêts indépendants de la nation, alors il n’y a aucune raison pour répondre à cette question par l’affirmative. Après tout, le fait de partager un logis peut entraîner d’importants avantages. Nul doute, alors, que la façon de procéder ici devrait se déterminer à partir du contexte et non de jugements a priori.

  • 89 Handler, Nationalism and the Politics of Culture in Quebec, p. 48-49.

72Mais cela ne satisfera pas le nationaliste, ce qui est compréhensible. Il existe en effet quelque chose de particulier dans la relation entre une nation et son État, que nous ne pouvons saisir si nous concevons ce dernier en des termes purement instrumentaux. L’État doit, en un sens, être l’expression de la nation, rôle que ne peut jouer aucun outil, ni aucune entité séparée à l’utilité contingente. Ce qu’il faut, c’est donc une forme d’intégration, donc de rapprochement, entre la nation et l’État. Mais notre question se pose encore : qui a dit que ce type de rapport ne devait se nouer qu’entre un seul État et une seule nation ? Pour répondre, le nationaliste pourrait, en invoquant certains des arguments patriotiques présentés plus haut, affirmer que l’État est lui-même l’expression d’une communauté à part entière, c’est-à-dire d’un ensemble de citoyens, et qu’une meilleure analogie pour la relation entre la nation et l’État serait, plutôt que celle des deux entités considérées comme de simples partenaires commerciaux, celle du couple d’amants monogames. La libération nationale, selon cet argument, exige que la nation trouve son expression dans un État qui lui appartienne exclusivement, ce qui est essentiel au maintien de l’intégrité du lien entre les deux communautés. Si cette nation partage son État avec d’autres, tous les protagonistes risquent en quelque sorte de se voir dévalorisés, compromis. Pire, certains membres de la nation pourraient éprouver une attirance pour les cultures des autres communautés, ce qui affaiblirait du coup leur allégeance à leur propre nation. Richard Handler a bien résumé la position souverainiste type : « L’axiome central est toujours le même : un individu, humain ou collectif, ne peut être deux choses à la fois. En divisant ses allégeances, ses affiliations, son identité, on court inévitablement au désastre89 ».

  • 90 J’aborde cette question dans mon article « What’s Wrong with Hypergoods ».

73À ce stade-ci, le lecteur s’attend sans doute à ce que j’objecte que la monogamie n’est pas nécessairement un ingrédient essentiel à la réalisation de l’idéal de l’amour romantique. Même s’il y a peut-être du vrai là-dedans90, cela ne nous serait ici d’aucune utilité. Je dirais plutôt que l’analogie comparant la nation et l’État à un couple d’amants est entièrement inappropriée. Cela devient évident si on comprend qu’un des membres du couple, la citoyenneté qui s’exprime dans l’État, est un type unique de communauté en ce sens que le bien commun sur lequel elle repose ne se réalise que par le processus continu de rapprochement entre ses parties constitutives, lesquelles peuvent être vues comme des individus, des communautés ou les deux. Bref, si la plupart des autres types de communautés se distinguent par les buts fondamentaux qu’elles permettent d’atteindre—l’épanouissement d’une culture nationale, l’approfondissement du lien entre une communauté régionale et sa géographie, la vénération du sacré dans le cadre d’une pratique religieuse, la tenue d’activités sociales par des associations civiles, etc.—, ce n’est pas le cas d’une communauté civique. Car une grande partie de ce qu’elle est tient au processus de conciliation des conflits qui surviennent entre ses parties, processus qui constitue l’objet même de la politique quand elle est à son meilleur. C’est la raison pour laquelle aucune communauté de citoyens ne peut prétendre à une existence indépendante de celle des autres communautés qui se trouvent à l’intérieur. C’est également pourquoi le fait de voir l’État avant tout comme l’expression d’une telle communauté partagée revient à accepter qu’une partie de sa raison d’être est d’englober toutes les communautés, y compris les communautés nationales, qui évoluent en son sein. Autrement dit, l’État, à son meilleur, s’apparente à un foyer, image qui constitue, en lieu et place de celle des amants monogames, la meilleure analogie pour décrire la relation entre la nation et l’État.

74Compte tenu du caractère multiculturel de nos sociétés occidentales, il n’est pas logique pour une nation de choisir de vivre seule dans son foyer, car il y aura inévitablement en son sein des citoyens qui ne sont pas nationalistes, c’est-à-dire qui ne sont pas membres de la nation, ce qui créera par conséquent toujours une possibilité de conflit entre ce que ces derniers tiennent pour vrai et ce que la nation tient pour vrai. Mais cela ne constitue pas nécessairement une menace ; en fait, ce serait plutôt le contraire. Après tout, les personnes célibataires qui vivent seules tendent à avoir des vies plus limitées que celles qui cohabitent avec d’autres, qu’il s’agisse d’amis, d’amants, de parents ou de simples colocataires. Si ce type de cohabitation mène parfois à des discordes et nécessite des compromis, elle procure néanmoins une diversité d’expériences et un degré d’intimité qui ne peuvent qu’être utiles dans la quête perpétuelle d’authenticité personnelle qui est la nôtre. Toujours en partant de l’analogie entre État et foyer, nous pourrions dire que tout comme une maison ne devient jamais vraiment un foyer tant qu’une famille ou qu’un groupe d’amis n’y réside pas, la nation qui partage son État avec d’autres communautés, qu’elles soient de nature ethnique, régionale, religieuse ou nationale, aura peut-être d’autant plus de raisons de se sentir vraiment chez elle au milieu de ce foisonnement.

75Pour revenir à la question des Québécois au sein du Canada, comme ils ne constituent pas la majorité des citoyens canadiens, il est loin d’être garanti que le processus législatif d’un Canada démocratique produise des décisions qui leur soient toujours favorables. D’où l’argument nationaliste selon lequel la souveraineté est le meilleur moyen pour les Québécois de se soustraire à la tyrannie potentielle de la majorité (un argument qui tient mal la route à la lumière des invitations à appuyer leur projet que les souverainistes ont lancées à répétition aux communautés minoritaires du Québec). Mais il y a une façon de procéder, qui fait appel à une approche démocratique plus patriotique, où la formulation des politiques est réalisée dans la mesure du possible par la conversation, dans une perspective de rapprochement et de conciliation. Selon le degré de réussite de cette démarche, on peut éviter le comptage des votes, méthode limitée à caractère hautement antipolitique.

  • 91 Je remarque, par exemple, que le très populaire chanteur québécois Jean Leloup a reçu une subventi (...)
  • 92 C’est aux Français, signataires du traité qui consacrait, en 1763, la cession de presque tous leur (...)

76Les nationalistes québécois ne devraient pas non plus oublier les importants avantages instrumentaux que procure le fait de partager un pays avec d’autres. Aucun nationaliste qui tient à l’épanouissement de sa culture ne peut manquer de reconnaître les bénéfices associés à l’existence de sources multiples—fédérales autant que provinciales—de financement public pour les arts91, ou le fait que les contributions de Radio-Québec à la culture québécoise ont été pendant longtemps plutôt modestes comparativement à celles de Radio-Canada. De plus, la perte des Nordiques de Québec, l’une des deux équipes de la lnh de la province, nous rappelle que la nation est constamment menacée par la concurrence du marché libre. C’est donc un avantage non négligeable de faire partie d’un pays qui est assez grand pour être membre du groupe économique regroupant les huit pays les plus industrialisés et qui est en mesure d’appliquer des pressions significatives lors des négociations avec d’autres pays sur des questions touchant le commerce et diverses activités économiques. Ajoutons à cela le fait qu’un Québec indépendant qui ferait usage de la monnaie canadienne aurait un droit de regard réduit sur les politiques monétaires qui le concernent, car il n’aurait plus aucun représentant au sein de la Banque du Canada. Et qu’en serait-il, enfin, de l’influence des Québécois sur le reste du Canada ? Une préoccupation pour le devenir des Canadiens français vivant en dehors de la province, dont le nombre s’élève à presque un million, ne devrait-elle pas compter parmi les responsabilités primordiales de la nation québécoise ? Ou ses membres préféreraient-ils, à l’instar des signataires français du traité de Paris, faire figure de lâcheurs92 ?

77Cependant, il n’existe pas d’argument décisif sur cette question, et on pourrait trouver autant d’arguments à l’appui de la position contraire. Mais si je suis d’avis qu’un Québec demeurant au sein du Canada aurait davantage à offrir aux nationalistes québécois qu’un scénario privilégiant la séparation, nous ne pouvons pas nous offrir le luxe de discuter de cette question tant que la nation québécoise n’a pas obtenu une reconnaissance officielle inscrite dans la constitution, ce qui constitue un préalable fondamental. D’ici à ce que cela se produise, aucun nationaliste qui se respecte n’acceptera de prendre en considération le moindre des arguments présentés ci-dessus. Dans ces circonstances, les exigences en apparence insatiables des Québécois pour une plus grande décentralisation des pouvoirs d’Ottawa vers la ville de Québec sont entièrement compréhensibles. Au risque de me répéter, je dirais que la reconnaissance demandée ne pourra être accordée dans le cadre d’un fédéralisme renouvelé que si les Québécois de même que tous les autres Canadiens tendent vers cet objectif en adoptant une démarche que j’ai qualifiée de patriotique, c’est-à-dire en entreprenant une conversation axée vers la conciliation. Au moment d’écrire ces lignes, le sentiment souverainiste est au plus bas, ce qui rend le climat particulièrement propice à ce type de démarche. Mais il faudrait méconnaître complètement l’histoire contemporaine du Québec pour supposer que ce climat va se maintenir éternellement. C’est pourquoi il faudrait commencer la conversation dès maintenant.

LA RECONNAISSANCE DES ANGLO-CANADIENS

78Je me souviens d’avoir assisté un jour à un spectacle des Tragically Hip à Londres, en Angleterre, en compagnie d’un ami Québécois. Celui-ci était stupéfait de voir un si grand nombre de personnes brandir avec fierté de grands drapeaux canadiens pendant tout le spectacle. Mais de quoi ces gens pouvaient-ils être si fiers ? De la communauté civique, politique qu’est le Canada ? À un concert des Tragically Hip ?

79On pourrait aussi se demander pourquoi les stations de radio dites de « rock canadien » ou de « rock canadien indépendant » qui émettent à partir du site Internet theicebergradio.com ne font jamais jouer de chansons ni en français, ni dans une des langues autochtones, ni dans aucune langue autre que l’anglais, pourquoi un si grand nombre de livres censés porter sur la « littérature canadienne » ne font aucune référence aux œuvres qui n’ont pas été écrites en anglais, et pourquoi le Globe and Mail de Toronto, qui n’est publié qu’en anglais, s’est autoproclamé « le journal national du Canada ». Devrions-nous conclure de tout ça que les Québécois, les autres Canadiens français, les autochtones et les groupes allophones du pays ne sont pas vraiment canadiens ?

80Bien sûr que non. Les cas que je viens d’énumérer constituent des exemples de cette courante erreur d’inspiration monarchiste consistant à confondre deux communautés distinctes, soit la nation canadienne-anglaise et la communauté citoyenne du Canada. Il va sans dire qu’une reconnaissance du Canada anglais n’implique pas que tous les Canadiens anglophones soient aussi (comme je le suis) des nationalistes anglo-canadiens. Pour l’être, il faut s’identifier à la culture de cette nation—son héritage et ses productions artistiques—, ce qui signifie participer à cette culture ou du moins y prendre un certain intérêt de propriétaire, et entretenir l’espoir qu’elle prospère dans l’avenir — ce que les Québécois appellent la survivance. Ces conditions sont essentielles à toute affirmation d’un bien commun national, et seuls ceux qui y satisfont peuvent être considérés comme faisant partie de la communauté sous-tendue par ce bien. Il ne s’agit pas ici de la culture selon le premier sens défini par Frye, celle qui se rapporte au style de vie, pour la même raison qu’une amitié unique entre deux personnes ne peut être mise en doute sous prétexte que ces personnes portent le même type de vêtements, parlent avec le même accent, regardent les mêmes émissions de télévision, etc., qu’une tierce personne qu’elles ne considèrent aucunement comme un ami. L’amitié implique le partage de quelque chose de beaucoup plus profond que ces éléments de style de vie, et il en va de même d’une nation, dont les membres partagent une même culture selon au moins une des deux autres définitions données par Frye, soit l’existence d’un héritage commun et de productions culturelles spécifiques. Par conséquent, si vous voulez distinguer un Canadien anglais d’un Américain, par exemple, vous ne pourrez le faire qu’à partir de ces deux catégories, et non d’éléments de style de vie.

81Bien sûr, l’identification à une communauté nationale exige toujours un certain effort (même si cette démarche peut également s’avérer très agréable). Et comme je l’ai dit, un grand nombre de Canadiens anglophones, s’ils sont prêts à affirmer leur appartenance à la communauté citoyenne canadienne et à s’intéresser à la communauté civique du Canada, ne sont pas prêts à faire ce même effort pour ce qui est de la nation anglo-canadienne. Cela s’explique, encore une fois, par l’influence de la vision du pays élaborée par Trudeau, qui a mené de nombreux anglophones à croire qu’une affirmation du caractère distinct du Canada anglais reviendrait en quelque sorte à menacer l’intégrité du Canada tout entier. Toutefois, il existe aussi une autre explication, relativement simple : de nombreux anglophones ne s’intéressent tout simplement pas à la nation canadienne-anglaise, qui ne leur inspire qu’indifférence.

  • 93 Voir Ignatieff, « Le narcissisme de la petite différence ».

82Que penser de tout ça ? Que dire de plus ? Il y aurait beaucoup de choses à ajouter, me semble-t-il. Mais je me contenterai pour le moment de faire une seule précision. Je commencerai en formulant une objection à une affirmation faite par Michael Ignatieff, suivant laquelle les Serbes et les Croates—qui, selon lui, ne diffèrent pas tellement les uns des autres—se seraient appuyés sur un « narcissisme inspiré de différences mineures » afin de se distinguer93. Je crois qu’Ignatieff fait erreur ici, pour la raison mentionnée plus haut, à savoir qu’on ne peut déceler les différences culturelles qu’en regardant du côté de l’affirmation de biens communs nationaux distincts plutôt qu’en cherchant les disparités en matière de style de vie. Il y aurait lieu de parler de narcissisme, toutefois, à propos de ces individus qui sont si ignorants de leur propre nation qu’ils en viennent à invoquer le style de vie pour affirmer le caractère distinct de leur communauté. C’est malheureusement ce que font de nombreux Canadiens anglais, et je ne suis pas fier de le dire, en particulier quand il cherchent à se différencier des Américains. Pensons par exemple à « The Rant », cette publicité de bière immensément populaire où le personnage principal, Joe, nous dit ceci :

  • 94 « Hey. I’m not a lumberjack or a fur trader. I don’t live in an igloo or eat blubber or own a dogs (...)

Salut. Je ne suis ni un bûcheron, ni un commerçant de fourrures. Je ne vis pas dans un igloo, je ne mange pas de graisse de phoque et je ne me déplace pas en traîneau. Et je ne connais ni Jimmy, ni Sally et ni Suzy, qui habitent au Canada, même si je suis certain que ce sont des gens très, très bien. J’ai un premier ministre, et pas un président. Je parle anglais et français, pas américain. Et je dis « about », pas « aboot ». Je peux afficher fièrement le drapeau de mon pays sur mon sac à dos. Je crois au maintien de la paix, pas au maintien de l’ordre, à la diversité, pas à l’assimilation, et je considère le castor comme un animal fier et noble. Une « toque » se porte sur la tête, un « chesterfield » est un canapé. Et on dit « zed », pas « zeé », mais « zed ». Le Canada possède la deuxième plus grande masse terrestre au monde, et il est la patrie du hockey. Ce qu’il y a de mieux en Amérique du Nord, c’est le Canada ! Mon nom est Joe, et je suis Canadien94 !

  • 95 Par exemple, on prévoit qu’un certain nombre d’équipes anglo-canadiennes de la lnh imiteront bient (...)

83Même s’il est fait allusion, dans ce discours, à certains traits distinctifs de la culture politique canadienne (notre système de gouvernement, notre importante tradition en matière de politique étrangère, notre politique d’immigration), on ne peut s’empêcher d’être frappé par la superficialité du propos à caractère social. Comme reflet du Canada anglais, « The Rant » est un échec lamentable. La référence au hockey pourrait à la rigueur être acceptable, car ce sport, qui est chez nous un important passe-temps, figure parmi le petit nombre d’activités constitutives de la culture canadienne-anglaise au sens du patrimoine ; en tant que sport professionnel, toutefois, il est en train de passer aux mains des Américains95. La mention de l’usage du français aurait également pu être acceptable—si, bien sûr, Joe et ses amis anglophones parlaient réellement le français, le mythe de notre bilinguisme généralisé étant un autre symptôme de ce douteux nationalisme civique pan-canadien hérité de l’ère Trudeau.

  • 96 Ou ne pas être. Katherine Monk, par exemple, vante les mérites de « The Rant », car cette publicit (...)

84Peut-être suis-je trop exigeant à l’égard de ce qui, après tout, n’est qu’une publicité de bière. Mais sa popularité est significative. En effet, ce message, qui a été conçu pour vendre une boisson aux Américains, s’est attiré tant d’éloges que Joe a fini par faire une tournée partout au Canada pour déclamer son message devant des foules en délire, notamment à l’ouverture de divers événements sportifs. De toute évidence, selon un grand nombre des personnes présentes, il ne s’agissait pas « que d’une publicité ». Joe leur parlait, et ce qu’il leur disait était au diapason de qui ils croyaient être96. Voilà ce qui est si déconcertant.

85Je ne cherche surtout pas à dire ici que les Canadiens anglophones seraient en tout points semblables aux Américains si ce n’était de leurs mœurs politiques. C’est plutôt qu’un grand nombre d’entre eux sont aussi des nationalistes anglo-canadiens, et qu’ils seraient eux-mêmes plus conscients de cette réalité et plus sensibles aux qualités distinctives et substantielles de leur culture nationale si l’existence même de leur nation ne leur avait pas été dissimulée par la conception de Trudeau. Ce n’est qu’en rejetant cette vision des choses et en se sensibilisant à la différence entre communautés de citoyens et nations qu’ils en arriveront à une meilleure compréhension de ce qui fait du Canada un tout ainsi qu’à une plus grande connaissance des diverses communautés, y compris leur propre communauté nationale, qui évoluent en son sein. Nation, connais-toi toi-même !

  • 97 Taylor, « Des obstacles sur la route du Canada », dans Rapprocher les solitudes, p. 224.

86Pour favoriser cette connaissance de soi, il faudrait notamment accepter que le Canada anglais, comme n’importe quelle autre nation, nécessite une forme de reconnaissance étatique. C’est aussi le cas des autochtones, qui ont exigé non seulement le respect des nombreux traités qu’ils avaient signés par le passé avec l’État canadien, mais aussi l’établissement d’un nouvel ordre de gouvernement qui régirait leurs nations et en assurerait la reconnaissance. Et pour ce qui est des Québécois, je suis de toute évidence d’accord avec ceux qui considèrent essentielle l’inclusion, dans la constitution, d’une clause de reconnaissance nationale accordant un statut de jure à un fédéralisme déjà de facto asymétrique. Car, comme l’a écrit Charles Taylor, « quiconque peut utiliser l’expression “simple symbole” laisse échapper un élément essentiel de la nature de la société moderne97 ». Alors, que faire dans le cas des Anglo-Canadiens ? Ils considèrent Ottawa comme le siège de l’État qui représente leur nation, sans que cet État ne les ait jamais explicitement reconnus en tant que nation. Comment arriver à cette reconnaissance, en gardant à l’esprit que ce même État est également le siège de la communauté civique dont l’ensemble des Canadiens doivent être considérés comme des membres à part entière ?

87À ce stade-ci, je n’ai qu’une suggestion à faire : la nomination, au sein du ministère fédéral du Patrimoine canadien, aux côtés des secrétaires d’État existants au multiculturalisme, à la condition féminine et au sport amateur, d’un secrétaire d’État au Canada anglais, et d’un autre pour le Québec. Les deux nouveaux membres du cabinet auraient la responsabilité d’assurer que les besoins de leurs nations respectives fassent l’objet d’une attention spéciale au sein du ministère. De plus, une fois menée à bien l’autonomie gouvernementale des autochtones, on pourrait abolir le ministère des Affaires indiennes et le remplacer par un secrétaire d’État aux Canadiens autochtones. Ainsi, les trois nations de notre pays obtiendraient l’attention qu’elles méritent. Non seulement jouiraient-elles d’une forme de reconnaissance dans le cadre des activités courantes du gouvernement fédéral, mais ces activités feraient complément aux contributions au développement culturel apporté par les autres structures étatiques régissant ces nations : les gouvernements municipaux et provinciaux des Anglo-Canadiens et des Québécois, et les instances gouvernementales propres aux autochtones.

88Le fait de placer de cette façon le Canada anglais sur un pied d’égalité avec les autres communautés nationales et ethniques du Canada constituerait un pas important dans la mise en valeur de son statut de nation ; qui plus est, ce pas serait accompli par le seul État apte à le faire adéquatement, c’est-à-dire celui-là même dont les activités ont donné lieu à la création de cette nation.

LA RÉFORME DU PARLEMENT

89L’existence, en vertu de la Charte des droits, d’une Cour suprême monarchiste dans ce pays devrait inquiéter toutes les personnes qui se soucient de la qualité de notre dialogue politique. Mais la menace monarchiste n’est pas la seule qui pèse sur nous ; le pouvoir dictatorial dont jouit le premier ministre, conjugué à l’existence de groupes d’intérêts hautement influents axés sur des objectifs bien précis signale également la présence d’une menace polyarchiste. Une des façons de remédier à cela consisterait à réformer le Parlement. J’aimerais décrire ici deux types de réformes qui pourraient être mises en œuvre.

90La première aurait pour objectif une décentralisation du pouvoir. Retirer à la Cour suprême son pouvoir d’abolir des lois— pouvoir qui, soit dit en passant, est la principale raison pour laquelle les groupes d’intérêts ont de plus en plus tendance à contourner le Parlement et à opter pour les tribunaux—constituerait certainement un pas dans la bonne direction. Mais au bout du compte, dans l’état actuel des choses, cette réforme ne reviendrait qu’à donner plus de pouvoirs à un premier ministre qui prend déjà largement plus de place qu’il ne le devrait au sein du cabinet. Non pas qu’une meilleure répartition du pouvoir au sein du cabinet suffirait à elle seule à corriger la situation ; elle ne changerait en rien la nature hautement adversative des procédures parlementaires, raison pour laquelle la conversation est pratiquement absente de l’enceinte du Parlement.

  • 98 Voir David E. Smith, The Republican Option in Canada, Past and Present.
  • 99 Voir Nick Loenen, Citizenship and Democracy: A Case/or Proportional Representation.

91Cela implique-t-il que nous devrions songer à abandonner complètement le système parlementaire et à opter pour un système républicain où le pouvoir résiderait entre les mains d’une population pré-politique située dans la société civile, pour ensuite œuvrer à transférer ce pouvoir aux citoyens et à leurs représentants ? Cela signifierait abandonner l’une de nos traditions politiques les plus fondamentales98, ce qui est rarement une solution. Cependant, il existe une autre avenue possible, qui contribuerait à placer au moins une partie du pouvoir—lequel, selon notre tradition, vient de la Couronne— non pas entre les mains du premier ministre et du Cabinet, mais entre celles du Parlement et de la communauté citoyenne dans son ensemble. Je pense ici au projet de réforme du système électoral consistant à y incorporer un degré de représentation proportionnelle. Car en augmentant la possibilité d’élire des gouvernements minoritaires et donc en réduisant le pouvoir des directions de partis de contrôler les députés, ces derniers pourraient avoir une influence beaucoup plus grande99.

  • 100 Voir Peter W. Hogg, « Responsible Government ».

92Bon nombre des personnes qui soutiennent cette réforme le font parce qu’elles y voient un moyen de réaffirmer un principe de plus en plus bafoué, celui du gouvernement responsable. Je crois, toutefois, qu’une telle réforme aurait un effet encore plus profond : elle contribuerait à transformer notre compréhension de ce principe de façon à ce qu’il reflète encore davantage les idéaux qui le sous-tendent. Car si la représentation proportionnelle n’enlèverait pas au Cabinet son pouvoir quasi exclusif de proposer des lois, elle remettrait en question de façon constructive une division établie à partir d’une conception communément acceptée du gouvernement responsable, suivant laquelle les députés ordinaires sont élus non pas pour gouverner, mais pour obliger ceux dont c’est la responsabilité à rendre des comptes en leur accordant ou en leur retirant leur appui100. Or, un tel mécanisme revient à tracer une ligne continue entre les gouvernés et les gouvernants. L’introduction de la représentation proportionnelle aurait un effet encore plus grand que le simple renforcement de la législature, car elle éliminerait de notre vie politique le scrutin à un seul vainqueur, caractéristique de notre système uninominal majoritaire à un tour ; cette réforme contribuerait donc à réduire le degré général d’antagonisme. Ainsi, les membres du Cabinet seraient en mesure et obligés d’écouter attentivement les débats parlementaires, à tout le moins beaucoup plus qu’ils ne le font présentement. De nombreux rapprochements entre le Cabinet et l’assemblée législative seraient alors possibles, et des députés ordinaires pourraient jouer au sein du gouvernement un rôle proactif et non plus seulement réactif. Ils ne se contenteraient plus d’obliger le cabinet à rendre des comptes : dans un sens, leur participation se situerait à l’intérieur du gouvernement au lieu de simplement consister à agir sur lui. C’est comme si des « trous » étaient pratiqués dans la ligne séparant les députés du Cabinet, les gouvernés des gouvernants.

93Nous pourrions atteindre ce même résultat en adoptant une autre réforme, qui vise à modifier encore plus directement la nature des débats parlementaires. Présentement, la Chambre des communes est structurée selon un modèle polyarchiste, comme en témoigne clairement le caractère hautement antagoniste des discussions qui s’y déroulent. Pour un polyarchiste pluraliste comme C.E.S. Franks, toutefois, tout cela est une bonne chose, parce que la « politique », selon lui, est une « guerre des mots », une activité

  • 101 Franks, The Parliament of Canada, p. 157.

que l’on appelle, fort pertinemment, l’art du compromis. La gouvernance est une recherche constante d’équilibre entre des intérêts contradictoires et conflictuels, où on doit jongler avec des ressources financières et humaines limitées afin de satisfaire à des demandes illimitées et souvent antagonistes. Des dépenses autorisées dans un domaine provoqueront du mécontentement dans un autre. Le travail contre le capital, l’Est contre l’Ouest, la grande ville contre les petits villages, l’État providence contre la réduction des impôts ; toute la gamme des services et des programmes gouvernementaux fait constamment l’objet de disputes. Le gouvernement doit continuellement procéder à une série de concessions et de compromis entre tous ces intérêts contradictoires pour faire en sorte que l’électorat, même s’il n’est jamais entièrement satisfait, le soit tout de même suffisamment pour le reporter au pouvoir101.

  • 102 Ibid., p. 14.

94De l’avis de Franks, le Parlement a un rôle important à jouer dans ce monde pluraliste. Car en contribuant à légitimer les compromis et les accommodements, qu’il considère comme fondamentaux, le Parlement aide le gouvernement à établir le « consentement » qui le lie à l’électorat102. En outre, ce lien relèverait essentiellement de la responsabilité ; selon Franks,

l’élément moteur permettant de responsabiliser le gouvernement est une opposition officielle motivée par un désir de prouver que le gouvernement est incompétent ou bien pire, et qu’elle-même ferait un meilleur travail. En raison du contexte et du climat d’affrontement, le gouvernement, pour triompher des critiques et les devancer, doit produire des politiques qui recevront l’approbation la plus large possible. L’opposition, de son côté, doit chercher à se gagner un soutien tout aussi large. Une opposition faible n’est pas en mesure d’obliger le gouvernement à rendre des comptes, et ne constituera pas non plus une solution de rechange crédible. Une opposition solide et efficace est essentielle à la bonne marche d’un gouvernement parlementaire.

95Frank ajoute :

  • 103 Ibid., p. 14-15.

Les débats qui se déroulent au sein du Parlement sont de type adversatif. On suppose, au départ, que des problèmes comportant plusieurs facettes peuvent se réduire à deux points de vue : pour et contre. Souvent, la réalité est qu’un grand nombre des membres du gouvernement sont contre ou peu enthousiastes face à une question, alors qu’un petit nombre de membres de l’opposition sont en faveur. Mais ces subtilités disparaissent lors des débats parlementaires. Ce système a une structure similaire à nos tribunaux, qui fonctionnent selon un modèle contradictoire plutôt qu’inquisitoire. Le consentement est obtenu par la lutte parlementaire : le gouvernement, en repoussant les attaques de l’opposition et en mettant de l’avant ses propositions avec conviction et vigueur, prouve la sincérité et la justesse de sa cause. Ce processus n’est ni rationnel ni scientifique, mais il mène au consentement, même si c’est par le conflit plutôt que par la coopération103.

  • 104 Ibid., p. 47.

96L’un des dangers d’une opposition faible, affirme Franks, est qu’en raison de sa position inférieure et du peu d’attentes qu’elle suscite, elle échappe à la « discipline du compromis » et devienne une force négative se contentant de critiquer le gouvernement de façon primaire sans offrir de solutions de rechange cohérentes et, au pire, causant l’obstruction des procédures parlementaires et employant des moyens dilatoires104. Voilà une préoccupation compréhensible, surtout à la lumière de la crainte qu’ont les pluralistes de voir dégénérer la pratique politique en cette autre forme de polyarchie, la realpolitik, où les parties en conflit ne se sentent aucunement tenues de respecter le droit des autres au désaccord. En effet, lorsque cela se produit, la vraie politique, celle qui repose sur le dialogue, est à toutes fins pratiques abandonnée.

  • 105 Ibid. p. 222.
  • 106 Ibid., p. 226.
  • 107 Ibid., p. 47.
  • 108 J’élabore davantage sur cette distinction dans mon article « Opponents vs. Adversaries in Plato’s (...)

97Le patriote, toutefois, soulèvera une autre préoccupation. Il ne suffit pas, en politique parlementaire, de s’assurer d’accorder une place à n’importe quelle forme de dialogue. Ce qu’il faut, du moins à l’occasion, c’est pratiquer la conversation dans le but d’arriver à des rapprochements et de faire valoir le bien commun. Non pas que cela ne se produise jamais : le système de comités du Parlement est un peu moins adversatif que ses autres instances, à un point tel, selon Franks, qu’il peut généralement viser le consensus. Mais Franks n’est pas d’accord pour accorder un rôle accru aux comités, et il a raison, même si le motif qu’il invoque à cet égard est selon moi erroné. En effet, sa principale inquiétude est qu’une telle réforme augmenterait l’influence des groupes d’intérêt et renforcerait le pluralisme bureaucratique105 au détriment des partis qui, reconnaît-il, ont tendance à avoir un champ d’intervention beaucoup plus vaste que les groupes d’intérêt (notons que cette préoccupation aux accents plutôt patriotiques face aux « excès du particularisme en politique canadienne106 » cadre plutôt mal avec l’orientation pluraliste de Franks). Mais Franks a tort de prétendre que les partis politiques ne peuvent se concevoir que comme des ennemis, et que l’esprit partisan et l’opposition sont nécessairement synonymes d’affrontement. Lorsqu’il se prononce sur le caractère adversatif du système parlementaire, par exemple, il dit que ce système investit forcément « l’opposition du rôle, et même de l’obligation de critiquer et de s’opposer107 ». Mais il est possible de faire tout ça dans l’optique non pas de terrasser un ennemi, mais de faire valoir le bien que nous et notre « opposant » avons en commun. En effet, les opposants peuvent choisir de prendre part à une conversation dont l’objectif est le rapprochement ; seuls les vrais « adversaires » doivent se limiter au dialogue—si, bien entendu, ils choisissent le dialogue plutôt que la force—, dont la dynamique est celle d’un jeu à somme nulle108.

98En fait, la volonté d’adopter l’attitude d’un opposant qui ne soit pas en même temps un adversaire devrait être la principale responsabilité de La loyale Opposition de Sa Majesté. Car à quoi, en réalité, l’opposition est-elle censée être loyale ? « Sa Majesté », selon la tradition, signifie l’ensemble du corps politique et ne peut se réduire à aucun parti politique en particulier. Par conséquent, si nous ne voulons pas interpréter ce terme selon une logique monarchiste, nous devions choisir, semble-t-il, d’invoquer le bien commun de la communauté civique, des citoyens dans leur ensemble. Toutefois, le Parlement lui-même, de par sa conception et son mode de fonctionnement actuels, n’encourage pas ce type d’ouverture. Il y a ici un grand nombre d’avenues possibles, mais je me limiterai à une seule proposition de réforme, dans l’espoir, encore une fois, qu’elle suggère à d’autres la direction à emprunter.

  • 109 Voir Smith, The Republican Option in Canada, Past and Present, p. 57.
  • 110 Notons que deux des trois nouvelles assemblées de Grande-Bretagne, celle d’Écosse et celle du pays (...)

99Ma proposition portera sur l’architecture des édifices abritant les chambres du Parlement. David Smith a fait remarquer que les législatures provinciales du Canada, même si elles constituent toutes des incarnations de la tradition de Westminster, montrent néanmoins une grande diversité de styles architecturaux109. Toutefois, les édifices abritant les chambres sont tous rectangulaires. On imagine un groupe de personnes assises les unes en face des autres comme des adversaires qui s’affrontent plutôt que comme des opposants qui, même s’ils sont en désaccord, mettent de l’avant des arguments qu’ils croient susceptibles de favoriser la réalisation du bien commun. Cet esprit moins empreint d’antagonisme serait davantage encouragé, selon moi, par une disposition en demi-cercle suggérant que ce qui est attendu des personnes en présence, du moins en principe, est de travailler à l’intégration et à la conciliation110. Il faudrait peut-être aussi songer à réduire la grandeur des chambres, et ce, pour la même raison que celle invoquée par Winston Churchill, probablement le plus grand parlementaire du siècle dernier. Au cours d’un débat sur une proposition visant l’agrandissement de la salle de réunion de Westminster, Churchill a présenté l’argument suivant :

  • 111 Cité dans Franks, The Parliament of Canada, p. 144. Franks lui-même abonde dans ce sens. Voir ibid(...)

Si la Chambre est assez grande pour contenir tous ses membres, les neuf dixièmes de ses débats se dérouleront dans l’atmosphère déprimante d’une salle presque ou à moitié vide. L’ingrédient essentiel à de bonnes discussions dans la Chambre des communes est le ton propre à la conversation, qui rend possibles les interruptions et les échanges rapides et informels... Mais ce ton nécessite un espace plutôt petit ; dans les grandes occasions, on devrait éprouver en Chambre un sentiment d’urgence, dans un espace rempli à craquer. On devrait sentir que des choses importantes y sont dites et que de grandes décisions y sont prises111.

  • 112 Cité dans ibid., p. 144.

100Churchill, cependant, s’est opposé à la disposition en fer à cheval pour les raisons suivantes : « La forme oblongue de la Chambre est beaucoup mieux adaptée au système des partis. S’il est facile pour un individu de traverser les fines gradations qui mènent de la gauche à la droite, traverser la pièce exige une sérieuse réflexion »112. Mais ce sont précisément les subtilités de position rendues possibles par la disposition en demi-cercle qui devraient intéresser toute personne qui, comme c’était le cas de Churchill, trouve important d’accorder une place, au sein du Parlement, au « ton de la conversation ».

  • 113 Ce qui ne veut pas dire qu’il faille être d’accord avec la surenchère médiatique dont la période d (...)

101Cela ne veut pas dire que les dialogues à caractère plus antagoniste n’aient leur place nulle part. Les partis du Parlement ou des législatures provinciales, après tout, sont également censés chercher à accéder au gouvernement ou à se maintenir au pouvoir, et sauf dans le cas des gouvernements minoritaires, il s’agit ici d’une compétition à un seul vainqueur. Les législatures ont un rôle qui va au-delà de la formulation de politiques. Elles sont également les arènes où les partis se révèlent à un électorat qui sera un jour appelé à faire son choix parmi l’ensemble d’entre eux. C’est pourquoi je crois que la période de questions, même si elle devrait prendre place dans une salle de conception différente, devrait aussi conserver son caractère antagoniste, car le Parlement et les législatures provinciales doivent continuer à offrir un cadre où les partis ne cherchent pas autre chose qu’à obtenir le plus de votes possible aux élections113.

  • 114 Qui, même de l’avis de Frank, comportent à la base de graves lacunes. Voir The Parliament of Canad (...)

102En somme, une réforme du type de celle que je suggère aurait pour but un changement fondamental dans notre façon de concevoir la raison d’être des débats parlementaires114. Nous devons considérer ces débats, du moins en principe, comme un moyen d’arriver aux types de rapprochements qui, pour le moment, sont plus susceptibles de survenir au sein des comités ou dans le cadre de commissions royales ou d’autres groupes de travail (un plus grand recours à ces groupes devrait aussi, pour des raisons similaires, être encouragé). Évidemment, je ne m’imagine pas que des changements architecturaux suffiraient, à eux seuls, à susciter de réelles conversations. D’abord, le contexte inévitablement public des débats parlementaires constituera toujours un obstacle à la façon de parler et d’écouter qu’exige la conversation. Cependant, en tant que lieux symboliques de dialogue politique portant sur un ensemble de sujets qui touchent les communautés civiques, le Parlement et les législatures provinciales devraient à tout le moins chercher à surmonter plutôt qu’à encourager les relations antagonistes favorisant la division, dans le but de faire valoir le bien commun des citoyens qu’ils représentent.

  • 115 Voir Richard Simeon, Federal-Provincial Diplomacy: The Making of Recent Policy in Canada.
  • 116 Voir Cameron et Simeon, « Intergovernmental Relations and Democracy: An Oxymoron if There Ever Was (...)

103Si la réforme que je propose permet d’installer ces conditions minimales, les effets globaux des succès, même partiaux, auxquels elle donnera lieu pourraient résoudre certaines des préoccupations soulevées par ceux—notamment les résidants de l’Ouest, les femmes ou d’autres groupes marginalisés dans notre société—qui ont toujours obtenu une représentation minoritaire dans notre Parlement et en sont venus à éprouver un sentiment d’aliénation face à Ottawa. Car comme nous l’avons vu, un rapprochement réussi signifie qu’on arrive à répondre aux besoins de tous les citoyens, y compris ceux qui se perçoivent comme des membres d’un groupe minoritaire. Ces succès devraient également ouvrir la voie à d’autres réformes visant à protéger notre démocratie contre les tendances monarchistes. Par exemple, ceux qui en appellent à un Sénat selon le modèle « des trois E » (élu, efficace, égal) se sont souvent butés à la résistance du Canada central, qui craint qu’une présence plus forte de régions comme l’Ouest affaiblisse sa propre représentation. Mais cela n’est vrai que dans le cadre de la relation à un seul vainqueur entre majorité et minorité qui caractérise notre système basé sur le comptage démocratique des votes. Or, ces contraintes pourraient jusqu’à un certain point être dépassées grâce à une approche privilégiant les rapprochements plutôt que les votes. De même, en se montrant plus sensible aux préoccupations régionales, Ottawa serait plus ouvert à la conciliation des divergences lors des conflits l’opposant aux provinces et territoires. Cela constituerait une rupture salutaire avec le fameux « modèle westphalien », qui encourage depuis si longtemps les gouvernements fédéral et provinciaux entretenir entre eux des rapports dignes d’États semi-souverains115. Par quoi remplacer ce modèle ? Par ce que David Cameron et Richard Simeon ont appelé un « fédéralisme axé sur la collaboration », où des objectifs touchant l’ensemble du pays sont atteints non pas en laissant Ottawa agir seul, mais dans le cadre d’une concertation entre ce dernier, les provinces et les territoires116. Une intégration à l’intérieur de toutes ces législatures pourrait favoriser une meilleure intégration entre elles.

Notes

1 John Ralston Saul, qui fait état d’une dichotomie similaire, se préoccupe également de la relation qui existe entre les deux. Toutefois, je suis d’avis qu’il préconise un trop grand apport de l’élément loup (à ce sujet lire, les chapitres 11 et 16 de son ouvrage Réflexions d’un frère siamois) et ne comprend pas que ce besoin se limite au domaine politique.

2 Daniel Drache et Robert » Perin (dir.) écrivent ce qui suit en introduction à leur livre, Negotiating with a Sovereign Quebec, p. 1 : « Un autre livre sur l’in terminable saga constitutionnelle canadienne ? Les Canadiens auront raison de réagir avec un mélange de méfiance, d’irritation et d’ennui devant une crise vieille de trente ans qui ressurgit sans cesse aussitôt qu’on la croyait résolue. » Et Peter H. Russell commence la deuxième édition de son livre Constitutional Odyssey, p. 1, en souhaitant sincèrement que « la population Canadienne ne soit pas de sitôt [mise à l’épreuve par une autre ronde de négociations constitutionnelles] et que, à tout le moins pendant quelques années, rien de trop sérieux ne survienne dans l’arène constitutionnelle qui rendrait nécessaire une troisième édition de ce livre ».

3 Voir Cairns, Charter versus Federalism : The Dilemmas of Constitutional Reform, p. 65-66.

4 Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, p. 332.

5 Voir, par exemple, Isaiah Berlin, « Les idées politiques au XXe siècle », dans Éloge de la liberté, en particulier les pages 68-69, Michael Walzer, « Political Action : The Problem of Dirty Hands », Bernard Williams, « Politics and Moral Character », et Stuart Hampshire, Innocence and Experience, en particulier les pages 170-177.

6 Waltzer, « What Rights for Cultural Communities? ».

7 Voir Russell, Constitutional Odyssey, p. 222-223.

8 Joyce, Finnegans Wake, p. 23. C’est nous qui traduisons.

9 Trudeau, « Des valeurs d’une société juste », p. 384.

10 Ibid., p. 385-386.

11 C’est la raison pour laquelle je suis profondément en désaccord avec l’argument de Peter Russell suivant lequel la Charte, en particulier parce qu’elle a ouvert la porte au processus de contrôle judiciaire, peut jouer le rôle d’agent intégrateur. Voir Russell, « The Political Purposes of the Canadian Charter of Rights and Freedoms », p. 31-43.

12 Waldron, « When Justice Replaces Affection: The Need for Rights », p. 373.

13 Cairns, Charter versus Federalism, p. 49.

14 Ibid., p. 74.

15 Cela explique le vaste soutien apporté initialement à la suspension, par le gouvernement Trudeau, des libertés civiles en vertu de la Loi des mesures de guerre lors de la Crise d’octobre de 1970—exprimé dans les sondages d’opinions, les éditoriaux, les votes enregistrés à la Chambre des communes et à l’Assemblée nationale du Québec ainsi que lors des élections municipales montréalaises et de deux élections partielles fédérales tenues au Québec. Voir Kenneth McNaught, The Pelican History of Canada, p. 320-321.

16 Voir, par exemple, John Rawls, Le droit des gens.

17 Voir, par exemple, Jürgen Habermas, « Citoyenneté et identité nationale : réflexions sur l’avenir de l’Europe ».

18 Voir Cairns, Charter versus Federalism, ch. 1.

19 Ibid., p. 85.

20 Ibid.

21 Ibid., p. 75.

22 Ibid., p. 85. Voir aussi Webber, Reimagining Canada, p. 96-97, et Peter H. Russell, « The First Three Years in Charterland », p. 380.

23 Avishai Margalit et Moshe Halbertal critiquent avec raison la théorie du multiculturalisme avancée par Will Kymlicka en lui reprochant son caractère abstrait et son effet de décontextualisation, bien qu’ils le fassent dans une perspective plus pluraliste que patriotique. Voir leur article « Liberalism and the Right to Culture », p. 502-506.

24 Voir « Pour une politique fonctionnelle ».

25 Balthazar, « The Dynamics of Multi-Ethnicity in French-Speaking Quebec: Towards a New Citizenship », p. 82, 90.

26 Seymour, La nation en question, p. 104. Pour une raison similaire, Wayne Norman semble tenir une bonne piste lorsqu’il affirme que le nationalisme civique mène logiquement au cosmopolitisme plutôt qu’au nationalisme. Voir Norman, « Les paradoxes du nationalisme civique », p. 163-165.

27 Katherine A. Graham et Susan D. Phillips, « Citizen Engagement: Beyond the Customer Revolution », p. 256.

28 Ibid., p. 264.

29 Ibid., p. 269.

30 Taylor, Les sources du moi : la formation de l’identité moderne, p. 653. Les numéros n’ont pas tous la même froideur anonyme. Je pense par exemple à la signification toute particulière qu’a pour moi le numéro quatorze, qu’arborait sur son chandail Dave Keon, mon héros de jeunesse, alors capitaine des Maple Leafs de Toronto. Mais ce type de phénomène est très rare —aussi rare, pourrait-on dire, que les vrais héros.

31 J’aimerais remercier Christophe Leblay du Service des systèmes d’information de la société Nortel Networks de m’avoir fourni cette estimation.

32 J’aimerais remercier Barry McCartan pour cette suggestion.

33 Voir, par exemple, Franz Kafka, Le procès et « Dans la colonie pénitentiaire », ainsi que Michel Foucault, Surveiller et punir : naissance de la prison.

34 Sur le Livre blanc, voir J.R. Miller, Skyscrapers Hide the Heavens: A History of Indian-White Relations in Canada, p. 223-229.

35 Voir Flanagan, First Nations? Second Thoughts.

36 Voir gouvernement du Canada, À l'aube d’un rapprochement : points saillants du rapport de la Commission royale sur les peuples autochtones.

37 Cairns, Citizens Plus: Aboriginal Peoples and the Canadian State, p. 92.

38 Ibid., p. 115.

39 Ibid., p. 202-203.

40 Ibid., p. 165.

41 Ibid., p. 200.

42 Ibid., p. 167,206.

43 Ibid., p. 158.

44 Ibid., p. 182.

45 Ibid., p. 188.

46 Ibid., p. 192-199.

47 Ibid., p. 205-209.

48 Ibid., p. 200.

49 Ramsay Cook, « Sauvages, Indians, Aboriginals, Amerindians, Native Peoples, First Nations », dans Canada, Quebec, and the Uses of Nationalism, p. 83.

50 Frank, « Getting Angry over Native Rights », p. 18.

51 Ibid., p. 21.

52 Ibid., p. 23.

53 Comme il le fait dans ibid., p. 24.

54 Ibid., p. 21.

55 Ceci va dans le sens de l'affirmation de Michael Walzer sur le caractère exorbitant de ce qu’il a appelé fort justement les « échanges désespérés » qui ont souvent lieu au sein d’un marché libre. Voir Walzer, Sphères de justice : une défense du pluralisme et de l’égalité.

56 Pour développer ces deux aspects, je me suis inspiré d’un document de travail élaboré par la Aboriginals Rights Coalitions of Victoria and British Columbia.

57 Fontaine, « Allocution d’ouverture ».

58 Coon Corne, « Remarks to the Canada Seminar ».

59 Latraverse, « Les pauvres ».

60 Arendt, « Civil Desobedience ».

61 Pour un compte rendu de cet épisode, quoique quelque peu exagéré, voir Robert Hunter et Robert Calihoo, Occupied Canada : A Young White Man Discovers His Unsuspected Past, ch. 23. Voir aussi Bruce E. Johansen, Forgotten Founders: Benjamin Franklin, The Iroquois and the Rationale for the American Revolution. Bien entendu, la contribution des autochtones est loin de se limiter au domaine politique. Voir Louise Côté et autres, L’indien généreux : ce que le monde doit aux Amériques.

62 Pour un exemple représentatif, voir Mark Tunick, Punishment : Theory and Practice. À propos de la crise dans nos prisons, voir David Cayley, The Expanding Prison : The Crisis in Crime and Punishment and the Search jor Alternatives.

63 David Cayley a déjà entrepris cette démarche (voir ibid., ch. 10 et 11), de même que toutes les personnes qui affirment qu’il y a une place pour la justice réparatrice au Canada.

64 Angus, A Border Within.

65 Cité dans Donald G. Creighton, John A. Macdonald: The Young Politician, p. 227.

66 Les cinq conditions de Bourassa étaient les suivantes : 1) La reconnaissance constitutionnelle du Québec comme société distincte ; 2) un rôle accru des provinces dans le dossier de l’immigration ; 3) un droit de regard des provinces dans la nomination des juges à la Cour suprême ; 4) une limitation au pouvoir de dépenser du gouvernement fédéral ; 5) un droit de veto pour le Québec sur tout amendement constitutionnel à venir. Voir Canada, Comité spécial mixte du Sénat et de la Chambre des communes, L’accord constitutionnel de 1987.

67 Tout comme les idées de Michael Keating en la matière : « La relation entre le Québec et le reste du Canada continuera d’évoluer et fera toujours l’objet de négociations. Cela est un aspect inhérent à la façon normale de faire de la politique. » Keating, « Canada and Quebec: Two Nationalisms in the Global Age », p. 185.

68 Dans son percutant essai, « La politique de la reconnaissance », Charles Taylor omet de faire une importante mise au point, à savoir que toute reconnaissance passe par la conversation et non la négociation.

69 Voir McRoberts, Un pays à refaire, p. 430, note 24.

70 Voir, par exemple : Stéphane Dion, « Un point tournant dans l’histoire du Canada : l’avis de la Cour suprême sur la sécession unilatérale » ; Jeffrey Simpson, « A Wake-Up Call for the Rest of Canada » ; McRoberts, Un pays à refaire, p. 371 à 381 ; Robert A. Young, La sécession du Quebec et l'avenir du Canada ; Paul Boothe et autres, Closing the Books : Dividing Federal Assets and Debt if Canada Breaks Up.

71 « Si le Québec nous rejette, nous devrions obtenir un généreux règlement, en maintenant les contacts et les échanges commerciaux. Toutefois, nous ne devons pas accepter ce divorce en maintenant les frontières actuelles de la province de Québec. » Bruce W. Hodgins, « The Northern Boundary of Quebec: The James Bay Crees as Self-Governing Canadians », p. 149. Voir aussi Drache et Perin (dir.), Negotiating with a Savereign Quebec, 3e partie, ainsi que David Jay Bercuson et Barry Cooper, Deconfederation: Canada Without Quebec, p. 37-66.

72 Whitaker, « With or Without Quebec? », dans Granatstein et McNaught (dir.), « English Canada » Speaks Out, p. 25.

73 Il va sans dire que le méga-rassemblement fédéraliste tenu à Montréal quelques jours avant le vote lors du dernier référendum québécois n’avait rien de bien séduisant !

74 Voir Séguin, L'idée de l'indépendance du Québec : genèse et historique.

75 Et cela en dépit du fait que sept provinces sur neuf, représentant environ quatre-vingt-huit pour cent des populations concernées, ont endossé l’accord.

76 Je suis toujours étonné de voir que certains Québécois prennent encore au sérieux l’attitude condescendante que manifestent parfois les Français de Paris, ancienne métropole coloniale, à l’égard de leurs cousins du Québec. Ils ne devraient pas se formaliser de cette attitude, car le snobisme parisien semble s’appliquer à tout ce qui est extérieur à la ville lumière, y compris, comme je l’ai déjà entendu dire, cet « autre pays » qu’est le reste de la France.

77 Cela ne vaut pas que pour les Québécois, car cette tactique a également été utilisée par certains représentants des communautés minoritaires anglophone et allophone de la province. Sur la lutte contemporaine pour l’obtention du monopole du statut de victime dans la province, voir Daniel Salée, « Quebec Sovereignty and the Challenge of Linguistic and Ethnocultural Minorities : Identity, Difference and the Politics of Ressentiment ».

78 Cité dans J. Stéphan Dupré, « Canada’s Political and Constitutional Future: Reflections on the Bélanger-Campeau Report and Bill 150 », p. 73-74.

79 Voir Chalk Circle, « Sons and Daughters », tiré de l’album As the Crow Flies.

80 The Guess Who, « American Woman », tiré de l’album American Woman.

81 Voir les articles 13 et 14 du projet de loi de 1995 sur la souveraineté du Québec.

82 « Leurs positions ont été obtenues au terme de débats ayant eu lieu à l’intérieur du Québec, entre acteurs québécois ; ces débats ont été abordés dans l’optique des intérêts nationaux du Québec et leur aboutissement formulé comme une option choisie par le Québec. La participation des Canadiens anglais hors Québec n’a jamais été sollicitée ni voulue. » Whitaker, « With or Without Quebec? », p. 21.

83 Ibid., p. 1, c’est moi qui souligne.

84 Pour un développement de ce concept selon cette optique, voir Isaiah Berlin, « Equality », dans Concepts and Categories : Philosophical Essays.

85 Érasme, L’éloge de la folie, p. 99.

86 Pour une discussion plus détaillée des politiques linguistiques québécoises, voir mon article « L’hébreu en Israël : des leçons pour le français au Québec ? ».

87 Voir à ce sujet le compte rendu fonctionnaliste d’Ernest Gellner dans Nations et nationalisme.

88 Pour des arguments allant dans ce sens concernant les questions de gouvernance, de bien-être et de reconnaissance politique, voir mon livre From Pluralist to Patriotic Politics, chapitres 5-7.

89 Handler, Nationalism and the Politics of Culture in Quebec, p. 48-49.

90 J’aborde cette question dans mon article « What’s Wrong with Hypergoods ».

91 Je remarque, par exemple, que le très populaire chanteur québécois Jean Leloup a reçu une subvention de Patrimoine Canada, qui relève du fédéral, pour la production de son album Les fourmis, acclamé par la critique, et non, pour une raison inconnue, du ministère de la Culture du Québec. Mentionnons que l’album a également été en nomination pour un prix Juno.

92 C’est aux Français, signataires du traité qui consacrait, en 1763, la cession de presque tous leurs avoirs fonciers d’Amérique du Nord aux Britanniques, que Philippe Aubert de Gaspé faisait référence lorsqu’il a écrit : « Un voile sombre couvrait toute la surface de la Nouvelle-France, car la mère-patrie, en vraie marâtre, avait abandonné ses enfants canadiens. » De Gaspé, Les anciens Canadiens, p. 162.

93 Voir Ignatieff, « Le narcissisme de la petite différence ».

94 « Hey. I’m not a lumberjack or a fur trader. I don’t live in an igloo or eat blubber or own a dogsled. And I don’t know Jimmy, Sally or Suzy from Canada, although I’m certain that they’re really, really nice. I have a prime minister, not a president. Ispeak English and French, not American. And I pronounce it “about”, not “aboot”. I can proudly sew my country’s flag on my backpack. I believe in peacekeeping, not policing; diversity, not assimilation; and that the beaver is a truly proud and noble animal. A toque is a hat. A chesterfield is a couch. And it’s prononced “zed”—not “zee” —“zed”. Canada is the second largest land mass, the first nation of hockey, and the best part of North America! My name is Joe, and I am Canadian! » <www.videoclipstream.com/akamai/therant/rant.html.>

95 Par exemple, on prévoit qu’un certain nombre d’équipes anglo-canadiennes de la lnh imiteront bientôt les Jets de Winnipeg, qui, avec leur siège social, ont plié bagages pour se rendre chez nos voisins du sud. Selon moi, il nous faudra tôt ou tard finir par comprendre qu’en raison des moyens financiers largement supérieurs dont disposent les Américains, la coupe Stanley deviendra pour de bon hors de portée des équipes canadiennes. Ce qu’il faut, selon moi, c’est se préparer à abandonner le reste de nos équipes de la lnh pour établir une nouvelle ligue de hockey canadienne professionnelle et publique. De cette façon, nous empêcherons à jamais le jeu de se laisser de nouveau corrompre par le pouvoir de l’argent (ce qui est le sort, il faut le dire, de la plupart des ligues sportives professionnelles évoluant en Amérique du Nord—comment s’en étonner : il s’agit de monopoles appartenant à des intérêts privés), et des villes comme Halifax et Hamilton pourront enfin se doter de leur propre équipe et participer pleinement à la pratique professionnelle du hockey, qui constitue l’un des principaux loisirs culturels de notre pays.

96 Ou ne pas être. Katherine Monk, par exemple, vante les mérites de « The Rant », car cette publicité contribue selon elle à nous définir à partir de ce que nous ne sommes pas. Voir Monk, Weird Sex and Snom Shoes: And Other Canadian Film Phenomena, p. 89-91. Mais selon moi, « The Rant » ne remplit même pas cette fonction, par ailleurs dérisoire.

97 Taylor, « Des obstacles sur la route du Canada », dans Rapprocher les solitudes, p. 224.

98 Voir David E. Smith, The Republican Option in Canada, Past and Present.

99 Voir Nick Loenen, Citizenship and Democracy: A Case/or Proportional Representation.

100 Voir Peter W. Hogg, « Responsible Government ».

101 Franks, The Parliament of Canada, p. 157.

102 Ibid., p. 14.

103 Ibid., p. 14-15.

104 Ibid., p. 47.

105 Ibid. p. 222.

106 Ibid., p. 226.

107 Ibid., p. 47.

108 J’élabore davantage sur cette distinction dans mon article « Opponents vs. Adversaries in Plato’s Phaedo ».

109 Voir Smith, The Republican Option in Canada, Past and Present, p. 57.

110 Notons que deux des trois nouvelles assemblées de Grande-Bretagne, celle d’Écosse et celle du pays de Galles (mais pas celle d’Irlande du Nord, ce qui est probablement significatif), comportent des chambres en forme de fer à cheval qui, selon les termes d’un observateur, ont été « conçues pour favoriser la collaboration, et éviter les débats agressifs et sanglants ». Lesley Abdela, « Women on Top—Wales and Scotland Lead the Way ».

111 Cité dans Franks, The Parliament of Canada, p. 144. Franks lui-même abonde dans ce sens. Voir ibid., p. 158.

112 Cité dans ibid., p. 144.

113 Ce qui ne veut pas dire qu’il faille être d’accord avec la surenchère médiatique dont la période de question fait l’objet (voir ibid., p. 158-160). Bien au contraire. Mais la pertinence ou non de la guérir de sa dépendance à l’affrontement est une question d’éthique journalistique qui dépasse le cadre de la présente discussion. Deborah Tannen porte à tout le moins le problème à notre attention dans The Argument Culture, chapitre 3.

114 Qui, même de l’avis de Frank, comportent à la base de graves lacunes. Voir The Parliament of Canada, p. 147,157, ainsi que « The Problem of Debate in the House of Commons ».

115 Voir Richard Simeon, Federal-Provincial Diplomacy: The Making of Recent Policy in Canada.

116 Voir Cameron et Simeon, « Intergovernmental Relations and Democracy: An Oxymoron if There Ever Was One? ».

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search