Version classiqueVersion mobile

Et si nous dansions?

 | 
Charles Blattberg

Introduction. Chez nous au Canada ?

Texte intégral

  • 1 Tiré de l’album Live Between Us.

The snow is so merciless
on poor old Montreal
in spite of everything that’s happening
in spite of it all
The Tragically Hip, Courage (for Hugh MacLennan)1

  • 2 Tiré de l’album Le dôme.

Next time un peu d’effort.
Jean Leloup, Le monde est à pleurer2

Moi, Lucien Bouchard, je jure fidélité et sincère allégeance à sa Majesté la reine Elizabeth II.
Lucien Bouchard, 9 novembre 1993

I

1Comment Lucien Bouchard, un des leaders du mouvement souverainiste québécois, a-t-il pu dire une chose pareille ? À première vue, il a agi de la sorte pour être autorisé à siéger au Parlement canadien à titre de chef du Bloc québécois, parti prônant la souveraineté, qui constituait à l’époque l’opposition officielle au pays. Mais les choses ne sont pas tout à fait aussi simples. Car lorsque Gerry Adams et Martin McGuiness, dirigeants du Sinn Féin, parti républicain d’Irlande du Nord, ont été élus à Westminster, ils ont refusé de prêter ce même serment d’allégeance, même si cela voulait dire que les portes du Parlement britannique leur demeureraient fermées.

2Bien sûr, il existe de nombreuses différences historiques, stratégiques et autres entre les républicains d’Irlande du Nord et les souverainistes du Québec. Ainsi, les cyniques diront qu’il était dans l’intérêt des souverainistes que Bouchard manque à sa parole et prête serment alors que les avantages, pour les républicains irlandais, d’avoir un siège à Londres étaient minimes en comparaison. On pourrait également faire valoir que, comme il n’est mentionné nulle part dans les écrits souverainistes officiels qu’un Québec indépendant devrait rompre avec la monarchie constitutionnelle ou même quitter le Commonwealth, le retrait du Québec des rangs canadiens ne constituerait pas nécessairement une infidélité à la reine. Ou on pourrait affirmer qu’il est dans le meilleur intérêt de la reine, qu’elle en soit consciente ou non, que le Québec se sépare, parce qu’une république indépendante serait en bout de ligne un bien meilleur allié pour la monarchie qu’un Québec intégré à contrecœur au Canada. Mais ce serait y aller un peu fort.

3J’aimerais plutôt suggérer qu’il existe une autre raison pour laquelle Lucien Bouchard a été capable de prêter ce serment d’allégeance, à savoir que ce geste correspondait chez lui à un sentiment réel, du moins en partie. Je ne veux pas dire ici qu’il soit monarchiste. Comme chacun sait, le serment d’allégeance ne porte que sur le Canada ; ce que je dis, c’est que Lucien Bouchard éprouve un sentiment de loyauté envers le Canada, du moins jusqu’à un certain point.

  • 3 Voir Lucien Bouchard, À visage découvert, p. 247-248, 295-325.

4Il n’y a là rien de vraiment surprenant. Après tout, Bouchard a déjà fait partie de l’équipe dirigeante d’un parti fédéraliste. Il a également été l’un des architectes de l’accord du lac Meech, série d’amendements constitutionnels jamais entérinés qui avaient été conçus pour réformer le Canada et faire renoncer les nationalistes québécois à leur projet souverainiste. Ce n’est que lorsqu’il est devenu clair que l’accord était voué à l’échec que Bouchard en est venu à endosser la souveraineté-association. Pour lui, comme pour de nombreux autres Québécois, l’accord du lac Meech représentait tout simplement la dernière chance du Canada3.

5Mais bien que très répandue, cette façon de voir ne fait pas pour autant l’unanimité. Parce qu’il existe, comme on le sait, des Québécois, pour qui l’accord du lac Meech n’allait tout simplement pas assez loin, et pour qui seule aurait été acceptable une séparation complète qui aurait coupé tous les liens avec le Canada autres que ceux qu’entretient ce dernier avec n’importe quel autre pays souverain. En d’autres mots, il existe de nombreuses interprétations possibles de ce qu’être un Québécois nationaliste veut dire. Pour certains, ce qui importe avant tout est l’avènement d’un Québec pleinement indépendant, à l’intérieur duquel la nation québécoise aurait un État qui lui appartiendrait en propre. Ces personnes seraient prêtes à payer un prix économique élevé pour que ce projet se concrétise—ce qui me remplit à la fois d’admiration et de tristesse—, même si d’aucuns affirment que le Québec jouirait d’une meilleure santé économique en tant qu’entité indépendante qu’en tant que province canadienne. Pour d’autres, dont certains citoyens de la province, il ne rime à rien de reconnaître l’existence de la nation québécoise, sauf peut-être pour mieux souhaiter sa disparition. D’autres encore vont même jusqu’à affirmer que les nationalistes québécois, à l’instar de tous les nationalistes, sont tout simplement irrationnels, voire même dangereux, parce qu’ils défendent un type de communauté qui est loin d’avoir fait brillante figure au cours de l’histoire. Selon eux, le Québec devrait demeurer au sein du Canada et constituer une province comme les autres, ce qui veut dire que nous devrions nous opposer à toute forme de reconnaissance constitutionnelle de la nation qui y réside.

  • 4 Le nationaliste québécois Christian Dufour a jugé bon de marteler ce même point à treize reprises (...)

6La majorité des citoyens du Québec, toutefois, ne se reconnaît dans aucun de ces camps. La plupart d’entre eux sont comme Lucien Bouchard, en ce qu’ils ressentent quelque chose, même implicitement, à la fois pour la nation québécoise et pour le Canada4 ; pour employer le langage de la philosophie morale, on pourrait dire qu’ils conçoivent les deux entités comme des biens intrinsèques réels. Ils n’accordent certainement pas aux deux une valeur égale ; leur lien avec le Canada, par exemple, tient parfois à l’existence d’avantages économiques clairs. Cela dit, et la Constitution du pays étant ce qu’elle est, les deux entités sont considérées comme suffisamment importantes aux yeux de ces « Canadiens québécois », comme nous pourrions les appeler, pour qu’ils se sentent écartelés dans des directions opposées. Ils pencheront parfois d’un côté — au moment d’écrire ces lignes, la souveraineté semble inspirer passablement de scepticisme—, parfois de l’autre, mais l’idée de trouver satisfaction des deux côtés à la fois leur apparaît comme une impossibilité. Je n’apprendrai rien à personne en disant que les Canadiens québécois sont habités par un véritable conflit opposant leurs différentes loyautés politiques.

7L’un des principaux objectifs de ce livre est de montrer que les approches qui ont exercé jusqu’ici la plus grande influence sur notre constitution et nos politiques n’ont eu pour effet, en bonne partie, que d’accentuer des dilemmes tels que celui-là. L’une des conséquences les plus importantes de cet état de choses est que nous, Canadiens, n’avons jamais pu nous sentir « chez nous » au sein de la Constitution de notre pays. En effet, presque chacun d’entre nous éprouve en quelque sorte un sentiment d’aliénation à l’égard soit de la Constitution elle-même, soit des nombreux citoyens qui ne s’y reconnaissent pas. En outre, l’expérience montre qu’il sera impossible, du moins dans un avenir prévisible, de faire en sorte que les Canadiens se sentent davantage chez eux dans leur propre pays. Cela s’explique entre autres par le fait que, selon moi, un grand nombre d’entre nous ne savons pas trop ce que cela voudrait dire exactement. J’aborde cette question en dernière partie du présent chapitre.

8Après avoir clarifié ce que devrait être notre objectif, j’explique, dans le reste de l’ouvrage, comment nous en sommes arrivés à la déconcertante situation qui nous caractérise aujourd’hui, puis j’offre certaines suggestions sur la façon dont nous pourrions la dépasser. Ainsi, au chapitre 2, je décris trois façons de répondre aux conflits politiques, dont deux font plutôt figure d’obstacles à ce que nous arrivions à nous sentir chez nous au sein de la Constitution de notre pays. Au chapitre 3, je montre en quoi ces deux approches ont mené à une mauvaise compréhension de notre passé—en particulier de notre rapport avec la nature et le territoire que nous occupons—de même que des diverses communautés culturelles qui sont à l’origine de ce « nous ». Le chapitre 4 fait état de ce que nous sommes aujourd’hui, plus particulièrement des diverses communautés dont nous faisons partie. Le chapitre 5 porte sur notre avenir (possible) ; j’y explique mon engagement envers certaines des idées qui constituent (ou devraient constituer) le cœur de notre politique contemporaine, dans l’objectif de démontrer l’importante différence qui existe, dans la pratique, entre ce que j’appelle une approche « patriotique » et certaines approches plus conventionnelles. Enfin, dans le dernier chapitre, je discute en termes plus généraux des façons dont nous pourrions partir d’où nous sommes pour atteindre notre objectif, soit la mise en place d’un véritable « chez-soi » pour nos concitoyens ; je décris ensuite une contribution réussie à la réalisation de cet objectif. Ce que j’espère, bien sûr, c’est que cela nous encouragera à faire d’autres tentatives en ce sens.

9Tout au long du livre, je défends ce qui, aux yeux de bien des gens, apparaîtra comme une nouvelle conception de ce qu’est ou devrait être un pays (ou en fait n’importe quel type de collectivité politique) : une « communauté de citoyens », à la différence d’une « nation ». La conception du patriotisme liée à cette façon de voir s’inspire, bien que de façon parfois critique, d’une approche dont les racines sont anciennes, soit l’idéologie du « républicanisme classique », dont les tenants se disaient patriotes longtemps avant que les nationalistes revendiquent ce terme. C’est la raison pour laquelle il deviendra clair, je l’espère, que le patriotisme tel que je le conçois est à la fois ancien et nouveau ; selon cette approche, pour devenir qui nous devrions devenir, il faut faire un retour—tout en les transformant—vers les meilleurs aspects de ce que nous avons déjà été.

II

10En général, les constitutions sont des recueils de règles. En quoi consistent les règles, et comment fonctionnent-elles ? Selon moi, l’une des meilleures réponses à ces questions a été apportée par le philosophe Ludwig Wittgenstein. Il y est arrivé principalement en posant lui-même une série de questions, comme celles-ci :

  • 5 Ludwig Wittgenstein, Investigations philosophiques, première partie, art. 85.

Une règle se présente tel un poteau indicateur. —Ne laisse-t-il subsister aucun doute quant au chemin à suivre ? Indique-t-il la direction à prendre, une fois que je l’ai dépassé ; soit la route, soit le sentier, soit à travers champ ? Mais par quoi saurais-je interpréter son indication : dans la direction de la main, ou (p. ex.) la direction opposée ? —Et si au lieu d’un seul poteau indicateur se trouvait toute une chaîne ininterrompue d’écriteaux, ou des traits à la craie sur le sol, —n’y a-t-il pour eux qu’une interprétation5 ?

11Avant Wittgenstein, on s’en doute, bien peu de gens avaient pris la peine d’expliciter le fait que les poteaux indicateurs indiquent d’aller dans la direction où pointe le doigt. Parce que cela a toujours été le cas, et qu’il s’agit d’une pratique préréflexive, implicite, que nous avons tous acceptée et adoptée par simple habitude. Il existe, bien sûr, un grand nombre d’autres règles et pratiques de ce genre. Par exemple, une chaise, tout comme un poteau indicateur, semble « exprimer » une règle se rapportant à une pratique donnée ; dans ce cas-ci, la chaise est là pour qu’on s’y assoie. Pour donner un autre exemple, prenons les nombreux principes auxquels nous adhérons tous ; l’un des plus importants sur le plan politique est que, du moins depuis l’avènement de la modernité, les individus sont tous égaux et devraient être traités avec un minimum de dignité et de respect. On pourrait continuer car la liste est longue.

  • 6 Ibid., art. 231. Voir aussi art. 232.
  • 7 Ibid., art. 231.
  • 8 Ibid., art. 232.
  • 9 Ibid., art. 233.
  • 10 Ibid., art. 234.

12En fait, la plupart de nos pratiques sont préréflexives et si harmonieusement intégrées les unes aux autres que nous pouvons parler de toute une façon d’être que nous adoptons par habitude, sans y réfléchir et sans avoir à l’expliquer. Toutefois, les règles ainsi que les pratiques qu’elles régissent ne sont pas entièrement préréflexives, parce qu’elles sont exprimées par l’intermédiaire du langage. Mais là où nous nous sentons le plus « chez nous »—là où les règles sont « à leur meilleur »—, c’est lorsque lesdites règles renvoient à des pratiques que nous pourrions adopter de façon préréflexive sans qu’elles aient besoin d’être explicitées. C’est précisément à des règles « expressives » de ce genre, comme je les appelle, que Wittgenstein fait référence lorsqu’il écrit que les règles sont des choses que nous suivons, qu’elles expriment des pratiques que nous comprenons, des pratiques auxquelles nous adhérons si profondément qu’elles sont considérées comme l’expression de notre « moi », de notre identité. À mon sens, c’est probablement là où il veut en venir lorsqu’il écrit qu’une règle nous « inspire6 » ce que nous devons faire, à tel point que nous avons le sentiment d’être « sous la contrainte7 » de cette règle, comme si « une voix intérieure nous disait : dans ce sens-là8 ! ». En fait, quand une personne a « écouté sa vont intérieure et lui a obéi9 », ajoute Wittgenstein, elle a « le sentiment d’être guidée par les règles comme par un charme10 ».

  • 11 Ibid., art. 224.
  • 12 Ibid., art. 241.

13Il s’agit là d’une des formes d’accord entièrement harmonieux et désaliéné avec une règle expressive, qui constitue probablement le propos de Wittgenstein lorsqu’il dit que « le mot “conformité” et le mot “règle” sont apparentés, ils sont cousins11 ». Car lorsqu’une règle est l’expression de notre moi et de notre identité—de qui nous sommes dans le sens de ce que nous faisons dans un contexte donné—, nous pouvons dire que nous sommes en accord avec cette règle, que nous y adhérons. Mais l’accord dont témoigne notre observation des règles expressives peut également être compris dans un deuxième sens. Ainsi, lorsque plusieurs personnes suivent la même règle, on peut dire qu’elles partagent une compréhension de ladite règle, et qu’il existe donc une conformité entre elles. Wittgenstein ajoute que lorsqu’il y a suffisamment de concordances de ce genre, on peut parler d’une conformité de « forme de vie12 ».

14La thèse principale que je souhaite proposer ici est la suivante : c’est la mesure dans laquelle les citoyens sont en accord avec les règles constitutionnelles de leur pays—en tant qu’individus, ces règles étant l’expression de leur moi, et en tant que groupe, les citoyens adhérant à ces règles au point de partager une même forme de vie—qui détermine si la Constitution sera ou non en mesure de susciter chez eux un sentiment d’appartenance politique. En d’autres termes, les citoyens ne pourront se sentir réellement chez eux qu’au sein d’une constitution faite de règles expressives.

Notes

1 Tiré de l’album Live Between Us.

2 Tiré de l’album Le dôme.

3 Voir Lucien Bouchard, À visage découvert, p. 247-248, 295-325.

4 Le nationaliste québécois Christian Dufour a jugé bon de marteler ce même point à treize reprises dans sa Lettre aux souverainistes québécois et aux fédéralistes canadiens qui sont restés fidèles au Québec.

5 Ludwig Wittgenstein, Investigations philosophiques, première partie, art. 85.

6 Ibid., art. 231. Voir aussi art. 232.

7 Ibid., art. 231.

8 Ibid., art. 232.

9 Ibid., art. 233.

10 Ibid., art. 234.

11 Ibid., art. 224.

12 Ibid., art. 241.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search