Version classiqueVersion mobile

Et si nous dansions?

 | 
Charles Blattberg

Préface

Texte intégral

1On entend souvent dire qu’il est bon de regarder les choses en « prenant une distance ». J’espère que c’est vrai, car au moment d’entamer l’écriture du présent livre, je vivais en Israël ; auparavant, j’avais séjourné en Grande-Bretagne et en France, pour un total de presque sept années à l’étranger. Bien sûr, il est possible qu’un séjour aussi long dans des endroits aussi éloignés m’ait complètement coupé de la réalité canadienne. C’est au lecteur qu’il reviendra d’en juger.

2Je m’amusais parfois à étonner les Israéliens, et les Canadiens lorsque j’étais de passage au pays, en affirmant trouver la politique canadienne plus intéressante que la politique israélienne. Évidemment, je m’assurais d’employer le qualificatif « intéressante » plutôt que « passionnante ». Ce que je voulais dire par là, c’est que le philosophe politique que je suis constatait avec regret que les principaux enjeux de la situation en Israël portaient encore largement sur des questions faisant appel à la contribution du soldat plutôt qu’à celle du penseur. Pendant un certain temps, le processus de paix a changé cette dynamique en accordant un rôle de premier plan au dialogue et en mettant en veilleuse l’usage de la force. Toutefois, ce dialogue relevait davantage de la négociation que de la conversation, distinction qui joue un rôle central dans l’argumentation développée dans le présent ouvrage. Pour résumer, disons que lors d’une négociation, les parties font tout leur possible pour faire des concessions et des compromis adéquats en regard des valeurs ou des biens en jeu, dans le but de mettre fin au conflit par des accommodements raisonnables. En revanche, lors d’une conversation, l’objectif est d’arriver à une compréhension mutuelle. Ce processus nécessite un effort très exigeant de la part des interlocuteurs en présence, qui doivent être animés d’une réelle volonté d’être à l’écoute les uns des autres ; ils doivent également se montrer disposés à transformer leurs valeurs ou leurs biens, pour que ceux-ci en viennent à faire l’objet non pas d’un compromis, mais plutôt d’une intégration et d’une conciliation. Ainsi, une approche politique qui s’appuie sur la conversation aura plus de profondeur et sera potentiellement plus progressiste qu’une politique qui ne s’en tient qu’à la négociation. Évidemment, il n’est pas toujours possible de pratiquer ce type de politique. À ce qu’il paraît, les pourparlers clandestins d’Oslo entre Israéliens et Palestiniens avaient commencé avec une tentative de conversation, mais comme me le racontait un jour le professeur Shlomo Avineri de l’Université hébraïque de Jérusalem, l’exercice a tellement enflammé les participants qu’il est rapidement devenu clair, pour l’ensemble des parties concernées, que toute tentative d’en arriver à une entente devait être abandonnée, sinon l’usage de la force—et non la négociation—redeviendrait la seule option envisageable.

3Bien que la négociation ait eu récemment tendance à dominer la scène politique canadienne (son principal rival n’étant pas, hélas, la conversation, mais le plaidoyer, qui devient nécessaire lorsqu’on s’en remet aux tribunaux pour régler des questions politiques), il me semble qu’en raison de son histoire, le Canada aurait tout ce qu’il faut pour accorder un plus grand rôle à la conversation. De plus, comme je l’affirme dans le présent ouvrage, certains de nos principaux problèmes et controverses politiques exigent, pour trouver résolution, que nous empruntions cette avenue. Dans ce cas-ci, le penseur politique a une contribution importante à apporter, et j’ose espérer qu’il sera entendu.

4Il y a maintenant plus de deux ans que je suis rentré au Canada. « Le froid me manquait », dis-je à la blague aux gens qui demandent pourquoi je suis revenu. L’une des vraies raisons de mon retour, cependant, était tout simplement que je commençais à avoir le mal du pays, ou plutôt « mal au pays ». C’est également l’une des raisons pour lesquelles j’ai décidé d’écrire le présent essai. Car ce mal, qui relève plutôt du malaise, habite selon moi un trop grand nombre de Canadiens, qui ne se sentent pas chez eux dans leur propre pays. Mon principal objectif, dans le présent livre, est d’expliquer le comment et le pourquoi de cette situation, et d’indiquer ce qu’on pourrait et devrait faire pour y remédier.

5Les écrits politiques ne devraient jamais être élaborés en vase clos. Cela est particulièrement vrai pour les personnes qui, comme moi, souscrivent à une approche « pratique » et non « théorique » de la philosophie politique. J’aimerais donc exprimer ma gratitude à Mark Cohen, Yves Couture, Stéphane Dion, Marc Fabien, Alain Noël, Avery Plaw, Philip Resnick, Rod Tweedy et Linda White, ainsi qu’à deux réviseurs anonymes de la Fédération canadienne des sciences humaines et sociales. Toutes ces personnes ont lu le manuscrit et offert des commentaires constructifs sur l’ensemble ou certaines des parties du document. Je voudrais aussi remercier Florence Noyer des Presses de l’Université de Montréal, Isabelle Chagnon pour la traduction, mes collègues de l’Université de Montréal ainsi que tous mes amis du Arts Café. Merci également à Magdalene Redekop pour m’avoir initié, il y a longtemps, à la littérature canadienne-anglaise, et merci par-dessus tout à Yael, pour sa présence de tous les instants et sa grande patience.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search