Version classiqueVersion mobile

Contre la réforme

 | 
Normand Baillargeon

Chapitre 1. Une faillite philosophique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous nous trouvons désormais confrontés à ce fait paradoxal que l’éducation est devenue un des principaux obstacles à l’intelligence et à la liberté de penser.
Bertrand Russell

À la fin de ce que plusieurs considèrent comme son chef-d’œuvre, la Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, John Maynard Keynes fait remarquer qu’on aurait grand tort de se désintéresser des idées des économistes et des philosophes et que cette négligence peut avoir de graves conséquences. C’est que ces idées, explique Keynes, qu’elles soient justes ou non, sont généralement bien plus influentes qu’on ne l’imagine, au point où il n’est pas exagéré de dire que le monde est, sur certains plans, essentiellement dirigé par elles. La conclusion qu’il tire de ces observations mérite d’être soulignée :

Des personnes d’action et qui se croient volontiers à l’abri de l’influence des idées et des théories sont typiquement les esclaves de quelque économiste décédé. Et ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search