Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires musicaux mis en scène

 | 
Monique Desroches
, 
Marie-Hélène Pichette
, 
Claude Dauphin
, 
et al.

III. Performances traditionnelles et actuelles

La musique contemporaine en l’absence de l’interprète

Yara El-Ghadban

Résumé

Au Québec, l’importance de mettre sur pied des politiques de développement culturel et de patrimonialisation solides comme moyen d’ancrage de l’identité québécoise se manifeste à travers l’institutionnalisation et la subvention des arts. Or, les organismes subventionnaires sont tiraillés entre le désir de disséminer les arts et la nécessité de préserver certains critères de jugement dans l’attribution des subventions. Cette tension a eu des répercussions importantes sur la musique savante occidentale des XXe et XXIe siècles, autrement dit sur la musique contemporaine. Cet article s’appuie sur des recherches personnelles menées autour de cette musique et de ses acteurs dans le but d’examiner les répercussions des politiques culturelles québécoises sur la pratique musicale contemporaine. Il soutient que ces politiques, centrées sur la production de nouvelles œuvres au détriment de la performance du répertoire existant, ont contribué à la marginalisation de l’interprète comme transmetteur de la tradition et comme médiateur dans le processus de patrimonialisation.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Entre 2004 et 2007, j’ai mené une enquête ethnographique autour des événements du Forum du Nouvel Ensemble Moderne, le nem1, un concours international de composition musicale organisé par cet ensemble montréalais de musique contemporaine2. Cet événement se déroule sur une période allant de deux à quatre semaines. Il met en relief la pratique musicale non seulement dans sa dimension strictement musicale et artistique, mais aussi dans ses modes d’organisation et de pensée musicale ancrée dans le culturel, permettant ainsi de dégager les dynamiques et rapports de force, souvent implicites, qui régissent les relations entre les différents acteurs de l’événement. Le Forum a donc permis de mettre en exergue des rapports de force et des enjeux identitaires, esthétiques et politiques. Cette démarche s’est concrétisée dans une perspective anthropologique et transnationale à partir d’un site précis3.

Une question est venue guider l’essentiel de la recherche : pourquoi le nem, un ensemble inter...

Auteur

Chercheure postdoctorale à l’University of the Witwatersrand (Afrique du Sud). Diplômée de l’Université de Montréal en anthropologie (Ph.D.) et en ethnomusicologie (M.A.), elle poursuit des recherches sur l’identité, les rituels de reconnaissance et les dynamiques de pouvoir postcoloniales tels qu’ils se manifestent dans les pratiques musicales contemporaines, notamment en Palestine, au Québec et en Afrique du Sud.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540