Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires musicaux mis en scène

 | 
Monique Desroches
, 
Marie-Hélène Pichette
, 
Claude Dauphin
, 
et al.

III. Performances traditionnelles et actuelles

Rite et performance dans le culte du bwiti chez les Fang du Gabon

Marie-France Mifune

Résumé

La performance est une des problématiques de la construction identitaire. C’est le cas, notamment, de la pratique rituelle du bwiti, à plusieurs égards structurante pour les Fang du Gabon. Dans cet article, nous tenterons de comprendre comment se construit l’identité rituelle à travers ce culte et, en particulier, quel rôle joue le phénomène musical dans son élaboration. Dans cette perspective, l’étude des modalités de construction et de réalisation du rituel et, plus précisément, l’analyse de la performance constituent une approche méthodologique pertinente, car elles rendent compte du phénomène musical dans sa globalité, à savoir : le champ strict de la matière sonore musicale, les divers états que ce champ incarne ainsi que les différents types de relations qu’exerce le phénomène musical avec les autres éléments mobilisés dans le culte du bwiti fang.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au Gabon, parmi la diversité des pratiques rituelles, le bwiti, culte pratiqué par une grande majorité des populations gabonaises, est considéré aujourd’hui comme l’un des symboles du patrimoine culturel national. L’origine de ce culte serait attribuée aux Tsogho, population vivant dans le centre-sud du pays1. Celui-ci se serait ensuite répandu dans toute la région, gagnant tour à tour les Apindji, les Eshira, les Simba, les Punu, les Lumbu et même les Myene. Ce n’est qu’aux alentours de 1910 que le bwiti aurait atteint les Fang dans la province du Woleu-Ntem (Nord-Gabon), le foyer originel du culte du bwiti pratiqué par les Fang se situant dans la province de l’Estuaire (Nord-Ouest-Gabon), près de la capitale côtière, Libreville.

L’histoire du culte du bwiti fang comporte, selon André Mary, deux étapes : la première remonte au début du XXe siècle, dans le cadre des chantiers forestiers. Des travailleurs fang, coupés de leurs attaches familiales et villageoises, ont pris l’initiative...

Auteur

Doctorante à l’école des hautes études en sciences sociales (éhess) sous la direction de Frank Alvarez-Pereyre et de Jean-Émile Mbot, travaille actuellement sur la performance dans le culte du bwiti pratiqué chez les Fang (Gabon). Sa dernière publication est parue en 2008 dans les Cahiers d’ethnomusicologie 21 : « Ce que “faire ensemble” peut vouloir dire en musique. Trois études de cas en Afrique centrale ».

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter