Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires musicaux mis en scène

 | 
Monique Desroches
, 
Marie-Hélène Pichette
, 
Claude Dauphin
, 
et al.

III. Performances traditionnelles et actuelles

Partages et emprunts de musiques rituelles au Sud-Est-Cameroun

Susanne Fürniss

Résumé

Le partage et l’emprunt de musiques rituelles dans le Sud-Est-Cameroun, une région habitée par plusieurs populations, s’inscrivent dans des relations interethniques à la fois économiques, sociales et religieuses. La pratique de certains rituels réunit des participants tant baka que nzimé, bangando ou kwelé. D’autres pratiques sont transposées d’une culture à une autre. Quelles sont les motivations de ces peuples à partager et à emprunter leurs traditions respectives ? Que se passe-t-il quand un rituel passe d’une culture à une autre ? C’est ce que nous examinerons dans cet article. Nous constaterons aussi que seuls les Baka empruntent des musiques à leurs voisins et que « cette perméabilité à sens unique » est soumise à une condition : que les groupes se séparent. Les effets de l’emprunt sont doubles : autant ils mènent à l’adaptation du matériel musical et rituel en fonction du système de valeurs de la culture emprunteuse, autant ils y introduisent des éléments exogènes. De nouvelles identités partielles, régionales, émergent alors et témoignent de la variabilité de la culture baka.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cet article a comme objet les phénomènes de partage et d’emprunt de musiques rituelles à une échelle régionale, ici, dans l’extrême sud-est du Cameroun. Cette région est habitée par plusieurs populations, parmi lesquelles les Baka – une des populations pygmées d’Afrique centrale – sont largement majoritaires. Leur région s’étale sur 350 km d’est en ouest et sur 200 km du nord au sud. Les Baka y côtoient étroitement plusieurs populations villageoises avec lesquelles ils partagent un grand nombre d’activités économiques, sociales ou religieuses.

figure 1. Zone d’habitation des Baka et de leurs ethnies voisines, Cameroun

Image

Mes travaux dans le Sud-Est-Cameroun ont débuté en 1999 dans une région où les Baka vivent avec les Nzimé1. Depuis 2006, j’ai élargi mes recherches aux Bangando et aux Kwelé grâce au programme de recherche interdisciplinaire La mobilité ancestrale face à la percée des routes en Afrique centrale : le cas des chasseurs-collecteurs pygmées2. Les don...

Auteur

Ethnomusicologue, chargée de recherches au Laboratoire langues-musiques-sociétés (lms, umr 8099) du cnrs-Université Paris Descartes. De formation interdisciplinaire (musicologie, sciences du langage et phonétique, ethnologie), elle consacre ses recherches aux cultures musicales des populations pygmées et de leurs voisines en Centrafrique et au Cameroun dans une perspective de systématique musicale et de catégorisation.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540