Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires musicaux mis en scène

 | 
Monique Desroches
, 
Marie-Hélène Pichette
, 
Claude Dauphin
, 
et al.

II. Patrimoine et patrimonialisation

Un mouvement associatif comme nouvel espace de patrimonialisation judéo-espagnole

Jessica Roda

Résumé

En 1998, la création de l’association Aki Estamos à Paris ouvre une nouvelle page de l’histoire culturelle des Judéo-espagnols de France. La pluralité de ses activités, tant sur les plans macro-, méso-que microsocial, investit le patrimoine culturel de cette communauté venue d’Espagne et des Balkans – une communauté foncièrement affaiblie depuis la Seconde Guerre mondiale, mais aujourd’hui très dynamique. C’est ce que nous mettrons en lumière dans cet article en prenant la patrimonialisation musicale à témoin. Cela nous permettra de saisir ce que la société à laquelle cette communauté appartient souhaite révéler.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1961, le célèbre écrivain André Malraux, alors ministre d’État chargé des Affaires culturelles, décide avec son équipe de réintégrer le patrimoine bâti dans les discours sur la politique culturelle. Cette volonté gouvernementale sera suivie, le 4 août 1962, de la création de l’Inventaire général du patrimoine culturel. Cette époque a ainsi marqué le début d’un engouement sans précédent du milieu académique et politique pour le patrimoine. Plusieurs événements révèlent l’intensité de cette mobilisation : l’institution par l’unesco, en 1972, de la notion de patrimoine mondial ; l’institution, en 1975, de l’Année européenne du patrimoine architectural ; ou encore l’institution, en 1980, de l’Année du patrimoine en France. Or, il suffit de se concentrer sur le patrimoine musical et, plus précisément, sur le patrimoine ethnologique musical ou patrimoine culturel immatériel – tel que le propose l’Unesco –, pour constater que la dimension musicale suscite un moindre intérêt. Une simple ...

Auteur

Jessica Roda termine un doctorat en ethnomusicologie de l’Université de Paris-Sorbonne (dir. F. Picard) et de l’Université de Montréal (dir. M. Desroches) où elle est auxiliaire de recherche et d’enseignement. Sa thèse porte sur l’héritage et les innovations relatives aux pratiques musicales judéo-espagnoles en France. Elle publie et diffuse régulièrement ses travaux dans des revues et ouvrages scientifiques ou lors de conférences dans les milieux académique et associatif.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter