Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires musicaux mis en scène

 | 
Monique Desroches
, 
Marie-Hélène Pichette
, 
Claude Dauphin
, 
et al.

II. Patrimoine et patrimonialisation

Musique, patrimoine, identité : le Ballet national du Mali

Elina Djebbari

Résumé

Comment s’articule le processus de patrimonialisation et de spectacularisation de pratiques musicales et chorégraphiques dites « traditionnelles » quand celles-ci sont mises en œuvre par des politiques culturelles visant la construction d’une identité nationale ? L’entreprise, comme cet article le met en lumière, est pleine d’ambiguïtés. L’institution du Ballet national du Mali, à travers la constitution d’un genre musical et chorégraphique particulier, permet d’illustrer les écueils auxquels s’est heurtée cette mise en scène d’une « tradition malienne ». Nous observerons le cheminement du Ballet national depuis sa création, au moment de l’indépendance, jusqu’à aujourd’hui, où ses acquis sont remis en cause par de nombreux facteurs. Nous montrerons également comment le genre musical et chorégraphique développé par le Ballet national témoigne de la recherche identitaire d’une nation, en construction lors de l’indépendance et désormais en pleine métamorphose.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Durant la période des indépendances en Afrique de l’Ouest, autour des années 1960, les nouveaux États-nations se sont tournés vers leurs ressources culturelles pour construire de nouvelles identités. Ainsi, à l’instar des Ballets africains créés par le Guinéen Fodeba Keïta et repris par Sékou Touré pour le compte de la nouvelle République de Guinée, Modibo Keïta, premier président de la République du Mali, indépendante en 1960, décide à son tour de former des ensembles nationaux. Entre 1961 et 1962 seront créées quatre formations nationales : le Ballet national (qui porte jusqu’en 1978 le nom de Troupe folklorique nationale du Mali), l’Ensemble instrumental national, l’Ensemble dramatique national et l’Orchestre moderne national. Les artistes recrutés pour animer ces formations étaient des fonctionnaires de l’État. Parmi ces formations, le Ballet national du Mali est encore considéré, et ce malgré son déclin, comme le détenteur du patrimoine musical et chorégraphique de l’ensemble d...

Auteur

Doctorante et allocataire de recherche en ethnomusicologie à l’éhess-Paris. Elle travaille sur les processus de construction d’une identité nationale au Mali en lien avec la patrimonialisation et la spectacularisation de pratiques musicales et chorégraphiques dites « traditionnelles » à travers les troupes de ballet (Ballet national et troupes privées). Elle participe également au programme anr « Création, circulation et marchés d’identités en contexte global », dirigé par Emmanuelle Olivier.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter