Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires musicaux mis en scène

 | 
Monique Desroches
, 
Marie-Hélène Pichette
, 
Claude Dauphin
, 
et al.

II. Patrimoine et patrimonialisation

Logique patrimoniale et globalisation musulmane à Djenné

Emmanuelle Olivier

Résumé

Dans le contexte actuel de réislamisation de la société malienne et de décentralisation de l’État, Djenné, l’une des nombreuses villes secondaires du Mali, « joue » dans deux registres différents : celui, occidental, de la ville-musée patrimonialisée par l’unesco, et l’autre, musulman, de la ville sainte. Ce double référent doit être pris en compte pour comprendre comment s’est élaborée une véritable logique patrimoniale du religieux autour des cérémonies annuelles du Maouloud et de son répertoire de louanges chantées appelé maduhu. Loin d’une muséification des pratiques, cette logique donne lieu à un renouvellement important du répertoire musical, à une multiplication des styles personnels, à une professionnalisation des chanteurs et à un élargissement important de la diffusion de ces louanges. Au final, pour les habitants de Djenné, l’intérêt est de faire de ce savoir religieux, poétique et musical ancien un savoir contemporain, perpétuellement recréé, actualisé et participant de logiques sociales et politiques fortes, aussi bien à l’échelle locale qu’en lien avec le global.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce texte porte sur un répertoire de louanges adressées au prophète Muhammad et à ses médiateurs (saints, cheikhs et savants musulmans), mais aussi aux souverains et autres gens de pouvoir1. A Djenné (Mali) où elles sont pratiquées2, ces louanges sont appelées maduhu3 (de l’arabe madh ou madih) et s’inscrivent dans le registre de la tradition (alããda ou al-âda : rite, coutume), voire du canon4. D’un point de vue musical, il s’agit de psalmodies effectuées a cappella dont les textes poétiques en langue arabe font l’objet de règles extrêmement codifiées qui concernent à la fois la métrique (accentuation, nombre et durée des syllabes) et la structure du poème (nombre de vers par strophe, division du vers en hémistiches, rime).

Si ce genre poétique et musical est très répandu dans le monde musulman soufi depuis plus d’un millénaire5, notamment en Afrique, l’enjeu de ce texte est de montrer comment ces louanges prennent une ampleur inédite non seulement à Djenné, mais aussi dans tout le Ma...

Auteur

Ethnomusicologue, chargée de recherche au Centre de recherches sur les arts et le langage (cnrs) et enseignante à l’ehess au Master Musique. Elle est actuellement responsable du programme de recherche « Création musicale, circulation et marché d’identités en contexte global », financé par l’Agence nationale de la recherche (anr).

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540