Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires musicaux mis en scène

 | 
Monique Desroches
, 
Marie-Hélène Pichette
, 
Claude Dauphin
, 
et al.

II. Patrimoine et patrimonialisation

La patrimonialisation musicale française à l’épreuve du nomadisme des Roms

Luc Charles-Dominique

Résumé

La dimension territoriale joue un rôle essentiel dans la représentation identitaire. Or, depuis les premières grandes politiques patrimoniales du XIXe siècle en Europe, cette territorialisation a évolué d’une idée abstraite, nationale, vers une perception plus locale, consacrant ainsi la notion de « pays ». Au XIXe siècle et durant une grande partie du XXe siècle, ce localisme renvoie à la ruralité, pensée alors comme espace autarcique, à « horizons limités ». Pourtant, une étude différente de l’histoire culturelle et sociale européenne montre que l’Europe est largement ouverte, depuis le Moyen Âge au moins, à l’itinérance, aux influences extérieures de toutes sortes, en particulier à celles des Tsiganes, présents en France dès le début du XVe siècle. Du coup, c’est à la fois l’histoire de la musique, de la danse et l’ethnomusicologie européennes qu’il faut reconsidérer, en s’interrogeant sur les territoires de ces disciplines et leurs patrimoines scientifiques. Par ailleurs, si l’un des paradigmes de la patrimonialisation est la territorialisation, que peut-il advenir des musiques tsiganes, elles qui sont « sans territoires fixes » et qui, plutôt que de singulariser, comme le font tous les objets culturels patrimonialisés, s’expriment toujours dans un langage musical double, à la fois expression de la différence et langage syncrétique ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La fabrication d’une image « fossile » de la paysannerie française

Le Cantu in paghjella profane et liturgique de Corse a été inscrit, en octobre 2009, sur la Liste de sauvegarde urgente du patrimoine culturel immatériel (pci) par le Comité intergouvernemental de l’unesco réuni à Abou Dhabi. Cette « consécration » est totalement légitime au vu des critères définis par l’Unesco dans sa Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003), mais aussi de l’ensemble des paramètres concourant à caractériser la notion de patrimoine et que l’anthropologie de la patrimonialisation met en exergue. En effet, la notion de pci, qui se « manifeste, entre autres, dans [le domaine des] traditions et expressions orales » (art. 2 de la Convention), englobe donc celle de tradition qui renvoie, dans son acception commune, aux notions conjuguées d’ancienneté, de transmission intergénérationnelle fondée sur l’oralité et l’exemple et, surtout, de sélection des objets culturels d...

Auteur

Professeur d’ethnomusicologie à l’Université de Nice-Sophia-Antipolis (circples ea 3159). Il poursuit des recherches en anthropologie musicale historique, en épistémologie (ethnomusicologie et histoire) et en ethnomusicologie de la France et de la Méditerranée. Membre de la Société française d’ethnomusicologie, il est cofondateur et président du Centre international de recherche interdisciplinaire en ethnomusicologie de la France (cirief).

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540