Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Territoires musicaux mis en scène

 | 
Monique Desroches
, 
Marie-Hélène Pichette
, 
Claude Dauphin
, 
et al.

I. Mise en spectacle et mise en exposition

Le Cadi dupé, un opéra-comique de Gluck

Cécile Champonnois und Ghyslaine Guertin

Zusammenfassung

L’opéra-comique de Gluck Le Cadi dupé, écrit d’après un livret de Pierre-René Lemonnier pour être présenté en 1761 au Burgtheater, le théâtre français de Vienne, a en son temps – le siècle des Lumières – beaucoup voyagé : non seulement a-t-il été joué sur de nombreuses scènes européennes, mais aussi d’un bout à l’autre du monde. Comment expliquer que sa partition se soit retrouvée à l’Université de Montréal ? Sa découverte récente et tout à fait fortuite a été l’occasion d’une recherche entourant d’abord son identité et son authenticité, puis sa circulation. Cette histoire-là n’est pas simple, car les mises en spectacle de cet opéra-comique ont nécessité des stratégies de création et de réception nouvelles, tant du côté de la musique que du livret. Comment ces deux langages sont-ils parvenus à voyager ensemble et à s’adapter aux différents contextes socioculturels d’une époque et de son esthétique, fondée sur les attentes, les goûts et les émotions de l’auditeur ? La démonstration que nous nous proposons de faire dans cet article conduit à reconnaître l’universalité de la musique, malgré ses significations multiples.

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

Au sein de l’Europe des Lumières, la musique et les arts circulent d’un bout à l’autre du continent, se déforment en se fusionnant avec des caractères étrangers et, affirme Michel-Paul-Guy de Chabanon, « […] perdent tous quelque chose de leur caractère indigène […] » (1785/1969 : 96). Il en fut ainsi pour l’évolution de la musique française, de sa tragédie lyrique et de son opéra-comique empruntant leurs nouvelles composantes à une hybridation des styles italien et allemand. Claude Lévi-Strauss a eu raison de rappeler le jugement prophétique de cet esthéticien de la musique qui, en 1764, écrivait : « Le ruisseau de la musique de Lully se divise en deux bras ; l’un “profond, vaste, étendu”, c’est Rameau ; l’autre “grossi par des eaux étrangères”, c’est la musique que nous aurons désormais » (1993 : 99).

Ces eaux étrangères visent principalement Gluck, compositeur viennois et grand réformateur de la tragédie lyrique qui s’approprie également l’opéra-comique français avec le souci de pl...

Autoren

Cécile Champonnois poursuit des études doctorales au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal. Son champ de recherche porte autant sur la genèse des œuvres lyriques (livret et musique) que sur leur réception et leur circulation en Europe au XVIIIe siècle. Elle a publié un article sur la tragédie lyrique Sabinus, de Chabanon et Gossec (Musicorum, mars 2008, vol. 6 : 131-188).

Professeure de philosophie au collège Édouard-Montpetit (Longueuil) et professeure associée au lrmm, à la Faculté de musique de l’Université de Montréal. Ses principaux thèmes de recherche sont les concepts de goût, d’authenticité et de valeur dans la réception et la circulation des œuvres musicales, en particulier au XVIIIe siècle et dans l’œuvre de Michel-Paul-Guy de Chabanon.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Kaufen