Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires musicaux mis en scène

 | 
Monique Desroches
, 
Marie-Hélène Pichette
, 
Claude Dauphin
, 
et al.

I. Mise en spectacle et mise en exposition

À la recherche du flamenco authentique à Séville

Aurélie Suberchicot

Résumé

Internet est devenu un outil primordial dans la diffusion et l’exploitation d’un flamenco « exotisé » dont il faut questionner la réalité sur le terrain. Le touriste recherche l’authenticité, c’est-à-dire le flamenco dans une conception individualisée de ce qui doit être traditionnel. Mais il doit également jongler entre son désir d’ailleurs, l’image qui lui est donnée à voir du flamenco et la réalité, qui ne correspond pas toujours à ses attentes. Les agences de voyage diffusent une certaine image du flamenco à travers arguments et outils marketing, transformant cette musique en produit de consommation, ce qui questionne également l’authenticité des prestations. En joignant à des préoccupations d’ethnomusicologue celles, éminemment actuelles, des nouvelles technologies, cet article questionne la fabrication d’une image, l’élaboration d’un imaginaire et la confrontation de nos désirs à la réalité.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Prenant appui sur des terrains effectués à Séville (2006-2007) et surtout sur un dépouillement critique de sites Web sur le sujet, cet article porte sur le flamenco dans sa dimension non seulement musicale et chorégraphique, mais aussi sociale, économique et philosophique. Dans cette optique, le flamenco est appréhendé comme un phénomène global, comme un lieu de médiation examiné à travers le prisme du tourisme. De nombreuses questions surgissent autour de son insertion dans le milieu touristique, le tourisme étant souvent perçu, dans la mentalité collective aussi bien que dans le secteur de la recherche, comme le point culminant d’une exploitation outrancière d’un patrimoine culturel perverti. J’ai constaté à cet égard que la recherche dans ce domaine n’avait rien de neutre et que, souvent, les investigations glissaient de la pure observation aux partis pris et aux engagements partisans. Il est vrai par ailleurs qu’il est difficile de s’affranchir de ces a priori et, même à travers...

Auteur

Aurélie Suberchicot a obtenu sa maîtrise en ethnomusicologie de l’Université de Montréal, sous la direction de Monique Desroches. Son mémoire portait sur le flamenco en milieu touristique à Séville, ses implications esthétiques, marketing et sociales. Elle a aussi étudié à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence où, sous la direction d’Odina Sturzenegger-Benoist, elle a complété un précédent travail sur le flamenco. Elle a par la suite travaillé dans différentes industries culturelles en Espagne et en Suisse.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540