Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires musicaux mis en scène

 | 
Monique Desroches
, 
Marie-Hélène Pichette
, 
Claude Dauphin
, 
et al.

I. Mise en spectacle et mise en exposition

Le paradoxe du milieu touristique dominicain

Leiling Chang

Résumé

À l’opposé de nombreux pays des Caraïbes, la République dominicaine n’exploite pas sa richesse culturelle et musicale dans le milieu touristique. Au lieu de réaliser une mise en tourisme des traditions qui lui permette de dialoguer avec les cultures multiples des visiteurs et d’utiliser ce scénario comme un espace de préservation, de développement et de diffusion de la culture locale, le pays met en place une stratégie de mise à l’écart des traditions musicales vivantes en faveur d’une valorisation de produits considérés comme internationaux, non ancrés dans un espace précis, pouvant, selon les préjugés des décideurs, enlever le « poids » du dépaysement au visiteur. Cette stratégie culturelle touristique, peut-être efficace à court terme, est, pour nous, nuisible, autant pour la culture locale que pour le touriste. Ceci se trouve accentué par le fait que la société dominicaine réalise elle-même, sur le plan local, une mise à l’écart de certains genres musicaux dans lesquels l’héritage africain est très présent.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cet article présente les idées et problématiques principales issues d’une étude de cas, menée dans les zones touristiques de la République dominicaine entre 2006 et 2008, dont l’objectif était d’examiner les pratiques musicales en milieu touristique en analysant les modes d’insertion des traditions locales dans cette praxis. Notre étude de cas s’inscrivait dans un projet collectif de recherche intitulé « Mise en tourisme des traditions musicales », développé au sein du Laboratoire des recherches sur les musiques du monde de l’Université de Montréal (lrmm) par une équipe interdisciplinaire codirigée par l’ethnomusicologue Monique Desroches, fondatrice et directrice du lrmm.

Par opposition à la notion de « mise en tourisme » des traditions musicales, qui se situait au cœur du projet de recherche général, nous avons développé la notion de « mise à l’écart » du patrimoine local. Ce jeu de mots apparent n’en est qu’un seulement en apparence, car il exprime très précisément une stratégie e...

Auteur

Leiling Chang détient un doctorat en musicologie de l’Université de Montréal. Chercheure associée au lrmm, elle a été boursière postdoctorale du fqrsc (2003-2005) et du crsh (2008-2010). Citons, parmi ses publications : Métissages et résonances, essais sur la musique et la littérature cubaines (2002) et Lorsque le temps devient espace, analyse du deuxième livre d’études pour piano de György Ligeti (2007).

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter