Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Territoires musicaux mis en scène

 | 
Monique Desroches
, 
Marie-Hélène Pichette
, 
Claude Dauphin
, 
et al.

I. Mise en spectacle et mise en exposition

Comment exposer la musique et que lui faire dire ?

Laurent Aubert

Résumé

La recherche ethnomusicologique se trouve aujourd’hui confrontée aux mutations radicales des sociétés, tant rurales qu’urbaines, à l’évolution des structures et des enjeux de la musique et à la mondialisation de ses marchés. L’évaluation de ces nouveaux terrains fait aujourd’hui partie intégrante du travail du chercheur. Cet article examine tout d’abord quelques questions générales liées à la place de la musique dans les musées de société. À travers notamment la notion d’« indices » tant visibles (les objets) qu’audibles (les sons), il envisage un certain nombre de stratégies muséales spécifiques, propres à stimuler la réflexion du visiteur sur les caractéristiques, à la fois formelles et anthropologiques, des musiques présentées et diffusées dans une exposition. Ces propos sont suivis d’une présentation argumentée de l’exposition sonore L’air du temps, inaugurée au Musée d’ethnographie de Genève (meg) en 2009. Conçue comme un hommage à l’ethnomusicologue Constantin Brãiloiu (1893-1958), qui y fonda les Archives internationales de musique populaire en 1944, cette exposition vise notamment à situer la démarche du savant roumain dans son contexte historique et culturel et à montrer comment celle-ci s’inscrit dans le développement des sciences humaines au XXe siècle. Dans cette exposition, la figure de Brãiloiu et le cas des musiques populaires de Roumanie servent ainsi à la fois de fil conducteur et de prétexte à une réflexion plus large sur la musique et les défis auxquels est confrontée l’ethnomusicologie contemporaine.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

De nombreux musées renferment d’importantes collections d’instruments de musique, souvent assorties d’une documentation substantielle sur leur provenance, les matériaux utilisés dans leur facture, leurs techniques de jeu ou l’usage auquel ils sont destinés. La musique produite par ces instruments est elle-même aussi parfois conservée dans des archives liées à ces collections, que ce soit sous forme de notations – de partitions dans le cas de musiques de tradition écrite ou de transcriptions pour les musiques de l’oralité – ou d’enregistrements audio ou audiovisuels destinés à en préserver des « traces audibles ». Les différentes problématiques relatives à la conservation et à la restauration des instruments de musique « exotiques » ont déjà fait l’objet de nombreux écrits, depuis les textes fondateurs d’organologues comme André Schaeffner (1929) ou Curt Sachs (1934) jusqu’aux travaux les plus récents des experts du Comité international des musées et collections d’instruments de musi...

Auteur

Docteur en anthropologie, est conservateur au Musée d’ethnographie de Genève et directeur des Ateliers d’ethnomusicologie. Fondateur des Cahiers d’ethnomusicologie, il est secrétaire général des Archives internationales de musique populaire (aimp) et l’auteur de nombreux articles et cd, ainsi que de plusieurs livres, parmi lesquels La musique de l’autre (2001), Les feux de la déesse (2004), Musiques migrantes (2005) et Mémoire vive (2009).

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540