Version classiqueVersion mobile

Professions à part entière

 | 
Julien Prud'homme

Chapitre I. L’hôpital, les « paramédicales » et les médecins spécialistes dans le Québec d’après-guerre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les médecins du Québec ont depuis longtemps l’habitude de s’appuyer sur un personnel auxiliaire féminin, composé principalement d’infirmières. Très tôt, dès les années 1880, les médecins des hôpitaux se montrent soucieux d’encadrer ces services infirmiers le plus directement possible. Plusieurs pilotent ou favorisent la création d’écoles de nursing à l’hôpital même : lancé dans le milieu anglo-protestant, ce système est inauguré dans le Québec francophone à l’hôpital Notre-Dame de Montréal où les médecins fondent, en 1899, une école de gardes-malades. Les futures infirmières y reçoivent d’abord une formation pratique qui laisse une grande place à l’apprentissage « sur le tas » et aux tâches d’intendance1. Durant les années 1910, toutefois, les tâches infirmières se complexifient et font l’objet d’une spécialisation accrue. On assiste à l’apparition du vocable « paramédical », qui désigne alors des infirmières spécialisées dans des tâches spéci...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search