Version classiqueVersion mobile

Le vert et le bleu

 | 
Simon Jolivet

Chapitre II. Les nationalismes politiques revigorés, 1900-1916

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Parnell a été remplacé par un homme très remarquable aussi – il était encore chef du parti irlandais quand en 1914, immédiatement avant la guerre, j’ai traversé par un petit bateau de Dublin à Glasgow… Pauvre Irlande ! Quelle histoire héroïque ! »
Henri Bourassa1

Au début du XXe siècle, trois grands partis occupent le paysage politique en Irlande : l’Irish Parliamentary Party, le Sinn Féin et l’Ulster Unionist Party. En 1900, la nouvelle unité affichée par l’Irish Parliamentary Party permet à ce groupe parlementaire de remporter la majorité des sièges irlandais à Westminster. La même année, leur chef John Redmond réussit à réunir tous ses députés, divisés entre factions parnellite et dillonite depuis la mort du chef Charles Parnell le 6 octobre 1891. À l’élection de 1900, 81 députés de l’IPP sont ainsi élus sur une possibilité de 103 sièges irlandais2.

La nouvelle force de l’IPP stimule la cause nationaliste irlandaise en faisant la promotion du Home Rule. Comme indiqué précédemment,...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search