Version classiqueVersion mobile

Le Canadien de Montréal

 | 
Audrey Laurin-Lamothe
, 
Nicolas Moreau

Chapitre 6. « La ville est hockey » : au-delà du slogan, une quête d’identité urbaine

Jonathan Cha

Texte intégral

1Le hockey est depuis plus d’un siècle une marque de l’identité canadienne. La plus ancienne formation en existence, les Canadiens de Montréal, a fêté son 100e anniversaire en 2009-2010. Les célébrations du centenaire, qui s’échelonnèrent sur trois saisons, ont constitué l’événement symbolique le plus important de la ville de Montréal depuis le 350e anniversaire de sa fondation, en 1992. Dans le dessein de susciter un intérêt « métropolitain », la direction marketing du Club de hockey Canadien désirait hisser le Tricolore au titre de « fait culturel » premier à Montréal en en propageant « la bonne nouvelle » : le hockey est de retour et Montréal vit au rythme du hockey.

2Dans le contexte de l’après-lockout et des difficultés que connaît la Ligue nationale de hockey, le Canadien lançait en 2006 une campagne publicitaire associant directement l’image du hockey à celle de la ville. Baptisée « La ville est hockey », elle associait l’équipe à des références architecturales montréalaises. La ville agirait ainsi comme support de l’image des Canadiens et le hockey ne serait plus simplement un sport, mais une marque d’identité culturelle évoluant au cœur et à l’échelle de la ville.

  • 1 La recherche menant à l’association hockey et ville a été réalisée entre 2004 et 2008. Des journau (...)

3Des recherches nous ont permis de constater que cette campagne s’inscrivait dans un courant très répandu, à Montréal comme dans le reste du Canada : celui d’une volonté entrepreneuriale (équipes de hockey), populaire (partisans) et administrative (villes) de lier ville et hockey. Il y aurait une véritable « conquête » partisane qui se serait engagée dans l’espace public. Afin de bien saisir le contexte dans lequel s’insère la campagne publicitaire « La ville est hockey » et l’ancrage des Canadiens au centre-ville, ce chapitre se divisera en trois axes principaux : l’entrée du hockey dans l’espace public urbain ou la hockeyisation de la ville au Canada, les attributs et la volonté d’appropriation du titre de « ville de hockey » et la représentation de la ville dans la mise en marché du hockey à Montréal1.

  • 2 Ce néologisme tire son origine du mot hockeyite, désignant autrefois à la fois le sport et le joue (...)

4Nous mettrons de l’avant la quête identitaire, socioculturelle et surtout urbaine dans laquelle s’inscrit le système de la « ville de hockey ». Traduction du terme hockeytown, ce système est déterminé par quatre éléments : la hockeyisation (le transfert du hockey dans l’espace urbain), « La ville est hockey » (campagne publicitaire montréalaise), Hockeyville (un concours canadien visant à déterminer la ville la plus partisane au Canada) et la hockeyité2 (la passion pour le hockey). Nous aborderons les interrelations entre la pratique du hockey et l’espace urbain, les échanges entre la pratique du hockey et les représentations de la ville et enfin les interrelations entre les représentations de la ville et du hockey.

Hockeynation : entre identité nationale et identité urbaine

Le hockey : « consolidateur » de l’identité canadienne

  • 3 Forum des politiques publiques, La Ligue nationale de hockey au Canada, publications gouvernementa (...)

5Depuis le début du XXe siècle, la pratique du hockey sur glace s’est généralisée au Canada et le hockey est devenu le sport national, une identité partagée d’un océan à l’autre. La grande majorité des Coupes Stanley ont été remportées par des équipes canadiennes et, malgré l’internationalisation de la LNH aujourd’hui, plus de la moitié des joueurs qui y évoluent sont d’origine canadienne. Dans un document portant sur l’avenir des équipes de la LNH au Canada réalisé conjointement par Industrie Canada, les provinces, les municipalités et les équipes, le Forum des politiques publiques confirmait l’impact et le rôle important joué par le hockey dans la société canadienne3. Il statuait d’ailleurs sur l’importance historique et culturelle du hockey : « Toutes les parties ont admis que le hockey – et le hockey professionnel – a joué un grand rôle dans l’histoire du Canada. » Pour les participants à ce forum, il est indubitable que le hockey occupe une place spéciale dans la vie au Canada et dans la mythologie intérieure de sa population, comme son sport d’hiver national. Le même texte mentionne une affirmation de la LNH: « Canada is and always has been the heart of NHL hockey. » Les victoires répétées d’Équipe Canada aux Jeux olympiques, aux Championnats du monde et à la Coupe du monde de hockey depuis l’an 2000, au même titre que l’atteinte des finales de la Coupe Stanley en 2004, en 2006, en 2007 et en 2011 par Calgary, Edmonton, Ottawa et Vancouver respectivement, ont régénéré partout au Canada un engouement pour le hockey et la fierté du sport national. Le hockey serait donc au cœur de l’identité nationale canadienne.

  • 4 Les municipalités gagnantes furent Salmon River, Nouvelle-Écosse (2006), North Bay, Ontario (2007) (...)

6Selon un sondage national mené en mars 1999 par Decima Research, 72 % des Canadiens étaient d’avis que le hockey contribue à les définir comme Canadiens. De même, dans une enquête nationale du magazine Maclean’s leur demandant quelles sont les « choses qui [les] lient ensemble », le hockey arrivait au deuxième rang, précédé seulement par le système national de soins de santé. Alors que le blogue le plus important sur le hockey au pays porte le titre évocateur de Hockeynation, le réseau CBC a capté toute l’importance du hockey dans la société canadienne en créant le concours Hockeyville. Ce concours, notable par l’engagement et l’esprit communautaires qu’il génère, consiste en l’élection de la meilleure ville de hockey au pays. Les collectivités de tout le Canada rivalisent entre elles afin de démontrer leur passion pour le hockey. Lors de l’année inaugurale du concours, en 2006, 450 municipalités ont participé, prouvant de facto tout l’intérêt pour le hockey à l’extérieur des grands centres urbains et confirmant son inscription dans la société canadienne. Chaque année, la ville gagnante reçoit 100 000 dollars pour la rénovation de ses installations sportives, en plus d’accueillir un match avant-saison de la LNH4. Roberval a profité de sa victoire à Hockeyville en 2008 pour remettre à neuf son aréna et réaménager son Village sur glace, qui représente désormais l’une des principales attractions hivernales de la ville.

Le hockey : un phénomène urbain

  • 5 Les arénas utilisés par les Canadiens sont les suivants : 1909-1910 et 1918-1919 : Jubilee arena ( (...)

7L’histoire nous rappelle que le hockey est avant tout un phénomène urbain. À Montréal, les différents arénas utilisés par les équipes professionnelles, répartis d’est en ouest dans la ville, démontrent l’emprise urbaine du hockey. De la première patinoire aménagée en 1862 et couverte en 1875, au sud de la rue Sainte-Catherine entre les rues Drummond et Stanley (le Victoria Skating Rink), jusqu’au Centre Bell situé rue de La Gauchetière entre les rues de la Montagne et Stanley, la localisation aura toujours joué un rôle majeur dans leur implantation5.

  • 6 Black, François, Habitants et glorieux. Les Canadiens de 1909 à 1960, Laval, Éditions Mille-Îles, (...)
  • 7 Ibid., p. 79.

8L’Association des athlètes amateurs (AAA), le National, le Montagnard, les Victorias, les Shamrocks, les Wanderers, les Maroons puis les Canadiens étaient des équipes de hockey montréalaises et leur rayonnement ne dépassait pas les limites de la ville. Jusqu’au début des années 1940, le hockey des Canadiens demeure un phénomène essentiellement urbain. Comme le note François Black, « à cette époque, même si on joue au hockey jusque dans les coins les plus reculés du Québec rural, le phénomène du hockey professionnel de la LNH est principalement urbain, pour ne pas dire métropolitain et plus précisément montréalais6 ». C’est la disparition graduelle de ces équipes au début du XXe siècle, et surtout celle des Maroons en 1938, qui font que les Canadiens, désormais seule équipe montréalaise, deviennent un phénomène provincial : « autrefois équipe des Canadiens français, [il] sera dorénavant l’équipe de l’ensemble des Montréa lais, puis celle de tout le Québec7 ».

La hockeyisation de la ville au Canada : l’ancrage du hockey dans l’espace urbain

9Autrefois limités à l’enceinte de l’aréna, le hockey et ses rituels ont graduellement pénétré l’espace urbain par des mécanismes incitatifs mis en œuvre par différents acteurs de la sphère du hockey. Les villes de l’Ouest canadien sont les premières à avoir amorcé officieusement la hockeyisation de la ville. Ce phénomène, qui n’était qu’anecdotique il y a quelques années encore, est depuis devenu un outil de promotion et d’identification et un véritable enjeu d’aménagement. Il y a un partage d’appropriations : le hockey s’est dans un premier temps appuyé sur la ville et la ville s’appuie maintenant sur le hockey. Le hockey est devenu un enjeu d’identité urbaine et d’aménagement. Ce phénomène, au-delà des considérations sportives et partisanes, soulève de nombreuses questions en termes d’urbanisme, dont la gestion du bruit, la sécurité urbaine, l’accessibilité aux sites publics, l’impact sur le transport, les aménagements touristiques et les installations pour les rassemblements. Observons comment le hockey s’est progressivement introduit dans la ville.

Le Red Mile de Calgary : le hockey comme promoteur urbain

  • 8 Eckler, Rebecca, « A Whole Lotta Love on Calgary’s Red Mile », National Post, 31 mai 2004, p. A1.

10C’est en 1985 que le hockey a conquis l’espace urbain dans l’Ouest canadien, et tout porte à croire que le processus de hockeyisation de la ville est un phénomène en croissance. À l’occasion de la série opposant son équipe aux Jets de Winnipeg, l’organisation des Flames de Calgary invita ses partisans à revêtir le maillot rouge de l’équipe décoré de son logo (le C) comme marque d’encouragement. C’est alors que s’amorça le C / Sea of Red, aujourd’hui une composante majeure de l’identité urbaine de Calgary. Après les parties des Flames, les partisans, dont le nombre atteignait régulièrement les cent mille personnes, envahissaient la 11e Avenue SO, connue alors comme l’« Electric Avenue ». Ce phénomène de marée rouge se transporta sur la 17e Avenue SO durant les séries de la Coupe Stanley en 2004. Désormais surnommée Red Mile (le « Mille rouge ») par le maire de la ville8, l’avenue est aujourd’hui indissociable de l’image du hockey à Calgary et est un symbole de la ville. Les images de cet espace public hockeyisé ont été diffusées à l’échelle mondiale dans divers médias.

11Cette appropriation de la voie publique au centre de la ville a eu un impact important sur le renouvellement identitaire de l’espace urbain de Calgary. La hockeyisation de la 17e Avenue amorça un processus de patrimonialisation de cette artère centrale, et « The Red Mile » est depuis 2006 une marque déposée détenue par une société de promotion privée. À l’image du boulevard Saint-Laurent à Montréal, désigné lieu historique national par le gouvernement du Canada, la 17e Avenue est désormais une entité connue puisant son image de marque principalement dans l’intangible. Aujourd’hui, elle est devenue un monument de l’identité de Calgary et une attraction de l’industrie touristique. Un site Internet fait la promotion de l’avenue :

You’ve heard about it on TV, you’ve read about it in the papers, and you’ve seen it on the internet. NOW, come and visit it!

  • 9 Voir www.theredmile.ca, site de la société Trilogy Promotions Inc.

With hundreds of local area merchants, our world famous Calgary hospitality, and a unique mix of historic and modern buildings, The Red Mile TM is a must-see shopping and tourism destination 9 !

12Dans les orientations urbaines du Red Mile, le promoteur propose l’installation de webcaméras dans le but de diffuser en direct en tout temps le bouillonnement de la 17e Avenue et d’en faire un lieu de convergence des fans de hockey afin d’encourager et de célébrer leur équipe sportive. Si elle s’appuie sur la hockeyisation pour exploiter le sens attribué à cette avenue, la société de promotion veut également en tirer profit pour attirer l’Autre et les autres, ceux qui ne sont pas des adeptes de hockey : « For those who have visited the mile, you know that we aren’t just about hockey ; we are THE place to see and been seen. »

  • 10 Burgener, Peter, « Red Mile Opportunity for Community », Calgary Herald, 4 mai 2006, p. B4.

13Dans le cadre d’une vaste enquête intitulée « Imagine Calgary » sur « ce qui fait de Calgary un bon lieu de vie, et ce qui pourrait rendre la ville encore plus agréable », le Calgary Herald se demandait si le Red Mile avait « une pertinence dans les débats sur le design urbain10 ». La réponse est oui, surtout lorsqu’il est question d’assemblées publiques, de citoyenneté, de civilité, de célébrations, de responsabilité, de spontanéité et d’ambiance.

  • 11 Derworiz, Colette, « Council Seeks Balance on Red Mile : Aldermen Will Debate Proposal for 17th Av (...)
  • 12 Myers, Sean, « Planners Share Vision of “people’s” Red Mile », Calgary Herald, 11 janvier 2006, p. (...)

14Le conseil administratif de la Ville de Calgary s’est d’ailleurs réuni afin de développer une stratégie visant à trouver un équilibre entre « la quiétude des résidents, la sécurité du public et l’impact des bars riverains de rues comme la 17e Avenue et la 1re Rue SO11 ». En 2005, la conseillère Madeleine King a même créé « The 17th Avenue Urban Design » en rassemblant des architectes et des paysagistes. Après des consultations populaires, l’aménagement du Red Mile en « un boulevard bordé d’arbres avec des terrasses de cafés et des immeubles à hauteur limitée qui accueillent des condominiums et des commerces de détail le long de parcs urbains12 » fut proposé.

  • 13 Marr, Norma et Wendy Spivak, « 100 Years of History », Calgary Herald, 1er septembre 2005, p. A15.

15Lors des célébrations entourant le centenaire de l’Alberta, le Calgary Herald présenta cent de ses unes historiques. « L’année 2004 est celle où Calgary est devenue célèbre pour son Red Mile13 », écrivait le quotidien. Les journaux ont largement valorisé l’appellation Red Mile depuis 2004, en l’utilisant des centaines de fois. En 2008, on a installé une immense sculpture de la Coupe Stanley au centre-ville.

Le Winnipeg White Out: le blizzard manitobain

16En réaction au « C of Red », l’organisation des Jets de Winnipeg de l’époque a répliqué en créant le Winnipeg White Out et en appelant la population à ne porter que des vêtements blancs lors des matchs à domicile. L’effet était saisissant:

  • 14 Leipsic, Barry J., « Go Jets, go! », The National Post, 31 mars 2004, p. A19.

Winnipeg White-Out, literally a sea of 15,000 fans draped often in white sheets, white towels and white body paint, and always, in unrelenting pride. If nothing more, the franchise attracted hockey fans with co-ordination unmatched by any other NHL city14.

17Ce geste signifiait la solidarité avec l’équipe. La renommée des hivers blancs à Winnipeg joua certes un rôle dans le choix de la couleur. La tradition amorcée en avril 1985 dépassa largement les limites du Winnipeg Arena :

  • 15 Maniago, Stephanie, « A Call to Action – Believe in Blue », Canucks. com, 28 avril 2007.

The tradition evolved and fans were no longer simply wearing white at home games. When the team was on the road, fans gathered at various establishments, all wearing white […]. It had struck a chord with the city and camaraderie amongst all fans and the team had been built15.

  • 16 Le retour des Jets à Winnipeg pour la saison 2011-2012 contribuera certainement au retour en force (...)
  • 17 Taylor, Scott, « Tampa’s “White Out” Pales Next to original Original », Winnipeg Free Press, 4 jui (...)
  • 18 Cette initiative de l’organisation, qui reprend l’appellation « White Out », a été lancée par une (...)

18Pendant les séries éliminatoires, le cœur de Winnipeg devenait le réceptacle de cette foule blanche qui se réunissait à l’angle de Portage Avenue et Main Street. La tradition prit fin au moment du déménagement de l’équipe à Phoenix16. Lors de la finale de la Coupe Stanley en 2004, Tampa Bay créa une pâle copie du Winnipeg White Out qui ne dura qu’une seule saison17. Finalement, en 2008, les Penguins de Pittsburgh, qui jouaient au Mellon Arena, communément surnommé « l’igloo » en raison de sa forme et de sa couleur, ont redonné vie à cette tradition winnipegoise le 25 avril 2008, le temps d’un match les opposant aux Rangers de New York18. La tradition est désormais bien ancrée lors des séries éliminatoires à Pittsburgh. Voila trois exemples éphémères d’événements qui ont animé l’espace urbain sans en affecter la forme ou la dénomination. Ils représentent le stade primitif de la hockeyisation.

Le Blue Mile d’Edmonton : de l’espace virtuel à l’espace public

  • 19 Canadian Press, « Sixth NewsWatch », 11 juin, 2006; Macafee, Michelle, Canadian Press, « Game 1 Lo (...)
  • 20 Une journaliste de Calgary a même remis en cause l’authenticité du Blue Mile d’Edmonton en compara (...)

19Les Oilers d’Edmonton, dans leur course pour la Coupe Stanley en 2006, amorcèrent un mouvement similaire à ceux de Calgary et de Winnipeg en promouvant le port de chandails bleus lors des matchs à domicile. Les médias d’Edmonton surnommèrent la Whyte Avenue « Blue Mile », afin de témoigner des rassemblements de partisans et de l’appropriation d’une artère symboliquement rattachée aux Oilers : « Thousands of fans marched up and down the so-called “Blue Mile” » ; « Whyte Avenue is to become Edmonton’s Blue Mile version of Calgary’s Red Mile19 ». Cette avenue est rapidement devenue un lieu de rassemblement privilégié dans la ville. La création du site Bluemile. ca a participé à la formation de cette identité par la diffusion d’images des activités en cours sur Whyte Avenue. Plus qu’un lieu de célébration du hockey, le Blue Mile est désormais un lieu de festivités aux rituels très particuliers ayant pour scène l’espace public au cœur d’Edmonton20. L’effort médiatique et le recours au Web auront contribué à cette nouvelle appropriation de la Whyte Avenue d’Edmonton.

Le Sens Mile d’Ottawa : l’effet domino et la magie de Facebook

  • 21 Desaulniers, Darren, « “I’m so Fantastically, Unbelievably Happy”; Fistpumping, Flag-waving Fans P (...)
  • 22 Brodie, Rob, « Vivement la fête chez les amateurs. Un groupe désire organiser des rassemblements a (...)
  • 23 Desaulniers, «“I’m so Fantastically, Unbelievably Happy”».
  • 24 Deachman, Bruce, « Welcome to “Hockey Town” », The Ottawa Citizen, 20 mai 2007, p. A3.
  • 25 Sadava, Mike, « Sens Fever Brings Back Memories of Oilers Run ; But So Far Capital Crowds Are Havi (...)

20Le hockey gagna également la rue dans la capitale nationale avec l’accession des Sénateurs d’Ottawa à la finale de la Coupe Stanley en 2007. Critiquant le manque d’enthousiasme et de manifestations populaires dans sa ville, Shane Currey, un Ottavien de dix-neuf ans, lança sur Facebook un appel à prendre la rue. Un fan y affirmait : « Calgary l’a fait dans ses rues. Edmonton l’a fait dans ses rues. Nous voulons que le pays sache que nous soutenons notre équipe21. » Selon lui, Ottawa devait naturellement prendre cette voie. Le groupe Facebook « I Am an Ottawa Senators Fan », qui comptait à ce moment plus de 15 000 membres, fut une rampe de lancement inouïe pour la création d’un « Sens Mile ». Celui-ci est donc né virtuellement le 15 mai 2007 grâce à l’initiative d’une personne de rassembler la population dans la rue Elgin, à l’angle de McLaren. Le 16 mai, l’information était reprise dans les quotidiens d’Ottawa et de Montréal et le processus de hockeyisation s’entamait22. Deux jours plus tard, le sujet gagna la mairie d’Ottawa. The Ottawa Citizen rapportait que le maire Larry O’Brien « pourrait donner son approbation pour designer “Sens Mile” une section de la rue Elgin, si l’équipe atteignait la finale de la Coupe Stanley23 ». La première grande appropriation de la rue eut lieu le 19 mai, quand Ottawa élimina Buffalo : « Le Sens Mile — une zone “fan” dans la rue Elgin similaire au Red Mile de Calgary et à la Whyte Avenue d’Edmonton — a été baptisé hier24. » Le 28 mai, premier jour de la finale de la Coupe Stanley, la ville s’affairait à poser de nouvelles enseignes au nom du Sens Mile dans la rue Elgin. En l’espace d’une semaine, le Sens Mile était né et bien ancré dans la ville et dans la conscience collective25.

Montréal et la vague bleu-blanc-rouge

21Un nouveau rituel est né en 2008 à Montréal : le port du fanion sur les véhicules. Déjà bien ancrée à Toronto, cette coutume se propagea comme une traînée de poudre durant les séries éliminatoires ; cinq mille petits drapeaux se sont ainsi vendus chaque jour pour un total de près de 200 000. Toute la région métropolitaine se trouva décorée de ce symbole ambulant. À Montréal, la hockeyisation ne se concentra pas en un seul lieu. Elle se répandit à tout le centre-ville. Les rues Crescent, de la Montagne, Drummond et Sainte-Catherine affichaient leurs couleurs, bleu-blanc-rouge, dans les vitrines de boutiques de vêtements, aux terrasses des restaurants, dans les halls d’entrée et sur les façades d’édifices, sur les lampadaires et même sur les casernes de pompiers. Une vague tricolore déferlait sur le centre-ville les jours de match et se déversait rue de La Gauchetière, rue Sainte-Catherine et boulevard René-Lévesque lors de victoires.

22Au square Victoria, Guillaume Pharand et Jean-Luc Lavallée, deux partisans qui avaient des talents de couturiers, confectionnèrent un énorme chandail des Canadiens et en revêtirent la sculpture de l’artiste Ju Ming. Intitulée Taichi Single Whip, la statue est devenue, le temps des séries éliminatoires, un symbole du hockey, évoquant le flegme du gardien de but des Canadiens. Cette vague tricolore se répéta avec autant d’ampleur lors des séries éliminatoires de 2010. L’élimination des Capitals de Washington et des Penguins de Pittsburgh en 7 matchs générera des rassemblements monstres au centre-ville de Montréal. Il est à noter que les jours de match, les rues de La Gauchetière et Sainte-Catherine furent fermées à la circulation automobile par décision du Service de police de la Ville de Montréal.

Hockeytown : défendre le titre de capitale du hockey

  • 26 Frei, Terry, « Qu’est-ce qu’une ville de hockey ? », RDS. ca/hockey, 1er septembre 2006.
  • 27 Les amateurs doivent avoir des connaissances sur l’histoire des joueurs de l’équipe et les espoirs (...)

23La question de ce que serait vraiment une « ville de hockey » est débattue depuis des années sans qu’un réel consensus existe. Le journaliste Terry Frei tentait en 2006 d’en définir les attributs26. Pour lui, il s’agit principalement de l’engouement dans la population pour la pratique du sport, marqué par la présence de nombreuses patinoires dans la ville et par la connaissance et la diffusion d’informations sur le hockey27. Mais les véritables villes de hockey doivent susciter un intérêt généralisé dans la population, ce qui se mesure principalement par l’assistance aux matchs et par la fidélité des partisans. Le hockey doit être au cœur des préoccupations de la ville et celle-ci, les séries éliminatoires venues, doit se transformer, se hockeyiser aux couleurs de son équipe et laisser place à une succession de rituels citoyens connue comme « la fièvre des séries ».

24Nous proposons d’ajouter encore trois attributs. Dans une perspective historique, les équipes doivent avoir une histoire parsemée de périodes victorieuses ; l’engouement et l’intérêt pour le hockey ne doivent pas être un phénomène éphémère, mais perdurer d’année en année, et ; dans le processus de hockeyisation de la ville, un lieu – une rue ou une place – doit être désigné, voire aménagé pour recevoir les diverses manifestations associées au hockey.

Hockeytown, New York: Buffalo

  • 28 Higgins, Matt, « Another Hockeytown », The New York Times, 4 mai 2007, p. 6.

25Alors que l’espace urbain se transforme aux couleurs des Flames à Calgary et des Oilers à Edmonton, Montréal désire également s’affirmer comme la ville du hockey et entre ainsi en compétition avec les villes qui se sont approprié ce label ou qui aspirent à le détenir. Par exemple, le Minnesota, dont l’équipe du Wild évolue à Saint-Paul, se proclame State of Hockey, alors que le New York Times élève la ville de Buffalo au titre de « ville de hockey » en proposant qu’elle est « another hockeytown » ; le ESPN Magazine, quant à lui, qualifie ainsi les Sabres de Buffalo : « [The] ultimate sports franchise, ahead of even the Red Wings — standard-bearers for hockey success in the United States28. »

  • 29 Herrmann, Mark, « Hockey fever breaks out all over Buffalo », Buffalo News, 29 avril 2007, p. B6.

26Le Buffalo News confirme la propagation d’une « fièvre des séries » en n’hésitant pas non plus à qualifier Buffalo de « vraie hockeytown29 ». L’emprise urbaine du hockey à Buffalo ne peut se comparer avec celle des villes de l’Ouest canadien, mais l’organisation des « Party in the Plaza » (rassemblement et visionnement des matchs) sur la HSBC Plaza (à l’angle des rues Perry et Illinois) aux couleurs jaune et bleu semble s’inspirer du modèle canadien. Cet événement ressemble cependant plus aux fêtes d’avant-match typiques du football américain, ces tailgate parties qui se déroulent sur le stationnement d’un stade, qu’à une appropriation d’une portion de la ville comme on l’a vu avec la 17e Avenue à Calgary ou la Whyte Avenue à Winnipeg.

Hockeytown, Michigan : Détroit

27Actuellement, une seule ville en Amérique du Nord porte l’appellation de « ville de hockey » : Détroit. Les Red Wings sont la meilleure équipe de tous les temps aux États-Unis, ayant remporté la Coupe Stanley à onze reprises. En 1996, Détroit enregistra la marque « Hockeytown », comme surnom donné au Joe Louis Arena et à la franchise. Détroit est ainsi reconnue comme « la ville du hockey ». S’approprier la dénomination « Hockeytown » peut s’expliquer par l’atteinte des demi-finales en 1987 et par l’arrivée d’excellents joueurs (les Russian Five) qui relancèrent le club au début des années 1990.

  • 30 Malgré les quatre conquêtes de la coupe Stanley en 1997, 1998, 2002 et 2008.
  • 31 Fischer, Red, « Thousands of empty seats in hockeytown a direct result of overpriced playoff ticke (...)
  • 32 Houston, William, The Globe and Mail, 25 mai 2007, p. S1.
  • 33 Sharp, Drew, The National Post (Detroit Free Press), 7 octobre 2006, p. FW9.
  • 34 Wigge, Larry, NHL Sporting News, 7 janvier 2002.

28Cependant, malgré toute l’importance de Détroit comme ville ambassadrice du hockey aux États-Unis, cette dénomination pourra en surprendre plus d’un. Détroit est reconnue comme une ville de sports et comme la ville de l’automobile. Si son surnom de Motor City est tout désigné, les critiques fusent de toutes parts quant à sa prétention d’être la hockeytown. Autant les joueurs que les médias nord-américains remettent en question cette autoproclamation. De plus, depuis quelques années, des centaines de billets n’arrivent pas à trouver preneur lors des séries éliminatoires30. Red Fischer, journaliste à The Gazette, écrivait à ce sujet: « We’re not talking New Jersey here, where empty seats have become a rule, rather than an exception. We’re talking about Hockeytown, U.S.A. The Detroit Red Wings, for heaven’s sake31! » Les titres des journaux sont très évocateurs à cet égard : « Cup Generates Very Little Buzz32 », « Bye, Bye Hockeytown ?33 », ou encore, comme le souligne Larry Wigge du Sporting News, « Where is Hockeytown ? Detroit isn’t the only city that makes a strong claim to being the center of the ice universe — NHL34. » Le hockey est aujourd’hui une marque qui apporte de la notoriété. Les villes et les partisans de hockey cherchent à se démarquer et à se créer des rituels et des appellations reconnus dans la ville afin de marquer leur identité urbaine.

Hockeytown, P.Q. : Montréal

29En mars 1996, le musée McCord inaugurait officiellement son exposition Montréal, tout est hockey, racontant les 120 ans d’histoire de ce sport hivernal. Dans un sondage populaire réalisé par la chaîne TSN pour identifier la hockeytown canadienne, Montréal se classa en tête de peloton. Dans un autre sondage réalisé cette fois auprès des joueurs des trente équipes de la ligue pour le magazine Sports Illustrated, les Montréalais ont été déclarés, avec une confortable avance, « les meilleurs fans de la LNH ». Ce sondage confirme également la ferveur partisane des équipes canadiennes, particulièrement dans l’ouest du pays : cinq des six premiers rangs sont occupés par des équipes canadiennes.

  • 35 Lafleur, Guy, « Une victoire entachée », Le Journal de Montréal, 26 avril 2008, p. 106.
  • 36 Black, François, Habitants et glorieux, p. 19.
  • 37 Ibid.
  • 38 Fischler, Stan et Maurice Richard, 1971, Les Canadiens sont là ! La plus grande dynastie du hockey(...)
  • 39 Pierre Bourque cité dans Lepore, Gino (dir.), Le magazine Centre Molson : Match inaugural, Édition (...)

30Pour l’ancien joueur des Canadiens Guy Lafleur, « Montréal est l’une des villes de hockey les plus remarquables du monde. Peut-être la plus exceptionnelle, en réalité. Les partisans encouragent leur équipe comme nulle part ailleurs et ils aident à mousser la réputation de la ville partout en Amérique du Nord35. » Montréal serait la ville qui correspond le mieux aux attributs pouvant mener à la désignation de « ville de hockey ». C’est à Montréal que ce sport a été inventé dans la seconde moitié du XIXe siècle et où « la première véritable partie de hockey aurait eu lieu le 3 mars 1875 au Victoria Skating Rink36 ». C’est également à Montréal, à l’hôtel Windsor, qu’est née la Ligue nationale de Hockey, le 26 novembre 1917. Le Club de hockey Canadien est l’équipe qui a remporté le plus de championnats et de Coupes Stanley (vingt-quatre). Elle est « la plus grande équipe que l’histoire du hockey ait connue37 », installée dans « la capitale mondiale du hockey », elle est « la plus grande dynastie » de ce sport38. Montréal possède le plus grand amphithéâtre de toute la LNH. Au cours des quatre dernières années, plus de 220 parties à domicile ont été disputées à guichets fermés. Les succès récents et projetés de l’équipe rappellent son passé glorieux et permettent à Montréal, la Mecque du hockey professionnel39, de s’approprier pleinement l’image de marque de « ville de hockey ».

  • 40 Raymond, Bertand, « La rue Maurice-Richard ? Si le Rocket revenait au Centre Bell… », Le Journal d (...)

31Le hockey a besoin d’une rue ou d’une place pour se « manifester », un espace urbain destiné à être hockeyisé. À Montréal, la rue Sainte-Catherine, de l’époque de l’aréna Westmount à celle de l’aréna de Hochelaga-Maisonneuve, du Forum au Centre Bell, est toujours demeurée l’artère principale des manifestations spontanées. Lors du déménagement du Forum, le Club de hockey Canadien a créé une nouvelle place semi-publique pour accueillir des milliers de partisans, le Cours Windsor, avec sa structure architecturale pouvant servir d’écran géant pour la diffusion des matchs. C’est toutefois et principalement l’étroite et peu passante rue de La Gauchetière, agissant comme parvis du Centre Bell, qui est le théâtre des premiers rassemblements partisans après les victoires des Canadiens, avant que ceux-ci ne gagnent la rue Sainte-Catherine. Le chroniqueur Bertrand Raymond du Journal de Montréal suggérait même de modifier le nom de cette rue en « place Maurice-Richard40 ».

La place du Centenaire

32Le 4 décembre 2008, jour du 99e anniversaire de fondation du Club de hockey Canadien, une nouvelle place semi-publique attenante au Centre Bell fut inaugurée, la Place du Centenaire. Commémorant les cent ans de l’histoire du Canadien, elle comprend quatre monuments à la gloire d’anciens joueurs (Howie Morenz, Maurice Richard, Jean Béliveau et Guy Lafleur), quinze stèles commémorant les joueurs dont le chandail fut retiré, cent plaques au sol rappelant les meilleurs moments de l’histoire du club ainsi qu’un monument central honorant les 761 joueurs qui ont évolué pour les Canadiens. Érigé au centre de la Place du Centenaire, ce monument rappelle non seulement les noms des joueurs, mais également ceux des entraîneurs et des directeurs généraux de l’histoire de l’équipe ainsi que les récipiendaires de trophées individuels remis par la Ligue nationale de hockey. Cette énumération historique est complétée par les fiches annuelles du Canadien pour chacune de ses 100 premières saisons (1909-2009).

33L’objectif de ce projet de la direction marketing du Canadien était de créer un lieu honorant les légendes et les cent premières années du tricolore, un lieu de rassemblement public gratuit et un point de ralliement pour les partisans.

  • 41 Daigneault, Daniel, « La Place du Centenaire. Un site à visiter absolument », Le magazine officiel (...)

C’est pour souligner en grand les 100 ans des Canadiens de Montréal et pour laisser un héritage sportif unique à tous les partisans de l’équipe qu’a été créée la Place du Centenaire, un véritable musée à ciel ouvert où l’histoire du Tricolore est inscrite à jamais dans la pierre. […] Le but premier était d’offrir un formidable cadeau, un legs historique, aux partisans tout en poursuivant l’embellissement du Centre Bell et de ses environs41.

34La Place du Centenaire est un espace didactique et interactif. En effet, 20 000 briques personnalisées composent le parement de sol de la place. Avec la campagne « Immortalisez votre place dans l’histoire des Canadiens avec la Place du centenaire », le club désirait faire participer les partisans en leur proposant d’acheter une brique et d’y inscrire un bref message les associant à l’équipe. Malgré le caractère public de la place, les termes et conditions d’achat d’une brique rappellent que cette place fait la promotion des Canadiens, appartient et est gérée par le Club de hockey Canadien. En voici quelques extraits :

  • Afin de conserver l’intégrité de la Place du Centenaire, tout message [inscrit sur une brique] devra être lié à l’histoire des Canadiens de Montréal.
  • Les briques installées au sein de la Place du Centenaire sont la propriété du Club de hockey Canadien, Inc. Les acheteurs n’ont aucun droit de propriété sur les briques installées au sein de la Place du Centenaire.
  • L’emplacement de la Place du Centenaire est sujet à changement. Il est entendu que le Club de hockey Canadien, Inc. ne peut garantir la préservation de la Place du Centenaire ultérieurement au 1er juin 2018.
  • L’emplacement exact, le design, l’apparence, les matériaux de fabrication, la construction, l’installation, l’entretien et la réparation des briques seront à la seule discrétion du Club de hockey Canadien, Inc.

35La Place du Centenaire, où le logo des Canadiens est omniprésent, propose une expérience de sport à l’extérieur des murs du Centre Bell et constitue à présent une attraction touristique. À toute heure du jour, des gens, dont plusieurs portent un chandail des Canadiens, s’arrêtent devant les monuments ou les briques afin de se faire photographier, d’observer, de lire ou de contempler un morceau de l’histoire du Club de hockey Canadien. Avant l’aménagement de la Place du Centenaire, cette place était le lieu des célébrations d’avant-match des Canadiens, le Fan Jam. Encore aujourd’hui, des milliers de partisans arborant les couleurs bleu-blanc-rouge s’y rassemblent avant les matchs lors de la saison régulière et particulièrement lors des séries éliminatoires dans une ambiance pour le moins survoltée.

L’avenue des Canadiens-de-Montréal

  • 42 Voir Clément, Éric, « La Sainte-Flanelle aura son avenue », La Presse, 5 décembre 2008 et Mathieu, (...)
  • 43 L’origine et la signification de la désignation selon la CTQ est la suivante : « Le 4 décembre 200 (...)

36Dans le cadre des célébrations du centenaire, le Club de hockey Canadien et la Ville de Montréal ont conjointement décidé, avec l’approbation de la Commission de toponymie du Québec (CTQ), de rebaptiser le tronçon de la rue de La Gauchetière situé entre les rues Peel et de la Montagne ; cette partie de voie longe le Centre Bell et fait face à la Place du Centenaire42. L’avenue des Canadiens-de-Montréal, dévoilée le 9 octobre 2009 et officialisée par la CTQ le 15 avril 2010, est une nouvelle désignation toponymique évoquant le patrimoine social de l’équipe comme entité historique de la ville43.

  • 44 Voir Champagne, Stéphane, « Le Canadien dans la toponymie québécoise », La Presse, 14 janvier 2010
  • 45 Cette toponymie liée au Club de hockey Canadien a été officialisée par la CTQ en 2005.

37L’avenue des Canadiens-de-Montréal est la première voie de circulation à porter le nom d’une équipe de sport au Québec. Sur le territoire québécois, plusieurs rues, parcs et lacs sont nommés en l’honneur d’anciens joueurs des Canadiens44. C’est particulièrement visible à Vaudreuil-Dorion où tous les noms de rues d’un secteur de la ville s’inscrivent dans une thématique liée à l’équipe de hockey (rues Toe-Blake, Léo-Gravelle, Aurèle-Joliat, Elmer-Lach, Édouard-Lalonde, Howie-Morenz, Jacques-Plante, Claude-Provost, Maurice-Richard et Frank-Selke)45.

38Une avenue est une large allée plantée d’arbres d’alignement ou une grande voie urbaine généralement plantée, menant en certaines occasions à une place ou à un édifice de prestige. À Montréal, les avenues Morgan, Bernard et De Lorimier sont conformes à cette définition. Dans le cas présent, l’étroit tronçon renommé ne porte en rien les caractéristiques d’une avenue, à l’exception d’être bordé de bâtiments significatifs. Le cadre bâti de l’avenue des Canadiens-de-Montréal se compose du Centre Bell, domicile de l’équipe des Canadiens depuis 1996, du 1250, René-Lévesque (IBM-Marathon), deuxième gratte-ciel de Montréal pour ce qui est de sa hauteur et récipiendaire du prix Orange de Sauvons Montréal, de l’église anglicane St. George et de la gare Windsor, deux édifices désignés monuments historiques nationaux.

39L’avenue des Canadiens-de-Montréal, qui rend hommage à l’équipe ayant remporté le plus de Coupes Stanley, croise perpendiculairement la rue Stanley… une coïncidence qui augmentera certes la symbolique et l’ancrage de cette nouvelle dénomination. Avec la Place du Centenaire et l’avenue des Canadiens-de-Montréal, ce secteur de la ville est aujourd’hui clairement identifié au Tricolore.

Hockey et ville : l’association du centre-ville de Montréal au Club de hockey Canadien

  • 46 Publiée à raison de cinq à sept numéros par année depuis la saison 1985-1986, la revue porte désor (...)

40La représentation de la ville dans la mise en marché du hockey à Montréal s’amorce timidement à la fin des années 1980 dans Les Canadiens, revue officielle du club de hockey montréalais. Plusieurs joueurs sont photographiés devant des édifices et des paysages urbains emblématiques46. En 1993, à l’occasion des séries éliminatoires, La Presse engage le caricaturiste André Piget pour représenter la quête de la Coupe Stanley des Canadiens. Dès la première série opposant les Canadiens aux Nordiques, Piget évoque les symboles architecturaux dans le duel Montréal-Québec. Ainsi, le Stade olympique combat le château Frontenac, les deux édifices revêtant le chandail de leur équipe respective. Dans la série contre New York, les édifices phares de Manhattan se mesureront aux joueurs des Canadiens. Pour Piget, il est évident que le hockey est plus qu’un sport ; il est l’expression de sociétés urbaines rivalisant les unes avec les autres.

41Lors de la diffusion télévisuelle des matchs de hockey, il est d’usage, peu importe le réseau, de présenter des images du skyline du centre-ville de la ville où se déroule la joute. Les présentations récentes des matchs de hockey des Canadiens par le Réseau des sports (RDS) proposent un montage visuel où la rondelle traverse le centre-ville en se faufilant entre les gratte-ciels pour finalement pénétrer par le toit du 1000, de La Gauchetière et rebondir sur la glace du Centre Bell. Ces manifestations diverses renvoient des images symboliques et le centre-ville, par ses gratte-ciels, apparaît comme une marque urbaine distinctive liée au hockey. L’actuelle présentation montre les joueurs des Canadiens en format géant devant les principaux édifices du centre-ville.

42Le processus d’association entre la ville et le hockey est entré dans une phase décisive en 1993 alors que s’amorçait la construction du nouveau forum. La première pelletée de terre a eu lieu en juin 1993 et l’inauguration du centre Molson, en mars 1996. Il s’agissait d’un projet majeur de revitalisation urbaine au cœur du centre-ville. Dès les premières esquisses, il importait d’« intégrer cette structure de loisirs à la trame urbaine » :

  • 47 Le magazine Centre Molson, p. 45, 22 et 37.

Au défi initial s’ajoute celui d’intégrer le nouveau temple des glorieux au centre-ville. C’est un pôle d’attraction autour duquel graviteront une foule d’activités, et d’autres éléments vont s’y greffer.
La revalorisation de l’un des plus prestigieux îlots du centre-ville comprend une gare ferroviaire d’intérêt patrimonial. Outre la construction d’un nouvel amphithéâtre de 21 500 sièges et la rénovation de la gare historique, le projet comprend le raccord à deux stations de métro, la création d’une place publique, « le Cours Windsor », un terminus de trains de banlieue et un réseau sophistiqué de communication47.

  • 48 Ibid., p. 45.
  • 49 « Forum », document publicitaire, Club de hockey Canadien, 1996, p. 2.
  • 50 Le magazine Centre Molson, p. 45.

43La localisation du site au « centre du centre-ville48 », la facilité d’accès, la création d’un pôle d’attraction pour la ville et son rôle dans le développement urbain sont les motifs qui, outre les besoins afférents au Club de hockey, ont orienté les choix conceptuels. La ville est donc plus que jamais associée au hockey. « Situé au cœur de la ville, à l’ouest du quadrilatère délimité par les rues de La Gauchetière, Saint-Antoine, Peel et de la Montagne, le nouveau forum sera rapidement accessible par l’autoroute Ville-Marie ou par les grandes artères urbaines49. » Bref, « tous les chemins mènent au centre Molson50 ».

  • 51 Eric Molson, cité dans Goyens, Chrystian, Allan Turowetz et Jean-Luc Duguay, Le Forum de Montréal. (...)
  • 52 « Forum », p. 1.

44Pour le président des Compagnies Molson, ce projet était « la pierre angulaire de la revitalisation du centre-ville de Montréal, aux côtés d’édifices récemment complétés et de tours à bureaux qui se dresseront quand le complexe aura été parachevé51 ». Dans ses documents publicitaires, la direction du Canadien allie tradition et modernité en parlant du nouveau temple du hockey. « Se dressant entre les tours modernes du centre-ville et l’historique gare Windsor, le nouveau Forum s’imposera rapidement comme le point de mire de Montréal, comme le reflet de notre juste fierté. Ce chef-d’œuvre d’architecture urbaine […] avec sa conception dynamique et contemporaine […] se marie à l’environnement et au milieu urbain52. »

Représentations architecturales de Montréal dans la mise en marché du hockey

  • 53 Les recherches qui ont permis de rédiger cette section ont été effectuées grâce à la collaboration (...)

45Pour se rapprocher des fans après le lockout de la saison 2004-2005, le Club de hockey Canadien a cherché à développer une relation plus directe avec ses partisans tout en élargissant son public cible53. Le hockey allait dépasser sa seule image sportive pour être désormais représenté comme une marque de l’identité montréalaise. La ville et l’« urbain » allaient devenir des outils de promotion, des éléments de référence participant à la relance du hockey. Après la campagne publicitaire du « Partisan heureux » en 2003-2004 et celle du « Tricolore jusqu’au bout » en 2005-2006, la direction marketing du club cherchait un slogan à la fois simple et fort, qui allierait deux facettes de Montréal, son cadre urbain et le hockey. Elle était convaincue que l’identité montréalaise allait de pair avec celle du hockey. Le fait de redonner une image gagnante et vivante aux Canadiens allait se répercuter directement sur la ville. Considérant Montréal comme le seul marché francophone de la LNH et le hockey comme valeur de divertissement numéro un à Montréal et au Québec, il importait pour l’équipe marketing « de mettre de l’avant notre culture, notre patrimoine ». Les objectifs étaient de montrer que le hockey reprenait sa place dans la ville, de faire ressortir la passion pour le hockey et pour les joueurs et de donner une publicité au look trendy, jeune, dynamique, pour « convertir » les jeunes en fans du Tricolore. Le texte de la publicité télévisuelle était le suivant :

Comme une onde de choc qui relie toute la ville. Tous se préparent maintenant à vivre au même rythme. L’équipe est fin prête. Le 7e joueur est partout. La ville est hockey.

46Ce message publicitaire évoquait une sensation se manifestant brusquement, la fièvre du hockey, se propageant à partir d’un point précis, le Centre Bell, et générant une vibration à l’échelle de la ville. Le hockey se présentait comme un fait rassembleur et unificateur de la ville et de sa population, et qui élargissait les frontières urbaines. Cette publicité, largement diffusée et prolongée durant les saisons 2007-2008 et 2008-2009, proposait des images fortes fusionnant ville et hockey. La campagne a été présentée avant chacun des matchs sur le tableau d’affichage électronique et projetée à même la surface glacée, en plus d’être diffusée en début de saison sur les réseaux de télévision RDS et TVA, sur les panneaux publicitaires de la compagnie Astral en bordure des rues et des autoroutes, sur les colonnes Morris du centre-ville, dans Le Journal de Montréal, The Gazette et Métro, et dans les restaurants La Cage aux Sports.

  • 54 Jonathan Prunier, direction marketing du Club de hockey Canadien, 12 janvier 2007. Entretien télép (...)
  • 55 L’expression est désormais bien ancrée dans l’identité montréalaise. L’appellation est constamment (...)

47Les orientations de la campagne étaient claires, peu importe le contexte : la fièvre du hockey devait gagner toute la ville. Ville et hockey allaient donc s’allier dans cette promotion métropolitaine. La publicité, graphiquement très expressive, proposait des images de joueurs sur fond de ville. Les joueurs en maillot rouge apportaient mouvement et dynamisme alors que les édifices en tons pâles se détachaient sur un ciel bleu. Cette campagne visait à redonner du lustre à l’organisation du Canadien en se servant de symboles puissants, des édifices « marquants » de Montréal minutieusement sélectionnés par le directeur artistique de l’équipe marketing. L’objectif ultime, selon les commanditaires, était d’affirmer : « Le hockey, c’est nous, Montréal, c’est nous, le Québec54. » La campagne fut un réel succès : « La ville est hockey » est devenue une expression largement répandue dans le langage commun55, les logos des Canadiens, sous forme de maillots, d’affiches, de drapeaux ou de produits dérivés, se retrouvent partout dans la ville et à l’extérieur de la ville. De nombreux restaurants, boutiques et bâtiments – même des casernes de pompiers – affichent les couleurs des Canadiens. Parallèlement aux appellations « Hockeytown », « Red Mile », « Blue Mile » et « Sens Mile », « La ville est hockey » s’inscrit dans la recherche d’un qualificatif qui serait propre à Montréal et participe clairement du phénomène de hockeyisation en cours dans cette ville.

48Les représentations architecturales de la ville choisies pour la campagne publicitaire peuvent être divisées en trois catégories : les emblèmes de la métropole, les huit gratte-ciels du centre-ville et le temple du hockey.

  • 56 Gauthier, Raymonde et Pierre-Richard Bisson, L’architecture de Montréal, Montréal, Libre Expressio (...)

49 Les emblèmes de la métropole comprennent le marché Bonsecours (1847), la porte Roddick de l’Université McGill (1925), le pont Jacques-Cartier (1930), le pavillon central de l’Université de Montréal (1943) et la Biosphère, ancien pavillon américain d’Expo 67. Il s’agit de symboles de la société montréalaise. Ils sont évocateurs de la situation géographique et territoriale montréalaise, alors qu’ils s’élèvent respectivement dans le Vieux-Montréal, au centre-ville, sur le fleuve Saint-Laurent, sur le mont Royal et sur l’île Sainte-Hélène. Ils sont localisés au centre de l’île de Montréal et se démarquent par leur silhouette qui se détache sur le ciel ou par l’isolement de leur emplacement. Les édifices choisis expriment la diversité architecturale de la ville, notamment par les styles néo-classique, Art déco et moderne. Le marché Bonsecours avec sa coupole, qui représente certes le caractère ancien de la métropole, n’en demeure pas moins l’« ancêtre des grands immeubles multifonctionnels montréalais56 ». L’ancien pavillon des États-Unis affirme pour sa part le progrès et l’innovation techniques propres à l’Exposition universelle de 1967. À la manière d’Expo 67, les emblèmes de Montréal incarnent l’ouverture au monde, l’exportation des modèles, le savoir-faire québécois, le dialogue entre francophones et anglophones et même le lien avec la banlieue.

50 Les huit gratte-ciels du centre-ville apparaissent comme l’élément principal d’identification de la ville, regroupés dans un périmètre très restreint. Les édifices représentés sont la Place Ville-Marie (1962), la tour BNP Paribas (1981), la tour de la Banque Laurentienne (1984), la tour KPMG (1988), le 1501, McGill College (1992), le 1000, de La Gauchetière (1992), le 1250, boulevard René-Lévesque (1993) et la Cité du commerce électronique (2003). La hauteur est une composante majeure dans le choix des édifices puisque quatre des plus hauts gratte-ciels de la métropole s’y trouvent. La Place Ville-Marie y figure à titre de plus haut point de la ville (à cause de la topographie ascendante du centre-ville, du fleuve à la montagne), aux côtés des deux édifices avec l’élévation la plus importante, le 1000, de La Gauchetière (205 mètres) et le 1250, René-Lévesque (199 mètres).

  • 57 Ibid., p. 144.

51La localisation des gratte-ciels sélectionnés pour la publicité suit deux axes principaux qui évoquent bien la trame urbaine montréalaise. L’axe est-ouest René-Lévesque – La Gauchetière et l’axe nord-sud McGill College – University se partagent les objets architecturaux en comptant chacun quatre bâtiments. L’axe est-ouest exprime le contexte immédiat du Centre Bell, le cœur du hockey à Montréal. Quant au 1000, de La Gauchetière, sa position dans la même rue que le Centre Bell, sa patinoire intérieure et son altitude en font un bâtiment-vedette associé au temple du hockey aux côtés du 1250, René-Lévesque, qui, en plus de son élégance romantique rappelant le Chrysler Building, ouvre son square urbain sur le Cours Windsor. Les parois vitrées des gratte-ciels encadrent le Centre Bell et lui confèrent une notoriété, tout en évoquant un sentiment de pouvoir et de puissance. L’axe nord-sud représente, lui, le cœur symbolique du centre-ville montréalais. La Place Ville-Marie est le « symbole de la ville moderne [et] sa galerie marchande […] a été le point de départ du réseau piétonnier souterrain de Montréal57 ». Le 1501, McGill College et la tour KPMG sont des édifices phares du centre-ville grâce à leur forme insolite (couronnement en « pyramide » et en « tête de chat »), leur coloration, leur mise en lumière et leur position centrale. Les gratte-ciels évoquent donc les axes dominants de la grille viaire, la centralité, l’entrée dans la modernité de la ville, le pouvoir institutionnel et la quête des sommets. Fait encore plus important, la localisation des édifices génère deux pôles majeurs au centre-ville : le pôle central de la ville, autour de la Place Ville-Marie, et le pôle central du hockey, autour du Centre Bell.

52 Le temple du hockey, notre troisième catégorie, ne compte qu’un seul bâtiment, soit le « nouveau Forum », le Centre Bell (1996). Une telle présence publicitaire vise sans conteste à asseoir la notoriété de l’édifice, une décennie après le déménagement de l’équipe dans ses murs. Les « fantômes » du Forum trouvent tranquillement leur niche au Centre Bell et la population commence à accorder à l’immeuble une valeur symbolique. La publicisation de l’image du Centre Bell comme nouvelle Mecque du hockey, édifice incarnant ce sport et sa plus grande équipe, contribue à alimenter l’imaginaire à son égard. Le hockey traverse la ville, mais il se joue au Centre Bell. Avec le pont Jacques-Cartier, la Biosphère et la Place Ville-Marie, le Centre Bell est le bâtiment le plus représenté dans les publicités du Club de hockey Canadien. Tout en promouvant le hockey, le pont, le dôme géodésique et la tour cruciforme, trois des plus puissants symboles de l’identité urbaine montréalaise, affirment aux côtés des autres éléments choisis pour la campagne la centralité, le dynamisme urbain, la richesse de la culture et la fierté métropolitaine.

53Montréal vit au rythme du hockey et l’image du sport est désormais indissociable de celle de la ville. Si sa longue histoire caractérise le Club de hockey Canadien, c’est plutôt la modernité architecturale qui soutient la stratégie pour investir la ville. La campagne « La ville est hockey », tout en s’appuyant sur le cadre architectural du centre-ville et en situant le cadre urbain comme dominante de l’identité des Canadiens, poursuit une quête plus profonde, celle du prestige, de la réussite et de la performance. De Calgary à Montréal, le hockey a pénétré l’espace urbain et la sphère de l’aménagement. De l’appropriation informelle d’une rue ou d’une place publique à sa dénomination distincte, la hockeyisation transforme la ville et associe le hockey à un espace défini. À Montréal, le phénomène consacre le lien entre la métropole et le hockey et manifeste une quête identitaire de singularisation urbaine.

Notes

1 La recherche menant à l’association hockey et ville a été réalisée entre 2004 et 2008. Des journaux canadiens et étatsuniens provenant d’une quinzaine de villes et la documentation publicitaire de la direction marketing du Club de hockey Canadien constituent les principales sources documentaires. Se sont ajoutées des analyses de quelques sources Web, notamment des « wiki », des blogues et surtout les plateformes de partage comme Facebook, qui sont un forum public majeur des amateurs de hockey en Amérique du Nord.

2 Ce néologisme tire son origine du mot hockeyite, désignant autrefois à la fois le sport et le joueur de hockey.

3 Forum des politiques publiques, La Ligue nationale de hockey au Canada, publications gouvernementales, Ottawa, 1999.

4 Les municipalités gagnantes furent Salmon River, Nouvelle-Écosse (2006), North Bay, Ontario (2007), Roberval, Québec (2008), Terrace, Colombie-Britannique (2009), Dundas, Ontario (2010) et Conception Bay South, Terre-Neuve-et-Labrador (2011).

5 Les arénas utilisés par les Canadiens sont les suivants : 1909-1910 et 1918-1919 : Jubilee arena (Sainte-Catherine / gare Moreau) ; 1910-1918 : Westmount Arena (Sainte-Catherine / Wood) ; 1919-1926 : Aréna Mont-Royal (Mont-Royal / Saint-Urbain) ; 1926-1996 : Forum (Sainte-Catherine / Atwater) ; depuis 1996 : Centre Bell (La Gauchetière / de la Montagne).

6 Black, François, Habitants et glorieux. Les Canadiens de 1909 à 1960, Laval, Éditions Mille-Îles, 1997, p. 57.

7 Ibid., p. 79.

8 Eckler, Rebecca, « A Whole Lotta Love on Calgary’s Red Mile », National Post, 31 mai 2004, p. A1.

9 Voir www.theredmile.ca, site de la société Trilogy Promotions Inc.

10 Burgener, Peter, « Red Mile Opportunity for Community », Calgary Herald, 4 mai 2006, p. B4.

11 Derworiz, Colette, « Council Seeks Balance on Red Mile : Aldermen Will Debate Proposal for 17th Avenue », Calgary Herald, 29 novembre 2005, p. B7.

12 Myers, Sean, « Planners Share Vision of “people’s” Red Mile », Calgary Herald, 11 janvier 2006, p. B5.

13 Marr, Norma et Wendy Spivak, « 100 Years of History », Calgary Herald, 1er septembre 2005, p. A15.

14 Leipsic, Barry J., « Go Jets, go! », The National Post, 31 mars 2004, p. A19.

15 Maniago, Stephanie, « A Call to Action – Believe in Blue », Canucks. com, 28 avril 2007.

16 Le retour des Jets à Winnipeg pour la saison 2011-2012 contribuera certainement au retour en force du White Out.

17 Taylor, Scott, « Tampa’s “White Out” Pales Next to original Original », Winnipeg Free Press, 4 juin 2004, p. C3.

18 Cette initiative de l’organisation, qui reprend l’appellation « White Out », a été lancée par une capsule vidéo sur Facebook et sur le site Web de l’équipe le 24 avril 2008. L’organisation a fourni un T-shirt et une serviette à tous les spectateurs.

19 Canadian Press, « Sixth NewsWatch », 11 juin, 2006; Macafee, Michelle, Canadian Press, « Game 1 Loss Leads to Quiet Night on Edmonton’s Trendy Whyte Avenue », 6 juin 2006.

20 Une journaliste de Calgary a même remis en cause l’authenticité du Blue Mile d’Edmonton en comparaison du Red Mile de Calgary : Fortney, Valerie, « Inside the Oil Slick : It may not be the Red Mile, but this is the place to be », Calgary Herald, 12 mai 2006, p. A3.

21 Desaulniers, Darren, « “I’m so Fantastically, Unbelievably Happy”; Fistpumping, Flag-waving Fans Pour into the Streets To Celebrate the Sens », The Ottawa Citizen, 20 mai 2007, p. D6.

22 Brodie, Rob, « Vivement la fête chez les amateurs. Un groupe désire organiser des rassemblements après les victoires », Le Journal de Montréal (The Ottawa Sun), 16 juin 2007, p. 133 ; et « Shooting for Mile High. Fans Invited to Elgin St. Playoff Party Zone », The Ottawa Sun, 16 juin 2007.

23 Desaulniers, «“I’m so Fantastically, Unbelievably Happy”».

24 Deachman, Bruce, « Welcome to “Hockey Town” », The Ottawa Citizen, 20 mai 2007, p. A3.

25 Sadava, Mike, « Sens Fever Brings Back Memories of Oilers Run ; But So Far Capital Crowds Are Having Peaceful Fun », The Edmonton Journal, 26 mai 2007, p. B3.

26 Frei, Terry, « Qu’est-ce qu’une ville de hockey ? », RDS. ca/hockey, 1er septembre 2006.

27 Les amateurs doivent avoir des connaissances sur l’histoire des joueurs de l’équipe et les espoirs de l’organisation, suivre les activités de l’ensemble des équipes de la LNH, connaître la nationalité des joueurs et avoir une compréhension approfondie des règlements.

28 Higgins, Matt, « Another Hockeytown », The New York Times, 4 mai 2007, p. 6.

29 Herrmann, Mark, « Hockey fever breaks out all over Buffalo », Buffalo News, 29 avril 2007, p. B6.

30 Malgré les quatre conquêtes de la coupe Stanley en 1997, 1998, 2002 et 2008.

31 Fischer, Red, « Thousands of empty seats in hockeytown a direct result of overpriced playoff tickets », The Gazette, 28 avril 2007.

32 Houston, William, The Globe and Mail, 25 mai 2007, p. S1.

33 Sharp, Drew, The National Post (Detroit Free Press), 7 octobre 2006, p. FW9.

34 Wigge, Larry, NHL Sporting News, 7 janvier 2002.

35 Lafleur, Guy, « Une victoire entachée », Le Journal de Montréal, 26 avril 2008, p. 106.

36 Black, François, Habitants et glorieux, p. 19.

37 Ibid.

38 Fischler, Stan et Maurice Richard, 1971, Les Canadiens sont là ! La plus grande dynastie du hockey, Scarborough, Prentice-Hall, p. 3.

39 Pierre Bourque cité dans Lepore, Gino (dir.), Le magazine Centre Molson : Match inaugural, Édition spéciale, 1996, p. 7.

40 Raymond, Bertand, « La rue Maurice-Richard ? Si le Rocket revenait au Centre Bell… », Le Journal de Montréal, 7 décembre 2006.

41 Daigneault, Daniel, « La Place du Centenaire. Un site à visiter absolument », Le magazine officiel de la Place du Centenaire, 2008, p. 8.

42 Voir Clément, Éric, « La Sainte-Flanelle aura son avenue », La Presse, 5 décembre 2008 et Mathieu, Annie, « Inauguration de l’avenue des Canadiens-de-Montréal », La Presse, 9 octobre 2009.

43 L’origine et la signification de la désignation selon la CTQ est la suivante : « Le 4 décembre 2009, l’équipe des Canadiens de Montréal est devenue la première équipe de la Ligue nationale de hockey à célébrer 100 ans d’existence. Dans le contexte des célébrations entourant cet événement, la Ville de Montréal a approuvé qu’une partie de la voie dénommée rue de La Gauchetière Ouest soit identifiée sous l’appellation avenue des Canadiens-de-Montréal. Le Centre Bell, où se déroulent les joutes de ce club depuis 1996, y est situé. » Source : www.toponymie.gouv.qc.ca.

44 Voir Champagne, Stéphane, « Le Canadien dans la toponymie québécoise », La Presse, 14 janvier 2010.

45 Cette toponymie liée au Club de hockey Canadien a été officialisée par la CTQ en 2005.

46 Publiée à raison de cinq à sept numéros par année depuis la saison 1985-1986, la revue porte désormais le nom Canadiens. En 1988, Stéphane Richer est photographié au centre-ville devant la sculpture La foule illuminée sur l’avenue McGill College. L’année suivante, Russ Courtnall est photographié en divers endroits dans le Vieux-Montréal, notamment devant la tour de l’Horloge. En 1991, Mathieu Schneider est présenté sur un panneau « arrêt stop », une particularité bien montréalaise, de même que devant un gratte-ciel. Puis en 1992, c’est au tour de Vincent Damphousse d’être photographié avec les enseignes de l’avenue Atwater et de la rue Sainte-Catherine, de même que sur le belvédère du mont Royal avec sa vue sur les gratte-ciels du centre-ville.

47 Le magazine Centre Molson, p. 45, 22 et 37.

48 Ibid., p. 45.

49 « Forum », document publicitaire, Club de hockey Canadien, 1996, p. 2.

50 Le magazine Centre Molson, p. 45.

51 Eric Molson, cité dans Goyens, Chrystian, Allan Turowetz et Jean-Luc Duguay, Le Forum de Montréal. La fierté pour toujours. 1924-1996, Westmount, Les éditions Effix, 1996, p. 210.

52 « Forum », p. 1.

53 Les recherches qui ont permis de rédiger cette section ont été effectuées grâce à la collaboration de la direction marketing du Club de hockey Canadien. Nous remercions en particulier Jonathan Prunier et Mathieu Lapointe.

54 Jonathan Prunier, direction marketing du Club de hockey Canadien, 12 janvier 2007. Entretien téléphonique.

55 L’expression est désormais bien ancrée dans l’identité montréalaise. L’appellation est constamment reprise dans les médias sportifs et généralistes. Une émission spéciale lancée en avril 2008 sur la chaîne spécialisée RIS s’intitulait La ville est hockey.

56 Gauthier, Raymonde et Pierre-Richard Bisson, L’architecture de Montréal, Montréal, Libre Expression, 1990, p. 149.

57 Ibid., p. 144.

Auteur

Doctorant à l’Université du Québec à Montréal et à l’Institut national de la recherche scientifique – urbanisation, culture et société, en cotutelle avec l’Institut d’urbanisme de Paris de l’Université Paris-Est. Urbanologue et architecte paysagiste, il enseigne à l’École d’architecture de paysage de la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal. Ses études et mandats professionnels portent sur l’analyse patrimoniale et la caractérisation des formes urbaines et paysagères des places publiques et espaces urbains.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search