Version classiqueVersion mobile

Le Canadien de Montréal

 | 
Audrey Laurin-Lamothe
, 
Nicolas Moreau

Chapitre 4. Le Canadien de Montréal comme objet populaire : représentations de la tradition

Fannie Valois-Nadeau

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’est le Canadien de Montréal ? Une équipe, un business, un objet de culte, de mémoire ou de patrimoine ? Peut-être un peu tout ça à la fois. On accole souvent au Canadien (et même plus largement au hockey) les étiquettes « national » et même « religieux », car l’équipe occupe une place importante dans la vie québécoise, que ce soit dans la façon de remplir les tribunes médiatiques de commentaires et d’analyses, de structurer les agendas, d’être l’objet de références culturelles. Comment réfléchir alors à cet objet particulier, pluriel, varié ? Comment l’attraper dans ce qu’il a de plus multiple, rendre justice à sa complexité ? J’ai renoncé à chercher l’essence et la valeur intrinsèque du Canadien de Montréal autrement qu’en étudiant celles que lui attribuent divers acteurs.

  • 1 Les conclusions que je tire ici sont issues de mon mémoire de maîtrise en sociologie (UQAM, 2009).

2À la vue de l’engouement médiatique et commercial pour le Canadien de Montréal des dernières années, je me suis intéressée aux représentations qui constituent cet objet populaire1. Par le biais d’une analyse des forums de discussion hébergés sur le site Internet du Réseau des sports (RDS) et publiés durant les saisons 2006-2007 et 2007-2008, j’ai observé les représentations construites par les partisans de l’équipe à travers leurs nombreux échanges. Tentant d’abord de répondre à l’impossible question « qu’est-ce que représente le Canadien de Montréal ? », je me suis plutôt retrouvée à observer « comment est représenté le Canadien de Montréal ». Cette nuance fait toute la différence : plutôt que de se porter sur les supposées valeurs intrinsèques de l’équipe, le regard se retrouve alors placé sur les pratiques, les images, les amalgames, toujours en mouvement, qui constituent les représentations. Au fil de l’analyse, un des narratifs dominants par lesquels était mis en forme le Canadien s’est révélé être celui de la tradition. Appréhendé très souvent en regard d’une autre époque, le Canadien de Montréal devient un objet culturel par lequel les rapports au temps, à soi, à la collectivité et à l’espace, entre autres, se créent. À travers l’analyse de ce processus discursif, il est alors impossible d’entrevoir ce spectacle sportif comme une activité qui implique la passivité des spectateurs ; au contraire, c’est toute la création d’un rapport au monde et des façons de discuter de la société qui en émergent.

  • 2 Les textes de Richard Gruneau et David Whitson ont eu beaucoup d’écho dans la littérature canadien (...)

3L’analyse du hockey dans la société canadienne des dernières années a surtout été marquée par une approche d’économie politique, qui critiquait la commercialisation, la spectacularisation et l’internationalisation croissantes de ce sport2. Ces textes ne mettent toutefois pas l’accent sur le travail des partisans pour en faire un objet d’appartenance. En évitant de se concentrer sur les gestes, les actions, ou les campagnes publicitaires des propriétaires d’équipe (en reconnaissant toutefois leur importance dans le processus de représentation), l’objet de cette analyse se concentre plutôt sur le discours des partisans dans lequel et par lequel se constituent des relations affectives et des enjeux de pouvoir. Pour comprendre comment les fans francophones représentent l’équipe, je situerai ma recherche dans le courant des études culturelles, qui permet de considérer le Canadien de Montréal comme le produit d’une articulation conjoncturelle spécifique.

4Pour ce faire, il semble d’abord nécessaire de discuter de la façon dont je conçois le Canadien de Montréal, au-delà de l’équipe sportive, dans toute sa pluralité, dans tous les espaces qu’il occupe. Associé à la vie quotidienne, au loisir, au patrimoine, à la tradition, mais aussi au spectacle, au commerce et à une industrie, le Canadien est un bon exemple du concept de culture populaire, où les aspects qui relèvent de l’« économie » et de la « culture » ne peuvent être pensés séparément. Ensuite, en mettant l’accent sur le complexe sportif médiatique, je regarderai comment le spectacle du Canadien de Montréal rend effectives ces représentations, en étant de l’ordre à la fois de l’activité culturelle et du commentaire. Puis, je présenterai deux dimensions qui ont émergé des propos recueillis dans les forums de discussion de RDS ; l’une où se condensent diverses conceptions du joueur étranger, et l’autre, où le rapport à la marchandisation du hockey est fortement discuté.

5L’analyse des forums de discussion liés au Canadien de Montréal permet une interprétation des tensions qui traversent et constituent la culture populaire contemporaine. Comme prémisse à cette réflexion, il y a l’idée que la culture populaire n’est (et ne doit être) ni bonne ni mauvaise ; elle est simplement (et de façon fort complexe) un terrain où s’articulent, de façon plus ou moins hégémonique et conflictuelle, une multitude de représentations.

Le Canadien de Montréal : objet complexe de la culture populaire

6Interroger le Canadien de Montréal comme phénomène culturel implique forcément de réfléchir aux façons d’appréhender la culture populaire. L’approche utilisée à travers cette analyse est inspirée de celle des études culturelles, qui ont fait de la culture populaire leur objet d’étude, en se positionnant à la croisée des théories sur les industries culturelles, de l’anthropologie sociale et de l’histoire des classes populaires. Les études culturelles comme courant d’étude très peu dogmatique ne peuvent se résumer en quelques lignes. Néanmoins, quelques apports de ce courant seront conservés comme paradigmes de départ.

  • 3 Storey, John, « What is popular culture? », dans Cultural Theory and Popular Culture. An Introduct (...)

7Le premier aspect (voire piège) de l’analyse de la culture populaire est sa conceptualisation presque toujours accompagnée d’un jugement de valeurs. Qu’elle soit célébrée ou honnie, jugée authentique (la culture du « vrai » peuple) ou comme relevant de la pure fabrication, la culture populaire se constitue très souvent par le biais d’une figure autre3, c’est-à-dire comme l’opposée d’une culture d’élite, de l’art, de la tradition et du folklore, de la bourgeoisie, etc. Toutefois, en considérant que le Canadien de Montréal participe à la fois de ce qui est établi comme tradition et des industries culturelles et qu’il est à la fois consommé (bien que de façons différentes) par les gens de tous statuts sociaux, cette dichotomie ne tient plus. Au lieu de conceptualiser la culture populaire à travers ses supposées lacunes, j’ai porté l’accent plutôt sur tous ces croisements qui ont fait du Canadien de Montréal un objet culturel spécifique. Je comprends alors le Canadien comme le point de rencontre de plusieurs composantes culturelles et non plus comme le revers ou la contrepartie d’une culture nationale ou artistique.

  • 4 Hall, Stuart, Representations and Signifying Practices, Londres, Open University Press et Sage, 20 (...)
  • 5 Cette approche n’a pas pour but d’évincer les relations de pouvoir qui sont présentes dans la cons (...)

8Le second point issu de ce courant théorique, qui a une importance considérable dans l’analyse que j’ai menée, est la reconnaissance d’une capacité d’action et de contestation par les pratiques culturelles, et ce, peu importe le statut socio-économique des individus. Comme le souligne Stuart Hall, il est possible de négocier et de résister à l’hégémonie culturelle, mais aussi d’y adhérer4. Au lieu de comprendre l’engouement pour le Canadien de Montréal en termes de manipulation et d’aliénation, à la manière des adeptes de l’École de Francfort, l’accent sera mis sur le potentiel d’action des acteurs et sur leur « agentivité »5. Beaucoup plus complexe que la chaîne de communication linéaire émetteur-récepteur, la constitution du sens est un processus conjoncturel loin d’être automatique et unidirectionnel.

9Afin d’éviter ces écueils, mon point d’entrée pour saisir la complexité et l’existence même du Canadien de Montréal comme phénomène culturel québécois est précisément l’articulation des représentations qui le font être. En plus de faire de cette équipe comme l’emblème historique d’une ville et de plusieurs collectivités, les représentations du Canadien permettent de mettre en valeur la variété des intérêts et des façons de penser présents dans ce contexte. En produisant chacun à leur façon des discours relatifs à l’équipe, les acteurs créent divers sens et images, parfois contradictoires, parfois complémentaires, et qui ont évolué au fil du temps. Par exemple, le Canadien de Montréal a été tour à tour le porte-étendard des Canadiens français avec les Flying Frenchmen et l’emblème bilingue de la ville de Montréal avec la célèbre Punch Line. Il serait possible de le considérer actuellement comme un objet de patrimoine, de mémoire et de culte. Ainsi, comme je l’ai mentionné, je ne souhaite pas attribuer une essence au Canadien de Montréal ; au contraire, je souhaite montrer comment il a évolué au fil du temps, selon les aspirations des acteurs et la conjoncture du moment. Bien que mon analyse se concentre sur le sens accordé par les amateurs à leur équipe, si l’on souhaite considérer le phénomène dans son ensemble, on ne peut le réduire qu’à l’intervention d’un seul type d’acteur. Ces acteurs n’agissent pas en vase clos, au contraire, leurs productions s’interpénètrent continuellement.

  • 6 Bien qu’anonymes, les interlocuteurs de mon échantillon me semblaient être en majorité nés sur le (...)
  • 7 Grossberg, Lawrence, « Mapping popular culture », dans We Gotta Get out of This Place, Londres, Ro (...)

10Il s’agit alors d’observer comment les gens font sens à partir de leur monde et ce, notamment par le biais du discours. Il ne s’agit pas ici de faire une analyse sémiologique du texte offert par les partisans, mais plutôt de regarder quels textes ces partisans mobilisent pour signifier leur attachement au Canadien de Montréal. Aussi, parce qu’associé à une histoire collective et à la vie quotidienne depuis l’enfance pour la majorité des auteurs des textes étudiés6 et investi de défendre et d’honorer la culture montréalaise, québécoise ou canadienne, le rapport au Canadien de Montréal est très souvent passionné. Les propos recueillis dans les forums de discussion ont contribué à illustrer une propension aux discours hautement émotifs. Lawrence Grossberg a particulièrement réfléchi à la place de l’affect dans les pratiques de la culture populaire. Pour lui, l’affect n’est pas seulement une sensibilité qui émane à la lecture d’un texte, mais surtout une façon de faire particulière, qui donne du sens à une pratique. Les alliances affectives, comme il les nomme, ont leur propre « logique et cohérence – bien qu’elles soient si difficiles à définir – qui dépendent de leurs relations affectives et de la place accordée à l’articulation en question au sein de la carte de sens personnelle7 ». Comme on le verra, la composition des représentations du Canadien de Montréal est intimement liée à la constitution d’une identité collective, qu’elle soit montréalaise, québécoise ou pancanadienne.

11Ainsi, puisque le Canadien constitue pour ses fans une forme d’appartenance, les agencements des représentations ne sont pas insignifiants, au contraire. Je m’intéresse à la cohérence qui est produite dans ces représentations ainsi qu’à leur diffusion afin de voir quelles représentations sont mises à l’avant-plan plutôt que d’autres. Même s’il y a un décalage avec les faits historiques présentés dans certains ouvrages, ce qui demeure pertinent à mes yeux est le travail de réorganisation entrepris par les participants des forums. L’analyse des forums de discussion a permis de constater que le Canadien de Montréal n’est pas un symbole homogène qui véhicule les histoires et traditions d’un peuple, mais plutôt une formation culturelle, dans laquelle sont mises en forme plusieurs représentations de l’équipe, mais aussi des cultures qui l’investissent.

Le sport-spectacle comme effectivité de l’appartenance collective

12Le sport-spectacle est ainsi un objet d’investigation très riche car il peut être compris comme une formation culturelle particulière, liée au contexte dans lequel sont débattus toutes sortes d’enjeux (de genre, de classe sociale, d’ethnicité, etc.). Le sport-spectacle n’est donc pas appréhendé comme quelque chose à déplorer ou comme un phénomène qui éloignerait des « vrais » débats civiques, mais plutôt comme un des lieux à partir duquel se composent et se définissent certains de ces débats civiques et politiques. Le lieu de ces débats n’est donc plus limité à une conception traditionnelle de la sphère publique habermassienne, mais peut être élargi à d’autres espaces, évitant ainsi de cloisonner et de limiter l’aspect politique de la vie quotidienne. De cette façon, le sport-spectacle est donc à considérer non pas comme le reflet d’une société qui lui préexiste, mais bien comme une activité culturelle à part entière, constituante même de cette société.

13Le sport-spectacle est donc une activité à travers laquelle se produisent et s’actualisent différents discours et représentations. Dans leur texte « Come together : sport, nationalism, and the media image », David Rowe, Jim McKay et Toby Miller ont mis en évidence l’effectivité des représentations de la nation à travers de tels spectacles :

  • 8 Rowe, David, Jim Mckay et Toby Miller, « Come together: Sport, nationalism, and the media image », (...)

La nation se crée à partir de tels moments, quand une unité affective peut être positionnée contre les divisions structurelles et les classifications bureaucratiques. Cela devient une « nation culturelle » que l’on expérimente à travers diverses sensations, normes et pratiques, dont les paramètres sont, de façon inhérente, difficiles à définir8.

14Dans l’expérience de la situation d’opposition à un groupe adverse (et de toutes les sensations et émotions qui peuvent en résulter) semblent se dessiner les représentations d’un tout collectif, qui se retrouve étroitement lié à une forme d’organisation culturelle et territoriale (d’ordre municipal, régional, national, ethnique, etc.).

15En se référant aux propos de Benedict Anderson, Rowe et ses collègues soulignent que même au sein des plus petites d’entre elles, il est impossible de saisir la matérialité et le caractère englobant des nations. Par conséquent, la nation se rendrait manifeste et effective dans l’imaginaire des gens par le biais d’artefacts qui la représentent, d’où l’utilisation des expressions « entité imaginée » et « horizon de perception » pour la décrire. C’est donc par un processus de représentation que la nation se matérialise, se concrétise et se diffuse. Dans cette perspective, le sport-spectacle est une des formes de représentation par lesquelles le collectif devient tangible. Le hockey et le Canadien de Montréal comptent parmi les artefacts qui constituent l’horizon de perception canado-québécois. Représenté comme partie de l’histoire d’un pays et d’un peuple et regardé par de très nombreux habitants, le spectacle du Canadien est une activité culturelle par laquelle prennent forme diverses composantes identitaires.

16L’un des domaines associés au sport-spectacle, qui participe à son effectivité grâce à la visibilité quotidienne qu’il lui procure, est la sphère médiatique. Le hockey, et dans le cas présent, le Canadien de Montréal, fait parler depuis ses débuts, il y a plus d’un siècle. Objet des textes journalistiques, le Canadien fait aussi partie des textes quotidiens, c’est-à-dire des conversations dans les lieux publics, au travail, en famille, dans les jeux, dans les loisirs, etc. Parler du Canadien de Montréal, que ce soit sur les forums de discussion ou à l’heure du dîner au travail constitue en soi une activité qui entraîne des rencontres, des convergences d’intérêts, voire une certaine forme de cohésion. Indépendamment des opinions sur les performances de l’équipe, l’important semble être l’activité quotidienne qui se retrouve partagée par plusieurs. Comme le mentionnaient Gruneau et Whitson dans Hockey Night in Canada, le hockey devient un des symboles canadiens les plus puissants puisqu’en faisant partie de la façon de vivre à la canadienne et en étant à la fois le mythe et l’allégorie de cette culture, il permet de se raconter quotidiennement ce que nous sommes. J’ajouterai que l’activité même de se raconter quotidiennement fait ce que nous sommes.

Analyse des représentations du Canadien de Montréal

17Il faut mentionner que les discussions autour du Canadien de Montréal sont grandement influencées par les performances sportives du club. Ainsi, au cours de la saison 2007-2008 durant laquelle les interventions ont été recueillies, le climat général des discussions variait fortement et un joueur pouvait passer de « héros à zéro » très rapidement (le cas de Kovalev est particulièrement éloquent). Les notions d’« étranger » et de « marchandise » étaient récurrentes dans les conversations autour de l’équipe. Plutôt que de retracer l’exhaustivité des propos recueillis sur ces sujets, je souhaite souligner leur prégnance dans les forums de discussion de RDS et exposer la polarisation des débats. En évitant le diagnostic facile des « Québécois qui ne se reconnaissent plus et qui ont perdu leurs points de repère », l’analyse qui va suivre sera axée sur la création et la négociation des représentations associées à ces dimensions.

La figure de l’étranger : entre intégration et rejet

  • 9 On se rappellera à cet effet le scandale qu’avaient causé Guy Bertrand et Pauline Marois, en faisa (...)

18À travers les forums de discussion, deux positions émergeaient au sujet d’une équipe multiethnique internationale fondée sur l’aptitude à performer plutôt que sur la représentation civique directe : celle du rejet et de la critique du modèle actuel et celle de l’intégration de cette figure étrangère. Mais dans ces deux perceptions diamétralement opposées, des représentations du « bon joueur » étaient constamment articulées aux représentations identitaires. Dans un contexte où les conceptions de la nationalité et de la question linguistique se trouvent amalgamées pour représenter « le vrai joueur de chez nous » et où des membres de la classe politique réclamaient un capitaine parlant le français9, les représentations du Canadien de Montréal se retrouvaient entremêlées à celles des Québécois.

  • 10 De façon générale, un joueur des États-Unis est moins perçu comme étranger que s’il vient de Biélo (...)
  • 11 Ironie du sort, ce sont les Red Wings de Détroit, équipe constituée de beaucoup de joueurs europée (...)

19D’abord, il est intéressant de soulever que la conception même de ce qui définit le joueur étranger se constitue d’abord par une caractérisation de la collectivité (francophone, québécoise, canadienne, fans de hockey, etc.) à laquelle l’interlocuteur estime appartenir. S’ensuit une hiérarchisation de ces caractéristiques, qui fluctuent énormément selon les interlocuteurs10. De façon générale, les Européens, et particulièrement les Russes, étaient blâmés pour être peu impliqués dans la défense de l’honneur du Canadien de Montréal, mais aussi du public qui le soutient. L’appel à la tradition et au retour aux « origines » est un principe organisateur de ce discours. Par le fait même, il constitue un jeu de frontières entre soi et l’autre11.

  • 12 Pour plus d’information sur le pourcentage de joueurs francophones au sein du Canadien de Montréal (...)

20Dans ce type d’argumentaire, la représentation du Canadien de Montréal comme une équipe originellement québécoise et francophone est récurrente. Autour de cette représentation, le lien entre la composition francophone et le succès de l’équipe est rendu évident et naturel12. L’ethnicité devient alors un indicateur de succès et la représentation d’une équipe au passé homogène, tant sur le plan national que linguistique, devient saillante. Le bilinguisme comme dimension constitutive de l’équipe depuis la fin des Maroons, la Punch Line (illustre trio constitué de joueurs francophones et anglophones), les vedettes locales anglophones comme Howie Morenz (il faut rappeler qu’à ses funérailles, 25 000 personnes se sont présentés au Forum pour lui rendre un dernier hommage), ne sont donc pas considérés dans ce discours essentialisant. Aussi, le fait que les membres du célèbre trio des Flying Frenchmen (qui fait office de preuve pour expliquer le succès selon l’ethnicité) provenaient de l’extérieur du Québec rend d’autant plus frappant l’amalgame des concepts d’ethnicité, de culture, de nation et de langue dans la constitution de l’image des joueurs « québécois » et « étranger ».

21Empreint d’un nationalisme ethnique, ce discours constitue, ordonne et rend supérieurs certains attributs censés être valorisés au Québec, en les accolant aux représentations des joueurs québécois. Par exemple, le cœur (le courage, l’engagement, l’honneur, etc.) et la persévérance, qui qualifiaient notamment les joueurs québécois Francis Bouillon et Steve Bégin, deviennent à travers ces discours des caractéristiques proprement québécoises. Pour plusieurs forumistes, ce dévouement, qui semble être vu quasiment comme une caractéristique intrinsèque d’une nationalité, semble plus valorisé que le talent et les aptitudes d’un Kovalev. Dans les contextes d’insuccès de l’équipe, le retour aux beaux jours est alors envisagé avec la même recette qu’avant, à la différence près que les éléments « étrangers » y sont supprimés :

Le problème du Canadien de Montréal, c’est qu’il a 9 Européens dans l’alignement. C’est trop. On a vu le résultat hier : on jouait comme des fillettes. C’était pathétique. Les Européens de notre équipe ne veulent pas payer parce qu’ils ne veulent pas se blesser pour être en santé pour les championnats mondiaux au mois de mai. Voilà pourquoi […] je veux des joueurs nord-américains et pas des européens qui se pognent le beigne dans les playoffs. Je veux des Québécois, comme en 1993. (hadi04, 2008/04/20)

  • 13 En plus de l’attribution des qualificatifs soulignant la persévérance et la détermination aux joue (...)

22Appelés à représenter leur pays après les séries éliminatoires, les joueurs européens sont soupçonnés d’accorder plus d’importance à leur nation qu’au Canadien. Dénonçant leur manque de dévouement et d’acharnement, ces forumistes dépeignent les joueurs étrangers (et tout particulièrement les Russes) comme des joueurs sans passion et sans émotion. Le « cœur » et les « couilles13 » sont plutôt l’apanage des joueurs américains, et surtout, canadiens. Virilité et canadienneté entrent alors en complémentarité. Il est intéressant ici de noter que, face à la figure de l’étranger (certes réductrice), se réduisent et s’entremêlent aussi les représentations des Québécois, des Canadiens et des Nord-Américains.

23Dans les cas de figure opposés, où les représentations de « l’étranger » ne sont pas envisagées comme problématiques, les représentations sont également constituées de bricolages et d’agencements. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est que les divers éléments discursifs cohèrent encore selon un narratif de la tradition, mais qui est interprété d’une tout autre façon. Lorsqu’on leur demandait s’ils estimaient que les joueurs étrangers étaient fiers de jouer pour le Canadien, de nombreux interlocuteurs rapprochaient, dans leurs propos, le parcours de ces joueurs à celui des partisans de l’équipe. Par le partage d’un même environnement hivernal hostile (qui, au moins, selon plusieurs forumistes, n’est pas celui du sud des États-Unis dans lequel évoluent plusieurs équipes de la ligue), la culture liée à ce sport est considérée comme la même. Patiner à l’extérieur en hiver contribue à faire être l’image d’un hockey pratiqué, inscrit dans les mœurs.

24Le partage d’une enfance passée à admirer les vedettes de hockey, qu’elles soient issues de l’Est ou de l’Ouest, sert également ce narratif de la tradition. Afin que tous parlent le même langage, celui du hockey, les héros de l’enfance sont les mêmes (ou du moins, ils sont tous des joueurs de hockey) et sont mis sur un même plan, celui de l’élite de ce sport. De la même façon, les grands événements liés à ce sport qui ont contribué à l’instituer comme tradition, comme l’affrontement du Canadien contre l’Armée Rouge, sont représentés comme des balises communes à tous les passionnés de hockey, qu’ils soient joueurs ou fans : « Les Kostitsyn disaient qu’ils étaient fiers de jouer pour l’équipe qui a joué contre celle de l’Armée rouge, qu’ils regardaient quand ils étaient enfants des vidéos de l’affrontement du 31 décembre… » (shadowhunter, 2008/03/10).

25Enfin, de nombreux forumistes ont souligné la fierté que les joueurs pouvaient ressentir à jouer pour le Canadien de Montréal, équipe centenaire parmi les plus récompensées. Conscients de l’histoire qui y est associée, les joueurs de différents horizons seraient donc unis pour poursuivre la glorieuse histoire de l’équipe, représentée comme aussi importante que n’importe quelle autre dynastie sportive :

Je crois très sérieusement [qu’ils en sont fiers]. Surtout Kovalev […]. Lorsque Kovalev a signé ici, il a dit qu’il voulait faire partie de l’histoire du Canadien […]. Par la suite, après la remontée spectaculaire face aux Rangers, Kovalev a dit qu’il était fier d’avoir écrit un bout d’histoire du Canadien. (olipower, 2008/03/10)

26Placé sur le même pied que les grands clubs de football européen, le Canadien de Montréal est dans ces représentations une institution qui impose reconnaissance et fierté. Réunissant une même enfance, un même rêve et une même histoire, les représentations des joueurs étrangers au cœur de l’équipe sont donc travaillées pour qu’elles soient rendues familières et similaires à soi. Bien que la différence reste marquée, cette autre déclinaison du narratif de la tradition rapproche alors les représentations de « soi » et de l’« étranger ».

27La composition ethnique d’une équipe demeure un sujet chaud dans les diverses tribunes. Certaines des discussions sur le Canadien de Montréal avaient en filigrane celles qui portent sur ce que sont (ou doivent être) les Québécois. Les discussions sur les joueurs étrangers et les Québécois ont alors intégré des discours xénophobes et des discours sur la tolérance présents dans l’espace public québécois. Mais dans tous les cas, les joueurs de hockey restaient fortement appréhendés par leur nationalité, rendant cette dimension très importante dans la lecture du hockey.

La commercialisation de l’équipe : entre critiques et modes d’appropriation

28Le deuxième axe de ce narratif de la tradition est celui du rapport à la commercialisation du Canadien de Montréal. Encore une fois, il se trouve dans cet axe deux positions opposées, qui contribuent chacune à leur façon à réaffirmer le statut de tradition accolé au Canadien. D’un côté, la grande commercialisation du club y est critiquée, notamment parce qu’elle l’éloigne de la pratique sportive d’antan, jugée plus authentique. De l’autre, l’appartenance à l’équipe, érigée au rang de tradition, s’effectue directement par la consommation des produits de marketing. Le Canadien de Montréal devient ainsi l’objet d’un culte qui perdure. Cette opposition est intéressante parce qu’elle met en forme l’image d’une tradition constituée uniquement d’éléments dits « culturels » et d’une commercialisation unique ment effectuée dans la sphère « économique », comme si la croisée de ces deux domaines était tout à fait récente et anéantissait l’existence de l’un au profit de l’autre. En m’inspirant d’une approche de la culture populaire où l’« économie » et la « culture » ne peuvent être pensées indépendamment l’une de l’autre, je m’attarderai dans cette section à analyser la constitution de ce rapport pour le moins ambigu. Encore une fois, dans ce type de discussion, où les forumistes manifestent ce à quoi ils souhaitent appartenir, il est possible de reconnaître le potentiel critique des partisans. Au-delà d’une lecture uniquement balisée en termes de résistance ou d’hégémonie, se combinent toutes sortes de représentations des changements sociétaux.

  • 14 La Ligue nationale de hockey regroupe 30 clubs de hockey professionnel, dont le Canadien de Montré (...)
  • 15 Depuis 2009, l’équipe est redevenue la propriété de la famille Molson, qui est d’origine montréala (...)

29La représentation du Canadien de Montréal comme objet culturel québécois entre en tension avec celle de la Ligue nationale de hockey, perçue comme une organisation davantage axée sur la rentabilité économique que sur le maintien du sport dans sa version originelle14. Le travail de la ligue déplaît à de nombreux partisans, surtout lorsque la visibilité du Québec et du Canada s’amenuise, notamment par l’extension de la ligue dans des marchés dits non naturels, par les déménagements d’équipes, etc. La commercialisation du hockey et de la LNH devient alors très souvent synonyme d’américanisation. Différentes figures du hockey, comme l’ancien propriétaire du Canadien de Montréal George Gillett ou le commissaire de la Ligue nationale Gary Bettman, représentent particulièrement cette soi-disant « américanisation », en tant que responsables des transformations des traditions « locales ». Dans des appels au respect du monde d’avant les Bettman et Gillett15, les forumistes construisent un discours sur la nécessaire représentativité de la collectivité :

En fait, je crois que c’est plutôt une question de respect. Toute entreprise qui fait affaire à l’étranger ou [qui] reçoit des capitaux étrangers se doit de connaître et respecter la culture de ses clients ou de ses investisseurs. Le Canadien de Montréal est une entreprise qui tire profit de clients québécois à forte majorité francophone. Alors, je crois honnêtement que le représentant devrait […] faire un lien respectueux qui unit les deux clans. Et je le répète, c’est une question de respect […]. (patatepilee, 2007/10/16)

  • 16 Pour obtenir plus de références sur le sujet, voir la bibliographie de Valois-Nadeau, Fannie, « Qu (...)

30En dénonçant le manque de respect des entreprises, le forumiste produit en même temps l’image de la collectivité et des traditions à respecter. Dans une très grande majorité des discussions où l’on critiquait cette tendance, il en ressortait une vision romantique du hockey d’autrefois, pratiqué sur un étang, dans la ruelle, au parc. Cette représentation du hockey d’antan se réalise à travers un rapport à la pureté, à l’authenticité, où la beauté du jeu, la véritable compétition (basée sur la défense de l’honneur du lieu) et le cœur que les joueurs mettaient à gagner leurs épaulettes n’avaient pas encore été viciés par l’argent et la mise en marché. Il est intéressant de constater que ce type de représentation laisse complètement de côté l’importance de l’urbanité dans le développement de ce sport-spectacle, de même que la présence des médias qui lui assurèrent dès les débuts une couverture quotidienne. Le hockey tel que l’on le connaît actuellement s’est développé dans un circuit spectaculaire où le public, les capitaux et les dispositifs publicitaires étaient nécessaires à sa visibilité et à son actuel statut de tradition16. Sans nier les contraintes du système économique dans lequel il évolue, il n’en demeure pas moins que c’est par sa dimension spectaculaire que le hockey (et le Canadien de Montréal) a pu acquérir sa renommée.

31Les représentations des menaces de l’américanisation du hockey définissent pourtant la marchandisation comme un élément extérieur au hockey, qui n’est pas constitutif d’une tradition mais bien du déclin d’une certaine façon de faire. Encore une fois, on retrouve ici des traces d’un discours sur l’ethnicité, où cette forme de commercialisation serait extérieure aux pratiques spécifiquement québécoises. Ce type de discours véhicule la représentation d’un Québec idéalisé où, un peu comme dans le cas des joueurs européens, ce qui est défini comme « étranger » est signe de menace.

32D’une tout autre façon, les propos recueillis sur les forums de discussion font voir que les partisans du Canadien de Montréal intègrent très souvent cette logique de commercialisation, notamment par une grande consommation des symboles du Canadien. Présente dans le quotidien, que ce soit par le port de vêtements avec le logo du club, la décoration d’un sous-sol aux couleurs de ce dernier ou la collection de souvenirs, la commercialisation du Canadien devient une façon de rendre effective l’appartenance au groupe et l’adhésion à ce que représente le Canadien comme tradition :

Pas le choix d’avouer, concernant le « CH tatoué sur le cœur », ce fameux tatouage je l’ai vraiment, mais sur le bras. Mon sous-sol à la maison est un petit musée du CH, j’avais vu la publicité de Home Depot qui annonçait les couleurs de la LNH, eh bien l’an passé j’ai refait mon sous-sol en entier aux couleurs du Canadien, bien décoré avec plein d’articles de collection du Canadien. D’ailleurs, le clou de ma collection, ce que j’affectionne le plus, est une carte de hockey d’Aurèle Joliat, pas jeune jeune, ça ! Disons que c’est assez facile de rentrer dans l’ambiance avec mes amis les soirs de match ! Roger-bontemps, tu dis bravo ; d’autres diront plutôt c’est trop, mais ce n’est pas grave, ça me rend heureux. Le soir, quand je retourne à la maison, il ne se passe pas une journée où je ne descends pas dans mon sous-sol en me disant, je suis bien ici, je suis content […] c’est le sous-sol de mes rêves ! (stanley cup, 25 2007/03/07)

33Devenus reliques au fil du temps et des générations, plusieurs objets sont conservés dans le but de les vénérer et de garder vivants les souvenirs auxquels ils sont associés : « Moi aussi j’ai des canettes de Coke et de Molson 1993 et la casquette 1993. J’ai le 45 tours original de la chanson Bleu blanc rouge » (the human machine, 2008/04/07). Évidemment, tous n’ont pas le même rapport à l’équipe et le même besoin de le matérialiser, mais on reconnaît généralement dans les forums le bonheur et la fierté que peuvent procurer ces objets. Cette façon de manifester son appartenance à l’équipe par le biais des objets commercialisés permet de resituer l’importance des objets dans le processus d’appartenance. Rendre visible son allégeance contribue à réaffirmer le lien qui unit les partisans à l’équipe, mais aussi les partisans entre eux. Les objets qui représentent cette tradition du Canadien de Montréal sont donc une des façons par lesquelles se constitue la partisannerie.

34Un des moyens importants de transmission de la tradition de l’équipe (et de la création même de ce qui est désigné comme tradition) passe par ce processus de mise en marché, où l’organisation du Canadien de Montréal capitalise sur ces modes d’attachements. Mais les fans participent également de tout ce qui est représenté comme de l’ordre de la tradition, en investissant certains objets plutôt que d’autres. Au final, que ce soit par l’usage de ces produits commercialisés ou par une critique acerbe de cette marchandisation du sport, il se crée toujours un lien d’appartenance à travers les différentes représentations du sport, de la collectivité, des usages, etc.

Le fil conducteur de la tradition

35Analyser les échanges des forumistes en termes de représentations aura permis de saisir par quels jeux, bricolages et assemblages est constitué le Canadien de Montréal. Dans cette optique, le Canadien n’est pas vu comme porteur de significations qui doivent être dévoilées, mais bien comme un objet culturel par lequel se matérialisent certaines formes d’appartenance, certaines conceptions de la tradition, de la québecité, etc. Un des points importants de cette analyse est la fluctuation et le dynamisme des représentations de « l’étranger », du « nous », de la contemporanéité et du passé. À la lumière de ce qui vient d’être exposé, il est impossible d’envisager les partisans comme un tout homogène, ni le Canadien de Montréal comme un objet culturel ayant une véritable valeur. Cette remarque ne m’empêche cependant pas de constater que la trame de la tradition, comme cadre structurant des discussions, est constamment mobilisée. Les représentations qui ont été évoquées mettent en scène une certaine conception d’une époque « autre », à partir de laquelle se dessinent plusieurs rapports d’appartenance.

36Dans les discussions à propos de la présence des joueurs étrangers et de la commercialisation de l’équipe, la tradition était évoquée de deux façons distinctes. D’une part, elle contribuait à souligner les changements (voire les ruptures) d’une époque à l’autre, explicables notamment par la présence d’éléments « extérieurs ». Dans ce contexte, la tradition est représentée comme une forme d’authenticité à préserver. En se posant en résistants face à l’ordre dominant actuel, ces forumistes créent par contre, à divers degrés, des représentations hégémoniques de l’unité, de l’authenticité, qui excluent tout élément étranger. D’autre part, la tradition était évoquée pour souligner des bases communes, perméables au temps et aux frontières géographiques. L’appartenance à l’équipe se décline alors par une certaine représentation de son héritage, de cette culture sportive, sans qu’elle soit liée à une conception de l’ethnicité et de la collectivité. La communauté des fans prend alors le dessus sur la communauté civique, ethnique ou linguistique. Toutefois, ces représentations posent tout de même la valeur de l’équipe dans un certain passé. Chacune à leur façon, ces deux représentations de la tradition mettent en forme un certain conservatisme, une volonté de préserver quelque chose.

37Les représentations du Canadien de Montréal sont donc paradoxales : critiqué pour son aspect trop commercial, le Canadien est en même temps associé à une grande tradition populaire fédératrice. De la même façon, il est à la fois le symbole de la commercialisation de la culture québécoise et ce qui consolide cette appartenance. Le Canadien de Montréal est donc représenté par l’amalgame du local et de l’international, du patrimoine et du produit de consommation. Une constante demeure : le Canadien se crée toujours à partir de discours variés, et il crée une multiplicité de formes d’appartenance. Ainsi, le Canadien de Montréal est bien loin d’être le simple exutoire qui permet aux masses de se défouler. Ce club de hockey permet au contraire la matérialisation de l’appartenance, qui n’est certes pas unidimensionnelle.

Notes

1 Les conclusions que je tire ici sont issues de mon mémoire de maîtrise en sociologie (UQAM, 2009).

2 Les textes de Richard Gruneau et David Whitson ont eu beaucoup d’écho dans la littérature canadienne sur le hockey. Voir notamment Hockey Night in Canada, Toronto, Garamond Press, 1993.

3 Storey, John, « What is popular culture? », dans Cultural Theory and Popular Culture. An Introduction, Essex, Pearson, 2001, p. 1-16.

4 Hall, Stuart, Representations and Signifying Practices, Londres, Open University Press et Sage, 2001, p. 24-26 et 42-51.

5 Cette approche n’a pas pour but d’évincer les relations de pouvoir qui sont présentes dans la constitution même de ces représentations, mais bien de les appréhender en termes d’hégémonie, où les concepts de négociation et de résistance permettent de voir autre chose.

6 Bien qu’anonymes, les interlocuteurs de mon échantillon me semblaient être en majorité nés sur le territoire québécois, ou sinon y être depuis assez longtemps pour partager avec d’autres leurs souvenirs de l’équipe.

7 Grossberg, Lawrence, « Mapping popular culture », dans We Gotta Get out of This Place, Londres, Routledge, 1992, p. 80. Traduction libre.

8 Rowe, David, Jim Mckay et Toby Miller, « Come together: Sport, nationalism, and the media image », dans Wenner, Lawrence A. (dir.), Media Sport, Londres, Routledge, 2000, p. 120. Traduction libre.

9 On se rappellera à cet effet le scandale qu’avaient causé Guy Bertrand et Pauline Marois, en faisant une telle demande en 2007. Le récent débat autour de la construction de l’amphithéâtre de Québec, mené par le Parti Québécois, pourrait s’inscrire dans la même visée politique.

10 De façon générale, un joueur des États-Unis est moins perçu comme étranger que s’il vient de Biélorussie. La distance géographique semble être responsable de la distance « culturelle », sauf peut-être dans les cas des joueurs francophones français ou suisses.

11 Ironie du sort, ce sont les Red Wings de Détroit, équipe constituée de beaucoup de joueurs européens, qui ont gagné la prestigieuse coupe Stanley la saison où tous ces commentaires ont été émis. Leur capitaine, un suédois d’origine, fut le premier capitaine européen à gagner cet honneur.

12 Pour plus d’information sur le pourcentage de joueurs francophones au sein du Canadien de Montréal, de sa fondation jusqu’aux années 1960, voir Black, François, Habitants et glorieux. Les Canadiens de 1900 à 1960, Laval, Éditions Mille-Îles, 1997.

13 En plus de l’attribution des qualificatifs soulignant la persévérance et la détermination aux joueurs québécois, et ce, dans le but de marquer la différence avec les joueurs dits étrangers, le recours aux qualificatifs de la masculinité sert également à la valorisation des joueurs d’ici. Ainsi, les caractéristiques associées à ce qui est étranger ou féminin sont d’emblée dévalorisées. On s’en sert pour marquer ce qui est jugé comme mauvais ou faible.

14 La Ligue nationale de hockey regroupe 30 clubs de hockey professionnel, dont le Canadien de Montréal. Composée de 6 clubs à l’origine (dont le Canadien, encore une fois), la ligue n’a fait qu’étendre son marché en installant des équipes dans des lieux où le hockey n’était pas un sport pratiqué ni regardé.

15 Depuis 2009, l’équipe est redevenue la propriété de la famille Molson, qui est d’origine montréalaise et joua un rôle déterminant dans l’histoire du Canadien de Montréal à partir des années 1970, notamment avec le déménagement au Centre Bell et avec la création d’une relation synergique entre les industries du sport et de la bière. Bélanger, Anouk, « Sports Vecues and the Specularization of Urban Spaces in North America. The Case of the Molson Center », International Review for the Sociology of Sport, vol. 35 (3), 2000, p. 399-417.

16 Pour obtenir plus de références sur le sujet, voir la bibliographie de Valois-Nadeau, Fannie, « Quand le cœur a ses raisons : analyse de la construction mythique du Canadien de Montréal », mémoire de maîtrise au Département de sociologie de l’UQAM, 2009. Voir également Bélanger, Anoul et Fanie Valois Nadeau, « Entre l’étang gelé et le Centre Bell… Comment aujourd’hui retricoter le mythe de la Sainte-Famille », dans La vraie dureté du mental, Normand Baillargeon et Christian Boissimot (dir.), Les Presses de l’Université Laval, 2009, p. 73-93.

Auteur

Doctorante en communication à l’Université de Montréal. Ayant rédigé un mémoire de sociologie à l’UQAM où elle s’intéressait aux forums de discussion sur le Canadien de Montréal, elle travaille maintenant sur les pratiques de mémoire apparues dans le cadre du centenaire de l’équipe. Les concepts de mémoire, de tradition, de patrimoine et de culture populaire constituent ses objets d’étude principaux.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search