Version classiqueVersion mobile

Le Canadien de Montréal

 | 
Audrey Laurin-Lamothe
, 
Nicolas Moreau

Chapitre 3. Nous sommes Canadiens et normatifs

Nicolas Moreau et Chloé Nahas

Texte intégral

Mais quand ça va mal, quand on cale ou on dévire
Que j’voie pas un sale quitter le pont du navire
C’pas à matin – non ! – qu’on accroche nos patins
Un Flying Frenchman, franchement !, ça franchit sans flancher
Allez-y les Habitants, quand vous la mettez dedans
Y a un petit peu de nous autres là-d’dans
On est debout avec vous on ira jusqu’ au bout
Pendant la saison c’est toute la nation qui vibre au même diapason
(Loco Locass, Le but)

1Le « Grand Club » ne constitue pas la finalité de notre propos dans le présent chapitre. En réalité, le Canadien de Montréal y serait plutôt une méthodologie ou, pour être plus précis, un matériel d’analyse, voire un corpus. Ce dont il est question ici se réfère à un sujet classique de la sociologie, mais qui est aussi très complexe : les caractéristiques sociales de l’individu. Qu’est-ce qui définit l’individu contemporain occidental ? Quelles sont les exigences d’aujourd’hui ? Quels sont les vecteurs par lesquels il doit orienter sa conduite ? Ce sont précisément ces questions qui nous préoccupent.

2Dans une société de plus en plus complexe comme la nôtre, il est devenu parfois difficile de déchiffrer directement les normes sociales tant celles-ci sont diffuses, implicites, contradictoires ou encore tellement ancrées qu’elles paraissent naturelles. Le travail du sociologue n’en est que plus ardu et il doit faire preuve d’imagination afin de saisir cette chair que constitue la normativité sociale. Deux choix méthodologiques peuvent être mis en exergues.

  • 1 Castel, Robert et Claudine Haroche, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi. Entreti (...)
  • 2 Ehrenberg, Alain, Le culte de la performance, Paris, Hachette Littératures, 1991.

3La première possibilité serait d’analyser les caractéristiques de l’individu « par défaut1 » puisque celui-ci, dans sa potentielle déviance, nous montre ce qu’il ne faut pas faire et donc, à l’inverse, indique ce qui est socialement valorisé. La seconde possibilité méthodologique – celle qui constitue notre cadre théorique – résulte du recours à un individu « par excès » (pour prolonger la terminologie utilisée par Robert Castel) afin de saisir les exigences sociales quotidiennes. Or, le symbole, voire la quintessence, de ce super individu se reflète parfaitement dans les icônes sportives. Si, en France, c’est dans les années 1980 que « les champions sportifs sont devenus des symboles de l’excellence sociale alors qu’autrefois ils étaient plutôt le signe de l’arriération populaire2 », cela semble être différent au Québec, où Maurice Richard (pour ne citer que lui) fut le symbole et la gloire des Canadiens français dès les années 1940. Ainsi le champ sportif et, plus spécifiquement au Québec, celui du hockey, constituent un laboratoire normatif extrêmement pertinent. Autrement dit, nos exigences envers les sportifs sont une espèce de miroir grossissant qui reflète ce que nous voulons être et ce qui nous est demandé quotidiennement.

Le sportif comme idéal normatif

  • 3 Queval, Isabelle, S’accomplir ou se dépasser : essai sur le sport contemporain, Paris, Gallimard, (...)
  • 4 Yonnet, Paul, Système des sports, Paris, Gallimard, 1998, p. 203.
  • 5 Ehrenberg, Alain, La fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob, 1998.

4Le sportif de haut niveau est ainsi le « vecteur d’une idéalisation sociale3 ». Mais il n’est pas d’une autre essence que l’individu lambda, comme le pense Paul Yonnet, pour qui « le champion est un monstre, un individu hors du commun, quelqu’un de difficilement imaginable pour le commun des mortels4 ». Cette rupture qualitative entre l’icône sportive et le commun des mortels ne nous apparaît pas comme épistémologiquement valide tant la figure du sportif cristallise la normativité sociale. En effet, ce dernier est un fantasme normatif dans une société où la régulation des conduites est fondée de plus en plus sur la possibilité (suis-je capable de le faire ?) et de moins en moins sur la stricte obéissance à des règles (que m’est-il permis de faire ?)5. Le champion n’est donc pas le monstre de Yonnet. Entre lui et l’individu moyen (au sens statistique du terme), la seule différence existante est quantitative, le sportif incarnant un extrême normatif.

5Ce que nous nous proposons ici est donc d’analyser les qualités attribuées aux joueurs du Canadien de Montréal (ou exigées d’eux) afin de mieux saisir les normes sociales contemporaines, autrement dit ce qui nous est demandé (implicitement et explicitement) quotidiennement. C’est en ce sens que les tenants et les aboutissants du monde du hockey ne sont pas notre but, mais constituent un moyen, une interface pour tenter de saisir les facettes de l’individu contemporain occidental.

  • 6 Melançon, Benoît, Les yeux de Maurice Richard. Une histoire culturelle, Montréal, Fides, 2008.

6La dialectique entre sport et société prend au Québec une dimension sinon exceptionnelle, du moins singulière, tant le Canadien de Montréal est, pour reprendre le slogan du FC Barcelone, « més que un club ». À ce titre, certains « glorieux » ont eu un rôle plus que déterminant dans la société civile. De façon indirecte, on se souviendra bien sûr de l’émeute à la suite de l’affaire Richard / Campbell, qui fut peut-être un point déterminant dans le déclenchement de la Révolution tranquille. Par ses écrits, Richard eu aussi un rôle direct dans l’affirmation des Canadiens français, notamment lorsqu’il prit fait et cause pour Bernard « Boom-Boom » Geoffrion lors de son expulsion6. Au-delà du fait français, le Canadien de Montréal et ses icônes sont des images de ce que nous sommes. Leurs bons comme leurs mauvais coups ne nous laissent jamais indifférents car, sociologiquement, ils sont notre miroir.

Aspects méthodologiques

7Afin d’analyser les qualités requises, exigées, vantées ou manquantes des joueurs du Canadien de Montréal, nous avons procédé comme suit. De l’ensemble des articles du quotidien La Presse parus entre le premier jour (15 avril) et le dernier jour (24 mai) des séries 2010 dont le titre comprenait au moins le nom de famille d’un des joueurs ayant patiné lors des trois premières rondes (un match de participation minimum) ont été sélectionnés. Nous avons ensuite choisi de répartir les articles en trois grands ensembles : les gardiens, les défenseurs et les attaquants. Des articles analysés, 26 portaient sur les gardiens (Price et Halak), 26 sur les défenseurs (Gill, Gorges, Hamrlik, Markov, O’Byrne, Spacek, Subban et Bergeron) et 46 sur les attaquants (Cammalleri, Darche, Gionta, Gomez, Kostitsyn, Lapierre, Maxwell, Moen, Plekanec, Pouliot, Pyatt, Metropolit et Moore). Les qualités des joueurs peuvent provenir autant du discours des journalistes à leur propos que de celui des joueurs sur leur pratique et ont été analysées de façon indifférenciée. Pour chacune des catégories (gardiens, défenseurs et attaquants), nous avons retenu les trois dimensions les plus fréquemment évoquées, qui ont été l’objet d’une série de regroupements.

8Lorsque le titre de l’article mentionnait un seul nom de joueur, seules les caractéristiques relatives à ce joueur ont été retenues pour l’analyse. Lorsque le titre de l’article comprenait plusieurs noms de joueurs, deux cas de figures étaient possibles selon la catégorie dans laquelle ces joueurs s’inscrivaient. Ainsi, si les joueurs mentionnés dans le titre faisaient partie de la même catégorie, toutes les caractéristiques attribuables à ces joueurs étaient retenues et analysées. Dans le cas où plusieurs catégories étaient présentes dans le titre, les attributs de chaque joueur étaient analysés selon son appartenance catégorielle. Mentionnons, pour finir, que les articles ont fait l’objet d’une analyse de contenu et, plus spécifiquement, d’une analyse thématique catégorielle.

Le rendement et la force de caractère du gardien de but : la nécessité d’une perle rare

9La première dimension, en ce qui a trait aux caractéristiques des gardiens de but, est la performance que l’on pourrait définir simplement par la différence entre le nombre d’arrêts et le nombre de tirs dirigés vers leur but.

Si le Canadien a su maximiser ses chances à un bout de la patinoire, Jaroslav Halak a fait sa part à l’autre bout. Il a repoussé les 15 tirs des Caps en première période s’offrant de très bons arrêts aux dépens de Joe Corvo et Alexander Semin. (« Le Canadien tient promesse. Jaroslav Halak réalise 37 arrêts et mène le CH à une victoire de 2-1 », 24 avril, p. 2)

« Quand un gardien excelle de cette façon, on tente de placer la rondelle dans un espace restreint. Or, sur notre seul but, on a tout simplement tiré la rondelle vers le filet afin de la rediriger en cours de route. D’accord, on peut dire qu’on a manqué quelques occasions, mais dans l’ensemble, on doit dire qu’Halak a été exceptionnel », a expliqué Boudreau. (« Halak était dans une bulle », 27 avril, p. 4)

La dernière fois que le Canadien a joué au Centre Bell, Jaroslav Halak a offert la performance de sa vie avec 53 arrêts contre les Capitals de Washington dans le sixième match de la série. […] Une semaine plus tard, le tricolore est toujours dans la course, grâce notamment au brio du gardien slovaque. (« Tous derrière Halak », 4 mai, p. 7)

10La seconde dimension tient au fait d’être unique, de se distinguer de ses pairs.

Le gardien du Canadien, premier de classe en saison régulière, a amené son jeu contre les Capitals de Washington au niveau des grands gardiens de l’histoire de la LNH. (« Sans Halak, point de salut », 30 avril, p. 1)

Mais pour l’ancien coach des gardiens du CH, ce qu’a accompli Jaroslav Halak dans la série entre le Canadien et les Capitals est unique. « Il a joué de manière presque inhumaine dans le premier match et les trois dernières victoires », m’a-t-il dit, hier. (« Halak a été presque inhumain », 30 avril, p. 4)

11La troisième dimension est la force de caractère, la « dureté du mental » :

Debout devant son casier, Price compatissait avec Halak. « C’est frustrant pour n’importe quel gardien de se faire retirer d’un match, a-t-il dit. Mais la plus grande qualité de Jaro, c’est qu’il est fort mentalement. Il garde sa confiance. » (« Douze minutes nous ont coûté le match. Martin n’a pas prisé le manque de discipline de Gomez et a défendu Halak », 20 avril, p. 2)

Ils ont sans doute raison si on se limite au physique et à la technique du jeune homme. Mais quand on tient compte de « la dureté du mental », c’est une tout autre histoire. (« Halak n’aura pas ce qu’il mérite », 8 mai, p. 4)

L’éthique de travail des défenseurs

12La capacité de faire la différence, autrement dit d’avoir un impact direct sur le déroulement de la rencontre, est l’une des dimensions qui a émergé lors de l’analyse de cette catégorie de joueurs.

L’erreur de Roman Hamrlik ayant mené au deuxième but des Capitals était encore fraîche à la mémoire de tous, hier, avant le départ du Canadien vers Washington. Car elle est le symbole de ce qui fait la différence dans cette série. (« Martin : “Hamrlik peut nous en donner plus” », 23 avril, p. 2)

C’était quand même seulement le sixième match de Subban dans la LNH et il a inscrit un point dans cinq d’entre eux… « Je suis impressionné, a admis Michael Cammalleri. Il aide beaucoup notre équipe. » (« P. K. Subban, un baume sur la défense », 3 mai, p. 4)

13La seconde dimension des défenseurs est l’implication physique.

« Hal est bâti pour les séries ou les séries sont faites pour Hal », décrit son partenaire Josh Gorges. « Le hockey qu’on joue actuellement est le sien. C’est intense, physique, du corps à corps. Pas surprenant qu’il soit au meilleur de sa forme. » (« Hal Gill : personnage central d’un scénario surprenant », 30 avril, p. 1)

« C’est agréable de le voir s’engager autant », a mentionné Hal Gill. « Il engage des choses, il est agressif, il fait des jeux, il patine et il est robuste. » « P. K. Subban, un baume sur la défense », 3 mai, p. 4)

14La troisième dimension est le fait d’être responsable, une erreur pouvant causer une occasion de but directe pour l’adversaire.

« Je veux jouer mon match, être responsable défensivement et ne pas trop en donner à l’adversaire », a-t-il expliqué. « Le fait de marquer un but a été un boni. » (« “J’ai été une inspiration pour moi-même.” Aider le CH à remporter le match était tout un accomplissement pour Jaroslav Spacek », 11 mai, p. 3)

Les attaquants : entre plaisir et engagement envers l’équipe

15Une dimension importante de notre corpus fut, notamment pour les attaquants, le plaisir lié au jeu ou encore à la participation aux séries :

« Depuis le début des séries, j’ai beaucoup de plaisir à venir à l’aréna le matin », a-t-il admis. « J’ai eu des moments très durs dans l’année. » (« Lapierre : “Je penserai à ce but-là ce soir” », 11 mai, p. 3)

Cammalleri lui-même n’est pas prêt à dire qu’il se développe un côté money player. C’est surtout le plaisir qui l’anime en ce moment. « L’an dernier, c’était mes premières séries et j’étais probablement trop énervé, trop emballé, a-t-il expliqué. Mais j’étais vraiment excité de retourner en séries. Ça d’ailleurs été un facteur dans ma décision, l’été dernier, de me joindre à une équipe qui avait des chances d’aller en séries. » (« Cammalleri cherche à contrôler ses émotions », 12 mai, p. 4)

16Chez les attaquants, l’ardeur au travail est aussi ressortie.

« J’ai travaillé très fort avec les médecins et les thérapeutes pour accélérer mon retour au jeu. J’ai trimé dur au gymnase et sur le vélo stationnaire. J’ai souffert pour me remettre en forme, mais ça faisait plus mal encore de suivre les matchs du haut de la galerie de presse. Nous sommes en séries, je me suis battu toute la saison pour garder mon poste et aider cette équipe à gagner et j’aurais enfin l’occasion de jouer », a indiqué Metropolit après l’entraînement matinal, hier. (« Metropolit fait mentir les médecins : “Ça faisait plus mal de suivre les matchs d’en haut…” », 20 avril, p. 4)

« Je travaille fort dans les entraînements et à l’extérieur de la glace, et les gars le voient », assure Lapierre. (« Lapierre : “J’ai accepté mon rôle” », 12 mai, p. 3)

17La troisième dimension chez les joueurs attaquants est l’engagement, que ce soit envers le sport en soi ou envers son équipe.

« Je pense que le fait de ne pas marquer plus de buts durant la saison a créé de la frustration chez lui », a suggéré l’entraîneur. « Mais pour le moment, ce qui est le plus important, c’est son engagement envers l’équipe. » (« Pourquoi Lapierre a retrouvé sa vitesse », 7 mai, p. 4)

Non seulement a-t-il déculotté le défenseur Alex Goligoski (…), mais son implication dans toutes les facettes du jeu en fait un joueur transformé par rapport à la saison régulière. « Même s’il a passé des moments difficiles cette saison, on voit qu’il a le hockey à cœur, a souligné Jacques Martin. Et c’est toujours bien de voir un joueur avoir le hockey à cœur parce que c’est un sentiment à partir duquel on peut bâtir. (« Lapierre : “J’ai accepté mon rôle”. » 12 mai, p. 3)

  • 7 Toutes les caractéristiques mentionnées seront analysées excepté l’implication physique, qui, parc (...)

18Que nous disent ces caractéristiques sur la société dans laquelle nous vivons7 ? En quoi les vertus attribuées aux joueurs du Canadien de Montréal sont indicatrices de nos modes de vie ? C’est en gardant comme fil conducteur ces questionnements que nous allons à présent discuter des résultats.

La performance comme moteur social

19Quand ils s’expriment dans la sphère publique, les sociologues, psychologues et autres spécialistes de la question sont relativement unanimes pour dire que les sociétés occidentales actuelles sont traversées par la norme de la performance. Or il semble que la quintessence de cette réalité sociale vécue par nombre d’entre nous est la figure du sportif de haut niveau. L’exigence de performance est-elle un phénomène vraiment nouveau ? Dans la sphère sportive, sûrement pas, puisque l’essence du sport de compétition réside dans ce principe, malgré le souhait du baron de Coubertin de faire de la participation l’idéal sportif.

  • 8 Ehrenberg, Alain, Le culte de la performance, Paris, Hachette Littératures, 1991, p. 13-22.

20Posons-nous la question en ce qui a trait au monde social : la performance est-elle caractéristique d’une forme contemporaine d’individualité ? Pour y répondre, nous ferons nôtres les propos d’Alain Ehrenberg, pour qui la performance, depuis les années 1980, occupe une place singulière dans les sociétés occidentales8. Autrement dit, si la performance a toujours existé (sous différentes formes et sous plusieurs noms), il n’en reste pas moins qu’elle est, de nos jours, au centre des préoccupations. Une des hypothèses pouvant rendre compte de cette inflation est précisément le basculement vers une société dite libérale, c’est-à-dire dans laquelle les normes traditionnelles de discipline et d’obéissance occupent une place beaucoup moins importante qu’auparavant. Ainsi, le basculement de « ce qui est permis » vers « ce dont on est capable », a ouvert la voie à la société de performance.

21En effet, dans une société disciplinaire (pour reprendre les termes de Foucault), la frontière entre fonctionnalité et performance nous semble très mince puisque être performant se résume à, pourrait-on dire, simplement faire ce qui nous est demandé formellement. Or, dans une société régie par des normes plus souples, comme peuvent l’être les sociétés contemporaines occidentales, la performance régule davantage les conduites des sujets (et opère des distinctions) puisque ce qui est demandé est beaucoup plus flou et flexible et donc permet un jeu normatif plus complexe et plus ouvert. Par exemple, dans une usine régulée autour des normes de mécanisme et de discipline, l’ouvrier sur la chaîne de montage est fonctionnel ; sinon il est remplacé. La frontière entre fonctionnalité et performance, si elle existe, est poreuse. La situation est plus complexe pour un cadre supérieur aujourd’hui puisque comme ce qui est exigé de lui est moins délimité, il peut jouer avec les règles de jeu, les dépasser, etc.

Être le héros de sa banalité

22Être unique, soi-même est aujourd’hui une injonction normative très prégnante. Comme Halak, qui a su, par ses arrêts miraculeux, devenir un joueur à part dans le cœur des partisans du Canadien, nous nous devons quotidiennement d’écrire notre propre histoire. Nous sommes normativement enclins à être les héros de notre propre histoire, si banale soit-elle. Les exemples sont nombreux. Pensons à l’inflation des biographies dans la littérature contemporaine ou encore aux multiples émissions de télévision dans lesquelles les personnes ne font rien d’autre qu’être elles-mêmes. Les diverses formes de témoignages, très en vogue, relèvent également de ce phénomène. Bref, chaque histoire est intéressante, car elle est singulière. Les médias, mais aussi les sciences humaines, n’échappent pas à cette trame, ce qui explique en partie pourquoi, à côté de la figure de l’expert (qui elle aussi mériterait que l’on s’y attarde), on retrouve souvent un témoin venant appuyer avec son histoire de vie les dires des commentateurs.

  • 9 Lyotard, Jean-François, La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, Éditions de Minuit (...)

23La nécessité d’être unique est caractéristique de la nouvelle normativité sociale. Elle régule nos conduites dans nombre de domaines, comme le travail, où l’employeur va demander au candidat non pas s’il possède les capacités pour occuper le poste, mais ce qu’il peut apporter à l’entreprise en tant qu’individu, être unique. Cette norme d’être son propre héros est à mettre, selon nous, en parallèle avec la fin des grands récits9. En effet, les figures héroïques, les récits bibliques, voire parfois les théories scientifiques semblent remplacés symboliquement par des narrations individuelles toutes plus ordinaires les unes que les autres. Nous nous devons d’être uniques et à cela nul n’échappe.

Une société émotive

24La gestion des émotions a pris une place prépondérante dans les sociétés contemporaines occidentales. Les livres de psychologie populaire en sont un exemple frappant tout comme l’omniprésence des psychologues dans les sphères médiatiques pour commenter n’importe quel phénomène social. Cette émergence de la société des émotions est, comme pour la performance, à mettre en lien avec la fin de la société dite disciplinaire :

  • 10 Ehrenberg, Alain, La fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob, 1998, p. 234.

Dans l’entreprise, les modèles disciplinaires (taylorien et fordien) de gestion des ressources humaines reculent au profit de normes qui incitent le personnel à des comportements autonomes, y compris en bas de la hiérarchie. (…) Les modes de régulation et de domination de la force de travail s’appuient moins sur l’obéissance mécanique que sur l’initiative : responsabilité, capacité à évoluer, à former des projets, motivation, flexibilité, etc., dessinent une nouvelle liturgie managériale. La contrainte imposée à l’ouvrier n’est plus l’homme-machine du travail répétitif, mais l’entrepreneur du travail flexible (…). Il s’agit moins de soumettre les corps que de mobiliser les affects et les capacités mentales de chaque salarié10.

  • 11 Sennett, Richard, Le travail sans qualités : les conséquences humaines de la flexibilité, Paris, A (...)
  • 12 Ehrenberg, Alain, La fatigue d’être soi, p. 290.

25Ainsi, dans une société régulée davantage autour des normes d’initiative, de responsabilité (nous y reviendrons), de capacité d’agir par soi-même ou encore de flexibilité, il nous semble que les aspects mentaux sont devenus essentiels. Pour être plus précis, nous pensons que la normativité sociale inhérente aux sociétés libérales a fragilisé génériquement l’individu, qui est donc plus en proie aux troubles mentaux. Nous rejoignons ici l’hypothèse de Sennett, pour qui l’absence d’un avenir plus ou moins stable entraîne chez l’individu une possible corrosion du caractère11, ou encore la vision d’Ehrenberg qui attribue, en partie, les troubles dépressifs au poids du possible : « L’ascension de la dépression a mis en relief les tensions produites par cette confrontation à mesure que le continent du permis a reculé au profit de celui du possible12 ». Dès lors, si les individus fabriqués par le social sont plus fragiles, il n’est guère étonnant que la gestion des émotions soit devenu un cheval de bataille dans nos sociétés.

De la capacité de faire la différence à la responsabilisation de soi

26La capacité de faire la différence renvoie assez directement à la performance et ne fera donc pas l’objet d’une analyse approfondie dans ce texte. Néanmoins, cette exigence de performance et de distinction se doit d’être comprise en tenant compte de l’espace normatif contemporain et, plus spécifiquement, de la responsabilité, qui constitue un terreau des plus fertiles pour cet agir normatif et lui donne ainsi un poids tout à fait considérable.

27En effet, si l’individu n’est pas capable de répondre aux différentes exigences sociales (ou de les dépasser), il sera fautif : c’est qu’il n’aura pas pris les bonnes décisions. Poussée à l’extrême sur la patinoire, cette responsabilisation l’est également sur le plan social, comme le montre cet extrait du discours du président Bush (père) :

  • 13 Cité dans Wacquant, Loïc, Punir les pauvres : le nouveau gouvernement de l’insécurité sociale, Mar (...)

Nous devons élever la voix et corriger une tendance insidieuse — la tendance qui consiste à mettre le crime sur le compte de la société plutôt que sur celui de l’individu. […] En ce qui me concerne, comme la majorité des Américains, je pense que nous pourrons commencer à bâtir une société plus sûre en nous mettant d’abord d’accord sur le fait que ce n’est pas la société elle-même qui est responsable du crime : ce sont les criminels qui sont responsables du crime13.

28Wacquant parlait en citant Bush de la fin des excuses « sociologiques » marquée par la responsabilisation à outrance de l’individu. Tout se passe comme si chacun était responsable de ses succès et de ses échecs. Dans ce contexte, les structures sociales sembleraient donc avoir disparu. L’individu se doit de prendre les bonnes décisions sous peine d’être tenu responsable de ses mauvais choix. Cette phrase, typique du jargon sportif, n’a jamais été aussi représentative du monde social actuel. Le livre à succès Le secret, de Rhonda Byrne, contient de nombreux exemples de cette tendance à croire que l’individu a le pouvoir de tout décider. Ainsi, la pauvreté dans le monde ne résulterait pas de causes structurelles, mais plutôt d’une mauvaise gestion des pensées et des émotions d’une grande partie de la population, qui a en elle toutes les ressources pour modifier sa situation ! Cette réflexion du conférencier Bob Proctor, suivie de l’explication de Byrne, serait amusante si elle n’était pas dangereuse :

  • 14 Byrne, Rhonda, Le secret, Brossard, Un Monde Différent, 2008, p. 26.

D’après vous, pourquoi 1 % de la population possède-t-il 96 % de tout l’argent qui circule sur la planète ? Croyez-vous qu’il s’agit d’un hasard ? Les choses sont ainsi. Ces gens ont compris quelque chose. Ils ont compris Le secret, et c’est maintenant à votre tour d’y être initié.
Les gens qui ont attiré la fortune dans leur vie ont utilisé Le secret, consciemment ou inconsciemment. Ils ont alimenté leur esprit de pensées axées sur l’abondance et la richesse et ils ne permettent à aucune pensée contradictoire de s’y implanter. Leurs pensées prédominantes sont fondées sur la prospérité. Ils ne connaissent que la prospérité et rien d’autre n’existe dans leur esprit. Qu’ils en aient conscience ou non, ce sont ces pensées prédominantes qui leur apportent la prospérité. C’est la loi de l’attraction en pleine action14.

Plaisir, ardeur au travail et engagement

  • 15 Sennett, Richard, Les tyrannies de l’intimité, Paris, Seuil, 1979.

29Le plaisir est apparu comme une dimension essentielle chez les attaquants. Plaisir du jeu, d’être en séries ou encore de jouer à Montréal. Cette notion de plaisir est, nous semble-t-il, à saisir dans le contexte d’une société post-disciplinaire où l’épanouissement personnel et l’hédonisme ont pris une place considérable15. Ainsi, l’ensemble des domaines de la vie doit être source de plaisir. La plupart de nos actions sociales doivent comporter une dimension de plaisir pour être légitimes et cela est même vrai pour le travail, qui doit être aujourd’hui source d’épanouissement et de joie !

  • 16 Laurin-Lamothe, Audrey, « L’investissement subjectif des travailleurs : contribution à la sociolog (...)
  • 17 Sennett, Richard, Le travail sans qualités, p. 24.

30Cette norme de plaisir nous amène donc à celles de l’ardeur au travail et de l’engagement, que nous pourrions regrouper sous le concept d’investissement subjectif. Ainsi, il est demandé aujourd’hui aux individus de s’engager subjectivement dans l’entreprise, cette dernière se devant être pour l’individu une sorte de seconde famille. Le travailleur doit aimer, se reconnaître, s’épanouir et être préoccupé (presque en permanence) par le bien-être de son entreprise, puisqu’il s’agit également de son bien-être. Ce concept d’investissement subjectif n’a cessé de prendre de l’ampleur dans les techniques managériales contemporaines pour devenir aujourd’hui l’un de leurs principaux piliers16. S’il demeure normal (au sens foucaldien du terme), l’investissement collectif n’est pas sans poser de problème dans une société où la stabilité professionnelle est devenue quasiment un fantasme17. Comment demander aux travailleurs ou aux sportifs professionnels de s’identifier à leur entreprise si ceux-ci sont incapables de savoir si, à moyen ou à long terme, ils feront encore partie de cette même organisation ? Un professionnel de la santé mentale demanderait à son patient de se détacher et de prendre du recul par rapport à une structure mouvante. Le manager demande précisément l’inverse.

Limites

31Il va sans dire que cet essai comporte certaines limites. En effet, il serait juste de penser que les séries éliminatoires diffèrent de la saison régulière. Nous avons, par exemple, recensé de très nombreux articles sur la performance des gardiens de but, en particulier celle de Halak. Ce nombre élevé d’articles sur le gardien slovaque du Canadien n’est-il pas spécifique aux deux premières rondes des séries ?

32Une autre limite possible est dans le choix du journal La Presse. Il est possible que les articles sélectionnés véhiculent uniquement une perspective francophone et que conséquemment le point de vue des anglophones ait été évincé.

33En ce qui a trait aux articles proprement dits, il est à noter que ceux-ci sont le fruit de trois ou quatre journalistes spécialisés. Les caractéristiques repérées ne résultent-elles pas du fantasme de certains journalistes nostalgiques ou chauvins ? Peut-être. De toute façon, la subjectivité fait partie intégrante de l’écriture et celle-ci demeure une co-construction entre le sujet et son objet. Néanmoins, il est important de mentionner que les articles contiennent de nombreux extraits d’entrevues de joueurs et ne résultent donc pas strictement de la plume (et de l’opinion) du journaliste.

34Il pourrait également être objecté à notre travail que les discours des joueurs (et des journalistes) sont très formatés et que la redondance est de mise. Nous ne le nions pas. Néanmoins, ce formatage n’empêche nullement une normativité sociale de s’y exprimer puisque ce qui est difficilement déchiffrable dans les normes sociales, ce sont précisément les discours de sens commun, parce qu’ils sont intériorisés.

35Enfin, notre analyse de la normativité sociale mériterait de s’inscrire dans une perspective temporelle, dans le temps long, pour reprendre la terminologie braudélienne, et ce, afin d’éviter les erreurs trop systématiques des sociologues qui pensent et théorisent leurs travaux dans une perspective trop souvent atemporelle :

  • 18 Braudel, Fernand, Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion, 1969, p. 79.

[Les sociologues] s’évadent, ou dans l’instant, toujours actuel, comme suspendu au-dessus du temps, ou dans les phénomènes de répétition qui ne sont d’aucun âge ; donc par une démarche opposée de l’esprit, qui les cantonne soit dans l’événementiel le plus strict, soit dans la durée la plus longue18.

36Ainsi, est-ce que les caractéristiques attribuées aux joueurs des années 1950 reflétaient les normes sociales en vigueur à cette époque ? Est-ce que les changements normatifs qu’a subis la société sont visibles à travers le prisme du hockey ? D’autres recherches sur ce point seraient utiles et éclairantes.

Du déficit normatif à la pathologie

37En guise de conclusion, nous voudrions nous replonger dans le passé et, plus précisément, au mois de février 2009, lorsque l’ancien numéro 27 du Grand Club fut mis au congé forcé. Le directeur Bob Gainey avait été à l’époque assez direct : « L’équipe n’a pas besoin de Kovalev de la façon dont il joue présentement. » Ainsi, et cela ne fut pas spécifique au cas d’Alex Kovalev, on écarta un joueur dont la rentabilité et la productivité (ici le nombre de points par match) ne répondaient plus aux exigences de l’organisation. Ce qui est ici fort intéressant n’est pas la méforme de Kovalev, mais plutôt l’interprétation qui a été faite de cet écart à la norme de performance.

38En effet, cette impossibilité de répondre aux demandes des partisans du Canadien de Montréal et de ses patrons fut interprétée du point de vue d’une pathologie, d’une maladie. « Je n’ai pas dix exemples à vous donner, mais ce genre de chose s’est déjà vu […]. Les sportifs ne sont pas immunisés. Dans le monde des affaires, on voit des personnes prendre des mois de congé en raison d’une dépression », avait dit l’entraîneur Guy Carbonneau en conférence de presse.

39Ainsi, l’écart face à l’exigence de performance était « pathologisé ». L’analogie avec le monde social est des plus riches puisque nous retrouvons ici la question sociale fondamentale de la frontière entre un phénomène normal et un phénomène pathologique. En effet, de nos jours, la distinction entre une personne « déprimée » et une « non déprimée » est difficile à établir et peut parfois simplement dépendre du nombre de jours d’insomnie ou d’hypersomnie, d’un état de tristesse, etc. Il est d’ailleurs mentionné explicitement dans le DSM-IV-TR (le manuel de référence en psychiatrie) que le nombre de personnes atteintes ou non d’un trouble est un critère objectif pour définir une pathologie mentale. Sans prétendre que la psychiatrie contemporaine a strictement réduit le phénomène de la dépression à une déviation statistique, il nous faut remarquer que les contours du normal et du pathologique sont aujourd’hui peu marqués. Cette absence de frontière précise entre un individu « non dépressif » et un « dépressif » est également à mettre en relation avec l’absence de prise en compte des facteurs étiologiques du phénomène de dépression ainsi qu’avec la réduction de ce trouble mental à un ensemble visible de signes et de symptômes : « J’ai vu dans ses yeux qu’il a besoin d’un petit repos », disait Bob Gainey.

40Conséquemment, il n’est guère étonnant que la dépression éventuelle d’un joueur de hockey soit calculée en fonction du nombre de matchs joués sans marquer de points. Les statistiques du sportif constituent, en quelque sorte, notre insomnie. Nous pouvons « rater » quelques nuits, mais après quelques semaines la consultation, voire la médication, s’impose. Voici donc une première stigmatisation : interpréter un écart aux normes sociales selon l’angle de la pathologie. On appelle ce processus la médicalisation du social.

41Poursuivons notre raisonnement. Si Alex Kovalev avait été réellement déprimé, qu’aurait-il fallu faire ? Comment l’aider ? La réponse du Canadien de Montréal, en tout cas, fut de mettre à l’écart le joueur pour quelque temps. Cette méthode paraît stigmatisante, car aujourd’hui on demande aux individus d’accompagner les souffrants et de ne surtout pas les exclure. La deuxième étape de la stigmatisation de Kovalev fut donc dans sa prise en charge, dans la gestion de son problème, pourrait-on dire.

42Bien entendu, le cas Kovalev est plus complexe que ce que nous venons de montrer. De plus, la modalité de sa prise en charge dans un club de sport professionnel comprend des paramètres que nous n’avons pas pris en compte. En réalité, ce que nous voulons simplement mettre ici en évidence est le fait, d’une part, que dans notre société comme dans le domaine sportif, l’écart aux normes sociales en vigueur (et particulièrement la performance) est trop souvent interprété dans le langage de la pathologie, ce qui est dangereux pour l’individu, mais aussi pour la société puisqu’on reconnaît généralement la « grandeur » de cette dernière à la manière dont elle traite ses marginaux.

43D’autre part, l’écart à la norme, la marginalité, est parfois vu comme un moyen de repenser les modalités d’intervention, pour emprunter le vocabulaire des travailleurs sociaux. Dans notre cas, avait-on entendu Alex Kovalev ? Que nous disaient ses mauvaises performances sur le club, sa gestion ? N’y avait-il pas moyen de l’inclure pour repenser le fonctionnement des trios ? Était-ce un problème de joueurs ou d’équipe ? Bref, encore une fois, la marge était exclue et non pas écoutée.

Notes

1 Castel, Robert et Claudine Haroche, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi. Entretiens sur la construction de l’individu moderne, Paris, Fayard, 2001, p. 107-161.

2 Ehrenberg, Alain, Le culte de la performance, Paris, Hachette Littératures, 1991.

3 Queval, Isabelle, S’accomplir ou se dépasser : essai sur le sport contemporain, Paris, Gallimard, 2004, p. 204.

4 Yonnet, Paul, Système des sports, Paris, Gallimard, 1998, p. 203.

5 Ehrenberg, Alain, La fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob, 1998.

6 Melançon, Benoît, Les yeux de Maurice Richard. Une histoire culturelle, Montréal, Fides, 2008.

7 Toutes les caractéristiques mentionnées seront analysées excepté l’implication physique, qui, parce qu’elle demeure spécifique à la joute sportive, est difficilement extrapolable au monde social.

8 Ehrenberg, Alain, Le culte de la performance, Paris, Hachette Littératures, 1991, p. 13-22.

9 Lyotard, Jean-François, La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. 7-8.

10 Ehrenberg, Alain, La fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob, 1998, p. 234.

11 Sennett, Richard, Le travail sans qualités : les conséquences humaines de la flexibilité, Paris, Albin Michel, 2000.

12 Ehrenberg, Alain, La fatigue d’être soi, p. 290.

13 Cité dans Wacquant, Loïc, Punir les pauvres : le nouveau gouvernement de l’insécurité sociale, Marseille, Agone, 2004, p. 31.

14 Byrne, Rhonda, Le secret, Brossard, Un Monde Différent, 2008, p. 26.

15 Sennett, Richard, Les tyrannies de l’intimité, Paris, Seuil, 1979.

16 Laurin-Lamothe, Audrey, « L’investissement subjectif des travailleurs : contribution à la sociologie critique du management », mémoire de maîtrise, Montréal, UQAM, Département de sociologie, 2011.

17 Sennett, Richard, Le travail sans qualités, p. 24.

18 Braudel, Fernand, Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion, 1969, p. 79.

Auteurs

Professeur à l’École de service social de l’Université d’Ottawa et docteur en sociologie. Il s’intéresse aux questions de santé mentale et étudie comment certaines pathologies mentales peuvent être révélatrices des comportements et des conduites à adopter. Le champ des pratiques sportives l’intéresse à double titre : en tant qu’outil du développement psychosocial en tant que laboratoire normatif.

Titulaire d’une maîtrise en service social de l’Université d’Ottawa et porte un grand intérêt au hockey en tant que phénomène social. Son champ d’intérêt porte sur la critique de la normativité sociale et sur l’effet des normes sociales actuelles sur les conditions de vie des femmes autochtones.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search