Version classiqueVersion mobile

Le Canadien de Montréal

 | 
Audrey Laurin-Lamothe
, 
Nicolas Moreau

Chapitre 1. L’affaire Richard / Campbell : le hockey comme vecteur de l’affirmation francophone québécoise*

Suzanne Laberge

Texte intégral

  • * Une première version de cet article a été publiée dans Bulletin d’histoire politique, 2003, 11 (2) (...)

1Les funérailles nationales, les manifestations populaires d’admiration et de tristesse ainsi que la couverture journalistique entourant le décès de Maurice Richard (27 mai 2000) ont témoigné du poids symbolique du joueur de hockey non seulement dans l’univers sportif, mais aussi dans les sociétés québécoise et canadienne. Comme c’est souvent le cas pour les héros, chaque nation ou groupe social auquel le personnage héroïque peut être rattaché se l’approprie comme son symbole. À quelle nation appartient la figure mythique du « Rocket » ? Au Québec, au Canada français, au Canada tout court… ou tout simplement au hockey ? En se fondant sur les témoignages et commentaires des admirateurs de diverses allégeances qui ont fait les manchettes des journaux et des médias électroniques après le décès de Maurice Richard, on pourrait affirmer que toutes ces réponses sont bonnes.

2Par exemple, pour Lawrence Martin du Ottawa Citizen, Maurice Richard est un symbole canadien qu’il compare à Pierre Elliott Trudeau: « Richard takes on more meaning, more value to Canada than that of great hockey player. In his passing he has become a cultural giant, an endless source of a most precious national product : patriotism » (1er juin 2000). À l’opposé, pour Jean-Luc Duguay du Devoir, il est l’emblème des Canadiens français : « C’était le petit gars d’un quartier ouvrier qui s’imposait dans le monde des grands et faisait la barbe aux joueurs canadiens-anglais. Il était plus qu’une idole. Il était devenu une icône, une image sacrée qu’il ne fallait pas toucher » (30 mai 2000). Le National Post Online tranchait pour sa part en faveur du hockey: « But these political passions should not figure prominently in our remembrance of the Rocket, for he never lent his name or stature to their advancement. He was first and foremost a hockey player, and he should be remembered as such » (31 mai 2000).

  • 1 Traduit et cité par Le Devoir, 5 juin 2000, p. A6.

3L’« émeute » du 17 mars 1955, en réaction à la suspension de Maurice Richard par le président de la Ligue nationale de hockey (LNH) Clarence Campbell, ressort sans conteste parmi les événements historiques qui attestent de l’influence sociale et politique du hockeyeur sur les Canadiens français de l’époque. Alors que pour certains commentateurs, cet incident « a marqué un grand tournant dans l’évolution de la société québécoise, éveillant la fierté nationaliste » (Le Devoir, 29 mai 2000), pour d’autres, il s’agit là d’une interprétation abusive de l’intelligentsia nationaliste québécoise. Ces derniers justifient leur point de vue en soulignant « l’apolitisme » du Rocket. Citons entre autres les articles de William Houston « No place for politicians » (The Globe and Mail, 1er juin 2000) et de Matthew Fisher « The Rocket played hockey, not politics » (The Toronto Sun, 2 juin 2000). Un article du Calgary Herald affirmait même que le Rocket « n’aurait jamais touché au brûlant débat sur la souveraineté […] même avec une perche de 10 pieds1 ».

  • 2 Selon Canadian Advertising (1955, 28 [2], 25-51), le tirage des différents journaux retenus était (...)

4Nous souhaitons mettre ici en lumière divers éléments qui constituent des indicateurs du pouvoir mobilisateur et de la portée symbolique du Rocket auprès des Canadiens français de l’époque. Plus particulièrement, nous tenterons de montrer que l’affaire Richard / Campbell fait figure de catalyseur du mouvement d’affirmation nationale. Notre analyse se fonde sur les faits et les commentaires rapportés entre le 17 et le 25 mars 1955 dans quatre journaux francophones – La Presse, Le Montréal-Matin, Le Devoir et La Patrie – et quatre journaux anglophones – The Montreal Star, The Globe and Mail, The Gazette, The Herald2 –, ainsi que dans les documents d’archives et les entrevues présentés dans le film Mon frère Richard de Luc Cyr et Carl Leblanc (Ad Hoc films, 1999) et la série télévisée Maurice Richard (SRC, 1999).

Le pouvoir symbolique de Maurice Richard : un « Canadien français typique » et un champion

5Pour bien saisir l’impact social de l’affaire Richard / Campbell, il faut d’abord rappeler certains traits du personnage. D’une part, la force symbolique de Maurice Richard tient au fait qu’il incarnait les traits typiques des Canadiens français des années 1950 : aîné d’une famille ouvrière de huit enfants, relativement peu scolarisé (il avait suivi des cours dans une école technique pour devenir machiniste), ouvrier, comme son père, dans une compagnie canadienne-anglaise (la Canadian Pacific Railway) et ne sachant pas l’anglais ; marié, père d’une petite famille, catholique pratiquant, sa détermination à gagner au hockey s’appuyait sur la valorisation de l’effort et de la persévérance, qualités prônées par la religion catholique. Il avait appris à jouer au hockey sur des patinoires « artisanales ».

6Son pouvoir d’attraction auprès des francophones tenait d’autre part à ses succès sportifs hors du commun. Au moment de l’affaire Richard/Campbell, bien que sa carrière de joueur de hockey fût relativement jeune, Richard était déjà une vedette incontestée de la LNH. Il était notamment le premier joueur à avoir marqué 400 buts. Ses succès sportifs étaient tels que la revue Maclean’s le qualifia en 1951 de « Hockey’s Greatest Scoring Machine » et que Sports Illustrated lui consacra en 1954 un élogieux article de fond qui rendait également compte de l’admiration particulière que lui vouaient les Canadiens français, comme en fait foi l’extrait suivant :

  • 3 Warren Wind, Herbert, « Fire on the ice », Sports Illustrated, 6 décembre 1954.

For 10 years now because of his courage, his skill, and that magical un cultivatable quality, true magnetism, Maurice Richard has reigned in Montreal and throughout the province of Quebec as a hero whose hold on the public has no parallel in sport today unless it be the country-wide adoration that the people of Spain have from time to time heaped on their rare master matadors. The fact that 75% of the citizens of Montreal and a similar percentage of the Forum regulars are warm-blooded, excitable French-Canadians – and what is more, a hero-hungry people who think of themselves not as the majority group in their province but as the minority group in Canada – goes quite a distance in explaining their idolatry of Richard. «If Maurice were an English-Canadian or a Scottish-Canadian or a kid from the West he would be lionized, but not as much as he is now», an English-Canadian Richard follower declared last month. «I go to all the games with a French-Canadian friend of mine, a fellow named Roger Ouellette. I know exactly what Roger thinks. He accepts the English as as good as anyone. But he would hate to see the French population lose their language and their heritage generally. He doesn’t like that fact that the government’s pension checks are printed only in English. He feels that they should be printed in both English and French since the constitution of the Dominion provides for a two-language country. For Roger, Maurice Richard personifies French Canada and all that is great about it. Maybe you have to have French blood, really, to worship Richard, but you know, you only have to be a lover of hockey to admire him3

7Bref, Richard représentait non seulement une personne à laquelle les gens du « petit peuple » canadien-français pouvaient s’identifier, mais aussi un personnage qui suscitait une admiration sans borne pour ses exploits sportifs. Il symbolisait un Canadien français qui avait « réussi », qui était « meilleur que les Anglais ». Il possédait ainsi les qualités nécessaires pour devenir un modèle, et éventuellement un emblème mobilisateur pour les Canadiens français.

Un trait distinctif : l’affirmation de sa fierté nationale

8Il était peu fréquent, à l’époque, qu’un ouvrier peu scolarisé exprime publiquement sa fierté nationale. Cette action politique était davantage l’apanage de l’élite canadienne-française. Or, Richard se démarquait par ses manifestations publiques de fierté nationale et par ses dénonciations de la domination anglophone dans le domaine du sport. En effet, le Maurice Richard des années 1950 était loin du personnage apolitique que certains commentateurs contemporains ont évoqué.

  • 4 Black, Conrad, Duplessis, Toronto, McClelland and Stewart, 1977.
  • 5 Richard fut le premier hockeyeur francophone à tenir une chronique journalistique, ce qui a pu con (...)

9D’une part, il fut associé aux débuts du courant d’affirmation nationale en participant, en 1952 et en 1956, à la campagne électorale de Maurice Duplessis, le chef de l’Union nationale et l’un des premiers hommes politiques du Québec à promouvoir l’affirmation du Québec au sein de la confédération canadienne4. D’autre part, il avait utilisé ses chroniques sportives, intitulées « Le tour du Chapeau », dans l’hebdomadaire Samedi-Dimanche pour y exprimer, lorsque l’occasion se présentait, soit sa fierté d’être canadien-français, soit sa révolte face à certains comportements des autorités sportives anglophones qu’il jugeait discriminatoires envers les joueurs canadiens-français5.

  • 6 Samedi-Dimanche, 28 juin 1952, p. 43 ; 2 août 1952, p. 30. Le second extrait faisait suite à un ar (...)

10En ce qui concerne son nationalisme, on peut citer, par exemple, les deux extraits suivants : « C’est la cause du Canadien et du prestige des athlètes canadiens-français que j’ai le plus à cœur après celle de ma petite famille », et « Qu’on ne vienne toutefois pas m’accuser de perdre mes sentiments français ou de me laisser étourdir par l’influence anglaise du continent. Je n’en reste pas moins “canayen” comme la tuque de Georges Vézina et québécois par-dessus tout6. » Notons au passage que le terme « québécois », avec sa connotation nationaliste, commençait tout juste alors à être utilisé.

  • 7 À cette époque, on utilisait le terme « Canayens » pour désigner les Canadiens français et le term (...)

11Pour ce qui est de sa dénonciation de la partialité des gouverneurs de LNH à l’encontre des Canadiens français, sa chronique du 3 janvier 1954 fut à ce point explicite qu’elle lui valut de très sévères réprimandes. Jugeant profondément injuste et discriminatoire la punition infligée à Bernard Geoffrion, Richard y traitait l’arbitre Chadwick de « mange-canayen7 » et Clarence Campbell de « dictateur » portant préjudice aux Canadiens français. Il affirmait ainsi :

  • 8 Cité dans Pellerin, Maurice Richard, l’idole d’un peuple, p. 241-242. L’italique est de nous. Il e (...)

Que M. Campbell n’essaie pas de se faire de la publicité à s’en prendre à un bon garçon comme « Boum-Boum » Geoffrion, simplement parce qu’il est Canadien français ! J’ai l’impression que M. Campbell est partial. Toute sa façon d’agir semble le prouver, et pour cela le club Canadien en souffre plus que toute autre équipe de la Ligue nationale. Voilà mon opinion franche et si elle doit m’apporter des sanctions, eh bien, tant pis ! Je sortirai du hockey et j’ai idée que plusieurs autres joueurs du Canadien qui partagent mon opinion en feront autant ! Mais il faut un changement quelque part8 !

  • 9 Terme d’argot québécois pour qualifier un « peureux » et qui provenait du sobriquet « French Pea S (...)

12Par son franc-parler et son audace, Maurice Richard symbolisait l’antithèse de ce qu’on appelait un « pissou9 ». Ses propos et ses actes ont donc contribué à faire de lui, au cours des années 1950, l’icône d’un Canadien français qui n’avait pas peur d’affirmer son identité ni de dénoncer l’oppression anglophone. Ce trait allait jouer un rôle déterminant dans la mobilisation des Canadiens français pour l’affirmation de leur identité nationale.

Une répression publique : la censure de la chronique

13La réaction des autorités anglo-sportives allait contribuer à faire de Maurice Richard le symbole d’une « victime de l’oppression anglaise ». Jugeant inacceptables les critiques de Richard, les gouverneurs de la LNH firent des pressions pour qu’il s’excuse publiquement et mette fin à sa chronique journalistique. Le 16 janvier 1954, Samedi-Dimanche titrait en majuscule et à la une « Richard est bâillonné ». Le Rocket écrivait dans sa rubrique :

  • 10 Cité par Pellerin, p. 260. L’italique est de nous.

Ceci est ma dernière chronique comme journaliste. Je le regrette, car je trouvais un certain plaisir à exprimer mes opinions personnelles sur les choses du hockey.
On m’en refuse le droit. Je n’ai plus la liberté de parole. Comme joueur de hockey, je suis obligé d’obéir aux ordres de mes employeurs. Je ne juge pas leur décision, je laisse plutôt mes amis en juger. Peut-être plus tard, quand je n’aurai pas les mains attachées derrière le dos, reviendrai-je10.

  • 11 D’autres critiques sont mentionnées par Gord Walker, The Globe and Mail, Toronto, 9 janvier 1954.

14Ainsi, même dans son texte de démission, Richard réitérait ses dénonciations de l’abus de pouvoir de « ses employeurs ». Il n’était pas le premier joueur à contester les décisions de Campbell11, mais ses critiques ont été probablement perçues comme plus accablantes parce qu’elles soulevaient la question des rapports ethniques. Étant donné que la répression des autorités sportives anglophones débordait le cadre proprement sportif, elle allait exacerber les rapports de force entre les deux communautés. Pour les Canadiens français, on s’attaquait à Maurice Richard parce qu’il avait eu l’audace de dénoncer publiquement la partialité ethnique d’une décision ; il n’en fallait pas davantage pour que les dominés subissant une oppression analogue s’identifient encore plus à leur héros ainsi bafoué. La suite des événements allait renforcer l’image de Maurice Richard en tant que victime de l’abus de pouvoir des « Anglais » et déclencher une mobilisation ethnique et populaire alors sans précédent.

L’affaire Richard / Campbell

La faute et la punition : la cristallisation des rapports ethniques

15Pour bien comprendre la portée de l’« émeute » du 17 mars 1955, il importe de rappeler brièvement les événements déclencheurs du 13 mars. Lors d’une partie de fin de saison contre les Bruins de Boston, Maurice Richard frappa un joueur adverse, Hal Laycoe, qui venait de lui assener un coup de bâton qui lui avait laissé une coupure profonde à la tête. Dans l’échauffourée qui s’ensuivit, Richard frappa un juge de ligne qui tentait de le retenir. L’arbitre imposa une punition de match à Richard pour s’être battu avec l’intention de blesser, et cinq minutes à Laycoe pour avoir blessé Richard à la tête. Compte tenu de la relative gravité de l’incident, le président de la ligue, Clarence Campbell, eut la responsabilité de faire enquête et de décider de sanctions additionnelles appropriées.

  • 12 Duperreault, Jean R., « L’affaire Richard : A situational analysis of the Montreal Hockey Riot of (...)
  • 13 Ce fait fut dénoncé par le Montréal-Matin dans une note de la rédaction où l’on pouvait lire : « A (...)
  • 14 Cité par O’Brien, Andy, Rocket Richard, Toronto, The Ryerson Press, 1961, p. 72-74.

16À la suite d’une réunion avec les gouverneurs de la LNH à New York, lesquels avaient signifié depuis quelque temps leur irritation devant le tempérament jugé « trop impétueux » de Maurice Richard12, Campbell opta pour une punition exemplaire. Dans un communiqué émis en anglais seulement13, il annonça qu’il suspendait Richard jusqu’à la fin de la saison, incluant les éliminatoires, et ce, en invoquant la fin de la tolérance envers Richard : « the time for probation or leniency is past. Whether this type of conduct is the product of temperamental instability or wilful defiance of the authority in the game does not matter. It is a type of conduct which cannot be tolerated from any player – star or otherwise14. » Cette sentence allait cristalliser la représentation sociale de Campbell en tant qu’« oppresseur anglais » et celle de Richard en tant que « Canadien français victime de discrimination ». Pour saisir le poids de la punition, il faut mentionner que cela signifiait pour Maurice Richard la perte du titre du meilleur marqueur qu’il était tout près d’obtenir et qui lui avait échappé jusqu’alors, et pour l’équipe du Canadien, la quasi-impossibilité de décrocher le championnat de la Ligue et de gagner la coupe Stanley, avec tout ce que cela comportait d’honneurs et de prestige. Il faut également signaler que l’équipe du Canadien symbolisait, d’une certaine manière, les francophones en raison du fait qu’elle comptait dans ses rangs la moitié des joueurs francophones faisant alors partie de la LNH, soit six sur douze.

Genèse de l’événement politique : la montée progressive de la révolte

  • 15 Fecteau, Jean-Marie, « Lendemains de défaite : les Rébellions comme histoire et mémoire », Bulleti (...)

17Dans un autre contexte, la punition infligée à Maurice Richard aurait été un incident n’entraînant que des conséquences sportives. Dans le contexte québécois de 1955, l’incident allait engendrer un événement politique au sens où l’emploie Fecteau, c’est-à-dire un événement « où se condensent toutes les dimensions constitutives de l’existence sociale » et où se produit une « fissure » dans l’espace social et dans l’ordre social des rapports dominants-dominés15. La sanction imposée par Clarence Campbell allait en effet perturber la résignation tranquille des Canadiens français et susciter un mouvement collectif d’indignation, une révolte émotive et sociale à teneur politique.

  • 16 Pellerin, Jean-Marie, Maurice Richard, l’idole d’un peuple, Montréal, Trustar, 1998, p. 307.
  • 17 Katz, Sydney, « Strange Forces Behind the Richard Hockey Riot », Maclean’s, vol. 68, 17 septembre (...)

18La grogne populaire se manifesta dans les émissions radiophoniques et dans les journaux et fit rapidement boule de neige. Pellerin rapporte qu’un télégramme d’appui signé par plus de 5000 admirateurs de la région du Saguenay fut envoyé à Maurice Richard16. Katz affirme que Clarence Campbell reçut des centaines de lettres de menace de la part de supporters de Maurice Richard dont certaines dénonçaient la discrimination ethnique ; par exemple : « If Richard’s name was Richardson you would have given a different verdict » et « You’re just another Englishman jealous of the French, who are much better than you17. » Marcel Desmarais, un émeutier interviewé par Cyr et Leblanc, se rappelle : « Se faire suspendre par cet Anglais-là, là… ça je trouvais qu’il nous avait donné un coup de massue aux Canadiens français à ce moment-là. » Il semble donc qu’aux yeux des Canadiens français, ce n’était pas seulement des joueurs de hockey que Clarence Campbell punissait, c’était la collectivité canadienne-française tout entière.

  • 18 Quelques journalistes anglais se dissociaient toutefois de cette tendance en dénonçant Campbell et (...)

19Un certain clivage linguistique dans les réactions face à la punition imposée par le président de la LNH témoigne de la différente portée symbolique de la sanction : les journaux anglophones mettaient l’accent sur la violence inacceptable de Richard sur la glace et sur la nécessaire fermeté de Campbell18, alors que les journaux francophones convergeaient pour dénoncer la sévérité indue de Campbell et la discrimination ethnique qu’elle manifestait.

20Voici quelques illustrations de la presse anglophone. Le Globe and Mail titrait « Richard is lucky didn’t get life, said Ted Lindsay » (17 mars 1955, p. 31) et son éditorialiste sportif Gord Walker écrivait: « Clarence Campbell will be vilified and abused in Montreal for the disciplinary action he took against Rocket Richard yesterday. In Detroit, Boston and all points north, south, east and west, he will be commended for the same performance of duty. […] Richard is a menace to the physical well-being of every rival in the LNH. » The Gazette rapportait les propos de Connie Smythe des Maple Leaf de Toronto: « Our own players know what the rules are and they conform to them, and so do nearly all the other players in the league, and the suspension of Richard will protect the players in the future » (18 mars, p. 24). Enfin, le Montreal Star citait ce qu’il appelait « le point de vue impartial » de Frank Ahearn, qui affirmait: « I was deeply impressed by Clarence Campbell’s courageous and justified finding in the Richard case » (17 mars, p. 45).

21Les journaux francophones, pour leur part, mettaient en confrontation les réactions divergentes des anglophones et des francophones et dénonçaient la sévérité exagérée de Clarence Campbell et l’injustice dont Maurice Richard était victime. La Patrie titrait à la une de son édition du 17 mars 1955, « Suspension de Richard. Campbell menacé de mort. La décision soulève de violentes protestations ». Jacques Beauchamp, du Montréal-Matin, intitulait son éditorial « Victime d’une nouvelle injustice, la pire celle-là, Maurice Richard ne jouera plus cette saison » et reprenait plus loin « Injustice criante de Clarence Campbell » (17 mars 1955, p. 2 et 26). Le texte de Gerry Gosselin dans Le Devoir avait quant à lui l’allure d’une lettre adressée à Clarence Campbell :

Nous croyons, monsieur le président, qu’au nom de l’ordre et de la discipline vous avez rendu un mauvais service au sentiment de justice. […] Vous vous retranchez depuis trop longtemps derrière des mots que vous ne connaissez pas : autorité, justice, ordre, discipline. Ces idéologies sont mal servies par la rancœur personnelle qui anime vos décisions. (18 mars, p. 13)

22Il semble donc que, pour les Canadiens français, la punition était manifestement disproportionnée et ne pouvait s’expliquer que par le désir de Campbell, devenu le symbole de l’oppresseur anglais, de freiner le succès d’un des leurs.

L’« émeute » : mobilisation et affirmation politique du « petit peuple »

  • 19 Propos de Jacques Laurin, policier. Cette perception contraste avec celle de Phyllis King, secréta (...)

23La colère collective des Canadiens français avait apparemment atteint un certain paroxysme le soir du 17 mars alors que le Canadien affrontrait les Red Wings de Détroit. Les diverses photos et l’ensemble des témoignages publiés dans les journaux des 18 et 19 mars 1955 suggèrent qu’une « rupture » s’était produite dans l’ordre social dominants-dominés. Tout portait à croire que « le petit peuple soumis » s’était mobilisé pour manifester sa révolte face à ce qui était perçu comme une injustice et de la discrimination envers un des leurs. On dénombrait une assistance record au Forum (16 000 spectateurs) et une foule non moins imposante de manifestants (évalués à 10 000) rassemblés à l’extérieur de l’enceinte et brandissant des pancartes éloquentes : « Dehors Campbell », « Vive Richard », « Injustice aux Canadiens français », « Richard le persécuté », etc. Si l’on en croit le témoignage d’un policier présent au moment des manifestations, il s’agissait bien de gens du peuple et non de supporters de type hooligan : « Moi, ce qui m’a beaucoup frappé, c’est de voir une personne enceinte qui était là. Elle était là, dans la foule. On a été obligé de la pousser. Moi, je me suis dit qu’est-ce qu’elle fait là ? J’étais vraiment dépassé par les gens que je voyais là19. » Tout ce passait comme si, par une profonde identification émotive à Richard, le « petit peuple » avait décidé de ne plus se soumettre. On allait se battre s’il le fallait, comme Richard sur la glace.

24L’arrivée de Clarence Campbell dans les gradins déclencha la « rébellion ». Toujours selon les témoignages recueillis par Cyr et Leblanc, un groupe de supporters issus du « petit peuple » (Édouard Latreille, garagiste, ses amis Marcel Desmarais, Denis Gendron, André Parent et quelques autres) avaient apporté divers projectiles, dont une bombe lacrymogène, avec l’intention de la lancer à « l’autorité anglaise ». Lorsque Clarence Campbell prit sa place habituelle, les projectiles commencèrent à fuser dans sa direction, puis l’éclatement de la bombe lacrymogène entraîna un grand désordre et la sortie des spectateurs. Ce qu’on appela une « émeute » se produisit à l’extérieur du Forum : des tramways détournés, des feux allumés à divers endroits, des projectiles de toutes sortes lancés sur le Forum, des actes de vandalisme et de pillage le long de la rue Sainte-Catherine ; des dommages évalués à 30 000 $. On n’eut à déplorer aucun mort ni blessé ; il s’est agi en quelque sorte d’une rébellion « tranquille ».

25L’affaire Richard / Campbell venait-elle de « transformer » les Canadiens français ? Interrogé par Cyr et Leblanc, Claude Larochelle, journaliste sportif de l’époque, est de cet avis : « Ce qui m’a surpris c’est qu’il se passe quelque chose dans ce petit peuple-là qui se promenait à la Saint-Jean-Baptiste avec son pauvre petit mouton tondu, qui était d’une discipline hors pair, qui remplissait les églises à craquer à tous les dimanches et qui observait toutes les lois puis toutes les règles de police. »

  • 20 Pour une analyse de la violence des foules aux événements sportifs, dont l’émeute de 1955, on peut (...)

26Les événements sportifs sont souvent la scène de troubles et de violences, notamment au hockey. Mentionnons entre autres les troubles qui ont suivi la victoire du Canadien de Montréal lors de la finale de la Coupe Stanley en 1986 et, plus récemment, également en finale de Coupe Stanley, les émeutes déclenchées par la défaite des Canucks de Vancouver au profit des Bruins20. Toutefois, la manifestation du 17 mars 1955 se démarque de la majorité de ces violences sportives en ce qu’elle comportait une signification et une portée sociale et politique. Les différences de perception et d’analyse des faits entre les presses anglophone et francophone de l’époque en attestent. S’il ne s’agissait que de faits proprement sportifs, comment expliquer les contrastes selon l’appartenance ethnique des journaux ? En effet, alors que la grande majorité des articles et éditoriaux de la presse anglophone louangeaient Clarence Campbell pour son courage face à la contestation populaire et s’indignaient devant les comportements des « voyous », la presse francophone l’accusait plutôt d’être la cause de tous ces troubles. Les extraits qui suivent donnent un aperçu de cet antagonisme, lequel faisait probablement écho aux opinions prévalant dans les deux groupes ethniques de la population montréalaise.

27Le lendemain de l’« émeute », le 18 mars 1955, le Montreal Star titrait à la une en gros caractères : « President of NHL is victim of attack ». Baz O’Meara amorçait ainsi son éditorial sportif :

You have to admire courage, no matter where you find it. President Clarence Campbell of the NHL showed it last night in almost foolhardy fashion. He was the storm centre of incidents disgraceful in the extreme, but which were powered inside the Forum by a group of young hotheads bent on destruction, mayhem and possibly arson. You can question his judgement in facing that jeering crowd, in virtually taking a chance on physical injury, but you can’t fault his fortitude. (18 mars 1955, p. 4)

28Le Globe and Mail n’en avait également que pour le courage de Clarence Campbell et dénonçait ceux qui osaient le blâmer :

Mr. Clarence Campbell did his duty by Canadian sport in general, and Canadian hockey in particular. He was late in doing but he did it. The result was a shocking exhibition of mob violence and hysteria in and around the Montreal Forum Thursday night. No less shocking, indeed more so, are the attempts of Montreal civic officials to blame Mr Campbell for provoking that violence. […] Mr. Campbell showed a great deal of firmness in suspending Richard, and a great deal of courage in attending Thursday night’s game. (19 mars 1955, p. 6)

29L’autre dominante de la presse anglophone était la condamnation des « voyous » responsables de la honte qui allait maintenant entacher Montréal. Sous le titre « A black eye for Montreal », l’éditorialiste du Montreal Star écrivait :

A mob’s explosion explodes the mob itself. But what can we say to explain in decent terms to ourselves the hangover of humiliation that remains. (…) Montreal today stands convicted of emotional instability and lack of discipline. It can take no pride in what has happened. Nothing but shame remains. (18 mars 1955, p. 10)

30Dink Carroll de The Gazette attribuait l’émeute essentiellement à de jeunes voyous, refusant de ce fait d’accorder une portée politique aux événements. Il est à noter que les photos et films d’archives ne concordent pas avec sa description :

The disgraceful scenes were sparkled by a small group of youths, either in their teens or just out of them. They wore black leather windbreakers, almost like a uniform, with white lettering on the back. They form themselves into Jolly Roger clubs and travel around on motor bikes. (19 mars 1955, p. 8)

31La presse francophone analysait les faits de façon diamétralement opposée. Ainsi, sous le titre « Campbell n’a eu de considération que pour lui », Armand Jokisch du Dimanche-Matin affirmait :

Les journaux de langue anglaise ont fait grand cas du cran et du courage dont a fait preuve Clarence Sutherland Campbell en se présentant Forum lors de la joute de jeudi soir dernier. Nous regrettons de ne pouvoir abonder dans le même sens. À notre point de vue le dénommé Campbell n’est qu’un fanfaron et un démagogue qui n’a pas craint de risquer la vie de centaines de personnes pour satisfaire son orgueil personnel. Campbell est le seul et unique responsable de toute cette affaire, même en laissant de côté son jugement dans l’affaire Richard. Il a lancé un défi catégorique à la population et celle-ci a relevé le défi comme elle se devait de le faire. (20 mars, p. 28)

32La une du Montréal-Matin du 18 mars titrait : « Émeute, rue Ste-Catherine. Campbell chassé du Forum » et « Campbell a provoqué Montréal ». Dans ses commentaires, l’éditorialiste en chef excusait la foule et accusait Clarence Campbell :

Et c’est ce même public [montréalais] que Campbell a pénalisé et défié par son langage, ses déclarations et sa performance à la télévision. Le public dont on s’est moqué, le public qui assiste aux joutes « a perdu les nerfs ». Il a fait comme Richard, il a tapé dur… Les responsables : Campbell et les gouverneurs de la Ligue nationale de hockey. » (19 mars, p. 4 ; l’italique est de nous)

33Sous le titre « Démission de Campbell réclamée. Sa présence au Forum cause une émeute sans précédent », Phil Séguin, éditorialiste sportif à La Patrie, écrivait :

Campbell, qui a été nommé à son poste à l’instigation de Connie Smythe, un « mange-canadien » bien connu, a commis sa plus récente et sa plus grave bévue lorsqu’il a osé affronter plus de 15 000 personnes et virtuellement rire à leur face après avoir, par une décision injuste, arbitraire et basée sur des témoignages contradictoires et confus, suspendu la plus grande étoile du hockey moderne, Maurice Richard, pour le reste de la saison régulière et les éliminatoires. […] Tous ceux qui ont assisté aux 20 minutes de jeu hier soir se souviendront longtemps que c’est Campbell qui a causé, par sa présence entêtée au Forum, l’émeute qui a causé aux environs de $ 100 000 de dommages au Forum et ailleurs sur la rue Ste-Catherine. (18 mars, p. 27)

34La une de La Presse abondait dans le même sens avec le titre : « Défi et provocation de Campbell. Le président n’aurait pas dû aller au Forum ». On y lisait :

Le premier magistrat de la métropole a exprimé l’avis que, tout inexcusable qu’il est, le fracas a été provoqué par la présence de M. Campbell au Forum. M. Campbell, a dit le maire, aurait agi plus sagement en s’abstenant d’assister à la joute Canadiens-Détroit, tout au moins en n’annonçant point sa visite à l’avance comme il l’a fait. Sa présence, en effet, pouvait être interprétée comme un véritable défi. (18 mars 1955, p. 1)

35Enfin, on ne peut passer sous silence la boutade, écrite en lettres majuscules, de Gerry Gosselin du Devoir, après que Richard a publiquement émis un appel au calme : « Maurice Richard a dû venir au secours de Clarence Campbell pour le sortir d’une impasse. Le conquis, une fois de plus vient au secours du conquérant » (19 mars 1955, p. 13).

L’affaire Richard / Campbell : une prise de conscience collective

36L’« émeute » du Forum de Montréal a eu des échos jusque dans les journaux américains et européens – une visibilité qui, de nos jours, peut paraître démesurée au regard d’incidents qui étaient en fait de bien moindre envergure que ceux qui sont survenus récemment à Vancouver, par exemple. Mais c’est surtout dans la société québécoise et canadienne que l’impact s’est fait sentir de façon plus profonde. Les réflexions et analyses de l’événement ont en effet alimenté les discussions longtemps après l’émeute, tant dans les journaux que dans la population. L’éditorial d’André Laurendeau paru dans Le Devoir du 21 mars et intitulé « On a tué mon frère Richard » proposait aux Canadiens français une lecture des événements qui a pu contribuer à accentuer la prise de conscience collective qu’avait exacerbée l’affaire Richard/Campbell. En voici des extraits marquants :

Le nationalisme canadien-français paraît s’être réfugié dans le hockey. La foule qui clamait sa colère jeudi soir dernier n’était pas animée seulement par le goût du sport ou le sentiment d’une injustice commise contre son idole. C’était un peuple frustré qui protestait contre le sort. Le sort s’appelait, jeudi, M. Campbell ; mais celui-ci incarnait tous les adversaires réels ou imaginaires que ce peuple rencontre. […] pour ce petit peuple, au Canada français, Maurice Richard est une sorte de revanche (on les prend où l’on peut). Il est vraiment le premier dans son ordre, il allait le prouver encore une fois cette année. […] Or, voici surgir M. Campbell pour arrêter cet élan. On prive les Canadiens français de Maurice Richard qui allait établir plus clairement sa supériorité. Et cet « on » parle anglais, cet « on » décide en vitesse contre le héros, provoque, excite. Alors il va voir. On est soudain fatigué d’avoir toujours eu des maîtres, d’avoir longtemps plié l’échine. M. Campbell va voir. [Cette] brève flambée trahit ce qui dort derrière l’apparente indifférence et la longue passivité des Canadiens français. (21 mars 1955, p. 2)

37Cet éditorial à forte teneur idéologique pourrait laisser croire que la prise de conscience de la signification politique de l’émeute était l’apanage de l’intelligentsia canadienne-française. Les témoignages de manifestants de l’époque recueillis par Cyr et Leblanc suggèrent plutôt qu’il s’agissait bien d’un mouvement populaire qui n’allait pas s’estomper rapidement. En voici quelques-uns :

Lui nous a montré, dans un jeu, ce que nous autres on voulait avoir dans notre vie : s’en aller vers un but comme lui s’en allait au but, pour scorer. Nous autres, on voulait ça dans notre façon de vivre, mais on n’avait pas encore quelqu’un qui nous fouettait. En tous cas, lui nous a donné l’exemple. (Marcel Desmarais, manifestant) Maurice Richard nous représentait vraiment à tous les égards, sans peut-être que lui-même le sache. Lui, la fougue, l’énergie et sa volonté de réussir dépassaient toutes les normes. Nous autres, on était pris. Lui, il sortait, il sortait de la prison, on va dire, avec son patin, son désir de vaincre. Il représentait vraiment le monde. (Donald Lafleur, manifestant) Les gens ont réalisé à partir de là qu’ils pouvaient se tenir debout, qu’il pouvait y avoir des conséquences, mais que tu n’irais pas en enfer à cause de ça. (Claude Larochelle, journaliste sportif)

38La portée politique de l’affaire ne semble également pas avoir échappé aux anglophones. Katz l’atteste dans son article de fond paru dans le Maclean’s du 17 septembre :

Frank D. Corbett, a citizen of Westmount, expressed an opinion about the riot which many people thought about but few discussed publicly. In a letter to the editor of a local paper, he said bluntly that the outbreak was symptomatic of racial ill-feeling. « French and English relationships have deteriorated badly over the past 10 years and they have never been worse », he wrote. « The basic unrest is nationalism, which is ever present in Quebec. Let’s face it… the French Canadians want the English expelled from the province. » (17 septembre, p. 14)

39Enfin, bien que rétrospectif, le témoignage de Phyllis King Campbell recueilli par Cyr et Leblanc, nous paraît significatif :

Je me rappelle qu’une fois, [Clarence Campbell] a dit que ça avait été le début de la Révolution tranquille.
– C’est ce qu’il pensait ?
– Je crois que oui. Il pensait que ça avait quelque chose à voir avec ce qui a suivi.

L’efficacité politique de la sphère sportive

40Pour conclure, on peut affirmer que, à la suite de l’émeute, Maurice Richard est entré dans la mythologie du peuple canadien-français : le symbole des rapports de force entre dominants et dominés qu’il incarnait allait survivre au-delà de l’individu. On peut ainsi comprendre comment Maurice Richard a pu contribuer à la Révolution tranquille tout en étant publiquement « apolitique » dans la suite de sa carrière.

41L’élite politique et l’intelligentsia sont enclines à penser que le domaine sportif occupe une place secondaire dans les débats qui traversent la société, en raison de sa connotation ludique. Nous croyons au contraire que la méconnaissance de son rôle actif dans l’imaginaire collectif lui confère une efficacité politique d’autant plus grande. On oublie trop souvent que le sport met en scène des acteurs sociaux qui deviennent rapidement des symboles et qu’il rejoint le peuple dans sa dimension identitaire et affective. Il s’ensuit que son efficacité dans la mobilisation des collectivités et dans le passage à l’action est parfois supérieure à bien des discours idéologiques. L’affaire Richard / Campbell en constitue, selon nous, une illustration éloquente en ce qu’elle a entraîné un soulèvement populaire et a servi de catalyseur à l’affirmation des Québécois.

Notes

1 Traduit et cité par Le Devoir, 5 juin 2000, p. A6.

2 Selon Canadian Advertising (1955, 28 [2], 25-51), le tirage des différents journaux retenus était évalué respectivement à : La Presse : 230 380 ; Le Montréal-Matin : 65 363 ; Le Devoir : 24 180 ; La Patrie : 15 383 ; The Globe and Mail : 244 391 ; The Montreal Star : 154 902 ; The Herald : 38 873.

3 Warren Wind, Herbert, « Fire on the ice », Sports Illustrated, 6 décembre 1954.

4 Black, Conrad, Duplessis, Toronto, McClelland and Stewart, 1977.

5 Richard fut le premier hockeyeur francophone à tenir une chronique journalistique, ce qui a pu contribuer à intensifier l’admiration de la part des gens du peuple.

6 Samedi-Dimanche, 28 juin 1952, p. 43 ; 2 août 1952, p. 30. Le second extrait faisait suite à un article antérieur où Maurice Richard approuvait le fait que Bernard Geoffrion avait eu l’occasion d’apprendre l’anglais ; Richard craignait que l’on interprète ses propos comme une distanciation de son allégeance francophone.

7 À cette époque, on utilisait le terme « Canayens » pour désigner les Canadiens français et le terme « Anglais » pour désigner les Canadiens anglais.

8 Cité dans Pellerin, Maurice Richard, l’idole d’un peuple, p. 241-242. L’italique est de nous. Il est à noter que ce texte de Maurice Richard fut cité et décrié par plusieurs commentateurs de la presse anglophone, notamment par Gord Walker dans son éditorial du Globe and Mail du 17 mars 1955. Ces critiques rendaient l’audace et le courage de Richard encore plus admirables pour plusieurs Canadiens français.

9 Terme d’argot québécois pour qualifier un « peureux » et qui provenait du sobriquet « French Pea Soup » que les anglophones donnaient aux francophones. La croyance populaire prétendait que la soupe aux pois faisait partie de l’alimentation courante des francophones.

10 Cité par Pellerin, p. 260. L’italique est de nous.

11 D’autres critiques sont mentionnées par Gord Walker, The Globe and Mail, Toronto, 9 janvier 1954.

12 Duperreault, Jean R., « L’affaire Richard : A situational analysis of the Montreal Hockey Riot of 1955 », Canadian Journal of Sport History, vol. 12, no 1, 1981, p. 72-74.

13 Ce fait fut dénoncé par le Montréal-Matin dans une note de la rédaction où l’on pouvait lire : « Avant de mettre un point final à cette trop longue déclaration de Campbell, cousue d’erreurs, nous nous permettons de rappeler au président que la langue française est officielle au pays. Se montrant aussi sévère à l’égard de l’idole des Canadiens français, il semble que Campbell aurait pu tout au moins avoir la délicatesse de remettre aux journalistes de langue française des communiqués écrits dans leur langue. En traduisant son trop long et insipide article, nous avons senti la moutarde nous monter au nez » (17 mars, p. 25).

14 Cité par O’Brien, Andy, Rocket Richard, Toronto, The Ryerson Press, 1961, p. 72-74.

15 Fecteau, Jean-Marie, « Lendemains de défaite : les Rébellions comme histoire et mémoire », Bulletin d’histoire politique, vol. 7, no 1, 1998, p. 19-28.

16 Pellerin, Jean-Marie, Maurice Richard, l’idole d’un peuple, Montréal, Trustar, 1998, p. 307.

17 Katz, Sydney, « Strange Forces Behind the Richard Hockey Riot », Maclean’s, vol. 68, 17 septembre 1955.

18 Quelques journalistes anglais se dissociaient toutefois de cette tendance en dénonçant Campbell et en appuyant Richard, notamment Jack Kinsella du Ottawa Citizen et Andy O’Brien du Standard et du Montreal Star.

19 Propos de Jacques Laurin, policier. Cette perception contraste avec celle de Phyllis King, secrétaire puis épouse de Clarence Campbell qui affirme : « Dans la rue, ce n’était pas les partisans habituels. Il y avait beaucoup de voyous qui étaient là pour s’amuser. Tout ça à cause d’un joueur puni ! » Propos recueillis par Cyr et Leblanc, 1999.

20 Pour une analyse de la violence des foules aux événements sportifs, dont l’émeute de 1955, on peut consulter la thèse de doctorat de Michel Marois, « Sport, politique et violence : une interprétation de la violence des foules aux événements sportifs et de la médiatisation de cette violence », Université de Montréal, 1993, ainsi que Duperreault, op. cit.

Notes de fin

* Une première version de cet article a été publiée dans Bulletin d’histoire politique, 2003, 11 (2), p. 30-44.

Auteur

Docteure en anthropologie et a une maîtrise en éducation physique. Elle est professeure au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal où elle donne des cours sur la sociologie de l’activité physique et du sport. Ses travaux de recherche portent sur diverses problématiques liées aux rapports entre le sport et la société, telles que la construction de la masculinité et de la féminité dans la pratique sportive, les dimensions sociales et éthiques du dopage, le coût économique de la pratique sportive de haut niveau et l’utilisation du sport comme moyen de prévention de la délinquance et du décrochage scolaire.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search