Version classiqueVersion mobile

Le Canadien de Montréal

 | 
Audrey Laurin-Lamothe
, 
Nicolas Moreau

Le Canadien de Montréal comme fait social

Audrey Laurin-Lamothe et Nicolas Moreau

Texte intégral

  • 1 Ces données sont tirées du rapport d’Influence communication : Bilan 2009. Une revue complète de l (...)

1Il est commun de considérer le hockey en général et le Canadien de Montréal en particulier comme un élément fédérateur de la société québécoise. Une des façons d’apprécier l’importance de ce sport et de cette équipe est de mesurer l’espace qu’ils occupent dans l’ensemble des nouvelles produites par les médias. Selon Influence communication, en 2009, le hockey occupa 6 des 15 premières places des nouvelles les plus citées par les médias traditionnels (hors Internet) sur une période de 15 jours1. Le Canadien (congédiement de Guy Carbonneau), ses joueurs actuels ou anciens (affaire Jonathan Roy et Patrick Roy) ainsi que les échanges dans la LNH ont réussi à se hisser au « top 15 » des nouvelles les plus citées dans la période 2004-2009, aux côtés de l’investiture de Barack Obama, des élections provinciales, des attentats de Londres et des fusillades de Virginia Tech et de Dawson. Il est à noter que 40 % des personnalités les plus médiatisées au Québec durant la décennie 2000 appartiennent au monde du hockey.

2Quand on parle de sport, on parle avant tout de hockey, et du Canadien plus particulièrement, puisque celui-ci occupe 85 % des informations sportives. Au Québec, le sport est 25 fois plus médiatisé que les nouvelles portant sur la pauvreté et la condition des aînés et des autochtones. Un peu plus de trois parties du Canadien ont le même poids médiatique que celui de l’ensemble des nouvelles québécoises sur l’Afrique pendant un an.

  • 2 Durkheim, Émile, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Presses universitaires de France, 2 (...)

3Il nous semble impératif de considérer cet engouement pour le Canadien dans sa signification sociale. Émile Durkheim dirait du Grand Club qu’il est un fait social : un phénomène collectif ayant une existence propre, qui est perpétué au-delà de la vie individuelle et qui exerce sur elle une forme plus ou moins importante de contrainte2. Le Canadien est le lieu d’une consolidation historique, identitaire, économique et culturelle. Pour reprendre le slogan du centenaire de l’équipe, l’histoire se joue effectivement ici, à condition de considérer le Canadien dans son inscription sociale. Ce livre a précisément pour ambition d’explorer ces avenues interprétatives et de proposer diverses façons d’interroger les liens qui existent entre la société et le Canadien de Montréal.

  • 3 Fleuriel, Sébastien et Manuel Schotté, Sportifs en danger. La condition des travailleurs sportifs, (...)

4Généralement, la littérature portant sur le sport et les sportifs se décline sous deux formes. D’abord, des textes qui relèvent de l’hagiographie des sportifs. Ceux-ci y sont présentés comme des idoles, des modèles, des héros, des mythes qui permettent, selon certains, d’achever l’idéal démocratique sans cesse bafoué dans le réel, comme Maurice Richard qui, par son excellence, fit rayonner la nation canadienne-française pourtant soumise au joug canadien-anglais. On relève dans cette littérature les nombreux ouvrages sur Richard, mais aussi les biographies de Jean Béliveau, Jacques Plante, Guy Lafleur, et autres. La littérature sportive se présente aussi sous la forme du scandale, en relevant l’ensemble des dérives propres au monde sportif (dopage, scandales financiers, tricherie) qui viennent constamment éclabousser l’idéal mythique que représentent ces héros. Comme le souligne Sébastien Fleuriel, « l’alternative entre exaltation euphorique de la compétition sportive et pure dénonciation de ses méfaits délimite le champ du pensable3 ».

  • 4 Michael McKinley en a tiré l’ouvrage du même titre ; Montréal, Fides, 2006.

5Heureusement, certains ouvrages ont su surmonter cette impasse et ont ainsi ouvert la voie à une analyse méticuleuse du hockey et du Canadien. Mentionnons la populaire série documentaire produite par la CBC en 2006, Hockey : la fierté d’un peuple4, où l’on pose le hockey comme sport national en relatant son histoire et celle de ses principaux protagonistes canadiens depuis les origines. Cette série a le mérite de s’attarder au hockey en général, c’est-à-dire qu’elle en traite en dehors de son strict cadre professionnel. Ce ne sont donc pas uniquement des joueurs de la LNH dont il est question, mais également du hockey amateur et féminin.

  • 5 Toronto, Garamond Press, 1993.
  • 6 Toronto, Garamond Press, 2006.

6Dans un registre plus académique, deux ouvrages dirigés par Richard Gruneau et David Whitson s’avèrent incontournables pour la compréhension du hockey comme pratique populaire et comme industrie (malheureusement, aucune traduction française n’est disponible). Dans leur premier livre, Hockey Night in Canada. Sport, Identities and Cultural Politics5, les auteurs étudient le hockey dans sa dimension nationale et mythique, c’est-à-dire comme un mélange romantique de vérités et d’omissions qui permet d’occulter les dynamiques sociales à l’œuvre. La déconstruction du mythe opérée par Gruneau et Whitson est une réponse critique à la CBC qui a, dans son documentaire, fait du hockey un des principaux éléments fédérateurs canadiens. Dans Artificial Ice, Hockey, Culture and Commerce6, les mêmes auteurs nous invitent à nous interroger davantage sur l’aspect économique du hockey. Avec une approche tout aussi critique que dans leur premier ouvrage, ils abordent le développement économique de la LNH et montrent son impact sur les représentations sociales du hockey. Ainsi, l’amateur de hockey professionnel a vu les enjeux sportifs se transformer sous ses yeux, parfois avec un sentiment d’amertume.

  • 7 Hull, Vents d’Ouest, 1997 et 1998.

7Les ouvrages de Marc Lavoie sur l’économie du hockey, Avantage numérique. L’argent et la Ligue nationale de hockey et Désavantage numérique. Les francophones dans la LNH7, nous renseignent sur une série de questions quotidiennement soulevées par les journalistes et amateurs de hockey québécois : Qu’en est-il de l’américanisation du hockey ? La violence au hockey est-elle payante ? Le départ des Nordiques de Québec a-t-il constitué une catastrophe économique pour la capitale ?

  • 8 Montréal, Fides, 2006.

8En ce qui a trait plus spécifiquement au Canadien de Montréal, quatre ouvrages méritent une attention particulière. D’abord, l’étude de Benoît Melançon, Les yeux de Maurice Richard8, se penche sur le rayonnement du héros dans la société québécoise et canadienne. Comment cet homme est-il devenu un héros national ? Melançon propose de répondre à cette question en examinant l’évolution des différentes représentations sociales de Richard, et, pour cerner celles-ci, il s’appuie sur divers matériels qui ont cristallisé à un moment ou à un autre cette figure mythique. Textes sportifs, biographies, articles savants, photographies, chansons, pièces de théâtre, poèmes, vêtements ou effigies : l’analyse en contexte de chacun de ces objets a permis à l’auteur de dessiner les grandes tendances qui rendent possible la formation d’un héros.

  • 9 Laval, Éditions Mille-Îles, 1997.

9François Black a, quant à lui, publié un ouvrage issu de ses travaux d’historien, Habitants et Glorieux. Les Canadiens de 1909 à 19609. De la naissance du Canadien jusqu’aux premiers volets de sa tradition glorieuse, Black nous convie à un voyage dans le temps pour exposer les événements qui ont mené le Canadien à s’imposer comme une icône de la fierté nationale.

  • 10 Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 2009.

10Enfin, La religion du Canadien de Montréal, dirigé par Olivier Bauer et Jean-Marc Barreau, anime le débat autour de la place et du rôle de l’équipe sportive dans l’imaginaire québécois et interroge le lien entre religion et hockey. La vraie dureté du mental10, dirigé par Normand Baillargeon et Christian Boissinot, propose de renouer avec l’étude philosophique du sport en exposant des pistes interprétatives qui s’insèrent dans une lignée de travaux qui font des pratiques et des goûts populaires un objet d’étude.

11Plutôt que de nourrir le mythe du Canadien, notre objectif est de proposer des angles de réflexion qui permettront à la fois à l’amateur de sport et à l’universitaire d’approfondir leurs connaissances sur cet objet qu’est le Canadien. Ce livre s’inscrit dans une série d’ouvrages qui se présentent comme une prise de position pour des études portant sur des objets populaires. Trop souvent, il nous semble que l’intellectuel est perçu comme un personnage hautain dont les distractions et les pratiques culturelles l’amèneraient à dédaigner le hockey. Or, la popularité du Canadien et d’ouvrages comme ceux que nous avons cités viennent au contraire montrer la pertinence des sciences humaines et sociales dans la compréhension d’un phénomène aussi massif que celui du Canadien, tout en dépassant le jugement élitiste.

12Notre projet est le fruit d’un colloque intitulé « 100 ans de polysémie. Regards et réflexions sur les Canadiens de Montréal », qui s’est tenu à Ottawa en mai 2009 dans le cadre du congrès annuel de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS). L’intérêt manifesté par les congressistes pour ce sujet nous a convaincus de poursuivre la réflexion. La multidisciplinarité est le maître mot de ce livre. De l’économie à la philosophie, en passant par la sociologie, l’urbanisme et la science des religions, les auteurs offrent au lecteur un éventail de perspectives qui ouvrent la voie à un regard critique et réflexif sur le Canadien.

13Le présent ouvrage s’ouvre sur un moment incontournable de l’histoire québécoise : l’émeute qui eut lieu dans le centre-ville de Montréal en 1955. Le texte de Suzanne Laberge illustre le potentiel qu’un sportif détient en tant qu’acteur social, et ici en tant que symbole de l’identité canadienne-française. L’affaire Richard / Campbell ne s’est pas simplement soldée par un soulèvement d’ordre sportif, mais a largement investi la dimension politique de la vie collective et a probablement servi de catalyseur à l’émancipation des Canadiens français.

14Cet événement sportif marquera le début d’une série d’actions collectives contre l’omniprésence de la religion catholique, en outre, et qui aboutiront à ce qu’on a appelé plus tard la Révolution tranquille. Si la place de la religion a considérablement diminué dans la vie publique, la vie privée, elle, abonde en rituels et en croyances parfois orchestrées explicitement, qui portent à croire que la religion n’est pas qu’une chose du passé. C’est en tout cas l’idée que défend Olivier Bauer dans le parallèle qu’il dresse entre la religion et le Canadien, en exposant des pratiques partisanes qui ont toutes les caractéristiques de l’agir religieux.

15Décortiquant les articles sur le Grand Club parus dans le quotidien La Presse pendant les séries éliminatoires de 2010, Nicolas Moreau et Chloé Nahas cherchent à analyser les qualités attribuées aux joueurs du Canadien de Montréal (ou exigées d’eux) afin de mieux saisir les normes sociales contemporaines, autrement dit ce qui est implicitement et explicitement demandé aux individus. Le hockey est donc ici compris comme un révélateur des caractéristiques de l’individualité occidentale contemporaine.

16Les propos de Fannie Valois-Nadeau reposent également sur une analyse de discours, mais il s’agit cette fois de celui des partisans, tel qu’il s’exprime sur le forum de discussion du Réseau des sports (RDS). Une lecture inspirée des études culturelles lui fait considérer le moment de réception de l’objet culturel comme digne d’intérêt scientifique. Ainsi, on peut voir que les partisans ne cessent de négocier la représentation du Canadien qui leur est proposée par les médias et par l’entreprise elle-même ; le Canadien devient alors un lieu où s’expriment les conflits et les contradictions de la société.

17Audrey Laurin-Lamothe a choisi comme angle d’approche le caractère corporatif du Canadien. En retraçant les origines du club, sa composition ethnolinguistique et ses stratégies d’affaires, l’auteure tente d’observer les grands virages de l’organisation dans la représentation qu’elle donne d’elle-même et dans sa relation au public. Elle voit l’émergence dans les trois dernières décennies d’une marque qui s’est imposée comme agent culturel indéniable dans le paysage québécois.

18Cette expansion de la corporation dans le tissu social s’observe également sur le plan urbanistique. Dans ce contexte, on a vu émerger à Montréal un partenariat d’envergure entre la municipalité et le club. À partir du slogan « La ville est hockey », Jonathan Cha systématise l’entreprise poursuivie par les acteurs de cette synergie et y voit la conquête par le hockey de l’espace urbain.

19Enfin, sur une note plus philosophique, Alain Deneault aborde la question de la partisanerie et de l’effet d’enthousiasme en s’interrogeant sur leur authenticité et sur leur implication dans la destruction du lien social. La déresponsabilisation à l’œuvre chez le partisan euphorique l’amène à se demander à qui profite un tel effet de masse. Politique et sport sont, selon lui, inextricablement liés dans un processus aliénant que nous nous devons de considérer.

Notes

1 Ces données sont tirées du rapport d’Influence communication : Bilan 2009. Une revue complète de l’actualité et du travail des médias québécois, 2010.

2 Durkheim, Émile, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Presses universitaires de France, 2005 [1894].

3 Fleuriel, Sébastien et Manuel Schotté, Sportifs en danger. La condition des travailleurs sportifs, Broissieux, Éditions du croquant, 2008, p. 6.

4 Michael McKinley en a tiré l’ouvrage du même titre ; Montréal, Fides, 2006.

5 Toronto, Garamond Press, 1993.

6 Toronto, Garamond Press, 2006.

7 Hull, Vents d’Ouest, 1997 et 1998.

8 Montréal, Fides, 2006.

9 Laval, Éditions Mille-Îles, 1997.

10 Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 2009.

Auteurs

Audrey Laurin-Lamothe poursuit des études doctorales au sein du Département de sociologie de l’UQAM sur le thème des élites économiques. Ses activités de recherche portent également sur le hockey, le management, la corporation, la subjectivité et le travail, et s’inscrivent dans les travaux du Collectif d’analyse sur la financiarisation du capitalisme avancé (CAFCA), affilié à la Chaire de recherche du Canada en mondialisation, citoyenneté et démocratie.

Professeur à l’École de service social de l’Université d’Ottawa et docteur en sociologie. Il s’intéresse aux questions de santé mentale et étudie comment certaines pathologies mentales peuvent être révélatrices des comportements et des conduites à adopter. Le champ des pratiques sportives l’intéresse à double titre : en tant qu’outil du développement psychosocial en tant que laboratoire normatif.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search