Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Familles québécoises d'origine immigrante

 | 
Fasal Kanouté
, 
Gina Lafortune

Chapitre 7. Les ateliers d’expression théâtrale plurilingue en classe d’accueil

Françoise Armand, Cécile Rousseau, Marie-Paule Lory et Anousheh Machouf

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les élèves allophones immigrants nouvellement arrivés en situation de grand retard scolaire constituent une population à risque, particulièrement au secondaire. Ces élèves sont caractérisés par une grande hétérogénéité, et les interventions susceptibles d’être mises en place pour répondre à leurs besoins et faciliter leurs apprentissages scolaires touchent tout autant le domaine psychologique et émotionnel que cognitif et langagier. Dans le présent chapitre, nous ferons un portrait de ces élèves, souvent méconnus dans le système éducatif québécois. Nous présenterons ensuite une intervention novatrice fondée sur des ateliers d’expression théâtrale plurilingue. Plus précisément, nous analyserons les effets de ce programme sur les représentations relatives aux langues ainsi que sur le développement des compétences langagières à l’oral de ces élèves dans deux classes d’accueil au secondaire, situées dans des milieux pluriethniques et défavorisés montréalais.

Le Québec accueille chaque an...

Auteurs

Professeure titulaire à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal. Ses thèmes de recherches sont la didactique des langues secondes, la plurilittératie et le plurilinguisme. Elle mène des études sur l’éveil aux langues et l’ouverture à la diversité linguistique au préscolaire et au primaire et, en collaboration avec des chercheures en psychiatrie transculturelle de l’Université McGill, auprès de populations à risque au secondaire (élèves allophones immigrants nouvellement arrivés en situation de grand retard scolaire). Elle s’intéresse également aux différents modèles de services d’accueil et de francisation pour les nouveaux immigrants au Québec.

Professeure titulaire à l’Université McGill. Diplômée en médecine de l’Université de Sherbrooke, elle a pratiqué la médecine générale pendant quatre ans dans une clinique rurale au Guatemala, avant de poursuivre sa formation en psychiatrie à l’Université de Montréal et à l’Université McGill, avec une spécialisation en psychiatrie transculturelle. Elle a mis sur pied une clinique transculturelle de psychiatrie pour les enfants immigrants et réfugiés et travaille maintenant en soins partagés dans des quartiers pluriethniques avec le CSSS de la Montagne tout en poursuivant ses recherches sur les programmes de prévention en milieu scolaire à l’intention des enfants immigrants et réfugiés.

Étudiante au doctorat en éducation de l’Université de Montréal dans le domaine de la didactique des langues. Depuis 2006, elle coordonne le programme d’éveil aux langues Élodil. Elle a participé à l’implantation de ce projet dans des classes de fin de cycle du primaire pendant deux ans et participe actuellement à la recherche Théâtre Pluralité-Élodil, un projet d’expression théâtrale et d’éveil aux langues auprès d’élèves sous-scolarisés. Elle enseigne également à l’Université de Montréal dans les domaines de la didactique de l’oral et de l’intégration des élèves allophones dans le système scolaire québécois.

Psychologue dans l’équipe Santé mentale adulte du CLSC Côte-des-Neiges, et intervenante au sein des Programmes de prévention pour les enfants et les adolescents immigrants et réfugiés de l’Équipe de recherche et d’intervention transculturelles (ÉRIT) du CLSC Parc-Extension. Elle est formatrice dans le cadre du transfert des connaissances reliées aux programmes de prévention pour les enfants et les adolescents, et membre fondatrice et psychologue clinicienne au Réseau d’intervention auprès de personnes victimes de la violence organisée (RIVO).

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540