Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Familles québécoises d'origine immigrante

 | 
Fasal Kanouté
, 
Gina Lafortune

Chapitre 3. La transmission de la religion auprès des jeunes musulmans au Québec

Josiane Le Gall et Marie Cadotte-Dionne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce n’est pas le fait de pratiquer la prière ou le ramadan qui fait en sorte que tu es un bon musulman. Il y en a qui le font, mais qui s’en fichent après, qui ne connaissent pas vraiment les principes de l’islam. Les parents nous apprennent, à prier, à faire ça et ça, mais on se dit : « pourquoi je ferais ça ? » Je me suis toujours posé des questions, surtout à l’école secondaire ; quand j’étais plus jeune, la religion pour moi, ce n’était pas vraiment important. [Pour moi], c’est venu du jour au lendemain, au collège. Je me suis dit, je vais me renseigner, je vais voir ce que c’est, parce que je n’étais pas vraiment très musulman. (Rafik, 23 ans, d’origine libanaise, arrivé au Québec à l’âge de 2 ans)

Avant mon arrivée au Canada, j’étais religieux, mais sans savoir qu’il y avait d’autres choses dans la vie. Comme si, quand tu es encore petit, on te montre les choses, mais tu ne décides pas, tu suis ce que tes parents ont suivi, [selon ce qui se fait] dans le milieu où tu es, et j’ét...

Auteurs

Anthropologue, est chercheure au Centre de recherche et de formation du Centre de santé et de services sociaux de la Montagne et professeure associée à l’École de service social de l’Université de Montréal. Elle s’intéresse aux liens familiaux (locaux et transnationaux) en contexte migratoire, aux enjeux reliés à l’interface entre les familles immigrantes et le réseau de la santé, à la diversité religieuse et aux populations musulmanes au Québec. Elle est membre du Groupe de recherche Diversité urbaine de l’Université de Montréal, de l’équipe METISS (Migration et ethnicité dans les interventions de Santé et de service social) et du Centre Métropolis du Québec.

Une maîtrise en sociologie à l’UQAM intitulée « Les représentations qu’ont les employeurs des Arabo-musulmans » et a coordonné le projet « Le rapport des jeunes québécois de confession musulmane à la religion », dirigé par Josiane Le Gall. Elle travaille actuellement pour le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQASF) sur un projet qui porte sur le système de santé mentale au Québec.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540