Version classiqueVersion mobile

Le diable en ville

 | 
Germain Lacasse
, 
Johanne Massé
, 
Bethsabée Poirier

Acte 1. L’entrée en scène

Tableau 1. L’infernale modernité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

dans un décor féerique, les deux troupes du théâtre Canadien et du théâtre National réunies dans une apothéose splendide, font un défilé sensationnel alors que les 12 danseuses, tout en rouge, dansent une bacchanale effrénée. Le diable est réjoui. Mais voilà que paraît la Croix du Mont-Royal et devant cet emblème, le diable s’engouffre et retourne aux enfers. Le tout s’achève par un chœur final de 50 personnes1.

Le journal montréalais La Presse annonce ainsi en grande pompe Le Diable en ville, une « revue d’actualité » écrite et montée en 1924 au Théâtre Canadien-Français par un artiste aujourd’hui oublié : Alexandre Silvio. Ce spectacle, constitué de numéros comiques inspirés principalement de l’actualité locale, est écrit et joué partiellement en « joual », le français vernaculaire parlé couramment dans les rues et les usines de Montréal, argot mélangeant le vieux français avec des anglicismes du monde industriel et urbain.

Pour le lecteur contemporain, cette publicité peut semble...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search