Version classiqueVersion mobile

La croix de Triquet

 | 
John MacFarlane

Épilogue

Se souvenir de Triquet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je me rappelle le major Triquet […], le premier combattant canadien de la campagne d’Italie à être décoré de la croix de Victoria […]. Et je me rappelle notre grande fierté à tous pour ce noble exploit, et la force du symbole : Triquet était francophone, et son régiment était à 90 % francophone1.
John Bassett, 1990

Après la mort de Paul Triquet, en 1980, les commémorations, puis l’oubli, mettent en lumière deux différences capitales entre la société canadienne de 1944 et celle d’aujourd’hui. La première, c’est la façon de parler de l’homme, qui dénote souvent une évolution des perceptions réciproques entre francophones et anglophones. Dans les années 1940 plus que de nos jours, les Canadiens français voulaient être reconnus par les Canadiens anglais ; ils souhaitaient être vus comme de bons soldats, à la fois « mêmes » – volontaires, ils luttaient pour la même cause – et « autres » : catholiques et francophones2. Triquet rappelle cette double aspiration dans un message envoyé aux jeun...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search