Version classiqueVersion mobile

La croix de Triquet

 | 
John MacFarlane

Deuxième partie. À quoi sert un héros ?

Chapitre 4. Une tournée de promotion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Paul, tu as généreusement offert ta vie en service de ta patrie et cette même patrie l’a prise, elle ne t’appartient plus1. »
Jean V. Allard à Triquet, mars 1944

Messages aux Canadiens

L’annonce de la croix de Victoria de Triquet marque non pas la fin, mais le début de sa vie publique. Les médias et le service des relations publiques de l’armée ont tous deux des messages à faire passer à l’opinion publique, et la voix d’un héros de guerre constitue pour ce faire un véhicule incomparable – quand bien même communiquer auprès d’auditoires différents (anglophones et francophones) n’est pas chose facile.

Jusque-là, les tentatives visant à renforcer l’appui de l’opinion publique canadienne à l’effort de guerre n’ont pas eu beaucoup de succès. En mars 1944, l’amélioration des rapports entre anglophones et francophones devient LA priorité : il faut souder le pays dans l’effort de guerre. L’objectif constitue tout un défi – et l’hésitation des parties en présence à s...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search