Version classiqueVersion mobile

Du pain ou du sang

 | 
Roland Viau

Deuxième partie. Radiographie d'une grève

Chapitre 5. Trois shillings par jour ou du sang !

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans un rapport alarmiste adressé au président des Travaux publics en mars 1843, John N. B. Mills disait appréhender la furie ouvrière au chantier de Beauharnois. Sur le terrain, le surintendant observait l’insubordination des terrassiers et redoutait une répétition des événements survenus récemment au canal Lachine1. Le responsable des travaux observait des signes de révolte imminente, remarquant même que 200 hommes, dont certains armés, se rassemblaient régulièrement pour exprimer leur mécontentement et leur frustration.

Afin de parer à toute éventualité, Mills recommandait une interruption temporaire des travaux et exigeait la suspension des « têtes brûlées ». Il demandait aussi l’aide gouvernementale, suggérait d’offrir une prime généreuse à quiconque dénoncerait les contestataires les plus endurcis et insistait sur la nécessité de dépêcher un détachement de cavalerie sur place avant de poursuivre les opérations2. À en croire Mills, seule l’intervention bienveillante de son ingén...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search