Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du pain ou du sang

 | 
Roland Viau

Première partie. Des travaux et des hommes

Chapitre 3. Habitants et immigrants aux abords du canal Beauharnois

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au lendemain de l’Union de 1840, la population du Bas-Canada était de 650 000 habitants, et celle du Haut-Canada, de 450 0001. L’aire seigneuriale de Beauharnois en comptait 12 000 et les cantons environnants de l’intérieur (Dundee, Elgin, Franklin, Godmanchester, Havelock, Hemmingford et Hinchinbrook), approximativement 8 0002. En 1842, la paroisse de Saint-Clément totalisait 1 800 âmes et le village de Beauharnois n’était à l’époque qu’un hameau de 550 habitants, principalement des Écossais de confession presbytérienne3. Environ 280 autres villageois vivaient dans un deuxième établissement riverain de la seigneurie, Saint-Timothée, édifié en 1830, face aux Cèdres, sur la rive nord du fleuve4. La paroisse du même nom établie un an plus tôt s’étendait de Teohanta à Saranac, et le parcours du canal en chantier la traversait d’est en ouest. On y dénombrait au moins 200 maisons et y recensait plus de 1 580 habitants, essentiellement des Canadiens français5.

Une objection tardiv...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540