Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du pain ou du sang

 | 
Roland Viau

Première partie. Des travaux et des hommes

Chapitre 2. Beauharnois en chantier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sous l’impulsion du bureau canadien des Travaux publics, les excavations du canal Beauharnois débutèrent le 4 juillet 1842 et s’étalèrent sur presque 40 mois. La voie hydraulique mise en chantier s’étendrait d’un seul tenant sur plus de 18 km. Son tracé arpentait la seigneurie du même nom, entre Saranac (« Rivière qui coule sous les rochers »), dans la baie Saint-François (aujourd’hui Salaberry-de-Valleyfield), et Teohanta (« Au portage »), sur les bords du lac Saint-Louis (aujourd’hui Melocheville)1. À un rythme de marche normal, soit à une moyenne de 6 km en 50 minutes, puis 10 minutes de pause, 3 heures au bas mot sépareraient les 2 points l’un de l’autre. Le lit du canal projeté aurait 24 m de large au fond, 37 m à la surface de l’eau, et 2,7 m de profondeur. L’aménagement de neuf écluses de 60,9 m de long et de 13,7 m de large compenserait la dénivellation de 25,6 m entre les lacs fluviaux2. Le sas ou la chambre d’une écluse pourrait contenir simultanément de quatre à six barge...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540