Version classiqueVersion mobile

Quand la musique prend corps

 | 
Monique Desroches
, 
Sophie Stévance
, 
Serge Lacasse

La voix comme incarnation sonore du corps

9. Redéfinir l’expérience musicale par la singularisation

Jessica Roda

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’art n’est rien d’autre que la résultante des opérations d’artification : c’est dire que – pour revenir à Nelson Goodman – il y art quand il y a eu artification.
Heinich et Shapiro 2012

À l’heure où les profils des terrains ethnomusicologiques sont de plus en plus éclatés et appellent ainsi à une singularisation des méthodes pour saisir le fait social à partir de la musique ou le sens du fait musical dans diverses sociétés, les problématiques de l’avènement de ce que l’on désigne aujourd’hui comme les « musiques du monde » ou la « World Music » – de la mise en scène et en tourisme des musiques dites traditionnelles, de leur transformation en objet commercialisable ou des terrains urbains – occupent désormais un champ prépondérant, voire majoritaire dans notre discipline tant dans les Amériques qu’en Europe et en Asie1. À l’instar de ce constat, les pratiques musicales judéo-espagnoles sont un exemple particulièrement révélateur de ces nouveaux phénomènes que les ethnomusicologues obs...

Auteur

Ethnomusicologue et anthropologue et chercheure postdoctorale à la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain. Elle est récipiendaire d’une bourse du Fonds Québécois de la Recherche sur la Société et la Culture (FQRSC) portant sur la place des festivals des communautés culturelles dans la construction de l’identité patrimoniale montréalaise et plus précisément, sur le Festival du monde arabe, le Festival de musique juive et le Festival Séfarad. Ce projet l’a conduite à s’intéresser à la mise en tourisme de la « diversité culturelle ». Docteure en ethnomusicologie de l’Université de Montréal et de l’Université Paris-Sorbonne elle est également chercheure associée au Laboratoire d’ethnomusicologie et d’organologie (LEO/OICRM) de l’Université de Montréal, et responsable des comptes rendus en français de la revue MUSICultures. Auteur d’une vingtaine d’articles, elle a récemment été sélectionnée par la Société royale du Canada et le Science Council of Japan dans le cadre du programme WISET pour un séjour académique à Tokyo et Osaka en mars 2014.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search