Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand la musique prend corps

 | 
Monique Desroches
, 
Sophie Stévance
, 
Serge Lacasse

Le corps comme outil du musicien

4. L’orgue et le regard de l’écoute

Ghyslaine Guertin et Jean-Willy Kunz

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La musique se passe aisément de paroles pour communiquer son potentiel significatif. Elle ne peut toutefois faire abstraction du corps du musicien qui, avec sa gestuelle et ses mouvements, donne naissance à l’œuvre en la jouant pour la transmettre à l’auditeur1. Or, cette dynamique instrumentale est animée d’un savoir-faire à la fois visible et audible. Le beau son repose sur la performance technique du geste du musicien, de son contact intime avec l’instrument qui lui permet de creuser sa pensée, d’exprimer ses émotions et ses affects. Ce corps vécu, dans et par le geste pour faire entendre et comprendre ce qui ne se dit pas, conduit aussi à interroger l’implication de l’auditeur, ses attitudes et ses conduites esthétiques. Plus largement, ce chapitre tente de savoir en quoi consiste la fonction de l’écoute sollicitée par la voix du corps et ses modes de séduction ? Un nouvel espace sonore motive notre démarche. Il met en scène un instrument qui a été longtemps à l’abri du regard d...

Auteurs

Ghyslaine Guertin a un doctorat en philosophie (Université de Montréal) sur la sémiologie de la critique musicale. Elle est membre régulier de l’OI-CRM (chercheure associée au Laboratoire d’ethnomusicologie et d’organologie (LEO) et au Laboratoire musique histoire et société (LMHS). Ses champs de recherche concernent l’esthétique et la philosophie de la musique et plus particulièrement celles de Glenn Gould et de Michel-Paul Guy de Chabanon au siècle des Lumières. Elle est l’auteure de La critique et ses malentendus : Le cas Glenn Gould, publié en 2013 aux Presses de l’Université de Montréal.

Jean-Willy Kunz se passionne pour de multiples styles et genres musicaux. Il est le claveciniste de l’ensemble Caprice depuis 2011, l’organiste en résidence de l’Orchestre Symphonique de Montréal depuis 2013, et il deviendra le chef en résidence du Studio de musique ancienne de Montréal pour la saison 2014-15. Jean-Willy Kunz a coécrit le livre Helmut Walcha, Nuit de lumière (Colmar, Do Bentzinger, 2004). De plus, il a participé à plusieurs enregistrements en tant que pianiste, claveciniste ou organiste, dont Adagio de l’ensemble Caprice (Analekta, 2013), Duo de Jean-Guy Boisvert (ATMA, 2013), Punkt de Pierre Lapointe (Audiogram, 2013).

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter