Version classiqueVersion mobile

Trois espaces de protestation

 | 
Pascale Dufour

Chapitre 5. Les traits distinctifs de l’espace canadien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans ce chapitre, nous montrons que l’espace de protestation mondiale est né au Canada anglais en même temps que des élections fédérales, mais que depuis 2001, il s’est davantage développé dans les centres urbains, et notamment à Toronto, rendant plus impropre l’appellation « espace » au singulier. Il y a aujourd’hui des espaces de protestation mondiale au Canada anglais, fortement différenciés et en constant mouvement. Depuis le milieu des années 1990, les groupes de la société civile canadienne ont largement érodé leur capacité à exercer une influence sur les processus politiques nationaux et le pouvoir de l’État. Plusieurs raisons sont invoquées : les réseaux d’acteurs sociaux fonctionnent de manière segmentée (pas suffisamment d’alliés d’une province à l’autre) et leur accès à l’État fédéral est de plus en plus problématique. Pour Ayres (2004), ces facteurs expliquent en grande partie le manque de mobilisations d’envergure au Canada contre un approfondissement de l’intégration c...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search