Version classiqueVersion mobile

Architecture de paysage du Canada

 | 
Ron Williams

Quatrième partie. Naissance d’un paysage moderne : de 1945 à aujourd’hui

22. 1975–2000 : au-delà du paradigme moderne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

22.1 Granite Assemblage, West Vancouver, Colombie-Britannique, vue d’Ambleside Landing vers l’est. Le pont Lions Gate, entre le parc Stanley (à droite) et la rive nord, est visible en arrière-plan.

Image

Les projets de design du paysage canadien des années 1960 et 1970 se sont conformés à l’idiome stylistique de l’époque, le modernisme (voir chapitre 20). Pendant les années 1970 et le début des années 1980 cependant, partout en Amérique du Nord, un courant de plus en plus fort s’est élevé contre la forteresse philosophique, autrefois imprenable, de ce mouvement. On a d’abord assisté à une vague de mécontentement – contre « le manque de personnalité des bâtiments », les plazas d’immeubles à bureaux « balayées par le vent », etc. – puis à un rejet total des formes du modernisme et de la philosophie du progrès à outrance qui l’avait soutenu.

Les reproches visaient entre autres le manque de chaleur humaine des aménagements, l’absence de spécificité culturelle ou régionale dans l...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search