Version classiqueVersion mobile

Architecture de paysage du Canada

 | 
Ron Williams

Quatrième partie. Naissance d’un paysage moderne : de 1945 à aujourd’hui

20. Renaissance urbaine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

20.1 Expo 67, Montréal, Québec : le système de mouvement léger, le minirail, passe avec rapidité et élan devant le pavillon de la France sur l’île Notre-Dame. Les appareils d’éclairage innovateurs des réflecteurs de lumière sont visibles à gauche.

Image

Le meilleur et le pire des temps

C’est au cours des années 1960 qu’ont émergé les innovations les plus remarquables en matière d’architecture de paysage au Canada. C’est aussi pendant cette période que la profession s’est établie sérieusement. Malheureusement, les décennies 1950 et 1960 ont été aussi les pires, si l’on considère que c’est pendant ces années que l’on a le plus détruit le paysage urbain historique, sans vraiment y réfléchir1.

Le deuxième constat s’explique par la combinaison d’une série de tendances destructrices, dont le déplacement des équipements urbains vers la banlieue, qui a mis en marche un long processus de déclin des centres-villes. Le déplacement du campus de l’Université Lav...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search