Version classiqueVersion mobile

Architecture de paysage du Canada

 | 
Ron Williams

Deuxième partie. Défis d’un paysage urbain et industriel

9. Les jardins publics et privés du XIXe siècle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le jardin victorien

Au XIXe siècle, l’Angleterre était le centre névralgique des nouveaux idéaux et principes en matière d’aménagement des jardins. En tant qu’avant-poste de la culture britannique, le Canada embrassait inévitablement ces idées qui reflétaient alors les préoccupations d’une nouvelle génération. S’étant enrichis grâce au commerce et à l’industrie, ses membres avaient remplacé les grands propriétaires terriens au sommet de l’échelle sociale1. Les paysages naturalistes et romantiques qu’affectionnaient leurs prédécesseurs ont donc laissé place à de nouveaux jardins, dans lesquels les membres de la nouvelle classe dominante, énergiques, ambitieux et arrivistes, privilégiaient les plantes, surtout celles à fleurs voyantes.

Cet intérêt était stimulé par la création de sociétés d’horticulture, qui finançaient souvent des expéditions à travers le monde afin de découvrir de nouvelles plantes exotiques, et par la création et l’expansion de jardins botaniques, c...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search