Version classiqueVersion mobile

Architecture de paysage du Canada

 | 
Ron Williams

Première partie. Héritage paysager autochtone et colonial

6. Terres promises de l’Ouest

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pendant les six décennies qui ont suivi l’achat de la Louisiane par les États-Unis, en 1803, la colonisation américaine s’est rapidement étendue vers le Middle West, ouvrant une vingtaine de nouveaux états à l’agriculture. L’immense territoire de l’Ouest canadien, du lac Huron jusqu’aux côtes arctiques et pacifiques, est lui demeuré difficilement accessible et peu exploité jusqu’en 1870.

Les paysages de l’Ouest

La principale barrière à la colonisation de ce grand territoire était le bouclier canadien. Au-delà des terres agricoles fertiles du sud de l’Ontario, cette vaste chaîne d’anciennes montagnes peu élevées, ponctuée de rivières, de lacs et de marécages, s’étend vers le nord et l’ouest sur près de 1 000 kilomètres. Le couvert forestier mixte se transforme graduellement en forêt de petits conifères, souvent morne et interminable aux yeux du visiteur qui la traverse. Les glaciers y ont créé un système de drainage complexe et discontinu qui défie toute tentative de ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search