Version classiqueVersion mobile

Architecture de paysage du Canada

 | 
Ron Williams

Première partie. Héritage paysager autochtone et colonial

5. Rêves d’empire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

5.1 Elizabeth Simcoe, Castle Frank, 1796.

Image

Lors des rivalités impériales du XVIIIe siècle, le gouvernement britannique a bâti, sur la côte atlantique, plusieurs villes fortifiées ayant pour but de protéger et de peupler les territoires conquis. Cette première vague de colonisation a été suivie de plusieurs autres, en provenance des colonies américaines et des îles britanniques. Les nouveaux arrivants ont développé une économie fondée sur la pêche, le bois et l’agriculture, tandis que les marchands et les soldats de l’empire britannique, alors en pleine expansion, s’établissaient dans les nombreux ports naturels de mer et de rivière de la région.

Cette immigration a considérablement marqué le paysage. Les villes, les fermes et les cantons (townships), créés entre 1749 et les années 1840 et intégrés au paysage culturel acadien déjà en place, constituent la toile de fond de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard d’aujourd’hui. Plusieurs de c...

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search