Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France depuis de Gaulle

 | 
Marc Chevrier
, 
Isabelle Gusse

Les auteurs

Texte intégral

1 Jean Baubérot est président d’honneur de l’École Pratique des Hautes Études à la Sorbonne ; professeur émérite EPHE, chaire « Histoire et sociologie des laïcités » ; fondateur, ancien directeur et membre du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (Unité mixte CNRS-EPHE). Ancien conseiller au cabinet de Ségolène Royal (ministre de l’Enseignement scolaire, 1997-1998), chargé de la Formation à la citoyenneté, en 2003, il a également siégé en tant que membre de la Commission pour l’application du principe de laïcité dans la République (dite « Commission Stasi »). Auteur de nombreux articles et ouvrages, il a signé plus récemment L’intégrisme républicain contre la laïcité, 2006, Éditions de l’Aube ; Les laïcités dans le monde, 2007, 2e édit. 2009, PUF, « Que sais-je ? » ; La laïcité expliquée à Nicolas Sarkozy et à ceux qui écrivent ses discours, 2008, Albin Michel ; Petite histoire du christianisme, 2008, Librio, et Une laïcité interculturelle. Le Québec avenir de la France ?, 2008, Éditions de l’Aube.

2 Marc Chevrier est professeur au Département de science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM) depuis 2002. Ses travaux et publications ont touché à l’analyse politique du droit et des régimes, au fédéralisme comparé et aux idées politiques. Il travaille actuellement sur l’anthropologie philosophique de la modernité.

3 Léa-Laurence Fontaine est titulaire d’un doctorat de droit de la Faculté de droit de l’Université de Montréal et de l’Université des sciences sociales de Toulouse ainsi que d’un post-doctorat en relations industrielles de l’École de relations industrielles de l’Université de Montréal. Professeure à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM) depuis 2006, elle est membre du Centre de recherche sur la mondialisation et le travail (CRIMT) depuis 2005. Sa recherche porte essentiellement sur le droit des rapports collectifs du travail (syndicalisation, négociation, moyens de pression, etc.) tant dans le secteur public que dans le secteur privé ainsi que sur le travail précaire, au Canada et en Europe. Coauteure du Droit des rapports collectifs du travail au Québec (Éd. Yvon Blais, 2009), elle a écrit plusieurs textes scientifiques consacrés au droit du travail.

4 Antonin-Xavier Fournier est diplômé en science politique de l’Université de Sherbrooke et de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Il a publié, en 2008, La dynamique du pouvoir sous la Ve République aux Presses de l’Université du Québec et un article intitulé « Le partage des pouvoirs entre le président et le premier ministre sous la Ve République » dans la revue Bulletin d’histoire politique. Comme chercheur, il s’intéresse, entre autres, à l’évolution du régime politique de la France sous la Ve République. Il commente régulièrement l’actualité politique dans les quotidiens québécois La Presse et Le Devoir.

5 Bastien François est professeur au Département de science politique de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, où il est directeur adjoint du Centre de recherches politiques de la Sorbonne (laboratoire associé au CNRS). Depuis sa thèse de doctorat (1992), consacrée aux transformations du droit constitutionnel en France sous l’effet de la montée en puissance du contrôle de constitutionnalité, ses recherches portent principalement sur les institutions politiques françaises et européennes, ainsi que sur les formes contemporaines de la professionnalisation politique (il prépare actuellement un ouvrage, issu d’une recherche collective, sur les collaborateurs de députés). Il est l’auteur ou l’éditeur d’une dizaine d’ouvrages, dont un manuel de sociologie politique (avec Jacques Lagroye et Frédéric Sawicki, Presses de Sciences Po et Dalloz, 5e éd. 2006) et des essais critiques sur le système politique français (notamment Misère de la Ve République, Points-Seuil, 2e éd. 2007).

6 Isabelle Gusse est professeure au Département de science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Spécialisée en communication politique, elle s’intéresse aux acteurs (médias, firmes de communication, organisations politiques) et supports communicationnels qui assurent la médiatisation de la politique auprès des citoyens. Ses observations portent plus spécifiquement sur les mécanismes mercatiques des organisations gouvernementales canadiennes. Elle réfléchit également aux questions de diversité et d’indépendance des médias. À ce titre, en 2006, elle a dirigé l’ouvrage Diversité et indépendance des médias, Presses de l’Université de Montréal, coll. Paramètres.

7 Chantal Lavallée est doctorante en science politique à l’UQÀM, sous la direction de Alex Macleod. Sa thèse porte sur la recomposition du champ européen de sécurité et de défense. S’intéressant aux interactions entre les acteurs, décisionnels et en marge du pouvoir, au sein de la PESD, notamment en France et au Royaume-Uni, elle a effectué de nombreux séjours de recherche en Europe (Paris, Strasbourg, Londres et Bruxelles). Chargée de cours à l’UQÀM, à l’Université d’Ottawa et à l’Université de Sherbrooke, ses enseignements portent sur la construction européenne et la politique étrangère de l’Europe occidentale. Elle a publié « La prolifération des blocs régionaux : vers une reconfiguration du système international ? » dans Introduction aux relations internationales. Théories, pratiques et enjeux (Stéphane Paquin et Dany Deschênes, dir.), 2009, Chenelière Éducation. Elle a également dirigé un ouvrage collectif intitulé L’Europe de la défense : acteurs, enjeux et processus paru, en 2008, à la Documentation française.

8 Catherine Saouter est professeure à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Docteure en sémiologie, ses recherches et enseignements portent sur les théories de l’image dans une perspective sémiotique et historique. Son travail actuel porte, pour la part épistémologique, sur les relations entre mises en images et représentations, et, pour la part thématique, sur les fonctions et enjeux des expressions visuelles dans la relation entre patrimoine, guerre et paix. Elle est l’auteure de Images et sociétés – Le progrès, les médias, la guerre (Les Presses de l’Université de Montréal, 2003) et de Le Langage visuel (XYZ éditeur, 1998, 2000 et 2004).

9 Carolle Simard est professeure-chercheuse titulaire au Département de science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Elle est membre du réseau Metropolis et du Centre d’études ethniques des universités montréalaises (CEETUM). En plus de s’intéresser aux politiques publiques relatives à l’immigration et à l’intégration des immigrés, elle travaille régulièrement sur les questions de réforme administrative et d’équité en matière d’emploi. Elle est présentement trésorière de la Société québécoise de science politique. Elle est l’auteure de livres, de rapports de recherche, de chapitres de livres et d’articles scientifiques.

10 Nicolas Tenzer, ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm et de l’ENA, est président du Centre d’étude et de réflexion pour l’action politique (CERAP), président d’Initiative pour le développement de l’expertise française à l’international et en Europe (IDEFIE) et directeur de la revue Le Banquet. À la fois intellectuel et haut fonctionnaire, ancien chef de service au Commissariat général du Plan, chargé de cours ou professeur invité dans différentes universités et écoles françaises et étrangères, chercheur invité à la Chaire Raoul-Dandurand en études diplomatiques et stratégiques (UQÀM), on lui doit des ouvrages salués par la critique et le public (notamment Philosophie politique, PUF, 1994, 2e éd. 2008 ; Le tombeau de Machiavel, Flammarion, 1997 ; La face cachée du gaullisme, Hachette Littératures, 1998 ; Les valeurs des Modernes, Flammarion, 2003 ; France : la réforme impossible ?, Flammarion, 2004 ; et Quand la France disparaît du monde, Grasset, 2008) et des centaines d’articles scientifiques et destinés au grand public. Auteur de rapports officiels qui ont inspiré la réforme de l’État en France et à l’étranger, il a à deux reprises audité pour le gouvernement la politique internationale de la France.

11 Julien Tourreille est chercheur à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques et candidat au doctorat en science politique à l’UQÀM. Il est diplômé de l’Institut d’études politiques de Toulouse et titulaire d’une maîtrise en science politique de l’Université Paris 2 Panthéon-Assas. Ses principaux intérêts de recherche sont les stratégies américaines dans les guerres irrégulières, les relations transatlantiques, ainsi que les dynamiques électorales américaines. Il a notamment publié : avec Charles-Philippe David et Karine Prémont, L’Erreur. L’échec américain en Irak cinq ans plus tard, Septentrion, 2008 ; avec Charles-Philippe David (dir.), Le conservatisme américain. Un mouvement qui a transformé les États-Unis, Presses de l’Université du Québec, 2007 ; et avec Elisabeth Vallet « The Clash between Europe and the United States : A New Cold War ? », in Charles-Philippe David et David Grondin (dir.), Hegemony or Empire ? The Redefinition of U.S. Power under George W. Bush, Ashgate, 2006.

12 Stéphane Vibert est docteur en anthropologie sociale de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris), diplômé en sciences politiques et en sociologie comparative. Il est professeur adjoint au Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université d’Ottawa. Ses travaux de recherche portent sur la notion de « communauté » dans les sciences sociales et dans les sociétés contemporaines ainsi que sur la compréhension théorique et épistémologique du « holisme », à travers un questionnement sur les identités collectives : nationalisme, communautarisme, multiculturalisme, républicanisme. Parmi ses publications récentes : Louis Dumont – Holisme et modernité (Paris, Michalon, 2004) ; « La communauté est-elle l’espace du don ? » (Revue du MAUSS, no 24 et no 25, 2004 et 2005) ; « La référence à la société comme totalité – Pour un réalisme ontologique de l’être-en-société (holisme anthropologique et sociologie dialectique) » (Société, no 26, 2006) ; La communauté au miroir de l’État La notion de communauté dans les énoncés québécois de politiques publiques en santé (Québec, Presses de l’Université Laval, 2007) ; Pluralisme et démocratie – Entre droit, culture et politique (Montréal, Québec Amérique, coll. « Débats », 2007).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540