Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France depuis de Gaulle

 | 
Marc Chevrier
, 
Isabelle Gusse

6. Un monument appelé de Gaulle

Catherine Saouter

Texte intégral

1Les termes mémoire, souvenir, commémoration, rituel, patrimoine, tradition, héritage ont tous à voir avec la conviction selon laquelle toute société, culture ou civilisation doit négocier sa relation avec le passé, le présent et l’avenir pour assurer sa pérennité. Prenant acte de cette terminologie et des performances qu’elle sous-entend, nous allons tenter de réfléchir sur les moyens qui semblent illustrer cette dynamique aujourd’hui, dans une société particulière, autour d’un fait particulier : la mémoire du général de Gaulle dans la société française contemporaine. Par ses actions autant que par sa posture intellectuelle et idéologique, cet homme semble avoir produit une détermination symbolique, au sens fort de ce terme, concernant la conception que les Français contemporains ont de ce que l’on appelle parfois le fait français.

1. Une biographie prestigieuse

  • 1 La source de cette présentation biographique est le site de la Fondation Charles de Gaulle, consul (...)

2Charles de Gaulle, né le 22 novembre 1890 à Lille, mort le 9 novembre 1970 à Colombey-les-Deux-Églises, prend place dans l’histoire du XXe siècle français aux titres d’officier militaire et d’homme politique1. Dans les deux cas, les carrières furent prestigieuses, hors du commun. Issu d’une famille réputée patriote et religieuse, il choisit la carrière militaire, entre en 1909 à l’École spéciale de Saint-Cyr, puis, doté du grade de lieutenant, participe avec ardeur à la Première Guerre mondiale. En 1921, il épouse Yvonne Vendroux, dont il a trois enfants. En 1934, il installe sa famille dans sa nouvelle propriété de La Boisserie, près de Colombey-les-Deux-Églises. Promu colonel en 1937, il est nommé, le 9 septembre 1939, commandant des chars de la Ve Armée à l’entrée en guerre contre l’Allemagne, puis, le 1er juin 1940, général de brigade à titre provisoire, enfin, quelques jours plus tard, sous-secrétaire d’État à la Défense nationale et à la Guerre. Réfugié à Londres et défiant le nouveau gouvernement du maréchal Pétain, il lance, sur les ondes de la BBC, l’appel du 18 juin. Il organise les Forces françaises libres, choisit l’emblème de la croix de Lorraine, forme un gouvernement en exil, charge Jean Moulin d’organiser en France le Conseil national de la Résistance. Il obtient des Alliés la libération de Paris, effective le 25 août 1944, et sait éviter que le pays ne soit mis en tutelle par l’AMGOT, The Allied Military Government for Occupied Territories. Président d’un premier gouvernement d’unanimité provisoire, il démissionne le 20 janvier 1946. La guerre d’Algérie le ramène aux premiers rangs de l’action politique lorsque le président de la IVe République, René Coty, appelle à la rescousse le plus illustre des Français. Le 28 septembre 1958 est adoptée par référendum, avec 79,2 % des voix, une nouvelle constitution instituant la Ve République. Le 8 janvier 1959, élu par un collège électoral de France et d’Outre-mer, il en devient le premier président. Il conduit la résolution du conflit avec l’Algérie, qui accède à l’indépendance le 1er juillet 1962. Défenseur virulent de l’indépendance française, il promeut l’arme atomique, tient à distance les États-Unis, participe à la construction européenne en veillant au primat des États. En 1965, par suffrage universel, il obtient un second mandat devant le candidat François Mitterrand. Mis à mal par les mouvements contestataires de Mai 68, il sonde l’opinion par un nouveau référendum, le 27 avril 1969. Désapprouvé par 52,4 % des votants, il se retire. Il décède l’année suivante et ses funérailles ont lieu dans l’intimité à Colombey-les-Deux-Églises : par testament, en 1952, il avait exprimé son refus de funérailles nationales. Le 12 novembre 1970, à Paris, l’État organise en parallèle une cérémonie officielle.

3Un tel curriculum a fait de Charles de Gaulle un personnage non seulement historique, mais encore mythique, prouesse qui a été scrutée par Maurice Aghulon (2000 : 105-107, 110). Cherchant à expliquer « comment un personnage historique entre en mythologie », il propose « une théorie de l’entrée en légende », fondée sur trois conditions nécessaires et indispensables : « 1- jouer un rôle historique majeur dans une guerre nationale ; 2- être doté d’une psychologie et d’un caractère hors du commun, être doté de la qualité de l’extraordinaire ; 3- susciter des admirations discutées, contradictoires, mais unanimes ». De fait, les commentateurs reconnaissent à Charles de Gaulle de remplir les trois conditions.

4Près de 40 ans après sa mort, on s’accorde aisément à propos de De Gaulle : c’est un grand homme, un homme d’exception, avec son éclat et ses éclats, sa démesure et sa simplicité. Sa renommée et la fascination qu’il suscite spontanément perdurent en parallèle avec une orchestration officielle qui ne réussirait pas sans la ferveur publique. Très peu de personnages de notre histoire ont joué un rôle aussi important et gardé une telle influence sur une période aussi longue (Oulmont, 2008 : 9).

5Dès lors, les traits mythiques de Charles de Gaulle donnent lieu à une figure modelée par l’imaginaire collectif et versée dans la mémoire commune. C’est ce phénomène que nous allons tenter d’explorer dans ce qui suit.

2. Les régimes temporels de la mémoire collective

6Pour comprendre la configuration et le fonctionnement de la figure du général de Gaulle dans la mémoire collective française contemporaine, il faut prendre en compte les différentes logiques mémorielles qui rendent possibles de tels procès. Si nous suivons Jean Davallon (2002), nous pouvons retenir comme essentiels trois régimes de la mémoire, correspondant à trois types de temporalité.

7Une première temporalité, continue, autorise les transmissions considérées à l’identique. C’est le régime de la persévérance, selon le terme de Davallon, de la tradition, selon Lenclud (1987) ou Rautenberg (2003). Régime à défaut duquel Alleau remarque avec un solide bon sens qu’« une invention qui ne serait pas transmise devrait être perpétuellement réinventée » (Alleau, 1980 : 229). La tradition ne concerne donc pas seulement le folklore, l’artisanat et les sociétés dites orales – pour ne pas dire arriérées. C’est par cette voie que de vastes ensembles de connaissances, de savoir-faire, d’outils ou de croyances demeurent à la disposition des communautés et des collectivités, propices à ce que celles-ci considèrent comme nécessaire pour leur survie et leur perpétuation, non pas seulement selon des critères rationnels ou scientifiques mais, bien plus largement, anthropologiques. C’est ce régime qui permet la perpétuation de l’art de la broderie autant que celle des fondements d’une épistémologie, la transmission rigoureuse des techniques de dentisterie ou de menuiserie autant que la transmission ludique des contes et légendes. La tradition n’est pas une collection de choses, elle est un procès de transmission voulue à l’identique dans une temporalité continue. Dans le cas de la figure du général de Gaulle, la tradition a retenu le Grand homme de 1, 85 m, général et président, qui a lancé un appel le 18 juin 1940 et qui était doué d’une formidable rhétorique (« Je vous ai compris », « Tout ce qui grenouille, gratouille, scribouille », « Vive le Québec libre ! », etc.). La logique mémorielle qui reflète cette acception engendre un paradigme du trésor et retient parmi les choses héritées du passé celles qui en sont emblématiques. À noter, ce régime de la persévérance, assimilé à la tradition, est passible de contre-performance : l’immobilisme, la ruine, l’invalidation. Ainsi en fut-il lors du choc frontal avec la dite modernité pendant la seconde moitié du XXe siècle.

  • 2 La clef de Garangeot est un instrument de la dentisterie remontant au Moyen Âge à mi-chemin entre (...)

8Une deuxième temporalité, innovante, admet les transformations des acquis des périodes antérieures. Dialectique, elle rend possible les discriminations entre le désuet et l’indispensable. Elle permet l’acceptation et l’intégration du différent malgré le poids de la tradition. S’il y a bien une tradition du soin dentaire, on admet aisément que l’abandon des tenailles et autre clef de Garangeot2 au profit de la roulette électrique est un bienfait indescriptible pour l’humanité tout entière. La logique mémorielle qui reflète cette acception engendre un paradigme du document et considère les choses héritées du passé comme étant des échantillons – ou des répliques, au sens sémiotique que Umberto Eco (1978) donne à ce terme. Dans le cas de la figure du général de Gaulle, la science a retenu l’Homme historique et compilé avec rigueur et méthode des fonds documentaires systématiques et considérables. C’est le cas, par exemple de l’Institut national de l’audiovisuel français (INA) qui permet de retracer et d’entendre en version numérique sur le site degaulle.ina.fr, sous la référence 00011, le célèbre « Je vous ai compris », prononcé lors du Discours du 4 juin 1958 au Forum d’Alger, capté par la radiophonie et par les actualités cinématographiques dans une bande de 18 minutes et 8 secondes. Cette même logique mémorielle a donné lieu, en même temps, à un imposant corpus historiographique et critique, dont sont symptomatiques, parmi d’autres, les 296 notices livrées par le catalogue de l’Université du Québec à Montréal pour le descripteur /charles de gaulle/. Ce régime dialectique admet de facto sa possible obstruction : mise au rebut des documents, perte, pilonnage, mais aussi censure et révisionnisme.

  • 3 Le dossier de soumission de L’appel du 18 juin 1940 (REF No 2004-24), élaboré conjointement par l’ (...)

9Une troisième temporalité, discontinue, admet des ruptures dans la pérennité des transmissions. Elle est le lieu des oublis, des abandons et, donc, des découvertes et redécouvertes. La logique mémorielle qui lui est associée est celle du patrimoine, et engendre le paradigme de la trouvaille, tel que discuté par Jean Davallon (2002 et 2007). Les objets qui constituent ce patrimoine sont des vestiges, ultimement des reliques. Dans le cas de la figure de Charles de Gaulle, cette logique mémorielle rend possible l’édification de l’Homme-monument avec ce que cela implique de marquage de l’espace et du temps, autorisant l’instauration de rituels remémoratifs et commémoratifs. D’où la création d’institutions muséales telles l’Historial des Invalides ou le Mémorial de Colombey-les-Deux-Églises ; l’invention de lieux patrimoniaux tels la maison natale de Lille et le bureau de la rue Solférino ; l’inscription, en 2005, dans le Registre Mémoire du Monde du Patrimoine mondial, des quatre documents reliés à l’appel du 18 juin 19403. La contre-performance de ce régime mémoriel est la déconsécration : on connaît des musées du Purgatoire, hautement prisés au XIXe siècle, qui ne trouvent même plus preneur aujourd’hui chez les brocanteurs.

10Ces trois types de temporalité et les régimes mémoriels qu’ils encadrent coexistent et interfèrent les uns avec les autres. Ils donnent les balises des avenues explorées par l’imaginaire collectif qui alimente en configurations de toutes sortes une mémoire partagée par l’ensemble d’une collectivité donnée. En procédant en trois parties, tel qu’illustré ci-après par la Figure 1, nous allons prendre en compte ces régimes afin d’observer les multiples traits constitutifs de la figure du général de Gaulle et discuter de la forme qu’elle présente aujourd’hui, à l’heure du cinquantenaire de la Ve République française. L’étude est effectuée sur un corpus représentatif et synchronique de documents et de données recueillis en février 2009. La méthode est sémiotique et veut saisir les variétés d’occurrences médiatrices de la dite figure, lesquelles livrent autant de configurations interprétatives d’un même objet référentiel, la personne authentique de Charles de Gaulle. L’analyse ne cherche pas à mesurer la fidélité de ces représentations mais, en tout premier lieu, à vérifier la présence effective de la figure dans le discours social contemporain. Cette enquête est donc menée à partir d’Internet, le média des médias, lieu par excellence, aujourd’hui, d’où tirer une coupe synchronique de ce qui est dit et de ce qui circule dans la société. En second lieu, il s’agira de repérer les points de vue que les écarts entre objet et configuration signalent, afin de retracer les discours ainsi véhiculés. Une attention privilégiée est accordée aux images, moyens de première importance pour produire et consigner des représentations sociales.

Figure 1 Régimes temporels et mémoire collective

Figure 1 Régimes temporels et mémoire collective

3. La vie de la figure

Le Grand homme

  • 4 Le sondage a été effectué par France2 et BVA. En bonne logique doxique, on en trouve les détails e (...)

11Charles de Gaulle, le plus grand Français de tous les temps : voici ce qu’un sondage4, le 14 mars 2005, révélait de l’avis des Français sur celui qu’ils retenaient dans la longue hagiographie de l’histoire nationale. C’est là un de ces traits sous lesquels se dessine cette première figure du Grand homme, mettant librement en scène toutes sortes d’aspects connus grâce à la tradition, employés avec ou sans souci d’exactitude historique et mis au service du discours contemporain pour toutes sortes d’objectifs de l’activité sociale, culturelle, politique ou autre. De fait, la figure de De Gaulle semble bien convenir, en diverses circonstances, à l’exercice du discours social et Internet permet rapidement de la rencontrer dans divers genres médiatiques.

  • 5 Jean Cabu, dit Cabu (1938-), dessinateur et caricaturiste politique, collabore à Charlie Hebdo dep (...)
  • 6 Jean Plantureux, dit Plantu (1951-), est dessinateur politique pour Le Monde depuis 1972 et produi (...)

12La caricature politique est un de ces lieux prévisibles et l’élection du nouveau président Nicolas Sarkozy en donne de savoureuses occasions. Parmi d’autres, Cabu5 a utilisé la grande taille et le statut de général à un moment de la campagne électorale, manière de ridiculiser Sarkozy noyé dans un uniforme trop grand, tentant d’attirer l’attention de Ségolène Royal, elle-même affublée des insignes de François Mitterrand, chapeau mou et écharpe rouge. Autrement dit, deux nains à l’ombre de géants. Ce fut bien le rêve de Mitterrand lui-même : devenir président de la République française, c’est occuper la place de De Gaulle. On se souvient comment Plantu6 le rappela à sa façon : le lendemain des élections présidentielles, dans les kiosques à journaux, on pouvait voir un tout petit Sarkozy tentant de grimper au-dessus de la pliure du journal et d’atteindre la moitié noble de la une du Monde, déjà occupée par un de Gaulle hiératique.

13Autre lieu de production visuelle, doté d’un vaste lectorat : la bande dessinée. Nous y trouvons rapidement deux exemples remarquables, l’un dans le mode sérieux, l’autre dans le mode comique. Entre 1987 et 2009, Jacques Ferrandez publie les dix volumes de la série Carnets d’Orient, située en Algérie et couvrant notamment la période de la guerre d’indépendance. Parmi les moyens que choisit l’auteur pour construire et faire comprendre le contexte de ces années troubles, la mise en scène de Charles de Gaulle est une solution particulièrement soignée. Trois pleines planches sont consacrées au discours au balcon de l’hôtel de ville d’Alger, le 4 juin 1958, avec la retranscription, en caractères gras, de passages marquants. Pour l’année 1959 et l’annonce du référendum sur l’autodétermination, l’auteur campe une action typique du président de Gaulle : le discours télévisuel. Ce faisant, il renvoie à un trait essentiel de la figure, celui de l’homme qui sut avec maestria utiliser la radiophonie et la nouvelle télévision au service des communications de sa politique. Une abondante littérature a été consacrée à cette virtuosité et l’on trouve chez Jean K. Chalaby l’expression précise de sa valeur paradigmatique :

Charles de Gaulle’s proeminent place in modern history is not the sole reason why his relationship with television is of particular interest to social scientists. De Gaulle’s efficient use of television during his presidency addresses a whole range of issues related to the role of television in modern democracies. (1998 : 44)

14L’effet de réel (Barthes, 1968) est alors prégnant et cela livre ici certainement une des occurrences visuelles les plus populaires de la tradition : tout le monde – du moins en France – se souvient de De Gaulle en noir et blanc, sur le petit écran, s’adressant à la France.

15Pour De Gaulle à la plage, publié en 2007 par Jean-Luc Ferry, le registre de l’humour autorise à faire de l’icône sacrée une figure de carnaval. Mais l’humour reste bon enfant, sans aucune causticité et l’on jubile sans souci devant un de Gaulle en maillot de bain, parodiant lui-même son appel du 18 juin pour retrouver un ballon égaré sur la plage.

  • 7 Cette citation est extraite d’une entrevue avec le réalisateur, que l’on trouvera, avec de nombreu (...)

16Cette timidité devant la charge n’est pas à mettre au compte du seul Jean-Luc Ferry. Elle est remarquée et confirmée par les artisans d’un troisième domaine visuel, le cinéma. Ainsi l’exprime Bernard Stora, réalisateur du Grand Charles, téléfilm en deux parties, diffusé en 20067, sur le site officiel du film :

La figure du Général semble immortelle… elle inspire une forme de nostalgie ou de regret même à ceux qui l’ont combattu, même aux jeunes générations qui ne l’ont pas connu. Le film interroge cette image pour le moins imposante… J’avais envie de m’attaquer aux « tabous de Gaulle »… Il y a autour de son image quelque chose de sacré… Incarner de Gaulle fiche une sainte trouille aux comédiens… Malraux avait raison quand on parle de de [sic] Gaulle, Dieu n’est jamais bien loin.

  • 8 On peut visionner quelques extraits et bandes-annonces du diffuseur France3 sur Dailymotion.

17Utiliser la figure de De Gaulle comme élément contextuel est une chose, aisément pratiquée dans toutes sortes de productions culturelles, mais prendre la personne de De Gaulle et en faire un personnage en est une tout autre, osée seulement trente-cinq ans après sa mort. Peu avant Le grand Charles de Stora, est sorti l’année précédente De Gaulle intime, réalisé par René-Jean Bouyer. Dans un cas, une fiction, centrée sur une période de la carrière politique – de la traversée du désert à la conquête du pouvoir, annonce l’affiche. De l’autre, un documentaire utilisant des archives sous la supervision et le conseil de l’héritier en titre, Philippe de Gaulle, amiral et fils de Charles8. Les deux productions sont dans le régime sérieux et hagiographique, aux antipodes de la polémique ou d’une quelconque critique, et l’on remarquera la prudence avec laquelle est abordée la vie privée du général, thème jusque-là laissé totalement à l’écart.

  • 9 À ce titre, voir les confirmations et les commentaires du site francelibre.fr.

18Ce même registre sérieux est encore celui que l’on retrouve sur la dernière plate-forme médiatique livrée par les nouvelles technologies d’information et de communication, le web participatif 2.0. Un nombre important de vidéos associés à Charles de Gaulle ont été versés sur YouTube et autre DailyMotion. Mieux : le Grand homme a sa page perso sur MySpace. Les vidéos sont essentiellement des reprises de bandes d’actualités cinématographiques ou divers petits montages d’images d’archives, de commentaires, de chansons du répertoire. À noter, tout ce qui de près ou de loin est lié à la Résistance française est associé à Charles de Gaulle par les moteurs de recherche des dits sites9. Il fut difficile de trouver un document dérogeant au chorus dominant. Néanmoins, sur YouTube, on peut écouter Ici Londres le rap du 18 juin, mis en ligne par eightiessrules le 19 avril 2008. Dans le style rap, 5 minutes et 6 secondes d’audition livrent quelques manipulations sonores de fragments de l’appel sur une image fixe évoquant l’affiche placardée en 1940.

19La page perso de MySpace, construite à la première personne – la fiche biographique annonce 101 ans –, déborde de documents médiatiques : photographies et articles de presse, caricatures, affiches et bandes d’actualités cinématographiques. On y apprend le signe zodiacal de De Gaulle, et que, en date du 30 juillet 2009, il a 887 amis, parmi lesquels 151 ont versé des commentaires. Les amis, souvent déguisés en Kennedy, Richelieu ou autre personnalité, lui envoient des messages dont on guette une possible familiarité, évitée ailleurs. En fait, le registre déférent est largement confirmé, comme on le constate dans le commentaire de l’ami (e ?) Daniele, déposé le 6 mai 2009, à 11 h 26 :

[orthographe et phrasé de Daniele] Merci pour l’ajout ! Charles de Gaulle a fait pour mon pays au temps où j’étais petite comme un véritable déclaration de foi patriotique ! Grâce à son intervention depuis l’Angleterre, la France est debout aujourd’hui et libre ! Merci d’avoir fait une page sur lui ! Amitiés.

20Quelques images, style photos de calendrier, sont déposées, parmi lesquelles celle mise en ligne par Who’s Who, le 8 out [sic ] 2007, à 18 h 35, qui donne à voir un gros plan sur la plaque civique de la place Charles-de-Gaulle, dans le 8e arrondissement de Paris, assortie du texte officiel, tel qu’on le rencontre à travers toute la France :

PLACE CHARLES DE GAULLE
1890-1970
CHEF DE LA FRANCE LIBRE
FONDATEUR DE LA Ve RÉPUBLIQUE
PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE (1958-1969)

21Bien sûr, il faut garder à l’esprit que le créateur de cette pseudo page perso du Général et les gestionnaires de MySpace exercent un droit de refus ou d’acceptation concernant les amis et leurs commentaires. Nous ne pouvons donc pas connaître le volume éventuel des dénigrements mais nous pouvons avoir la certitude que les acteurs du discours doxique veillent au maintien du mythe, tel que compris par Maurice Aghulon. Nous en voulons pour preuve le commentaire versé le 6 avril 2005 par l’ami WWII Liberator Memorial: « Ahhh a time when wars were wars & we didn’t worry about being politically correct! » Manière certainement d’évoquer le temps où les héros étaient des héros.

22Cet exercice de repérages des traits du Grand homme conduit rapidement à un triple constat. Premièrement, les traits sont en nombre limité et deviennent rapidement répétitifs. Deuxièmement, Charles de Gaulle semble offrir une figure tutélaire qui donne du sens au présent à des sujets qui sont encore, pour un bon nombre, des témoins du vivant de sa personne. Troisièmement, Charles de Gaulle ne semble pas être encore tout à fait une figure du passé. Ces considérations seront prises en compte dans la discussion finale du présent exercice.

L’Homme historique

  • 10 Jacques Faizant (1918-2006) a été dessinateur politique au Figaro de 1960 à 2005.

23« Je me tiens prêt à assumer les pouvoirs de la République », titrait le quotidien français L’Aurore en 1958. Par de telles déclarations, Charles de Gaulle frappait les esprits et rehaussait encore sa stature d’homme politique, occupant ultimement la place que l’on sait dans l’histoire politique française du XXe siècle. Ce dévouement absolu au destin de la France avait donné lieu, en son temps, au délicieux tandem inventé par le caricaturiste Jacques Faizant10 : le grand de Gaulle en costume et cravate noire accompagné d’une pimpante Marianne coiffée de son bonnet phrygien. De Gaulle s’est occupé de la France (on se rappelle qu’il la regardait dans les yeux) très au-delà des contingences de la gouvernance, des partis, des médias, et, probablement, des Françaises et des Français.

  • 11 Roland Moisan (1907-1987) a commencé à travailler au Canard enchaîné en 1956, illustrant les célèb (...)
  • 12 François Lejeune, dit Jean Effel, (1908-1982) a été, entre autres, dessinateur politique pour L’Hu (...)

24 Google/images/charles de gaulle livre un éventail de caricatures de cette période, offrant en bonne place le dessin de Jacques Faizant fait à l’annonce du décès du président en novembre 1970, qui reprend à son compte la métaphore d’André Malraux à propos « des chênes qu’on abat ». Aussi, le désopilant de Gaulle Roi-Soleil, inventé par Roland Moisan, qui illustra pendant des décennies la chronique La Cour, dans les pages du Canard enchaîné11. Si ces caricatures sont maintenant des documents d’archives, elles sont aussi devenues des prototypes de l’Encyclopédie commune. À preuve, en 2007, ce dessin de Plantu, campant à son tour le nouveau président Sarkozy sous les traits du Roi-Soleil, ou, la même année, cette maquette d’un ouvrage, publié par Christian Delporte chez Flammarion, dont le titre, La France dans les yeux Une histoire de la communication politique de 1930 à nos jours, assorti d’un dessin de Jean Effel12 moquant une conférence de presse de De Gaulle, utilisent sans équivoque la valeur paradigmatique du premier président de la Ve République.

25Il se trouve que ces archives et de très nombreuses autres dans lesquelles peuvent puiser caricaturistes, créateurs de bande dessinée, cinéastes autant que chercheurs ou enseignants de tous niveaux, sont prises en charge par deux ressources extraordinairement charpentées, au service de cette deuxième figure de l’Homme historique.

26L’Institut national de l’audiovisuel (INA) est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) dédié à la conservation et à la mise à la disposition du public de « plus de 25 000 heures issues de la télévision et de la radio française […], notamment les émissions diffusées par les chaînes publiques depuis l’ORTF », ainsi que le rapporte le site lemonde.fr, en date du 25 juin 2009. La notice nous apprend aussi que l’Institut a remanié les modes d’accès à son site Internet et s’est doté « d’une nouvelle version 2.0 entièrement dédiée au visionnage ». Parmi ces 25 000 heures, une cinquantaine, correspondant à 200 documents, bénéficient d’un site et d’un accès spécifique à l’adresse degaulle.ina.fr.

27Ce même degaulle.ina.fr est annoncé sur la page d’accueil d’un autre site, celui de la Fondation Charles de Gaulle (charles-de-gaulle.org), qui précise que chacun des 200 documents compte « une transcription synchronisée, une note de description et d’indexation, un contexte historique », le tout « rédigé par des historiens de référence ». Régie par un conseil d’administration et par un conseil scientifique, cette fondation se révèle être la véritable institution de référence en matière de connaissances et d’archives autour de la personne de De Gaulle et elle donne cette définition de sa mission :

Reconnue d’utilité publique par le décret du 22 septembre 1992, la Fondation Charles de Gaulle se donne pour mission d’entreprendre et de faciliter toute recherche historique sur le Général, de rassembler les documents et les objets gaulliens mais aussi de faire connaître l’œuvre et l’action du général de Gaulle au grand public et aux scolaires, en France et à l’étranger.

28L’état du site en février 2009 pouvait laisser croire au côté un peu désuet de l’entreprise, et oser l’hypothèse d’un essoufflement éventuel de la mémoire du Général. Il n’en était rien. En juillet 2009, le site, entièrement redessiné, illustre au contraire la vitalité de la Fondation pour laquelle « aujourd’hui, cette mission est indissociable de l’utilisation des nouvelles technologies et de créations de nouveaux lieux de transmission du savoir ». Elle reconduit donc, mieux que jamais, bourses d’études, colloques, conférences, publications diverses, dont la revue trimestrielle Espoir, créée en 1972 et tirée à 2000 exemplaires. Elle tient à la disposition des chercheurs un centre de recherche et de documentation, riche de 5000 volumes, de 30 000 références dans toutes les langues, d’une photothèque de 5000 images en cours de numérisation, etc. Elle a collaboré avec l’INA pour la création de Charles de Gaulle, paroles publiques, mis en ligne en 2007 à l’adresse degaulle.ina.fr, et sa réactualisation dans la version 2.0 de 2009.

29La figure de l’Homme historique est donc très solidement soutenue et entretenue par deux institutions de premier plan et l’actualisation de leurs sites respectifs, sous les auspices du web participatif, démontre, hors de tout doute, leur volonté de contribution à l’entretien de la première figure, celle du Grand homme. Nous allons découvrir que la Fondation joue encore un rôle décisif dans la construction de la troisième figure, celle de l’Homme-monument.

L’Homme-monument

30« J’ai le sentiment que vous êtes voué à un grand destin/Oui, moi aussi. » Ce dialogue, rapporté par Alain Larcan (2005), illustre à souhait la dimension hors du commun qui alimente le souvenir du Général. Cette excentricité, au sens littéral du terme, à n’en pas douter, alimente d’elle-même le potentiel monumental de la figure, douée, pourrait-on croire, de son propre animisme.

31La figure de l’Homme-monument est d’abord et avant tout construite et entretenue par des témoins directs, dont la légitimité est régulièrement justifiée par une approbation reçue du Général lui-même ou de son entourage le plus intime, par exemple son épouse Yvonne. La charge des affects est donc certainement importante dans la construction de la figure. De plus, celle-ci circule dans une société qui ne compte qu’une seule génération née après la mort de Charles de Gaulle : le nombre de contemporains du personnage est encore considérable.

32Ces acteurs font des gestes commémoratifs qui sont autant de marquage de l’espace et du temps. Du côté de l’espace, les places, ponts et avenues Charles de Gaulle (dont on aimerait bien ici pouvoir indiquer ici le chiffre exact), le patronyme de l’aéroport international de Roissy ou d’un porte-avion de la Marine française, les placards publics reproduisant l’affiche de l’appel, dont le tout récent apposé sur la façade de l’Hôtel Matignon le 18 juin 2009. Du côté du temps, les dates du 18 juin (1940 : l’appel du 18 juin), du 25 août (1944 : la libération de Paris), du 9 novembre (1970 : le décès de Charles de Gaulle).

33Ces marquages donnent lieu à la production de choses tangibles, tels des timbres commémoratifs, des statues, et un monument emblématique entre tous, la Croix de Lorraine à Colombey-les-Deux-Églises (44, 3 mètres de hauteur, 950 tonnes). Le site de la Fondation Charles de Gaulle rend compte des étapes de sa réalisation, sous la plume de Michel Mosser, qui en fut un des architectes, donc un témoin. Dans le récit, dès les premières lignes, la légitimation de l’entreprise est estampillée de la parole de De Gaulle : « la décision de réaliser le Mémorial de Colombey trouve son origine en 1954, quand le général de Gaulle confie à un journaliste… » L’entreprise est prise en charge en 1971 par un comité national, qui « réunit une trentaine de personnalités proches du Général ». Outre une souscription à laquelle participe plusieurs millions de personnes et 67 pays étrangers, le financement compte aussi l’apport des architectes qui « ont reversé l’intégralité de leurs honoraires au Comité. […] Yvonne de Gaulle souhaite que le Mémorial soit inauguré le 18 juin 1972. […] Le travail s’effectue de jour et de nuit. » L’entreprise est réalisée avec plein succès dans une ferveur quasi religieuse due, peut-on penser, au sentiment de deuil encore vif, qui se traduit la première année par la venue de 400 000 visiteurs. Le rituel, cependant, perdure bien au-delà : le 11 octobre 2008, a été inaugurée une annexe muséale au pied de la croix de Lorraine, un vaste et sophistiqué Mémorial assorti, il va de soi, de son propre site, memorial-charlesdegaulle.fr.

34Et, comme si cela ne pouvait suffire, en même temps que ce Mémorial, est créé à Paris, dans l’espace des Invalides, un Historial (inauguré par le président Sarkozy le 22 février 2008), c’est-à-dire un musée entièrement dédié aux œuvres et actions du Général, dont la vocation est de « relever le défi de la transmission aux générations futures », ainsi que le note le dossier de presse. Cet étonnant doublon rappelle tout à fait celui des funérailles et on remarque comment l’espace lorrain conserve plutôt la mémoire personnelle et privée quand l’espace parisien conserve la mémoire militaire et politique.

35Au cours de la quarantaine d’années écoulées depuis la mort de Charles de Gaulle, sont ainsi réalisés des monuments, des institutions muséales, des sauvegardes immobilières (la maison natale de Lille, la résidence de la Boisserie), offrant un véritable parcours patrimonial jalonné par ce que l’on nomme désormais les lieux gaulliens.

  • 13 Au sud du parc Lafontaine, du côté nord de la rue Sherbrooke, se trouve la petite place Charles-de (...)

36En parallèle, après avoir reçu les hommages de bien des pays étrangers – Montréal possède un pont, une place et un monument13 dédiés à de Gaulle –, la figure accède au Panthéon mondial sous les auspices de l’UNESCO. En 2005, quatre documents liés à l’appel du 18 juin 1940 sont inscrits dans le registre Mémoire du Monde : le manuscrit du texte de l’appel radiophonique du 18 juin 1940, l’enregistrement radiophonique de l’appel du 22 juin 1940, le manuscrit de l’affiche du 3 août 1940, l’affiche elle-même. Trois de ces documents ont valeur de reliques : le premier est l’empreinte de sa voix, les deux autres portent l’empreinte de sa main. Quant à l’affiche, son authenticité est dûment établie. Charles de Gaulle fait désormais partie pleine et entière du Patrimoine national et universel.

37Cette enquête menée sur Internet a donc fait rapidement découvrir non seulement la présence effective de la figure dans le présent d’aujourd’hui, mais encore sa déclinaison vivace dans les différents régimes constitutifs de la mémoire collective. Il est temps de procéder au bilan critique de cette cueillette.

4. Le dernier roi

  • 14 Collins Essential English Dictionary, 2e édition, 2006 et thefreedictionary.com/monument.
  • 15 Le patron utilisé est celui de la table de Pythagore que Lewis Carroll a su reprendre en son temps (...)

38Les compositions des trois principales occurrences – selon nos catégories – de la figure de Charles de Gaulle reposent sur un réseau de relations entre diverses représentations et divers acteurs qui aboutissent à la construction d’un véritable monument de la mémoire collective. Le terme monument est entendu ici dans un sens générique, tel qu’on le trouve dans la définition anglaise : « an exceptional example of the results of something14 ». Il nous faut dresser maintenant une cartographie de ces relations afin de tenter d’en comprendre l’enjeu15.

39Le Tableau 1 présente le corpus des représentations. Il s’agit de les classer, d’une part, selon leurs déterminations sémiotiques : traits sémantiques, inscriptions spatio-temporelles, supports de médiation. D’autre part, de les ordonnancer selon les déclinaisons d’une anthropologie de la mémoire collective, en nous appuyant, en ce domaine, sur la terminologie de Michel Rautenberg (2003) : discours social, tradition, patrimoine, commémoration, rituel, remémoration. Cela conduit, par exemple, à placer la croix de Lorraine deux fois dans le tableau : en tant qu’emblème dans un rituel (trait sémantique doté d’une fonction rhétorique), en tant que marqueur de l’espace (objet tangible édifié dans un lieu gaullien). Une dernière colonne identifie les acteurs concernés. Tous étant, par définition, présents partout selon un procès de communication partagé, ils sont placés dans le tableau seulement dans leur titre d’énonciateurs, de donateurs, aurait-on dit autrefois.

40Le procès d’édification et de circulation de la figure dans l’Encyclopédie commune repose massivement, comme on pouvait s’y attendre, sur des outils spécifiques, conçus pour configurer puis diffuser, c’est-à-dire les médias. Dans le présent tableau, par souci de simplification, nous groupons dans un même ensemble les genres médiatiques (caricature de presse, téléfilm, etc.) et les supports de diffusion (presse imprimée, Internet, etc.). Notons la part du web dit 2.0, ou web participatif, réputé instaurer le partage de l’énonciation avec le récepteur, que l’on trouve à l’œuvre dans les sites remodelés de l’INA et de la Fondation Charles de Gaulle, et rendre possibles de nouveaux genres médiatiques, telles la vidéographie amateur sur YouTube ou une page perso sur MySpace. La diversité des médiations relevées, de la caricature et la bande dessinée à la page perso ou au site-vitrine – terme des gestionnaires du Mémorial –, tout en proposant des formulations propices à une circulation de la figure dans l’espace social, informe sur la diversité des faiseurs de mémoire dans la culture haute comme dans la culture basse, dans la culture légitime comme dans la culture populaire, dans les cultures scientifique et médiatique. Ces faiseurs de mémoire, érudits ou vulgaires, laissent alors repérer leurs cadres de référence, les paradigmes dans lesquels ils ont puisé les traits dont nous avons fait le relevé.

Tableau 1 Construire un monument à la mémoire collective

Tableau 1 Construire un monument à la mémoire collective

41Les catégories commémoration, rituel et remémoration, anhistoriques et transculturelles, renseignent sur des comportements anthropologiques. La catégorie patrimoine dépend de coordonnées spatio-temporelles assez précises. Nous l’avons utilisée dans son acception contemporaine, sinon française, telle qu’élaborée depuis le début des années 1990, qui marque l’expansion des intérêts pour les conservation, préservation et autres mises en valeur des patrimoines collectifs. La catégorie discours social, inscrite dans le temps synchronique, dans l’ordre du présent, fait prendre en compte des discours connus et partagés, antérieurs au discours dans le présent, rendant celui-là possible parce que justement antérieurs. C’est finalement la catégorie de la tradition, inscrite ontologiquement dans le temps long, qui nourrit toutes les autres et révèle les traits paradigmatiques à l’œuvre, à l’origine des performances dans les autres catégories.

42Ainsi, cette rangée du tableau réservée à la tradition nous autorise à inférer que ce que nous avons décliné en trois figures peut en fait être ramené à une seule, qui les contient toutes les trois : la figure du roi, au sens le plus complet du terme. Bien loin du support d’une obscure enquête byzantine, cette déduction veut pour adjuvant la mémoire des Français régulièrement rafraîchie et réactualisée, comme l’atteste, en cet été 2009, une énième livraison en ce domaine, sous le titre « 1500 ans d’histoires de France : Les dates, les héros, les légendes », no 44 des Collections de la revue L’Histoire. En toute clarté, les traits du roi se laissent aisément reconnaître.

  • 16 Voir, à ce sujet, Philippe Lardin (2002), qui décrit et interprète les diverses positions assises (...)

43 Grand, hiératique, imperturbable : ce sont bien les traits de Charles de Gaulle, mais aussi ceux que l’on utilise, au moins depuis le haut Moyen Âge, pour symboliser une position de pouvoir et, plus particulièrement celle d’un roi. En posture assise (illustrée, parmi d’innombrables exemples, par le roi Edward et les prétendants rivaux Harold et Willhem dans la tapisserie de Bayeux du XIe siècle16), cela fut reconduit dans cette extraordinaire configuration de Charles de Gaulle, émise en direct depuis l’Élysée et transmise dans tous les foyers grâce au poste de télévision qui trônait dans le salon. Présenté en pied (qu’on se rappelle quelques images, ne serait-ce que celles de Louis XIV et Napoléon), c’est la photo officielle dans toutes les mairies de France, reprise par Plantu lors de l’élection de Nicolas Sarkozy. Valéry Giscard d’Estaing (en gros plan), François Mitterrand (avec ses livres), Jacques Chirac (au jardin) ont tenté un style nouveau, qui fait presque sourire. De Gaulle, lui, n’est jamais ridicule : il sert à ridiculiser les autres. Remarquons donc comment le président Nicolas Sarkozy désespère tant les citoyens français de droite comme de gauche : petit, hyperactif, agité tout le temps, il est une humiliation perpétuelle et la preuve que la France a perdu ses rois. Perdre ses rois, c’est peut-être perdre la France.

  • 17 Il n’en est pas moins certain que la fiction du mariage politique du roi avec la république et son (...)
  • 18 La figure de la Marianne est une création de la Révolution française. Une de ses occurrences les m (...)

44 Marié avec la France : cet autre motif, qui remonte au moins au XVIe, sinon au XVe siècle17, est incroyablement contenu dans le patronyme de Gaulle. Jacques Faizant, en offrant au président une partenaire sous les traits de la Marianne au bonnet phrygien18, traduisait absolument ce motif, reconnu et admis par tous comme exemplaire du général-président. De fait, à titre de général, il a lutté pour éviter une guerre civile entre factions à l’issue de la Deuxième Guerre mondiale. À titre de président, il s’est notoirement positionné au-delà des partis, de l’armée et de tous les groupes de pression, incluant les médias. Rappelons que c’est un référendum au suffrage universel qui l’a convaincu de se retirer en 1969. C’est là ce qu’on attend d’un roi et le site de Wikipédia en donne l’exacte définition doxique : « Il s’agit généralement d’un rôle social de pacification, associant les fonctions de premier juge, de chef de guerre et de garant de la cohésion d’une société. Le roi est extérieur aux ordres, aux partis et aux classes sociales qu’il a pour fonction de maintenir en équilibre. »

45 Le domaine royal : la pérennité de l’espace-France, conçue comme remontant au moins à la geste des descendants d’Énée (Beaune, 1985) et confortée par une dite bénéfique centralité depuis au moins Louis XI, légitime un Royaume de France un, indivisible, éternellement ordonné autour du centre du Monde, à savoir la ville de Paris. Grâce aux rois de France, s’est réalisée à travers les siècles une épiphanie de la France naturellement hexagonale. Et de Gaulle en a donné un épisode magnifique, l’appel du 18 juin, dont font encore écho les amis sur MySpace et les vidéos de YouTube. De conserve, à l’autre bout du spectre sociopolitique, l’Assemblée nationale a voté le décret 2006-613, inscrit au numéro 67 du Journal officiel, qui consacre le 18 juin journée nationale. Notons que Charles de Gaulle partageait tout à fait cet imaginaire lorsque, en 1944, il réussit à obtenir des Alliés un détour pour libérer Paris, avec, de surcroît, la division française des blindés du général Leclerc devant les colonnes anglo-américaines.

  • 19 Dans une perspective communicationnelle et sémiotique, voir, à la suite de Kantorowicz, les complé (...)

46 Les Deux Corps du Roi : Ernst Kantorowicz (1957) a admirablement discuté la mystique de la personne royale, dédoublée en une personne intemporelle, dédiée au bien du royaume et une personne physique, liée aux contingences du corps, notamment au passage du temps et à l’échéance de la mort19. Le temps passant, l’actualité guidée par la pensée laïque moderne et républicaine s’estompe et le corps français recompose sa tête royale, suivant une anthropologie politique ancestrale : simultanément sont produits deux films, l’un consacré à la personne publique, Le grand Charles, l’autre à la personne intime, De Gaulle intime. Notons l’opposition rhétorique prénom/statut officiel, nom de famille/existence privée : les deux corps sont intrinsèquement liés et cette mystique reste donc aujourd’hui complètement vivace.

47 Le roi taumathurge : Georges Duby a écrit des pages réputées sur la sanctification des rois et leurs pouvoirs miraculeux (Napoléon, fin renard, toucha les pestiférés de Jaffa, en Égypte, pour prétendre à ce statut, geste consigné dans un tableau de Antoine-Jean Gros en 1804). Sur ce point, notre position est spéculative : nous dressons l’oreille devant une innovation sémantique qui introduit dans le discours les dits lieux gaulliens, dont nous nous demandons s’ils deviendront – s’ils ne le sont déjà pour certains – autant de lieux de pèlerinage. En ces lieux, y-a-t-il un génie, une épiphanie particulière ?

48Cette figure du roi permet certainement de comprendre l’ampleur de la vénération qui entoure aujourd’hui le monument de Gaulle. Dieu n’est pas très loin, comme l’a dit André Malraux, et l’on ne s’étonnera pas de son entrée au Patrimoine mondial, religion laïque s’il en est. On ne s’étonnera pas non plus de la ferveur et de la vitalité des actions autour de l’entretien du monument, depuis les représentants de l’État ou la redoutable Fondation Charles de Gaulle jusqu’au simple citoyen, qui s’autorise de vertes semonces lorsque le monument semble malmené. Ainsi, cathprovie qui s’en prend, sur YouTube, au malheureux auteur du Ici Londres le rap du 18 juin : [phrasé et orthographe de cathprovie] « sympa la musique, bravo…/mais de quel 18 juin parles-tu ?/car si c’est 1940, le texte est totalement faux et tronqué/Pour plus de preuve, regarde ma video ;)/watch ?V =nC0Kd1Z8w8 ».

  • 20 À ce sujet, voir Catherine Saouter (1998). Le montage cinématographique : les cadres spatio-tempor (...)

49Nous avions rencontré cette même vénération et cette même figure du roi Charles de Gaulle dans un documentaire québécois réalisé en 1967 par Jean-Claude Labrecque sur la visite du général de Gaulle au Québec, à l’occasion de l’Exposition universelle de Montréal20. Si la surprise fut grande alors de trouver, à l’heure de la Révolution tranquille, un tel archaïsme dans un cinéma militant, nationaliste sinon indépendantiste, ce précédent nous aide aujourd’hui à le reconnaître à l’œuvre dans la société française. Doué d’une fonction cathartique et eschatologique, il offre un contrepoint à une angoisse identitaire, laquelle, connue et largement discutée dans la société québécoise, est présente aussi, comme on le sait par les débats des dernières années, dans la France d’aujourd’hui. Dans le cadre de la présente étude, en rencontrant une grande variété de configurations et de déclinaisons de la figure, nous avons pu constater qu’elles convergeaient rapidement vers une conviction finalement unanime, maintenant compréhensible : Charles de Gaulle est un monument-monarque, désormais même doté de ses deux corps, protecteur tutélaire de la pérennité du fait français.

Bibliographie

Bibliographie

Aghulon, Maurice (2000). De Gaulle – Histoire, symbole, mythe, Paris, Hachette.

Alleau, René (1980). « Tradition », Universalis, vol. 16, Paris, Encyclopædia Universalis France. p. 228-232.

Barthes, Roland (1968). « L’effet de réel », in Communications, 11, p. 84-89.

Beaune, Colette (1985). La naissance de la nation France, Paris, Gallimard.

Chalaby, Jean K. (1998). « A Charismatic Leader’s Use of the Media: de Gaulle and Television », The Harvard International Journal of Press/Politics, 4 (44), p. 44-61.

Davallon, Jean (2006). Le don du patrimoine : une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Paris, Hermès Sciences-Lavoisier.

Davallon, Jean (2002). « Tradition, mémoire, patrimoine », in Schiele, Bernard (dir.), Patrimoines et identités, p. 42-64.

Descimon, Robert (1992). « Les fonctions de la métaphore du mariage politique du roi et de la république », in Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, 47 (6), p. 1127-1147.

Eco, Umberto (1978). « Pour une reformulation du signe iconique », in Communications, 29, Paris, Seuil, p. 141-191.

Ginsburg, Carlo (1991). « Représentation – le mot, l’idée, la chose », in Annales, 46 (6), p. 1219-1234.

Kantorowicz, Ernst ([1957] 2000). Les deux corps du roi, Paris, Gallimard.

Lardin, Philippe (2002). « Les représentations du pouvoir dans la broderie de Bayeux (XIe siècle) », in Dupuy, Pascal (dir.) (2002). Histoire, Images, Imaginaire, Pise, Publications de l’Université, p. 1-15. En ligne : www.stm.unipi.it/Clioh/tabs/libri/5/01-Lardin_1-16.pdf.

Lemke, Jay L. (1998). « Multiplying Meaning: visual and verbal semiotics in scientific text », in Martin, J. R. et Veel, R. (dir.), Reading Science, Londres, Routledge. En ligne: academic.brooklyn.cuny.edu/education/jlemke/papers/mxm-syd.htm.

Lenclud, Gérard (1987). « La tradition n’est plus ce qu’elle était… », in Terrain, 9, p. 110-123. En ligne : terrain.revues.org/index3195.html.

Oulmont, Philippe (2008). De Gaulle, Paris, Le Cavalier Bleu.

Rautenberg, Michel (2003). La rupture patrimoniale, Bernin, À la Croisée.

Saouter, Catherine (1998). « Le montage cinématographique : les cadres spatio-temporels inducteurs de l’interprétation », in Degrés, 91, Bruxelles.

Documents

BANDE DESSINÉE

Ferrandez, Carnets d’Orient, 10 volumes, Bruxelles, Casterman, 1987-2009.

Ferry, Jean-Luc, De Gaulle à la plage, Paris, Dargaud, 2007.

BEAU LIVRE

Larcan, Alain, De Gaulle – le soldat écrivain, Paris, Textuel, 2005.

PRESSE

Historial Charles de Gaulle – un monument audiovisuel, dossier de presse, musée de l’Armée, Hôtel national des Invalides, Paris, février 2008.

Journal officiel, 67, 2006.

FILMS

De Gaulle intime, 2005, France, réal. René-Jean Bouyer, prod. France3, Flachfilm et al., n&b, couleurs, 90 min.

La visite du Général de Gaulle, 1967, CDN, réal. Jean-Claude Labrecque, 28 mn 44 s.

Le Grand Charles, 2006, France, réal. Bernard Stora, GMT Productions et al., téléfilm en deux épisodes, 2 x 1 h 45 min. (avec Bernard Farcy et Danielle Lebrun dans les rôles de Ch. et Y. de Gaulle).

REVUE

1500 ans d’histoires de France : Les dates, les héros, les légendes, Les Collections de L’Histoire, 44, juillet 2009.

SITES

charles-de-gaulle.org

degaulle.ina.fr

francelibre.fr

fr.MySpace.com

fr.wikipedia.org

google/images/charles de gaulle

lemonde.fr

memorial-charlesdegaulle.fr

thefreedictionary.com

unesco.org

ville.montreal.qc.ca

YouTube

Notes

1 La source de cette présentation biographique est le site de la Fondation Charles de Gaulle, consulté le 26 juillet 2009, www.charles-de-gaulle.org.

2 La clef de Garangeot est un instrument de la dentisterie remontant au Moyen Âge à mi-chemin entre le tournevis et le tire-bouchon qui servait à l’extraction des dents cariées. Un exemplaire de ce terrifiant instrument est visible au Musée Eudore-Dubeau de l’Université de Montréal.

3 Le dossier de soumission de L’appel du 18 juin 1940 (REF No 2004-24), élaboré conjointement par l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et la British Broadcasting Corporation (BBC), est disponible dans son intégralité sur le site de l’UNESCO : unesco.org.

4 Le sondage a été effectué par France2 et BVA. En bonne logique doxique, on en trouve les détails et les commentaires sur fr.wikipedia.org/wiki/Le_plus_grand_Français_de_tous_les_temps.

5 Jean Cabu, dit Cabu (1938-), dessinateur et caricaturiste politique, collabore à Charlie Hebdo depuis 1970 et au Canard enchaîné depuis 1992.

6 Jean Plantureux, dit Plantu (1951-), est dessinateur politique pour Le Monde depuis 1972 et produit un dessin quotidien depuis 1985.

7 Cette citation est extraite d’une entrevue avec le réalisateur, que l’on trouvera, avec de nombreuses autres informations, sur le site du diffuseur, à l’adresse le-grand-charles.france2.fr.

8 On peut visionner quelques extraits et bandes-annonces du diffuseur France3 sur Dailymotion.

9 À ce titre, voir les confirmations et les commentaires du site francelibre.fr.

10 Jacques Faizant (1918-2006) a été dessinateur politique au Figaro de 1960 à 2005.

11 Roland Moisan (1907-1987) a commencé à travailler au Canard enchaîné en 1956, illustrant les célèbres chroniques La Cour, puis La Régence. Voir, à ce sujet, Le Canard enchaîné, 1958-2008, la Ve République en 2000 dessins, Les Arènes, 2008.

12 François Lejeune, dit Jean Effel, (1908-1982) a été, entre autres, dessinateur politique pour L’Humanité.

13 Au sud du parc Lafontaine, du côté nord de la rue Sherbrooke, se trouve la petite place Charles-de-Gaulle, avec, au centre, un obélisque en granit et ciment, haut de 17,6 mètres. Cette sculpture, hommage à Charles de Gaulle, fut offerte par la France pour les 350 ans de la ville de Montréal. L’œuvre avait été réalisée par le sculpteur Olivier Debré (1920-1999), frère de Michel, premier ministre du président de Gaulle et rédacteur de la Constitution de la Ve République (site : ville.montreal.qc.ca).

14 Collins Essential English Dictionary, 2e édition, 2006 et thefreedictionary.com/monument.

15 Le patron utilisé est celui de la table de Pythagore que Lewis Carroll a su reprendre en son temps pour en valoriser les aspects dynamiques. Nous prions le lecteur de dépasser l’apparence taxinomique de la version visuelle de cette table et d’en admettre la logique vectorielle. À ce sujet, voir Jay L. Lemke, Multiplying Meaning, 1998.

16 Voir, à ce sujet, Philippe Lardin (2002), qui décrit et interprète les diverses positions assises des trois personnages.

17 Il n’en est pas moins certain que la fiction du mariage politique du roi avec la république et son application au principe d’inaliénabilité du domaine [remonte] […] au moins au règne de Louis XI (Descimon, 1992, 1134).

18 La figure de la Marianne est une création de la Révolution française. Une de ses occurrences les mieux connues est celle qu’en a donnée le peintre Eugène Delacroix dans son tableau La Liberté guidant le peuple (1831).

19 Dans une perspective communicationnelle et sémiotique, voir, à la suite de Kantorowicz, les compléments de Carlo Ginzburg (1991). L’espace d’écriture ici attribué ne permet pas d’ouvrir sur une discussion, à la suite de Ginzburg, concernant l’image médiatique des grands de ce monde comme effigie, au sens où en discute l’auteur. Nous laissons au lecteur le loisir de poursuivre la réflexion.

20 À ce sujet, voir Catherine Saouter (1998). Le montage cinématographique : les cadres spatio-temporels inducteurs de l’interprétation.

Table des illustrations

Titre Figure 1 Régimes temporels et mémoire collective
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/8382/img-1.jpg
Fichier image/, 120k
Titre Tableau 1 Construire un monument à la mémoire collective
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/8382/img-2.jpg
Fichier image/, 229k

Auteur

Professeure à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Docteure en sémiologie, ses recherches et enseignements portent sur les théories de l’image dans une perspective sémiotique et historique. Son travail actuel porte, pour la part épistémologique, sur les relations entre mises en images et représentations, et, pour la part thématique, sur les fonctions et enjeux des expressions visuelles dans la relation entre patrimoine, guerre et paix. Elle est l’auteure de Images et sociétés – Le progrès, les médias, la guerre (Les Presses de l’Université de Montréal, 2003) et de Le Langage visuel (XYZ éditeur, 1998, 2000 et 2004).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540