Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France depuis de Gaulle

 | 
Marc Chevrier
, 
Isabelle Gusse

5. Âge tendre et langue de bois politique (1947 à 1965)

Isabelle Gusse

Texte intégral

1Dans La Communication monde (1992), Armand Mattelart, évoquant la fin des années 1970 et le début des années 1980, rappelle que dans les instances de l’Unesco, les débats sur l’instauration du NOMIC (nouvel ordre mondial de l’information et de la communication), alimenté par les travaux et le Rapport de la Commission McBride, se sont heurtés à un double refus. D’une part, le refus de « certains pays du Sud d’aborder le problème de la vieille censure politique exercée par l’État dans leur espace intérieur », d’autre part, celui « des grands pays industriels [États-Unis, Angleterre] à évoquer la question de la nouvelle censure économique stimulée par la concentration dans les industries de la communication », mais aussi par la concurrence et la libéralisation des marchés. Mattelart déplore que ces deux partis n’aient jamais soulevé la question visant « l’établissement de règles plus démocratiques en matière de liberté d’expression : comment au Nord comme au Sud produire l’information à partir d’autres lieux que ceux du pouvoir » politique et économique (Mattelart 1992 : 223) ?

2Dans les sociétés occidentales « démocratiques » comme la France, cette question liant médias de masse, information et pouvoirs politique et économique est aussi vieille que les IVe et Ve Républiques. Plutôt que de parler de points cardinaux référant à des territoires géographiquement et politiquement opposés, on pourrait appliquer ici la question de Mattelart en référant au classique clivage caractérisant les doctrines politiques de ce pays depuis plus de 50 ans : comment, à droite, à gauche comme au centre, penser l’information à partir d’autres lieux que ceux du pouvoir économique et politique ? Cette question renvoie à des enjeux de démocratie, soit au respect des droits politiques fondamentaux comme la liberté d’expression et de presse, et par extension au droit du public, des citoyens, à une information variée. Cette question accompagne aussi les balbutiements des médias électroniques qui deviendront des médias de masse en l’espace de quelques années. Graduellement, leurs programmations seront principalement constituées d’émissions de divertissement et d’information. Ces médias sont la radio au début du XXe siècle puis, dès la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le nouveau média émergeant dont nous traiterons plus spécifiquement : la télévision.

3En France, le développement de la télévision se produit dans le climat politique de l’après-guerre (la Libération), sous la IVe République (1946-1958) et pendant les premières années de la Ve République (1958-1965). En 20 ans à peine, la télévision se massifie, les téléviseurs se répandent dans les foyers français, l’information télévisée accroît son rayonnement. L’année 1965 est une année charnière pour la politique et la télévision françaises : les premières élections présidentielles au suffrage universel vont de pair avec la première campagne électorale télévisée. En 20 ans à peine, deux constats émanent de ce passage de la IVe à la Ve République. D’une part, l’ensemble de la classe politique française va très vite considérer la télévision (tout comme la radio précédemment) comme « un moyen privilégié de communication et d’influence » (Bachmann, 1997 : 19). D’autre part, la télévision devient rapidement un enjeu de taille pour les gouvernements de la IVe République puis de la Ve République naissante, quelles que soient leurs orientations politiques (démocrates chrétiens, gaullistes, socialistes, communistes). Tour à tour, ils imposent et réaffirment le monopole d’État sur la télévision (comme ils l’ont préalablement fait pour la radio en 1923) et contrôlent étroitement la teneur des émissions, plus particulièrement de l’information télévisée, par l’entremise d’un secrétariat d’État ou un ministère du même nom, de manière à ce qu’elle serve le pouvoir en véhiculant leurs visions politiques et leurs représentations de la France.

  • 1 Âge tendre et tête de bois est une émission de variété pour la jeunesse animée par Albert Raisner, (...)

4En d’autres termes, en France, l’âge tendre1 de la télévision (années 1950 et 1960) réfère à la mise en œuvre d’une télévision d’État contrôlée par les autorités politiques et coïncide avec la création/diffusion dans le créneau information d’une représentation cathodique de la Nation unie, homogène incarnée par deux figures politiques dominantes : celle du gouvernement pendant la IVe et celle du général de Gaulle pendant la Ve.

5Pour mieux saisir la nature de la dyade médias et pouvoir sous la Ve République, soit les liens unissant télévision, politique et information sous la présidence du général de Gaulle, il nous a semblé pertinent de dresser la table en dégageant ses emprunts aux gouvernements de la IVe République, plus exactement en présentant en cinq points les filiations entre télévision, politique et information sous ces gouvernements. Nous faisons d’abord état de quelques mesures législatives régissant la radio et la télévision, puis de données sur les heures de programmation et le parc de téléviseurs sous la IVe République. Ensuite, nous abordons successivement les questions de la mission démocratique et citoyenne de la télévision ; l’usage distancé que les politiciens de la IVe République font de la télévision pour terminer avec la question du contrôle de l’information télévisée par l’État sous la IVe République et dans les premières années de la Ve République.

  • 2 À l’époque de la publication de cet ouvrage, Évelyne Cohen est historienne, maîtresse de conférenc (...)
  • 3 Aude Vassallo est impliquée dans divers projets audiovisuels et colloques sur la télévision. Son é (...)

6Sur le plan méthodologique, notre exploration et notre propos se fondent sur une sélection d’écrits de plusieurs historiennes françaises spécialisées dans l’examen des interdépendances entre le pouvoir politique et la télévision sous la IVe République et dans les débuts de la Ve République, période d’amorçage de la communication politique en France. Sans prétendre à l’exhaustivité documentaire, plusieurs de ces travaux éclairants nous ont fourni des informations et données pertinentes pour alimenter la teneur de chacun des cinq points susnommés. C’est le cas de l’ouvrage La télévision dans la République : les années 50 (1999) co-dirigé par Marie-Françoise Lévy et Évelyne Cohen2 dont les divers articles couvrent les années de la IVe république (1946-1958) et celles des débuts de la Ve (1958-1959). Se penchant plus précisément sur la décennie 1949-1959, les deux historiennes observent que la très jeune télévision soutient le projet politique et participe à la « reconstruction de l’identité nationale ». Leur étude se pose plus comme un arrêt sur image qui témoigne de « la construction d’un espace culturel, politique et civique, à travers une technologie de masse en devenir » : la télévision (Lévy, 1999 : 14). Historienne des médias, Aude Vassallo3 a réalisé une recherche très pointue consignée dans le livre La télévision sous de Gaulle. Le contrôle gouvernemental de l’information (1958/1969), édité en 2005 par de Boeck et l’Institut national de l’audiovisuel (INA). Pour sa part, Sophie Bachmann, diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris, docteure en histoire et administratrice à l’Institut national de l’audiovisuel (INA), a signé plusieurs articles sur l’étude des réformes de l’audiovisuel ainsi que l’ouvrage L’éclatement de l’ORTF. La réforme de la délivrance (1997). Enfin, nous avons épluché l’ouvrage Histoire des médias en France, de la Grande Guerre à nos jours (2003), co-signé par Fabrice D’Almeida et Christian Delporte, deux historiens qui fournissent eux aussi quelques données sur la télévision française dans le cadre d’une étude élargie aux médias écrits et électroniques.

1. Bienfaits démocratiques du monopole d’État

7En octobre 1946, la Constitution de la IVe République, adoptée par référendum, instaure un régime parlementaire dont les partis politiques et successifs gouvernements sont des institutions majeures. Pendant les douze années de la IVe République (1946 à 1958), plus d’une vingtaine de gouvernements, présidés par un président du Conseil, se succèdent à grande vitesse dans un climat où l’instabilité politique est la norme. Ces gouvernements s’appuient sur le Mouvement républicain populaire (le MRP, composé de gaullistes et démocrates chrétiens) et sur la Section française de l’Internationale ouvrière (la SFIO, formée de communistes, socialistes).

8Pour saisir les raisons politiques qui motivent l’encadrement législatif de la radio, puis de la télévision naissante sous la IVe République, il faut se replacer dans le contexte de la Libération. En 1945, la radio française est l’objet de deux ordonnances qui la soumettent à l’État. L’ordonnance du 23 mars 1945 enlève aux stations de radio privées l’autorisation d’émettre et attribue les règles de diffusion, d’exploitation et de programmation de la radiodiffusion publique, sonore et visuelle. La Radiodiffusion française (RDF) se voit confier « l’exercice du monopole d’État », sous la gouverne du ministre de l’Information (D’Almeida, Delporte, 2003 : 152 ; Lévy, 1999 : 12). L’ordonnance du 20 septembre 1945 prévoit que la direction du journal radiophonique parlé relève du ministère de l’Information.

9Au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, jusque dans les années 1950, le ton est au « rejet de Vichy » et à l’anticapitalisme. La censure est au pilori, le souvenir de la suppression des libertés de presse et d’expression par le régime de Vichy est aussi vif que déplaisant. Par conséquent, personne ne s’oppose à ces mesures d’étatisation de la radio. Elles exaucent en fait les vœux des journalistes de la presse écrite (de la Résistance et du secteur privé), les premiers à réclamer de l’État qu’il reconstruise la radiodiffusion publique française sur la base d’un monopole. Selon D’Almeida et Delporte, il est dans l’air du temps de croire que seul « le gouvernement… peut assurer les conditions d’une information réellement démocratique » (D’Almeida, Delporte, 2003 : 152). Le même enthousiasme habite donc les professionnels de la presse écrite et de l’audiovisuel et les politiciens envers ces décrets instituant le monopole de la radio, et dès 1949, celui de la télévision. Pour eux, le monopole d’État revêt deux qualités qui n’en sont pas moins des qualités paradoxales. D’une part, il est la condition pour diffuser une information de service public, objective, neutre, diversifiée et nationale, « garantie notamment par la présence de journalistes issus des grandes formations politiques qui reconstruisent le pays, socialistes, démocrates-chrétiens, communistes » (2003 : 152). D’autre part, le monopole est considéré comme le moyen de se garder des forces de l’argent (télévision commerciale), mais aussi et surtout du contrôle de l’État sur l’information télévisée. Pour les professionnels de la radio, le monopole est une étape devant mener la RDF, puis la RTF, à un statut d’entreprise autonome de l’État en matière de gestion financière et « de conduite de l’information » (2003 : 152). Cette autonomie ne deviendra jamais réalité, ni sous la IVe République ni sous la Ve République. En effet, toutes les discussions subséquentes sur le statut de la RDF ne porteront pas fruit et témoigneront de grandes divergences entre :

… des intérêts contradictoires, à la fois politiques et catégoriels. Chacun a son avis sur la question : parlementaires, partis politiques, syndicats, industriels, journalistes de presse écrite, professions artistiques, publicitaires… La cacophonie politique aboutit à rejeter des projets bien avancés, en 1946 puis en 1947 ; la rupture du tripartisme rend ensuite conflictuelle toute évocation d’un statut, serpent de mer de la IVe République. (D’Almeida, Delporte, 2003 : 152-153)

10Par ailleurs, entre 1946 et 1959, les politiciens de la IVe République, conscients de l’existence de la télévision et de son inévitable développement, débattront autour de seize projets ou propositions de loi, du statut juridique et économique de l’organisme responsable de « l’organisation, la production et la réalisation d’émissions », sans jamais réussir à fixer ce statut (Lévy, 1999 : 11-12). Pendant cette période, la radio et la télévision sont contrôlées par un ministère de l’Information, par des ministres ou secrétaires d’État responsables. Certains ont, par la suite, réussi une brillante carrière politique : Gaston Deferre (1946), François Mitterrand (1948-1949), Gérard Jacquet (1956-1957).

11L’année 1949 se pose comme une année clé pour la télévision. Plus précisément, le 4 février 1949, « un décret confirme le monopole d’État sur l’audiovisuel et transforme la RDF en Radiodiffusion-télévision française (RTF) » (D’Almeida, Delporte, 2003 : 153). Puis, la Loi de juillet 1949 impose une redevance sur les postes de télévision : ce mode de financement déterminera les conditions de développement de la télévision publique française (Lévy, 1999 : 13). Ces mesures sont significatives des avancées techniques de ce nouveau média qu’est la télévision. Quatre ans plus tard, le 31 décembre 1953, l’Assemblée nationale vote un plan quinquennal relatif au développement des équipements de télévision sur le territoire français ainsi que des crédits de financement de la télévision. La redevance est augmentée et l’on autorise l’émission d’un emprunt destiné, entre autres : 1-à accroître le nombre et la puissance des émetteurs sur le territoire national (donc le rayonnement des programmes) ; 2-à moderniser les centres de production de la télévision (Cognacq-Jay et Buttes-Chaumont) ; 3-à construire une Maison de la radio (Lévy, 1999 : 16-17 ; Cohen et Lévy, 1999 : 220).

2. Les heures de programmation et le parc des récepteurs

  • 4 La comparaison de Lévy se fonde sur les statistiques de Pierre Albert et André-Jean Tudesq (Histoi (...)

12En 1954, quand le Parlement lance ce vaste plan d’équipement du territoire, seul un foyer sur cent dispose d’un téléviseur. En 1955, les sommes allouées à la télévision doublent pour dépasser le milliard de francs et l’État fixe à 1959 la date à laquelle elle devra subvenir à ses besoins. L’audience de la télévision est donc infime si on la compare au public de la radio riche de 20 millions d’auditeurs (D’Almeida, Delporte, 2003 : 154). Dans les années 1950, la France accroît lentement ses heures de programmation hebdomadaire : de 12 heures en 1947 à 34 heures en 1953. En matière de parc récepteur (nombre de postes de télévision), en dix ans, la France passe de 300 postes recensés fin 1949 à 1 million de téléviseurs en 1959. Son retard est donc important en comparaison, par exemple, de l’Angleterre qui compte 1,5 million de récepteurs en 1952 contre 24 000 postes en France et 6,9 millions de récepteurs en 1957 contre 683 000 postes en France (Lévy, 1999 : 12)4.

13D’Alméida et Delporte évaluent à seulement 3 000 le nombre de récepteurs de télévision en France en 1950. Seulement 10 % du territoire français est couvert par des relais. Graduellement, les émetteurs se répandent en province : à Lille (1950), Strasbourg (1953), Lyon et Marseille (1954). Huit ans plus tard, en 1958, seulement 8 % des foyers français sont équipés d’un téléviseur et le parc des récepteurs ne dépasse toujours pas le million. D’Alméida et Delporte suggèrent de relativiser ce chiffre car l’écoute de la télévision, outre le domicile privé, reste une activité collective qui rassemble les téléspectateurs dans des lieux publics (bars, cafés, vitrines), en famille, chez un voisin (2003 : 154) ou encore « dans le cadre de télé-clubs ruraux, tels qu’ils se développent dès 1950, notamment dans l’Aisne… En 1955, on en compte 180, qui remplacent les vieux ciné-clubs et sont autant d’espaces d’échange et de commentaires » (2003 : 178). La IVe République n’est donc pas encore la république de la télévision de masse. Elle est cependant celle d’une télévision qui s’installe graduellement, mais durablement dans les foyers, et qui ne restera pas longtemps marginale.

Tableau 1 Nombre de récepteurs de télévision recensés sur le territoire français sous la IVe République, de 1947 et 1958

Année

Nombre de récepteurs de télévision recensés sur le territoire français

Heures de diffusion par semaine

Pourcentage et/ou nombre de ménages français équipés en téléviseur

1947

12 heures réparties du lundi au vendredi

Fin 1949

297

Entre 13 et 20 heures par semaine (surtout dans la région parisienne)

1950

3 794

1952

24 000 (30 000 selon INSEE)

1953

59 971 (70 000 selon INSEE)

34 heures par semaine

Auditoire estimé à 300 000 personnes selon l’INSEE

1954

125 000

1 % des ménages français

1955

260 508 (500 000 selon INSEE)

1956

442 433

1957

680 000

6,1 % des ménages français

1958

Près d’un million

8 % des ménages français

Sources : Cohen, Lévy, 1999 : 218 à 221 ; Lévy, 1999 : 12 et 13 ; Cohen, 1999 : 32 ; D’Almeida, Delporte, 2003 : 154.

3. Missions démocratiques et citoyennes

14Pour Lévy, les douze années de la IVe République (1946-1958) et celles des débuts de la Ve (1958-1959) correspondant à une période de « reconstruction de l’identité nationale », dans laquelle « la télévision française naissante » s’impose graduellement comme « une auxiliaire et vecteur de ce projet » (Lévy, 1999 : 13).

  • 5 Par exemple, Vital Gayman, directeur des informations et du JT à la RTF dans les années 1950 ; Jea (...)
  • 6 En 1954, rapporte Cohen, Vital Gayman, alors directeur des informations et du JT à la RTF, dresse (...)
  • 7 En 1948 et 1949, Jean d’Arcy a été conseiller technique au cabinet de François Mitterrand, à l’épo (...)

15Dès la naissance du journal télévisé (JT) le 29 juin 1949 (sous la direction du journaliste Pierre Sabbagh), politiciens, directeurs des programmes et de l’information à la RTF5 et professionnels de l’information prennent vite conscience de l’importance de ce nouveau média qu’est la télévision pour relayer « la communication entre le pouvoir politique et les téléspectateurs » (Cohen, 1999 : 24) et considèrent à ce titre que la principale mission de la RTF et du journal télévisé est de soutenir la démocratie et la citoyenneté. Tout au long des années 1950, affirment Lévy et Cohen, la télévision française est donc marquée par un enjeu politique majeur, celui de la citoyenneté. À ce titre, ses activités de programmation et de diffusion sont délimitées par deux priorités corollaires. D’une part, ayant la charge d’une large mission démocratique, la télévision doit être partie prenante de la création d’un lien social national mais aussi culturel (transmission et partage de l’héritage culturel). Pour ce faire, la RTF se doit d’éduquer, d’informer et de distraire les Français pour leur permettre de découvrir et de connaître plus directement et plus rapidement les institutions et activités politiques. D’autre part, responsable de la formation du jugement civique du téléspectateur citoyen, la RTF doit diffuser des nouvelles politiques, comptes rendus d’événements, opinions autorisées et entrevues6. De la sorte, grâce au petit écran et au direct (maîtrisé dès 1954), les citoyens français peuvent accéder à une « information démocratique » témoignant de divers aspects de la vie politique et mieux exercer leur jugement politique (Lévy, 1999 : 15 ; Cohen, 1999 : 24 et 26). Par ailleurs, la télévision permet aussi de créer un contact direct entre le gouvernement, incarné, mais non personnalisé, par le président du Conseil qui parle au nom du gouvernement, et les citoyens français qui doivent être informés des activités et décisions gouvernementales pour pouvoir forger et exercer leur jugement politique (Lévy, 1999 : 15). Dans un discours public livré en février 1956 à l’École de guerre, Jean d’Arcy7, directeur des programmes de la télévision de 1952 à 1959, évoque clairement cette double priorité de la mission démocratique de la RTF (édification du lien social et formation du jugement du citoyen). Rappelant que la devise de la BBC est « la nation parle à la nation », d’Arcy affirme :

… la radiodiffusion, la télévision, propriétés de la communauté nationale, sont faites pour rapprocher les hommes entre eux, pour les unir, pour les faire mieux se comprendre. Responsable de la nourriture spirituelle d’un peuple, ceux qui en ont la charge doivent aussi toujours avoir présent à l’esprit que ces moyens de communication ne leur appartiennent pas, ne sont la propriété de personne, ni de l’Administration, ni du gouvernement, ni du Parlement, ils appartiennent à tous. À travers eux, ce doit être réellement la nation qui parle à la nation. (Lévy, 1999 : 15-16)

16En juin 1958, Gabriel Delaunay, directeur général de la RTF, définit lui aussi la télévision comme « un instrument indispensable pour le fonctionnement des institutions démocratiques » et un moyen de rapprochement du gouvernant avec le gouverné, « par exemple, en multipliant les tribunes libres pendant les périodes électorales, en sortant la politique de ces « temples rares et difficiles d’accès » que sont les Parlements, pour créer « une nouvelle conception du Forum en l’installant autour de chaque table familiale » (Cohen, 1999 : 26).

17Enfin, tous croient à la prépondérance de l’information sur le divertissement au sein du journal télévisé. Cependant, Cohen rappelle que dans les années 1950, même si la télévision n’en est qu’à ses premiers pas, elle est déjà en quête d’un équilibre entre ses trois missions, informer, éduquer et distraire, et que, déjà à cette époque, la balance des émissions penche plus du côté du divertissement (sports, anniversaires, grandes cérémonies) que de celui de l’information. Une recherche statistique réalisée en mai et juin 1954 dévoile que le tiers du JT est consacré au sport alors que 10 % seulement des sujets traitent de l’actualité nationale et internationale. En pleine crise politique de mai 1958, les émissions sportives dominent (Cohen, 1999 : 23-24).

4. Un contact direct avec le citoyen

  • 8 Selon Delporte : « Clemenceau ou de Gaulle l’ont compris à leurs dépens. On fait appel à eux en pl (...)

18Entre 1946 et 1953, dans l’optique de la double mission démocratique de la RTF, les présidents successifs du Conseil, tout comme leurs ministres, découvrent le potentiel de la télévision en matière de communication directe avec les Français et soumettent cette question à « une réflexion démocratique » (Cohen, 1999 : 27). Ils sont en effet très conscients que l’information télévisée, se rajoutant au Parlement et aux autres médias (presse et radio), va doter les interventions gouvernementales d’une visibilité croissante (1999 : 27). Après une première expérience de communication politique à la radio, ils s’approprient peu à peu ce nouveau support qu’est le petit écran en visant deux objectifs de communication. D’une part, créer des liens communicationnels novateurs et directs entre eux et les Français (Cohen, 1999 : 24 ; Lévy, 1999 : 16) et alimenter ainsi le « dialogue politique et citoyen » (Vassalllo, 2005 : 12). D’autre part, honorer un principe civique : informer les Français, toujours au nom du gouvernement, de leurs actions et décisions politiques, principalement dans les périodes de fortes tensions politiques et sociales. Pour les politiciens de la IVe République, le pouvoir réside avant tout dans le Parlement « et le chef du gouvernement n’en est jamais que l’expression provisoire » (Delporte, 2007 : 48). Tout comme à l’époque de la IIIe République, les présidents du Conseil et parlementaires redoutent la personnalisation du pouvoir et « sont très vigilants8 » à l’endroit de ses potentielles manifestations (2007 : 48).

19Entre 1954 et 1957, deux présidents du Conseil vont utiliser la télévision de manière croissante pour instaurer ce contact direct avec les citoyens français et pour y rendre compte des activités de leurs gouvernements. Tout deux articulent « une pensée sur le rôle respectif dans le rapport au citoyen de la presse, du Parlement, de la radio, de la télévision » (Cohen, 1999 : 40). Il s’agit de Pierre Mendès France et de Guy Mollet.

  • 9 Un exemple de mise en œuvre d’un plan médias par Pierre Mendès France (PMF) dans le cadre de ces « (...)

20Pierre Mendès France (PMF), président du Conseil du 19 juin 1954 au 5 février 1955, est probablement le premier politicien français à avoir expérimenté un plan médias qui utilise à des fins politiques une combinaison de médias (presse, radio et télévision) « en leur attribuant des rôles distincts » (Cohen, 1999 : 28-29). Avec la radio et la télévision, qu’il considère d’abord comme un outil d’information et d’éducation du citoyen, il a établi des contacts directs et un « dialogue citoyen » avec les Français en leur expliquant ses politiques « dans des moments décisifs9 » de sa courte carrière politique (1999 : 28 et 29). PMF inaugure aussi des formats de communication avec les Français qui seront repris par le général de Gaulle, entre autres, des allocutions radiotélévisées visant à leur « expliquer les grands virages de la politique gouvernementale » (Vassallo, 2005 : 14). Critiqué par l’opposition qui l’accuse de se servir de ces médias pour faire de la propagande, il riposte en présentant sa conception de l’information : « la priorité des nouvelles et des décisions politiques » doit aller « au Parlement, lieu par excellence du contact [et de la relation] entre le gouvernement et les citoyens » (Cohen, 1999 : 29). Dans un discours livré en janvier 1955, PMF précise sa pensée : « aucun gouvernement ne peut agir utilement si le Parlement ne le soutient pas, si le pays ne l’encourage pas » (1999 : 29). Se défendant vivement de faire de la propagande gouvernementale, comme une dictature cherchant à imposer une doctrine aux citoyens et à les convaincre de son bien-fondé, Mendès France considère que la proximité « communicationnelle » [le contact direct par le truchement de la radio-télévision] entre le gouvernement et les citoyens fait précisément toute la différence entre démocratie et dictature, entre information et propagande. PMF soutient qu’il n’impose pas de doctrine. Il informe simplement et démocratiquement les citoyens des activités de son gouvernement (1999 : 29).

21Pour Guy Mollet, investi président du Conseil par l’Assemblée nationale le 1er février 1956 (poste qu’il occupera jusqu’au 13 juin 1957), la primeur des déclarations et décisions politiques appartient aussi au Parlement. Par exemple, le 10 mars 1956, il déclare sur les ondes de la radio qu’il ne peut parler des événements d’Algérie (soit de la guerre d’Algérie, 1954-1962), même s’ils préoccupent les Français : « après le vote des pouvoirs spéciaux, dit-il, c’est à l’Assemblée qu’il doit réserver ses déclarations » (Cohen, 1999 : 30).

22Guy Mollet considère lui aussi que l’avantage de la télévision sur les autres médias est de permettre au politicien de créer un contact direct avec les Français. Lors de sa première allocution télévisée, en direct de Matignon, le 4 février 1956, il précise que chaque semaine, le président du Conseil ou un ministre viendra parler à la télévision des actions du gouvernement qui est « votre gouvernement ». Soucieux d’établir ce contact direct entre le gouvernement et les Français, Mollet participe à une dizaine d’émissions télévisées animées par Pierre Sabbagh (Face à la vérité). Il y répond aux nombreuses lettres des téléspectateurs, souvent chaleureux à son endroit, qui le questionnent sur ses politiques (Cohen, 1999 : 30-31). Dans certaines lettres, les téléspectateurs l’accusent de faire et de diffuser de la propagande gouvernementale ou de « jouer la comédie ». Il rétorque que le courrier auquel il répond est assez critique à l’endroit de ses politiques pour éliminer tout doute de propagande ; qu’il « n’y a pas de comédie dans le contact direct entre le chef du gouvernement et chaque citoyen » et que « C’est le droit du gouvernement d’informer le public sur son action de manière directe. Il n’y a pas de journal gouvernemental […]. Mais il peut y avoir un quart d’heure gouvernemental tous les quinze jours » (Cohen, 1999 : 31). Vassallo suggère qu’au-delà de son désir d’établir, par la télévision, un rapport direct entre le gouvernement et les citoyens français, Guy Mollet inaugure et trace la voie d’un contrôle accru de l’information télévisée par l’État qui fera résolument son chemin dans les années et la république subséquentes.

5. Le contrôle de l’information télévisée sous la IVe République

  • 10 En juin 1949, la télévision française crée le journal télévisé (JT) dont elle diffusera deux éditi (...)

23Dès 1946, sous la IVe République, les politiciens et professionnels de l’information affectés par la suppression des libertés de presse et d’expression pendant l’Occupation et sous le régime de Vichy, réitèrent souvent leur désir de produire et diffuser une information non propagandiste destinée à de larges publics de citoyens. Mais en même temps qu’ils redoutent, tout comme l’opinion publique française, le contrôle de l’État sur l’information, la propagande, la désinformation et la censure, paradoxalement, comme nous l’avons déjà évoqué, ils appellent et défendent la nécessité du contrôle de l’information, donc du JT10, par l’État. Ils soutiennent également l’idée du monopole d’État en prétendant que c’est la seule façon de garantir la diffusion d’une information libre, indépendante des puissances économiques (commerciales et financières) et des intérêts privés ainsi que des dictatures et propagandes.

  • 11 La censure imposée alors aux journaux, à la radio, puis à la télévision, principalement au journal (...)

24C’est dans cette optique qu’il faut comprendre que « jusqu’en 1958, les prises de position politiques affirment la nécessité du contrôle de l’État tout en se démarquant de la simple propagande » (Cohen, 1999 : 27 et 34), conformément aux dires de PMF et Guy Mollet mentionnés précédemment. Donc, en France, sous la IVe République, l’information est contrôlée/ censurée par l’État et, dans l’ensemble, les acteurs politiques français s’accommodent relativement bien de « cet encadrement des médias par l’État » (D’Almeida, Delporte, 2003 : 162) et des informations biaisées qui en résultent11.

25Dans le secteur de la radio, en 1947-1948, gaullistes et communistes, seuls à dénoncer le contrôle gouvernemental sur l’information, sont écartés de l’information radiophonique. Le jeu de chaise musicale politique qui caractérise les gouvernements instables de l’époque pousse les autres acteurs de l’opposition à ne pas critiquer ce fonctionnement, qui peut leur être utile s’ils accèdent à leur tour au pouvoir. Ainsi, en 1949, quand la RDF devient la RTF, les journalistes radiophoniques tendent à associer « radio d’État » à leur « rattachement à la fonction publique » et à confondre « service public » et « voix de la France ». Au journal parlé, ils lisent les nouvelles sans les commenter, en toute « impartialité » ; relayent les textes et communiqués gouvernementaux. « Ils pratiquent l’autocensure, évitant d’évoquer les sujets fâcheux de la vie politique, Thorez et le PCF d’un côté, de Gaulle et le RPF [Rassemblement du peuple français] de l’autre » (D’Almeida, Delporte, 2003 : 163 et 164). Ces pratiques radiophoniques qui soumettent les journalistes au contrôle de l’État et à la censure ne tarderont pas à se répandre à la télévision d’État et au journal télévisé.

26En 1953-1954, quand la télévision, encore artisanale, entre sur la scène publique, ses programmes se diversifient, la diffusion en direct la popularise et la légitime comme support d’information. À titre d’exemple, la transmission en direct du couronnement de la reine Élisabeth II, le 3 juin 1953, reste un moment historique de l’âge tendre de l’information télévisée (Lévy, 1999 : 16-17). Mais au même moment, la France de la IVe République traverse aussi une période de grande instabilité politique nationale et de tensions liées à son héritage colonial et à la décolonisation (guerre d’Indochine [1946 à 1954] et surtout guerre d’Algérie [1954 à 1962]). Dès le déclenchement du conflit algérien, les idéaux démocratiques relatifs à la télévision et à l’information énoncés sous la IVe République sont malmenés et ne résistent pas à l’instauration de mesures visant à accentuer le contrôle gouvernemental, entre autres, du journal télévisé. Craignant l’impact des images du JT et autres émissions d’information sur une audience croissante de téléspectateurs, plusieurs dirigeants, par le moyen du Secrétariat d’État ou de ministères chargés de l’information, surveillent, encadrent étroitement et censurent l’information télévisée de manière à ce que la RTF ne diffuse que les communications gouvernementales. Le président du Conseil Guy Mollet (1956-1957), particulièrement actif en la matière, offre un bel exemple de contrôle et de censure de l’information télévisée.

27En effet, en 1956-1957, en pleine crise algérienne, tout en se défendant de créer un ministère de l’Information identique à celui qui sévissait sous l’Occupation, le gouvernement Mollet accentue sa surveillance et « son contrôle sur l’information qu’il juge pervertie par la propagande ennemie » tout comme il soutient « la nécessité d’une véritable “politique de l’information” afin de faire face aux propagandes ennemies » (Cohen, 1999 : 37-38). À ceux qui évoquent une atteinte à la liberté de la presse, Guy Mollet affirme le caractère indispensable de la censure de la radio et de la télévision, car dit-il, à la différence de la presse dotée de nombreux journaux qui témoignent de la pluralité des opinions, « la radio et la télévision ont un caractère national et unique » (1999 : 37-38). Dès lors, Guy Mollet, de concert avec le secrétariat d’État à l’Information, orchestre la censure et le contrôle des équipes de journalisme télévisé ; multiplie ses interventions télévisées mais aussi les sanctions dès qu’il considère que « l’expression du gouvernement » est empêchée. Sous sa présidence, le JT devient la « voix de la France », la voix de la nation. Le 3 décembre 1956, par exemple, lors de la crise de Suez, Mollet écrit à Gérard Jaquet, secrétaire d’État à l’Information pour lui demander « de contrôler quotidiennement les émissions du journal parlé et du journal télévisé » et pour l’inviter à ne pas faire confiance aux équipes qui travaillent à la radio-télévision. Il cautionne ainsi la pratique selon laquelle « les camarades du parti » se chargent quotidiennement « de connaître… le matin avant 7 heures, les émissions du journal parlé, le soir, avant 20 heures, les émissions du journal télévisé » (1999 : 38).

28Il n’est donc pas surprenant que tout au long de la crise algérienne, la politique d’information du gouvernement Mollet soit animée par un inflexible principe : « l’information est un combat […] le gouvernement doit, sur ce terrain, affirmer sa présence et sa force » (1999 : 38). Contradiction de taille, soulignée par Cohen, puisque à la même époque, Guy Mollet n’aura de cesse de réaffirmer publiquement son engagement et sa foi envers « les libertés démocratiques et, en particulier, la liberté de la presse » (1999 : 38). Il reste que pendant toute la durée du mandat de Guy Mollet (1956-1957) et au cours de la dernière année chaotique de la IVe République (juin 1957 à septembre 1958), le principe de la protection et du maintien de la liberté de presse sera constamment laminé par un encadrement gouvernemental sévère de la télévision et de la presse, toujours légitimé par l’intérêt supérieur de la nation.

6. De la IVe à la Ve République

29Dans sa période âge tendre, la télévision de la IVe République (1948-1958) incarne pour nombre de politiciens un idéal démocratique : ils la considèrent comme un formidable instrument de communication directe entre l’homme politique et les citoyens, en mesure d’entretenir un lien social national et de développer le jugement civique des citoyens. Les successifs présidents du Conseil et ministres des gouvernements se servent donc de cette télévision naissante, tout comme de la radio, pour y représenter leurs gouvernements et expliquer leurs politiques aux citoyens français. Il s’agit de créer un contact direct avec eux, d’instaurer un dialogue politique, de manière à les familiariser avec les institutions politiques (Vassallo, 2005 : 12). Mais dans la pratique, plus particulièrement dès le début des années 1950, cet idéal démocratique lié à l’information cathodique ne sera plus longtemps honoré par les dirigeants politiques de la IVe République, aux prises avec une succession de crises politiques majeures, nationales et internationales, liées, entre autres, au processus de décolonisation dans lequel la France est engagée. Le contrôle et la censure de l’information télévisée l’emportant sur les principes démocratiques, la RTF devient principalement un vecteur de la voix, des images et des décisions gouvernementales (Cohen, 1999 : 40).

30Par voie de conséquence, l’information télévisée véhicule une certaine langue de bois politique, gouvernementale, sous la IVe République, qui deviendra présidentielle sous la Ve. C’est en effet cet héritage de contrôle et de censure de l’information télévisée que les gouvernements de la IVe République lèguent au communicateur de l’appel du 18 juin 1940. En 1958, appelé au pouvoir par le président René Coty, Charles de Gaulle est le dernier président du Conseil de la IVe République, et devient rapidement le maître d’œuvre de la création de la Ve République. Alors que la télévision est en passe de devenir un média de masse, les deux premiers gouvernements gaullistes (Michel Debré 1959-1962 ; Georges Pompidou 1962-1968), par l’intermédiaire du ministère de l’Information et du personnel dirigeant de la RTF-ORTF, se saisissent volontiers de ces mécanismes de contrôle de la télévision et de l’information télévisée mis en place par leurs prédécesseurs et n’auront de cesse de les renforcer.

  • 12 Les tenants de l’Algérie française croient alors comprendre qu’il entend conserver l’Algérie franç (...)
  • 13 La Constitution de la Ve République accorde plus de pouvoir au président de la République. Jusqu’e (...)

31Un petit rappel historique : le 2 avril 1947, Le Journal du Septennat d’Auriol diffuse la décision du gouvernement d’interdire de Gaulle des ondes radio. Il est écrit : « La Radiodiffusion fera mention des discours du Général sans reproduction intégrale ni enregistrement direct » (Cohen, 1999 : 34). Il est donc possible de parler de lui à la radio, mais de Gaulle ne peut pas s’y exprimer directement. Cette interdiction durera jusqu’en 1958. Cette année-là, des manifestations éclatent en Algérie. Plusieurs partisans de l’Algérie française craignent que le nouveau président du Conseil, Pierre Pfimlin, négocie avec le Front de libération nationale (FLN). Les généraux Salan et Massu y prennent part, fondent un comité de salut public, soutenu largement par l’armée et défient la métropole. Le 15 mai, le comité réclame le retour du général de Gaulle, considéré comme le seul en mesure de calmer la situation. La même journée, de Gaulle se dit prêt à assumer les pouvoirs de la République. Le 29 mai, le président de la République, René Coty, lui demande d’accepter de former un gouvernement. Le 1er juin 1958, l’Assemblée nationale l’investit par une majorité de voix (329 voix sur 553 votants). Pendant toute la durée de ces événements du printemps 1958, inscrits dans l’histoire sous le vocable de « crise d’Alger », le gouvernement contrôle toujours l’information et de Gaulle reste interdit d’antenne. Il faut attendre le 4 juin, il est alors président du Conseil depuis trois jours, pour assister à son « retour sur les ondes » (Cohen, 1999 : 39). C’est la diffusion de son discours d’Alger, d’une durée de 18 minutes, prononcé du haut du balcon du gouvernement général d’Alger. Les bras en V, il lance à la foule une de ses fameuses formules slogans qui ont le don de rester aussi célèbres qu’ambiguës sur le plan de leur interprétation : « Je vous ai compris12. » C’est dans ces conditions que le général de Gaulle devient le dernier président du Conseil de la IVe République. Les députés lui permettent de gouverner par ordonnance pour une durée de six mois et l’autorisent à piloter la réforme constitutionnelle du pays, un dossier pris en charge par Michel Debré (son futur premier ministre). Pendant l’été 1958, de Gaulle élabore une nouvelle constitution. Adoptée par référendum le 28 septembre 1958 (79,2 % de « oui »), elle entre en vigueur le 4 octobre 1958, met fin à la IVe République et démarre le début d’une longue ère, celle de la Ve République. Le 21 décembre 1958, Charles de Gaulle est élu président de la République française par un large collège électoral. Il entre en fonction à l’Élysée le 8 janvier 195913.

32Le général de Gaulle prendra sa revanche d’avoir été interdit des ondes de 1947 à 1958, non pas en accordant plus de liberté d’expression politique aux acteurs chargés du créneau de l’information télévisée, mais en l’accaparant. Après les désorganisations chroniques de la IVe République, l’heure est à des réformes majeures, entre autres, « l’installation d’un pouvoir exécutif efficace », la nécessaire décolonisation de l’Algérie et l’instauration d’une « politique d’indépendance nationale » et d’une « politique économique de modernisation » (D’Almeida, Delporte, 2003 : 182). Pour faire passer ces réformes, de Gaulle a besoin de l’adhésion des Français à certaines valeurs et options : les instruments d’information de masse, dont la télévision, sont à sa disposition. Pour Vassallo, la télévision de la IVe République a préparé le terrain à de Gaulle, se posant comme « le média idéal » pour perpétuer le contact direct avec les Français, leur demander d’adhérer à ces réformes et de consentir les efforts et sacrifices que réclame « sa politique de grandeur ». Dans un contexte mouvant, il leur intime également d’assurer « la pérennité de la Nation dans le nouvel ordre planétaire, principalement européen, qui se met en place » (Vassallo, 2006 : 8). Comme de Gaulle se méfie autant du Parlement que de la presse écrite, changement constitutionnel oblige, il va imposer et personnaliser sur le petit écran, non plus le gouvernement, mais le pouvoir présidentiel de la Ve République. En d’autres termes, désireux d’unir les Français autour de sa personne et de créer lui aussi avec eux un contact direct, ce politicien télégénique les mobilisera, non pas sur les activités du gouvernement, mais sur sa personnalité présidentielle, incarnation même de la nouvelle Ve République, du pouvoir politique et « Voix de la France » (Vassallo, 2005 : 14).

33Dans la relation qui se tisse entre les médias, plus particulièrement la télévision, et le pouvoir politique, il n’y a donc pas de cassure nette entre les deux régimes. Au contraire, on observe plutôt une certaine continuité communicationnelle marquée par le désir avoué des gouvernants émetteurs de concrétiser la démocratie en parlant directement et unilatéralement aux récepteurs français, mais aussi et surtout par leur goût évident pour le contrôle de l’information télévisée et l’encadrement étroit de ses professionnels. Par conséquent, les deux appareils politiques ont en commun d’entraver de facto la réalisation et la transmission d’une information de service public (de type BBC ou SRC), politiquement neutre et autonome, qui serait au service des publics de citoyens.

34Ceci étant dit, dans la première décennie de la Ve République, la relation entre télévision et pouvoir politique gaulliste revêt aussi ses particularités. En effet, 1958, année de la fin de la IVe République et du début de la Ve, est l’année du véritable « envol de la télévision française », dont témoignent quatre grands facteurs : 1- l’accroissement significatif des téléviseurs dans les foyers français, donc des téléspectateurs (en 1957, 6,1 % des ménages français ont un téléviseur, en 1961, 13,1 % et en 1962, 23,1 % [Cohen, 1999 : 32]) ; 2- le perfectionnement des techniques de production et de diffusion ; 3- l’accroissement de la durée des émissions ; 4- la création d’une 2e chaîne en 1964 (Vassallo, 2005 : 12). Plus encore, après juin 1958, soutient Cohen, la télévision française gaulliste devient partie prenante d’un dispositif communicationnel qui servira largement le pouvoir présidentiel à l’occasion du changement de constitution et tout au long des années 1960. Ce dispositif se décline en cinq activités de communication politique.

35Premièrement, des interventions télévisées présidentielles annoncent et précèdent chaque référendum imposé par de Gaulle entre 1958 et 1962. Selon Pierre Lazareff (dans les Cahiers de la télévision, décembre 1962), sur cette période, les apparitions du chef de l’État vont en augmentant : « deux en 1959, cinq en 1960, sept en 1961, onze en 1962 » (Cohen, 1999 : 32).

36Deuxièmement, les voyages présidentiels sur le terrain, en province et à l’étranger (entre autres, Algérie), sont l’objet de reportages très modelés (foules toujours en liesse, gerbe déposée devant le monument aux morts, discours au balcon et quelques notes de la Marseillaise), dont la teneur est soigneusement contrôlée. Ces reportages sont diffusés dans le cadre du journal télévisé pour assurer la visibilité de ces rencontres du président avec les Français qui y voient en retour « le spectacle de leur propre unité nationale » (Cohen, 1999, 31-32 ; 40-41). Troisièmement, les allocutions télévisées sous forme d’appel direct au peuple (le ton est souvent pathétique) servent à promouvoir les activités politiques de l’heure (référendum à venir, interventions et commentaires sur la politique intérieure et internationale et sur les crises) et à traverser les périodes de crise (Cohen, 1999 : 40-41). Quatrièmement, les conférences de presse bi-annuelles tenues dans la Salle des Fêtes de l’Élysée sont principalement destinées à exposer les positions de la France sur les questions internationales. Tant les allocutions que les conférences de presse sont des « productions strictement élyséennes » très contrôlées dont l’objectif est de « susciter un élan de cohésion nationale, de compréhension et de soutien de la population au chef de l’État » (Vassallo, 2005 : 56). Ces communications ont pour avantage de relayer directement les discours présidentiels vers le peuple français, tout en contournant « le filtre de la presse indépendante » que de Gaulle déteste. « Ne pas dépendre d’une quelconque féodalité, ne pas négocier avec qui que ce soit et s’adresser directement aux Français », explique de Gaulle à Alain Peyrefitte, ministre de l’Information (Vassallo, 2005 : 47). Cinquièmement, la télévision soutient l’institution de l’élection du président de la République au suffrage universel direct, dont la première édition, en 1965, sera l’objet de la première campagne électorale télédiffusée (Cohen, 1999 : 31-32). En 1965, 41 % des ménages français possèdent un téléviseur, ce qui correspond à 6,5 millions de postes. La durée quotidienne des émissions est de 9 heures sur la première chaîne et de 3 heures 30 sur la deuxième. En 1965, la télévision française est devenue un média de masse, placée sous l’égide de l’Office de radiodiffusion télévision française (ORTF) créé en 1964 en remplacement de la RTF.

37Selon Vassallo, 1965 est une année charnière dans l’histoire de la télévision. Un changement majeur se produit : « la fin du monopole gaulliste sur la communication politique télévisée » à l’occasion des élections présidentielles. Pour la première fois, la télévision est rendue accessible à tous les représentants des partis d’opposition : Jean Lecanuet (Mouvement républicain populaire), Jean-Louis Tixier-Vignancour (extrême droite), François Mitterrand (Fédération de la gauche démocratique et sociale), etc. En l’espace de quelques semaines, la télévision rend ces inconnus célèbres et familiers aux électeurs français et présente leurs propositions politiques face à un général de Gaulle qui, « sauf les derniers jours de campagne, néglige son temps de parole » (Delporte, 2007 : 141). En effet, à l’occasion du premier tour, le président sortant refuse de se présenter devant les caméras de télévision, boude la campagne officielle et chute dans les sondages. Face à la progression de Jean Lecanuet dont témoignent les sondages, il se déclare excédé : « Vous ne voulez tout de même pas que je me présente à la télévision en disant : je m’appelle Charles de Gaulle ? » (2007 : 151). Refusant « d’être un candidat comme les autres », de Gaulle « gardera le silence jusqu’au 3 décembre, soit deux jours avant le scrutin du premier tour. Cette stratégie de déni sera pour beaucoup l’une des causes majeures du ballottage qui opposera le général de Gaulle au leader de la gauche » (Vassallo, 2005 : 44).

  • 14 Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir. Le renouveau, 1958-1962, Paris, Plon, 1970, p. 302.

38Cette indifférence ou désunion que de Gaulle affiche face à la télévision à l’occasion de ces élections présidentielles de 1965 n’est pourtant pas d’actualité dans les premières années de son mandat alors qu’il la considère comme « l’instrument privilégié de ses contacts avec le peuple » et comme le lieu d’un « nouveau rituel dans les relations entre l’homme politique et le peuple » (Cohen, 1999 : 40-41). Dans ses Mémoires d’espoir. Le renouveau, 1958-196214, le Général évoquant ses passages à la télévision entre 1958 et 1962 :

… insiste sur la « rencontre » avec les Français par l’intermédiaire de la télévision : « Mais à présent, les téléspectateurs regardent de Gaulle sur l’écran… Pour être fidèle à mon personnage, il me faut m’adresser à eux comme si c’était les yeux dans les yeux, sans papier et sans lunettes […]. Maintes fois en ces quatre ans, les Français par millions rencontrent ainsi le général de Gaulle […]. Me gardant d’utiliser les vieilles recettes de la démagogie, je m’efforce au contraire de rassembler les cœurs et les esprits sur ce qui leur est commun, de faire sentir à tous qu’ils appartiennent au même ensemble, de susciter l’effort national. (cité dans Cohen, 1999 : 32-33)

39Terminons ici en évoquant un paradoxe relatif à diverses représentations du téléspectateur français dans cette Ve République naissante. Dans le cadre de ses apparitions télévisées, comme à l’époque de la Résistance, le Général évoque plus souvent qu’autrement le Français, le citoyen français ou le peuple français comme étant soudé, prêt à tous les sacrifices individuels et collectifs pour servir la nation. Cette idéalisation du Français par essence patriotique est diamétralement opposée à l’image du téléspectateur français moyen, telle que dessinée par d’autres acteurs politiques et médiatiques influents d’obédience gaulliste. Alors que les trois missions « officielles » de la RTF sont informer, éduquer et divertir, dans l’ensemble, les parlementaires à l’Assemblée nationale, les membres du gouvernement, mais aussi les responsables de la télévision pensent et disent que la grande majorité de « ces téléspectateurs qu’ils prétendent éduquer » a un niveau de connaissances peu élevé. Une note de Jean-Claude Michaud, conseiller technique du ministère de l’Information, rédigée en 1962 et destinée à Jacques Coup de Fréjac, père des relations publiques en France et directeur de l’information à la délégation générale du gouvernement en Algérie (1960-1961), décrit les Français moyens comme des êtres ignorants, inintelligents et désinformés (Vassallo, 2005 : 17-18). Le téléspectateur français moyen étant considéré ipso facto comme « désespérément inculte et puissamment manipulable », on comprend ici les craintes que la télévision éveille chez les politiciens du fait que « La majorité redoute d’offrir la parole aux oppositions, l’opposition… s’inquiète de ne pouvoir profiter de ce formidable outil de propagande » (Vassallo, 2005 : 18-19). Mais alors que les professionnels de la télévision priorisent l’éducation des « spectateurs présumés les plus incultes », la principale conséquence d’une télévision très orientée vers la vulgarisation des savoirs est la simplification systématique de ses contenus, donc la production et la diffusion d’émissions assez légères sur le plan de la teneur, « ce qui tend en retour à affaiblir sa mission d’éducation » (Vassallo, 2005 : 18-19). Étonnante dérive que celle de la télévision publique de ces premières années de la Ve République dans le cadre de sa relation avec le pouvoir politique gaulliste. Alors que son mandat d’éducation du téléspectateur se conjugue avec des émissions d’information qui tendent au nivellement pas le bas, son mandat d’information du citoyen français est l’objet d’un contrôle étroit et permanent, présidentiel et gouvernemental.

Bibliographie

Bibliographie

Bachmann, Sophie (1997). L’éclatement de l’ORTF. La réforme de la délivrance, Paris-Montréal, L’Harmattan/Communication, 254 p.

Cohen, Évelyne (1999). « Télévision, pouvoir et citoyenneté », in Lévy, Marie-Françoise et Cohen, Évelyne (dir.), La télévision dans la République : les années 50, Bruxelles, Éditions Complexe, p. 23-41.

D’Almeida, Fabrice et Delporte, Christian (2003). Histoire des médias en France, de la Grande Guerre à nos jours, Paris, Flammarion, Champs Université, 434 p.

Delporte, Christian (2007). La France dans les yeux. Une histoire de la communication politique de 1930 à nos jours, Paris, Flammarion, 490 p.

Lévy, Marie-Françoise (1999). « Introduction », in Lévy, Marie-Françoise et Cohen, Évelyne (dir.), La télévision dans la République : les années 50, Bruxelles, Éditions Complexe, p. 11-21.

Lévy, Marie-Françoise et Cohen, Évelyne (1999). « Repères chronologiques », in Lévy, Marie-Françoise et Cohen, Évelyne (dir.), La télévision dans la République : les années 50, Bruxelles, Éditions Complexe, p. 217-221.

Mattelart, Armand (1992). La communication-monde : histoire des idées et des stratégies, Paris, La Découverte, 356 p.

Vassallo, Aude (2005). La télévision sous de Gaulle. Le contrôle gouvernemental de l’information (1958/1969), Paris, Éditions de Boeck et Institut national de l’audiovisuel (INA), 310 p.

Notes

1 Âge tendre et tête de bois est une émission de variété pour la jeunesse animée par Albert Raisner, diffusée du 30 mai 1961 jusqu’en octobre 1966 sur la chaîne de télévision de la RTF, puis sur la première chaîne de l’ORTF. Son titre est inspiré par celui d’une chanson de Pierre Delanoë et Gilbert Bécaud, reprise à l’époque par le magazine mensuel Mademoiselle Âge Tendre. L’émission est rebaptisée Tête de bois et tendres années d’octobre 1966 à juillet 1968.

2 À l’époque de la publication de cet ouvrage, Évelyne Cohen est historienne, maîtresse de conférence à l’Université Denis Diderot (Paris-7) et chercheuse associée à l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP-CNRS). Elle a été membre du comité éditorial de la collection Voir et savoir. Les images du temps présent à la télévision (1949-1964), INA, 1997. Pour sa part, Marie-Françoise Lévy est historienne et chargée de recherche à l’IHTP-CNRS. Avec Monique Ageron, elle a dirigé la collection Voir et savoir. Les images du temps présent à la télévision (1949-1964), INA, 1997. Cohen et Lévy animent ensemble le séminaire « Télévision : source, objet écriture et histoire » qui associe l’IHTP-CNRS et l’Université Denis Diderot (Lévy et Cohen, 1999).

3 Aude Vassallo est impliquée dans divers projets audiovisuels et colloques sur la télévision. Son étude sur la télévision à l’ère de De Gaulle lui a valu le prix de l’INA en 2000.

4 La comparaison de Lévy se fonde sur les statistiques de Pierre Albert et André-Jean Tudesq (Histoire de la radio-télévision, Paris, PUF, 1981) et sur celles de l’Annuaire statistique de la France (no 14, INSEE, 1966, p. 36).

5 Par exemple, Vital Gayman, directeur des informations et du JT à la RTF dans les années 1950 ; Jean d’Arcy, directeur des programmes de la télévision de 1952 à 1959 et Gabriel Delaunay, directeur général de la RTF à la fin des années 1950.

6 En 1954, rapporte Cohen, Vital Gayman, alors directeur des informations et du JT à la RTF, dresse une liste des interventions télévisées et thèmes que la télévision peut couvrir dans le domaine politique, propices à alimenter ce jugement civique : nouvelles et informations (couverture des événements politiques, crises ministérielles, décisions des institutions politiques, découvertes scientifiques, décès d’une personnalité) ; comptes rendus d’événements importants (cérémonie du couronnement d’Élisabeth II, élection présidentielle de Versailles en 1953, match de football, séance des Nations unies, crise ministérielle d’octobre 1949) ; les « opinions auto risées » (politiciens, experts, savants, journalistes) ; les entrevues (Cohen, 1999 : 25 et 26).

7 En 1948 et 1949, Jean d’Arcy a été conseiller technique au cabinet de François Mitterrand, à l’époque secrétaire d’État à la présidence du Conseil, responsable de l’information. Entre 1950 et 1952, il a été chargé des Relations internationales de la RTF (Lévy, 1999 : 15).

8 Selon Delporte : « Clemenceau ou de Gaulle l’ont compris à leurs dépens. On fait appel à eux en pleine tempête, mais dès que le ciel s’est de nouveau éclairci, on s’empresse de s’en débarrasser. En janvier 1946, ils se réjouissent de la démission du chef du gouvernement provisoire, le général de Gaulle, et se gardent bien de le rappeler au pouvoir » (Delporte, 2007 : 48-49).

9 Un exemple de mise en œuvre d’un plan médias par Pierre Mendès France (PMF) dans le cadre de ces « moments décisifs » de sa carrière politique. Le 16 juin 1954, à la veille de son investiture à l’Assemblée nationale, Pierre Mendès France accorde une entrevue à un journaliste dont la teneur est explicitement destinée aux « spectateurs du journal télévisé » auxquels il explique les problèmes du moment : Indochine, Tunisie, Maroc, Europe nouvelle. Plusieurs fois, il exprime son souci d’unir largement les Français afin de « dégager ensemble des solutions ». La même journée, il donne une conférence de presse dans laquelle il parle de ses contacts et relations « avec l’armée et avec la délégation française de Genève » (en référence à la guerre d’Indochine, 1946-1954 et à la chute du camp de Dien Bien Phu en mai 1954, laquelle a obligé le gouvernement de PMF à négocier un cessez-le-feu) en vue de sa prochaine investiture. En juillet 1954, il explique, à la télévision et la radio, les tenants et aboutissants de la signature des accords de Genève qui mettent fin au conflit indochinois et consacrent la naissance de deux États (Cohen, 1999 : 28-29).

10 En juin 1949, la télévision française crée le journal télévisé (JT) dont elle diffusera deux éditions par jour dès novembre 1949. Dans le créneau de l’information, plusieurs sujets politiques sont couverts. Par exemple : le 16 janvier 1954, le JT diffuse une émission spéciale « sur la passation des pouvoirs » du président de la République Vincent Auriol à René Coty (Cohen et Lévy, 1999 : 220). Le 1er février 1954, l’abbé Pierre lance un appel en faveur des sans-abris et le JT relaie sa campagne. Le 20 septembre 1954, le JT diffuse pour la première fois un reportage sur un voyage en province (à Nevers) d’un chef de gouvernement : Pierre Mendès France. Le 20 octobre 1954, la télévision diffuse le premier débat politique : Face à l’opinion de Pierre Corval. Du 29 novembre au 1er décembre 1954, des reportages du JT font état du voyage de François Mitterrand en Algérie (Cohen et Lévy, 1999 : 221). Du 20 au 30 décembre 1955, c’est la « Première campagne télévisée pour les élections législatives. Chaque parti dispose de cinq minutes d’antenne » (Cohen et Lévy, 1999 : 221). Le 2 janvier 1956, la télévision couvre une première soirée électorale à l’occasion des élections législatives. Le 31 janvier, la télévision couvre l’investiture de Guy Mollet.

11 La censure imposée alors aux journaux, à la radio, puis à la télévision, principalement au journal parlé, restera « en vigueur en France, sous des formes et des prétextes variés, jusqu’au milieu des années 1960 » (D’Alméida, Delporte, 2003 : 162).

12 Les tenants de l’Algérie française croient alors comprendre qu’il entend conserver l’Algérie française, ce qui ne sera pas le cas et alimentera chez eux une déception lourde et durable.

13 La Constitution de la Ve République accorde plus de pouvoir au président de la République. Jusqu’en 2000, la durée du mandat est de sept ans, après 2000, de cinq ans. En 1962, un nouveau mode d’élection du président est soumis à un référendum et adopté : l’élection au suffrage universel direct. C’est par ce mode de scrutin que de Gaulle est réélu à la présidence en 1965. Dès lors, le fait que le président de la République soit élu directement par le peuple, tout comme les députés, le dote d’une légitimité démocratique identique à celle de l’Assemblée nationale.

14 Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir. Le renouveau, 1958-1962, Paris, Plon, 1970, p. 302.

Auteur

Professeure au Département de science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Spécialisée en communication politique, elle s’intéresse aux acteurs (médias, firmes de communication, organisations politiques) et supports communicationnels qui assurent la médiatisation de la politique auprès des citoyens. Ses observations portent plus spécifiquement sur les mécanismes mercatiques des organisations gouvernementales canadiennes. Elle réfléchit également aux questions de diversité et d’indépendance des médias. À ce titre, en 2006, elle a dirigé l’ouvrage Diversité et indépendance des médias, Presses de l’Université de Montréal, coll. Paramètres.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter