Version classiqueVersion mobile

Sphères de surveillance

 | 
Stéphane Leman-Langlois

Chapitre 6. Les processus de veille opérationnelle et la science forensique

Olivier Ribaux, Thibault Genessay et Pierre Margot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La pratique policière de la « veille opérationnelle » s’apparente à la surveillance. Elle l’aide à adapter ses stratégies et ses opérations en regard d’un savoir systématiquement mis à jour qui porte sur des problèmes de sécurité et de criminalité. Par exemple, les points chauds de criminalité où l’activité réitérée, voire organisée, de délinquants, d’équipes de malfaiteurs et de réseaux est détectée, analysée et suivie dans des unités de renseignement criminel qui s’installent dans les organisations policières. Les modèles policiers proactifs, basés sur la résolution de problèmes (Goldstein, 1990) ou sur le renseignement criminel (Ratcliffe, 2008), sont les plus aboutis pour accueillir naturellement cette veille opérationnelle.

Mais cette forme de surveillance résulte plus généralement d’un mouvement qui admet le rôle central du renseignement dans les stratégies modernes de sécurité (Carrillo, 2010). Les processus de veille opérationnelle fonctionnent sur la base d’un équilibre frag...

Auteurs

Olivier Ribaux a été analyste criminel à la police cantonale vaudoise durant une dizaine d’années. Il est aujourd’hui professeur à l’École des sciences criminelles de l’Université de Lausanne.

Thibault Genessay est issu du monde de l’informatique (École polytechnique fédérale de Lausanne). Il est aujourd’hui chercheur à l’Institut de police scientifique, où il prépare une thèse de doctorat en analyse criminelle. Il s’intéresse particulièrement à la modélisation de l’information forensique et à la formalisation des processus de raisonnement sous-jacents dans une perspective de veille opérationnelle.

Titulaire d’une chaire en science forensique à l’Université de Lausanne depuis 1986. Il a fondé un centre de recherche très actif qui contribue au développement de la discipline forensique comme facteur déterminant dans le renseignement et l’enquête, qui permet de surcroit de procurer des moyens de preuve solides et mesurables pour les tribunaux.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search