Version classiqueVersion mobile

Sphères de surveillance

 | 
Stéphane Leman-Langlois

Chapitre 5. Surveillance libérale et surveillance souveraine

Fabien Jobard et Dominique Linhardt

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le terme « surveillance » soulève une difficulté lexicale qui complique aussi bien la portée théorique de la notion que sa spécification empirique1. Dans une acception étroite, il désigne les dispositifs et mesures par lesquels une organisation (État, entreprise, famille, etc.) s’informe des activités d’un individu ou d’un groupe sans engager d’action coercitive, disciplinaire ou répressive, soit parce qu’aucune infraction, déviance ou faute n’est constatée, soit parce qu’on préfère, pour diverses raisons, rester dans l’ombre (Fijnaut et Marx, 1995 ; Sharpe, 2000). Dans une acception large, la surveillance ne renvoie pas seulement à des techniques disparates du contrôle social, mais plus fondamentalement à une « problématique de gouvernement » (Rose et Miller, 1992) que l’on retrouve à l’œuvre dans des dispositifs et des sites divers et qui combine des technologies, des stratégies et des rationalités qui répondent de sa logique. Dans cette perspective, la surveillance, en établissan...

Auteurs

Chercheur au CNRS, affecté au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales. Il consacre ses travaux à la sociologie des questions pénales, qu’il aborde à travers plusieurs recherches empiriques, portant en particulier sur la justice pénale et la discrimination, les politiques de sécurité et la surveillance. Il a récemment codirigé, avec Dave Waddington et Mike King, Rioting in France and the UK (Willan Publishing, 2009).

Chercheur au CNRS, affecté à l’Institut Marcel Mauss de l’École des hautes études en sciences sociales. Il consacre ses travaux à la sociologie de l’État et de ses transformations, qu’il aborde à travers plusieurs prismes empiriques, dont celui de la surveillance.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search