Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Maintenir la paix en zones postconflit

 | 
Samuel Tanner
, 
Benoit Dupont

Chapitre 1. Les opérations policières des Nations unies

Samuel Tanner y Benoît Dupont

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Les opérations internationales de paix ont connu de profonds changements dans leur nature et leurs missions au cours des dernières décennies. D’une stricte surveillance d’accords de cessez-le-feu, elles incluent désormais une vaste palette de responsabilités, s’étendant jusqu’à la stabilisation et la consolidation d’un pays en sortie de guerre. En particulier, ces missions comprennent la prise en charge de la sécurité publique, tâche pour laquelle la composante militaire – jusqu’ici privilégiée et galvanisant la plus grosse partie de l’attention des chercheurs – s’avère peu outillée. Dans cette optique, le rôle de la composante policière a énormément évolué dans les missions des Nations unies (UNPOL), tant quantitativement que qualitativement.

D’un point de vue quantitatif, on relève une nette augmentation de la participation de la police civile dans les missions internationales de paix, atteignant près de 900 % au cours des quinze dernières années. Si le total des policiers déployés...

Autores

Professeur adjoint à l’École de criminologie de l’Université de Montréal, chercheur régulier au Centre international de criminologie comparée et membre du Centre d’études sur la paix et la sécurité internationale – CEPSI. Ses intérêts portent sur la police transnationale, notamment la participation policière aux opérations de paix, ainsi que sur la violence de masse et la criminalité de guerre.

Professeur agrégé à l’École de criminologie de l’Université de Montréal, directeur du Centre international de criminologie comparée et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en sécurité et technologie. Ses intérêts de recherche portent actuellement sur le rôle et les effets des nouvelles technologies sur le crime et son contrôle, ainsi que sur les mécanismes de gouvernance de la sécurité.

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540