Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maintenir la paix en zones postconflit

 | 
Samuel Tanner
, 
Benoit Dupont

Introduction. Police et opérations de paix

Samuel Tanner et Benoît Dupont

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’échelle de l’histoire de la police, l’intérêt des chercheurs pour ses formes transnationales est récent. Ce n’est qu’à partir des années 1980, avec des travaux portant principalement sur l’avènement de réseaux internationaux de coopération policière en matière d’enquête criminelle et d’échange de renseignements, via Interpol, que progressivement, les connaissances émergent sur la dimension « hors les frontières » du travail policier (Malcolm, 1989). Pourtant, la déterritorialisation de la police, tant comme fonction que comme organisation, s’opère quant à elle depuis la fin du XVIIIe siècle, à la fois sur le continent nord-américain et en Europe, par exemple dans la mise en place de réseaux transfrontaliers de police en Europe dans la lutte contre l’évasion fiscale et l’anarchisme (Deflem, 2002 ; Nadelmann, 1993). À partir des années 1990, alimentées par les transformations majeures que connaissent les relations internationales avec la chute du mur de Berlin et la fin de la guer...

Auteurs

Professeur adjoint à l’École de criminologie de l’Université de Montréal, chercheur régulier au Centre international de criminologie comparée et membre du Centre d’études sur la paix et la sécurité internationale – CEPSI. Ses intérêts portent sur la police transnationale, notamment la participation policière aux opérations de paix, ainsi que sur la violence de masse et la criminalité de guerre.

Professeur agrégé à l’École de criminologie de l’Université de Montréal, directeur du Centre international de criminologie comparée et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en sécurité et technologie. Ses intérêts de recherche portent actuellement sur le rôle et les effets des nouvelles technologies sur le crime et son contrôle, ainsi que sur les mécanismes de gouvernance de la sécurité.

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540